FeniXX réédition numérique (Payot)

  • Jugé par Henry Ey comme le plus doué de leur brillante génération, Pierre Mâle va jouer un rôle de premier plan dans l'histoire contemporaine de la psychanalyse et de la psychiatrie infanto-juvénile. Au moment où la psychanalyse est introduite en France en 1926, il est de ceux qui s'embarquent dans cette grande aventure, au sein de la Société Psychanalitique de Paris. C'est sous sa présidence que sera fondée en 1954 l'Institut de Psychanalyse. Tous ceux qui se consacrent à l'enfance inadaptée sont de quelque manière ses héritiers. Ce livre se veut avant tout compréhension psychanalitique de toutes les formes d'organisation psychique de l'adolescent, et décrit les variations subtiles d'application de la psychanalyse à la psychothérapie.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage, qui s'est déjà imposé comme un classique, paraît dans la "Petite Bibliothèque Payot" sous une forme remaniée et mise à jour.

  • o 300 millions d'enfants du tiers-monde sont-ils déjà condamnés ? o Le revenu moyen des pays développés est-il 2500 fois supérieur à celui du tiers-monde. o Le monde va-t-il doubler d'habitants : de 2 milliards en 1920 à 4 milliards en 1980 ? o L'eau va-t-elle manquer, alors qu'il en faut 10000 litres pour obtenir 100 kilos de blé ? o Mers et océans, qui recouvrent 70 % du globe et ne donnent que 3 % de la production alimentaire mondiale, sont-ils une réserve ou déjà des champs dévastés ? o Que choisir : une minoterie sans grains, ou du grain sans minoterie ? o Deux mondes opposés ou en coopération en 1980 ?

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • L'histoire des superstitions ne saurait laisser personne indifférent. Aucun vivant n'est « spectateur pur » du drame de l'existence, dont nul ne connaît le commencement, ni la fin. Les nouveaux secrets que nous révèle la science ne sont qu'une petite approche de ce qu'Hermès Trismégiste exposait sous sa formule ésotérique : « Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut. » Ces nouveaux secrets sont de très vieux secrets : seuls, les moyens d'investigation diffèrent. L'histoire de la superstition est donc celle de l'humanité. Mais si la superstition est universelle, elle se distingue de la religion par le fait qu'elle oublie le sens mystique du symbole pour ne voir que la matérialité de l'objet ou la force machinale de l'acte. La tendance est la même chez l'homme moderne que chez le troglodyte des cavernes ; nous la détectons aussi bien chez l'intellectuel que chez l'analphabète car elle fait partie de la personne humaine.

  • Depuis très longtemps, les sociologues ont présenté la ville comme une image de la société inscrite sur le sol. Les villes nouvelles ne seront pas dessinées seulement d'après les impératifs de l'évolution technique, elles seront l'expression d'une nouvelle société. Avant de dire que les hommes doivent s'adapter aux nouvelles formes des villes qui naîtront fatalement en raison de l'évolution technique, il est utile de se demander s'ils n'ont pas actuellement la possibilité d'imaginer les villes qu'ils désirent et d'utiliser les moyens de plus en plus perfectionnés dont ils disposent pour les réaliser.

