FeniXX réédition numérique (Tacussel)

  • Jeune femme sensible, aux sentiments disparates, ambigus, contradictoires même, mais sincère, Luce pourrait être n'importe laquelle d'entre vous. Les héroïnes aux destinées mouvementées paraissent ne devoir vivre que dans les livres de sa « Petite Librairie ». Pourtant le téléphone... une voix, la voix de l'Autre, et c'est une tranche de vie, de sa vie que ces quelques pages, délibérément intimistes, vous livrent en partage. Gros plans, séquences brèves, come-back, tel le regard d'une caméra, l'écriture cinématographique glisse sur elle, sur François, sur Jean, avec un large balayage du temps et des lieux.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Il n'est plus nécessaire de présenter Pierre Roux, écrivain de Provence, originaire de cette charmante station de Gréoux-les-Bains ; son passage à « Apostrophes » a permis à des milliers de lecteurs de découvrir un grand-père, vieil amoureux de SA terre provençale, désireux de laisser aux petits-enfants d'aujourd'hui quelques souvenirs d'une vie réglée sur le rythme des saisons, dans l'amour du pays, du travail et des hommes. Céline a eu un petit frère : Fabrice, qui, à son tour, lui a ravi le titre de Caganis, le dernier-né de la famille. Pour le Papé, c'est la joie de voir grandir ses pitchounets et la merveilleuse occasion d'évoquer pour son nouveau Caganis des histoires un peu enchantées, si peu embellies, qui constituent la vie de tous les jours dans un mas de Provence. Et le voilà reparti, le Papé, à travers ces collines parfumées des senteurs de thym et de lavande pour faire découvrir et aimer à ses petits-enfants une nature parfois âpre mais toujours généreuse.

  • Un historique de Noël à travers le temps et le monde, ainsi qu'une étude complète sur l'origine, la signification et la création des santons.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • En Provence, on aime toutes les bonnes choses. On apprécie en particulier le sourire contenu de l'humour mais on le pratique assez peu car il s'accommode mal du climat méridional et de sa lumière triomphante. En revanche, la raillerie à coeur ouvert, la gaudriole débordante de santé, l'humeur joyeuse et pétillante font bon ménage avec le ciel bleu. Le geste large et vif, la voix aux sonorités généreuses extériorisent des pensées et des sentiments en accord avec l'exubérante beauté de la nature, restituent en permanence la part de chaleur et de lumière que les êtres reçoivent du soleil. Cette restitution ne s'effectue pas sans un bouillonnement caractéristique, la verve dont nous savons qu'elle est aussi le verbe, c'est-à-dire l'essence même de la vie. Cela, Louis Ardissone ne l'oublie jamais. Ses personnages ont leurs racines dans la vie. Ils ont attendu cent ans le miracle, le coup de baguette magique, l'alchimiste talentueux qui ferait de nouveau palpiter leur coeur et... le bout de leur langue. Aujourd'hui, ça y est, ils vivent !

  • Contes pour un Caganis. À la lecture de ce titre je vois certaines personnes se poser la question : « Un caganis ! Qu'es aco ? ». Pardon, qu'est-ce que c'est ? Je vais vous le dire. Un Caganis c'est chez nous en Provence, le dernier né de la famille. En l'appelant ainsi nous mettons dans ce mot tout l'amour que nous ressentons à la vue de cette chose merveilleuse : Un nouveau-né. Seulement ! Un « pitchounet », ça grandit vite. Au temps de ces contes, dans les Mas de Provence nous gardions auprès de nous nos vieux, qui peu à peu devenus inutiles, passaient leurs journées installés sur une chaise de la salle commune Jusqu'au jour où : Le miracle avait lieu ! Le Caganis par sa présence rajeunissait l'aïeul. Pas au point de le faire redevenir enfant, non. Bien que !..... Ici, notre Caganis est une fille et l'aïeul son Papé. Bien vite les voilà complices. Unis par un amour qui éclabousse tout ce qui les entoure. Le Papé retrouve ses jambes d'antan afin d'emmener sa petite à travers le Mas et dans cette colline, où les bêtes, devenues à leur tour leurs amis se joignent à eux. Ainsi chaque jour grâce à son Papé, notre Caganis découvre la vie merveilleuse de ce beau pays qui est le sien : La Provence.

  • Quand on connaît un peu Louis Ardissone qui nous présente aujourd'hui « Rue des moulins », il est facile de deviner que c'est d'une rue et des moulins d'Allauch qu'il s'agit. Allauch ce village qui, peut-être à cause de sa situation géographique et la proximité de la très grande ville ne vit pas tout à fait comme les autres villages de Provence. L'auteur en connaît bien l'histoire qu'il a écrite plusieurs fois, mais il préfère certainement ses « bonnes histoires », sources d'inspiration de la plupart de ses contes, comédies ou revues. Cette fois c'est la chronique d'une humble famille allaudienne qu'il nous propose, presque un roman, avec des héros tout à fait imaginaires mais vivant au coeur d'évènements vrais et au milieu de personnages ayant réellement existé dans la période qui s'étend de 1918 à 1945. La fin de la guerre de 1914, la fondation du Syndicat d'Initiative d'Allauch, les premières Messes de Minuit, les grandes fêtes provençales, la guerre de 1939, l'occupation, la libération d'Allauch sont quelques-uns des faits vus par les allaudiens et vécus par l'auteur, qui jalonnent cette longue page d'histoire à peine un peu arrangée et enjolivée. Les anciens se retrouveront avec une joie nostalgique dans leur village d'autrefois, et les jeunes découvriront avec émotion comment réagissaient leurs pères au fil des jours heureux ou malheureux d'avant la civilisation de « L'autotélé ». C'est à coup sûr un passionnant roman documentaire plein d'intérêt non seulement pour les allaudiens, mais aussi pour les Marseillais et tous les Provençaux.

