FeniXX réédition numérique (Zélie)

  • Connaissez-vous le colonel Legradé, l'adjudant Laperme et le commandant Aubloc ? Vous souvenez-vous du sergent Laquille, du caporal Dugalon, du capitaine Gardavoux et du général Lechardassaut ? Ils sont tous là, héros malgré eux de ces manoeuvres du rire, et s'affrontent à coups d'histoires drôles plus hilarantes les unes que les autres. Pas méchantes ces histoires drôles, même si, de temps en temps nos militaires... en prennent pour leur grade. Le colonel Legradé s'approche d'une belle créature qui fait le trottoir rue Blondel : - Mademoiselle, lui lance-t-il, est-ce que vous accepteriez ma compagnie ? - Pas de problème ! Alors, le colonel Legradé se tourne vers le coin de la rue et crie : - 5e compagnie, en avant... marche ! Le capitaine Gardavoux au sergent Laquille : - Comment se fait-il que les grands gaillards, les beaux garçons, soient tous devant et que, derrière, soient rangés tous les petits, les hommes les moins représentatifs ? Alors, le sergent : - Ben, faut que je vous dise, mon capitaine, dans le civil, je suis marchand de fruits et légumes ! L'adjudant Laperme passe « les bleus » en revue. - Bon, les gars, tonne-t-il, on va se mettre d'accord dès le départ, je suis votre chef. Ça, faut jamais l'oublier... Compris ? Un jeune soldat de deux mètres de haut sort du rang et, devant tous ses copains, ahuris, s'agenouille devant l'adjudant, le maintient, lui ouvre sa braguette et lui sort de force son zizi auquel il commence à imprimer un mouvement de va-et-vient. - Ah, nom de Dieu... Ah ! oui ! Ah, ça, alors ! Nom de Dieu de vingt Dieux... hurle l'adjudant Laperme, complètement hagard, les yeux révulsés, mais qu'est-ce que vous faites ? - Ben, fait le « bleu », j'ai bien enregistré ce que vous avez dit, chef, je branle du chef, chef ! Dans l'avion, le jeune parachutiste va sauter. L'adjudant le retient de justesse : - Vous êtes fou ? Vous allez sauter sans parachute ! - Qu'est-ce que ça peut faire ? s'étonne le jeune soldat, c'est un exercice d'entraînement, non ?

  • Maude Enfant a suivi ses études sans jamais parvenir à les rattraper. Cette particularité, qui l'a conduite à épouser un prof de maths qui, hélas, avait des calculs, lui a inspiré ce recueil de « bien bonnes » dont les héros sont des instituteurs dont les noms sont familiers à la plupart d'entre nous : Monsieur Letableau, Eva Redoubler, Madame Lacraie, Monsieur Jaizéro, Anne Comprenrien et bien d'autres. Maude Enfant est, disons-le, celle que tout amateur d'humour voudrait avoir pour maîtresse. Le maître d'école : - Vous avez bien compris la forme négative ? Je reprends pour la dernière fois : je ne m'en vais pas, tu ne t'en vas pas, il ne s'en va pas, nous ne nous en allons pas, vous ne vous en allez pas, ils ne s'en vont pas... Jean-Michel, répète ce que je viens de dire ! Le petit garçon, radieux : - Tout le monde reste, M'sieur ! Le médecin est venu à l'école communale pour vacciner un garçon contre la variole. Il s'apprête à coller un petit morceau de sparadrap pour protéger l'endroit du vaccin lorsque l'enfant lui dit : - le pansement, je préférerais que vous me le mettiez au bras droit ! - Mais, c'est au bras gauche que je t'ai fait ton vaccin ! On voit bien que tu n'y connais rien en médecine ! s'amuse le toubib. Alors, le garçon : - Sûr ! Mais, vous, on voit que vous ne connaissez pas mes copains ! Jocelyne revient de l'école et dit à sa maman : - La maîtresse m'a remis une lettre au sujet de mon classement mais elle a bien recommandé de ne l'ouvrir qu'après le 25 décembre !

empty