  • Ces trois éléments constituent les aspects fondamentaux de l'âme noire et il serait difficile de donner la priorité à l'un des trois. En fait, il y a peu de temps que l'Afrique Noire nous livre sa pensée secrète sur ce sujet. En outre, les nombreux savants qui se sont penchés sur ce problème se sont heurtés à l'obstacle que représente la variété des rites et pratiques selon les régions. En dépit de la diversité des ethnies africaines et l'hétérogénéité apparente des « coutumes » religieuses propres à chacune, l'auteur du présent ouvrage s'est attaché à trouver le sens profond de ce qui pouvait être observé et compris afin d'en extraire l'esprit général, le dénominateur commun et en quelque sorte la théologie. Il importe en effet de bien saisir l'unité de la religion traditionnelle africaine non pas tant à travers certains de ses éléments qu'à travers l'attitude de l'homme vis-à-vis de l'Invisible, à travers le sentiment qu'il a de son appartenance à l'Univers. Il s'agit donc ici, en définitive, d'une sorte d'humanisme qui, partant de l'homme pour revenir à lui, saisit sur son trajet tout ce qui n'est pas lui-même, et qui constitue son dépassement. C'est dans la perspective bien particulière à l'épistémologie africaine qu'a été conçu le présent ouvrage. Il prétend rendre compte de l'unité des cultures africaines. Dans un monde où cette unité est le plus souvent recherchée à travers l'économie et la politique, le dévoilement de l'âme nègre devrait conduire à une meilleure et plus parfaite compréhension de l'Universel africain.

  • o 300 millions d'enfants du tiers-monde sont-ils déjà condamnés ? o Le revenu moyen des pays développés est-il 2500 fois supérieur à celui du tiers-monde. o Le monde va-t-il doubler d'habitants : de 2 milliards en 1920 à 4 milliards en 1980 ? o L'eau va-t-elle manquer, alors qu'il en faut 10000 litres pour obtenir 100 kilos de blé ? o Mers et océans, qui recouvrent 70 % du globe et ne donnent que 3 % de la production alimentaire mondiale, sont-ils une réserve ou déjà des champs dévastés ? o Que choisir : une minoterie sans grains, ou du grain sans minoterie ? o Deux mondes opposés ou en coopération en 1980 ?

  • Ces trois éléments constituent les aspects fondamentaux de l'âme noire et il serait difficile de donner la priorité à l'un des trois. En fait, il y a peu de temps que l'Afrique Noire nous livre sa pensée secrète sur ce sujet. En outre, les nombreux savants qui se sont penchés sur ce problème se sont heurtés à l'obstacle que représente la variété des rites et pratiques selon les régions. En dépit de la diversité des ethnies africaines et l'hétérogénéité apparente des « coutumes » religieuses propres à chacune, l'auteur du présent ouvrage s'est attaché à trouver le sens profond de ce qui pouvait être observé et compris afin d'en extraire l'esprit général, le dénominateur commun et en quelque sorte la théologie. Il importe en effet de bien saisir l'unité de la religion traditionnelle africaine non pas tant à travers certains de ses éléments qu'à travers l'attitude de l'homme vis-à-vis de l'Invisible, à travers le sentiment qu'il a de son appartenance à l'Univers. Il s'agit donc ici, en définitive, d'une sorte d'humanisme qui, partant de l'homme pour revenir à lui, saisit sur son trajet tout ce qui n'est pas lui-même, et qui constitue son dépassement. C'est dans la perspective bien particulière à l'épistémologie africaine qu'a été conçu le présent ouvrage. Il prétend rendre compte de l'unité des cultures africaines. Dans un monde où cette unité est le plus souvent recherchée à travers l'économie et la politique, le dévoilement de l'âme nègre devrait conduire à une meilleure et plus parfaite compréhension de l'Universel africain.

  • Dans la plupart des dictionnaires, la folie est définie comme l'aliénation mentale, et l'aliénation renvoie à la folie. Serions-nous tous fous ? Et pourquoi les régimes, les gouvernements et les polices créent-ils des institutions destinées à accueillir les malades ? Quels malades, de quelles maladies, selon quels critères ? Il s'agit moins au fond, de soigner que de réprimer tout ce qui sort des normes et des convenances de la société. Comment cette société a créé des instruments qui, sous couleur de médecine, sont destinés à assurer son bon fonctionnement, c'est ce que Nicole Boulanger et Jean-François Chaix nous apprennent ici, non pas du tout dans un essai ni au nom d'une idéologie : ce sont des témoignages concrets, de médecins, de psychiatres, de directeurs de centres de repos ou d'administrations pénitentiaires, dont le rôle est en réalité, non pas de se protéger contre l'aliénation, mais d'abord de la fabriquer pour s'en protéger ensuite. Comment vit-on dans les centres d'éducation pour enfants arriérés ? Comment un médecin lucide analyse-t-il le rôle que les pouvoirs publics lui font jouer ? Voici des cas précis, qui paraîtront souvent monstrueux, et qui expliquent, par exemple, pourquoi la contestation qui remet en cause le principe même des asiles et des prisons est au coeur mêmes des tentatives qui se font jour actuellement pour diminuer l'injustice et dénoncer le scandale.