  • Résultat de passionnantes recherches sur les sources de la belle humeur méridionale, l'« Humour de la Provence » est à la fois un ouvrage de références, une anthologie et un documentaire sur tout ce qui a pu faire naître et se perpétuer la saine gaieté provençale. Faisant resurgir des textes oubliés, parfois inconnus, en provençal dûment traduits, et bien entendu, en français, Vincent Dizon, Grand Chancelier de l'Académie Gauloise, a déroulé le fil d'Ariane, qui, partant de la nuit des temps, conduit le lecteur sur les traces des grands humoristes provençaux d'hier et d'aujourd'hui, à travers le dédale des histoires, poèmes, chansonnettes et dessins qui ont eu pour seule finalité de provoquer cet « instant divin » : le Rire.

  • Marseille est née d'une foule de villages dont les noms provençaux sonnent bien au soleil : l'Estaque, la Cabucelle, Mourrepiane, La Capelette, Le Roucas Blanc, La Madrague, Les Aygalades, La Gavotte, Les Olives... Sur la Promenade de la Corniche qui serpente à flanc de colline, se niche un véritable village ménagé dans un canyon entre deux falaises et, bien sûr, tourné vers la mer. Le Vallon des Auffes. Un petit port de pêche avec des bateaux amarrés au quai et d'autres hissés sur des cales. Site unique, presque anachronique, avec sa population bien marquée, ses usages, ses particularités, il semble se tenir en dehors de l'agitation de la grande ville. Avec la vision du reporter et, çà et là, le zeste d'humour d'un habitant du Vallon, Jean Bazal se propose de vous faire visiter ce dernier refuge d'une authentique vie marseillaise repliée dans un décor de féerie.

  • L'Estaque au temps des Pite-mouffe, c'était hier la vie quotidienne de ce village de Marseille, connu autant par les peintres et écrivains qu'il a inspirés que pour ses oursins et ses « chichifregis » - Une vie de souvenirs racontée par le chantre de ce port de pêche, fils et petit-fils de marin, Laurent Damonte, amiral sans concurrence, qui règne sur un univers tout entier voué « aux vagues salées ». Truffé d'expressions estaquéennes d'un provençal « appris à la maison » son récit nous entraîne dans le monde à la fois rude et joyeux des pêcheurs, des tuiliers et des « gagne-petit » de la mer, les Pite-mouffe.

  • Paul Ruat (1862-1938), libraire, fut aussi félibre, éditeur de grands noms de la littérature provençale et auteur de plusieurs ouvrages en langue provençale au début du siècle. Cette étude rend compte de sa vie et de son action au sein des mouvements félibréens.

  • Avouons-le d'entrée, ce livre est le fruit de notre curiosité débordante ! La réalisation d'émissions radiophoniques "À pieds, à cheval et en voiture", et la rédaction de "Deux gourmandes en Pays d'Aix", ont aiguisé notre soif de découvertes. Cette motivation nous a amenées dans le Salonais, éblouissant de lumière, bordé au sud par l'étang de Berre, au nord par les Alpilles, à l'ouest par la Crau, et à l'est par les collines du Deffend. La variété des sites permet de sillonner cette terre sans monotonie, et de découvrir aux détours des chemins, un village perché, un port de pêcheurs, un vieux pont de pierre, la Crau plantée de cyprès. Entraîner le lecteur sur nos pas et, ayant "piqué" sa curiosité, l'inciter à faire ses propres trouvailles, tel est le but de ce livre.

  • "Deux curieuses en Pays d'Aix" pourrait être aussi le titre de ce livre. Curiosité des lieux, des hommes, de leurs coutumes, de leurs fêtes, tant il est vrai, pour les auteurs, que l'on ne peut isoler le savoir-faire gourmand, du savoir vivre. Des spécialités nées de la tradition sont à découvrir dans chaque village, chaque rue d'aix, souvent ignorées des touristes et, parfois même, des aixois, elles seront une source de motivations toutes neuves pour visiter Cabriès, St-Cannat, Venelles, Pourrières, Le Tholonet, etc...

  • "Deux curieuses en Pays d'Aix" pourrait être aussi le titre de ce livre. Curiosité des lieux, des hommes, de leurs coutumes, de leurs fêtes, tant il est vrai, pour les auteurs, que l'on ne peut isoler le savoir-faire gourmand, du savoir vivre. Des spécialités nées de la tradition sont à découvrir dans chaque village, chaque rue d'aix, souvent ignorées des touristes et, parfois même, des aixois, elles seront une source de motivations toutes neuves pour visiter Cabriès, St-Cannat, Venelles, Pourrières, Le Tholonet, etc...

empty