  • L'histoire des superstitions ne saurait laisser personne indifférent. Aucun vivant n'est « spectateur pur » du drame de l'existence, dont nul ne connaît le commencement, ni la fin. Les nouveaux secrets que nous révèle la science ne sont qu'une petite approche de ce qu'Hermès Trismégiste exposait sous sa formule ésotérique : « Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut. » Ces nouveaux secrets sont de très vieux secrets : seuls, les moyens d'investigation diffèrent. L'histoire de la superstition est donc celle de l'humanité. Mais si la superstition est universelle, elle se distingue de la religion par le fait qu'elle oublie le sens mystique du symbole pour ne voir que la matérialité de l'objet ou la force machinale de l'acte. La tendance est la même chez l'homme moderne que chez le troglodyte des cavernes ; nous la détectons aussi bien chez l'intellectuel que chez l'analphabète car elle fait partie de la personne humaine.

  • Dans la plupart des dictionnaires, la folie est définie comme l'aliénation mentale, et l'aliénation renvoie à la folie. Serions-nous tous fous ? Et pourquoi les régimes, les gouvernements et les polices créent-ils des institutions destinées à accueillir les malades ? Quels malades, de quelles maladies, selon quels critères ? Il s'agit moins au fond, de soigner que de réprimer tout ce qui sort des normes et des convenances de la société. Comment cette société a créé des instruments qui, sous couleur de médecine, sont destinés à assurer son bon fonctionnement, c'est ce que Nicole Boulanger et Jean-François Chaix nous apprennent ici, non pas du tout dans un essai ni au nom d'une idéologie : ce sont des témoignages concrets, de médecins, de psychiatres, de directeurs de centres de repos ou d'administrations pénitentiaires, dont le rôle est en réalité, non pas de se protéger contre l'aliénation, mais d'abord de la fabriquer pour s'en protéger ensuite. Comment vit-on dans les centres d'éducation pour enfants arriérés ? Comment un médecin lucide analyse-t-il le rôle que les pouvoirs publics lui font jouer ? Voici des cas précis, qui paraîtront souvent monstrueux, et qui expliquent, par exemple, pourquoi la contestation qui remet en cause le principe même des asiles et des prisons est au coeur mêmes des tentatives qui se font jour actuellement pour diminuer l'injustice et dénoncer le scandale.

  • Depuis très longtemps, les sociologues ont présenté la ville comme une image de la société inscrite sur le sol. Les villes nouvelles ne seront pas dessinées seulement d'après les impératifs de l'évolution technique, elles seront l'expression d'une nouvelle société. Avant de dire que les hommes doivent s'adapter aux nouvelles formes des villes qui naîtront fatalement en raison de l'évolution technique, il est utile de se demander s'ils n'ont pas actuellement la possibilité d'imaginer les villes qu'ils désirent et d'utiliser les moyens de plus en plus perfectionnés dont ils disposent pour les réaliser.

  • Qui pourrait douter que le développement du mouvement socialiste soit devenu l'un des faits majeurs du vingtième siècle finissant. Mais ce mouvement a des racines profondes dans l'autre siècle et particulièrement en France. Sans prétendre les rechercher toutes, l'auteur les a analysées dans le cadre historique que fournissait une Troisième République qui, après les balbutiements initiaux, s'adressait de plus en plus à la démocratie. Ce temps - jusqu'en 1919 - est celui de la recherche et de la réalisation de l'unité. Une seule classe, un seul parti, c'est vite dit. L'unité n'a pas été spontanée, on est parti d'une floraison de mouvements dont chacun avait son originalité, ses forces, ses faiblesses. Facilitée par les unes, contrariée par les autres, tantôt portée par l'événement, tantôt retardée par lui, elle se réalise cependant sous l'égide des trois grands « ancêtres » : Guesde, Vaillant, Jaurès, et tant bien que mal elle traverse la guerre.

  • Pour qui écrit l'histoire du socialisme de 1920 à 1924, deux choses sont possibles. Ou bien englober la variété communiste, ou bien se limiter à la variété qu'on a tendance aujourd'hui à appeler social-démocrate. Dans cet ouvrage, l'auteur a résolument choisi la seconde solution. D'abord parce que le Congrès de Tours avait affirmé une volonté de rupture qui aboutissait à toute une série d'innovations. Ensuite parce que la matière qu'il avait pu recueillir sur la vie de la SFIO, contrainte à combattre sur plusieurs fronts, était suffisamment abondante. On verra donc ici comment les socialistes ont reconstruit un Parti rapidement plus fort que le Parti communiste. Comment ensuite, pendant dix ans, ils ont hésité sur la route à suivre. Comment enfin ils ont eu la charge redoutable de conduire l'expérience du Front Populaire. Ces années sont dominées par la figure de Léon Blum.

  • « J'ai fermé les registres. J'ai regardé le ciel. [...] Je m'avançais désormais à la tête d'une cohorte. Elle ne cesserait de grossir au fil des mois, rassemblée en cent ans de misères. Avec leur crâne rasé, leurs sabots, leurs pantalons de treillis, leurs vestes grises, ils se ressemblaient tous, ces enfants en prison. Je voulais les suivre au travail, pendant lequel il était interdit de parler, sur le chemin des champs ou de l'atelier ; au dortoir, glacé l'hiver, rempli l'été à l'heure du coucher, d'une grande clarté chaude, encore diurne ; dans leurs courses d'évadés, dans les cachots où ils inscrivaient leur nom ; devant la pitance du réfectoire dans le bruit des écuelles de fer... » M.R. Ce livre est un pèlerinage dans les lieux encore visibles, les registres d'écrou, les dossiers, tout ce que gardent - ou taisent - les archives de ces pénitenciers pour enfants qu'on appela les « petits bagnes ». L'auteur nous conduit dans un voyage hallucinant auquel il ne manque ni le poids et l'odeur des heures, ni le goût du pain de troupe, ni les paysages et les saisons du ciel. L'art de raconter, l'écriture charnelle et minutieuse ressuscitent ces enfants sans enfance, au long d'un récit poignant.

  • Ce texte où s'entrelacent passé et présent, philosophies politiques classiques et recherches contemporaines repère les masques que prend la domination de l'homme par l'homme, mais divague ailleurs... D'un côté les stratégies de reproduction où se structurent dans le champ des forces possibles des pratiques de lutte et de légitimation ; de l'autre, les dissidences, les disséminations, les investissements libidinaux. Au sérieux de l'Histoire, opposer les pratiques de détournement, à la politique-religion les désobéissances multiples. Relire ces errances où se nouent les résistances en dehors de la grande machinerie de la représentation et du savoir. L'hérésie contre les idéologies de granit, le jeu du furet contre la transcendance de l'Histoire.

  • Qui pourrait douter que le développement du mouvement socialiste soit devenu l'un des faits majeurs du vingtième siècle finissant. Mais ce mouvement a des racines profondes dans l'autre siècle et particulièrement en France. Sans prétendre les rechercher toutes, l'auteur les a analysées dans le cadre historique que fournissait une Troisième République qui, après les balbutiements initiaux, s'adressait de plus en plus à la démocratie. Ce temps - jusqu'en 1919 - est celui de la recherche et de la réalisation de l'unité. Une seule classe, un seul parti, c'est vite dit. L'unité n'a pas été spontanée, on est parti d'une floraison de mouvements dont chacun avait son originalité, ses forces, ses faiblesses. Facilitée par les unes, contrariée par les autres, tantôt portée par l'événement, tantôt retardée par lui, elle se réalise cependant sous l'égide des trois grands « ancêtres » : Guesde, Vaillant, Jaurès, et tant bien que mal elle traverse la guerre.

  • Pour qui écrit l'histoire du socialisme de 1920 à 1924, deux choses sont possibles. Ou bien englober la variété communiste, ou bien se limiter à la variété qu'on a tendance aujourd'hui à appeler social-démocrate. Dans cet ouvrage, l'auteur a résolument choisi la seconde solution. D'abord parce que le Congrès de Tours avait affirmé une volonté de rupture qui aboutissait à toute une série d'innovations. Ensuite parce que la matière qu'il avait pu recueillir sur la vie de la SFIO, contrainte à combattre sur plusieurs fronts, était suffisamment abondante. On verra donc ici comment les socialistes ont reconstruit un Parti rapidement plus fort que le Parti communiste. Comment ensuite, pendant dix ans, ils ont hésité sur la route à suivre. Comment enfin ils ont eu la charge redoutable de conduire l'expérience du Front Populaire. Ces années sont dominées par la figure de Léon Blum.

  • « J'ai fermé les registres. J'ai regardé le ciel. [...] Je m'avançais désormais à la tête d'une cohorte. Elle ne cesserait de grossir au fil des mois, rassemblée en cent ans de misères. Avec leur crâne rasé, leurs sabots, leurs pantalons de treillis, leurs vestes grises, ils se ressemblaient tous, ces enfants en prison. Je voulais les suivre au travail, pendant lequel il était interdit de parler, sur le chemin des champs ou de l'atelier ; au dortoir, glacé l'hiver, rempli l'été à l'heure du coucher, d'une grande clarté chaude, encore diurne ; dans leurs courses d'évadés, dans les cachots où ils inscrivaient leur nom ; devant la pitance du réfectoire dans le bruit des écuelles de fer... » M.R. Ce livre est un pèlerinage dans les lieux encore visibles, les registres d'écrou, les dossiers, tout ce que gardent - ou taisent - les archives de ces pénitenciers pour enfants qu'on appela les « petits bagnes ». L'auteur nous conduit dans un voyage hallucinant auquel il ne manque ni le poids et l'odeur des heures, ni le goût du pain de troupe, ni les paysages et les saisons du ciel. L'art de raconter, l'écriture charnelle et minutieuse ressuscitent ces enfants sans enfance, au long d'un récit poignant.

  • Ce texte où s'entrelacent passé et présent, philosophies politiques classiques et recherches contemporaines repère les masques que prend la domination de l'homme par l'homme, mais divague ailleurs... D'un côté les stratégies de reproduction où se structurent dans le champ des forces possibles des pratiques de lutte et de légitimation ; de l'autre, les dissidences, les disséminations, les investissements libidinaux. Au sérieux de l'Histoire, opposer les pratiques de détournement, à la politique-religion les désobéissances multiples. Relire ces errances où se nouent les résistances en dehors de la grande machinerie de la représentation et du savoir. L'hérésie contre les idéologies de granit, le jeu du furet contre la transcendance de l'Histoire.

  • Les résultats auxquels il est parvenu permettent de combler une lacune car, à ce jour, très peu de choses ont été publiées sur les Indiens de l'Amérique andine. Ceux-ci nous apparaissent désormais comme les créateurs d'une civilisation extrêmement originale, caractérisée par une connaissance profonde et un respect constant à la fois de l'homme et de la nature. C'est déjà à ce titre que le livre de Jean-Christian Spahni, écrit avec beaucoup de courage et d'objectivité, constitue, sur le plan littéraire, un apport d'une valeur certaine.

empty