FeniXX réédition numérique (Nature et Bretagne)

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • « Agité par un besoin incessant d'activité fiévreuse et turbulente, lente, il entreprit tout, remua tout, attaqua tout - noblesse, royauté, clergé, Français, Anglais, Sarrasins, - et ne réussit rien. » dit de lui l'historien breton Arthur de la Borderie. Cousin du roi de France Philippe Auguste, Pierre de Dreux épouse au début du XIIIe siècle la belle héritière du duché de Bretagne, Alix. Il devient bailli de Bretagne. Mais Alix meurt à la fleur de l'âge. Pierre de Dreux que l'on nomme aussi Mauclerc pour ses démêlés avec le clergé, est désespéré. Il élève le château et construit la ville de Saint-Aubin-du-Cormier, s'affronte au futur Saint Louis et, après avoir laissé le duché à son fils, Jean I le Roux, se fait croisé à deux reprises. Blessé en Égypte à la bataille de Mansourah où Louis IX est fait prisonnier, il meurt en mai 1250 sur la caravelle qui le ramène en France. Excommunié, il est enterré à l'extérieur de l'abbaye Saint-Yved de Braine, près de Soissons. Philippe Mouazan nous entraîne sur les traces de ce chevalier capétien devenu duc de Bretagne. Du château de Saint-Coulomb aux rives du Nil, le lecteur chevauchera aux côtés de ce personnage hors du commun qui, pour un amour, laissera duché, honneurs, gloire et fortune...

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Entre Scaër, Le Faouët et Gourin, à la limite du Finistère et des Côtes-du-Nord, s'étend le « Bro Gourin hag ar Faouët », la Cornouaille morbihannaise, boisée, vallonnée, sillonnée de petites rivières serpentant à travers de minuscules prairies où « au mois de mai fleurissent les asphodèles ». L'auteur y est né et y a passé une bonne partie de son enfance une enfance heureuse, vagabonde dont il a gardé le souvenir ébloui et qui lui a donné pour toujours un amour immense de la nature et un attachement profond à la vieille terre de ses pères. Engagé dans la Résistance à 17 ans, c'est tout naturellement dans son hameau natal qu'il se réfugia quand les circonstances l'obligèrent à se cacher. En écrivant ce roman il a voulu faire revivre cette époque, recréer l'atmosphère de ces maquis perdus au milieu du bocage et parfaitement intégrés au paysage et à la population. Mais il a également pensé aux garçons que son métier de professeur lui permet de côtoyer tous les jours, ces adolescents un peu perdus à l'approche de l'âge adulte. Comme eux, il a éprouvé la difficulté de devenir un homme. En quelques mois, son héros connaîtra la peur, le doute, l'amour, la pitié et il pourra alors commencer sa vie d'adulte tout en gardant, au fond du coeur un coin d'enfance...

  • Un monde qui ne connaît pas de frontières entre la lumière et les ténèbres ; le jour et la nuit ; le passé, le présent et l'avenir ; la terre, la mer et le ciel ; l'homme, l'animal, le végétal et le minéral ; la grâce et le péché ; la vie et la mort. Le monde de la Table Ronde et du Graal, de Tristan et d'Ossian, des sagas irlandaises, du Mabinogi gallois, des légendes bretonnes - le monde fou des Celtes.

  • L'arrivée de l'électricité dans le département est une longue épopée qui couvre plus d'un demi-siècle. C'est la ville de Châteaulin qui, utilisant la chute d'eau de l'écluse à Coatigrach, sera la première cité finistérienne (la troisième en France)., à s'éclairer aux ampoules électriques, dès 1887. Au XIX siècle, c'est l'éclairage au gaz qui prévaut dans les grandes agglomérations. Dès 1920. apparaissent les syndicats d'électrification dont les objectifs sont encore modestes : éclairer les artères principales, les bâtiments publics et quelques villages privilégiés proches de l'agglomération. Les unités industrielles exigent également l'éclairage et la force électriques. Au lendemain de la seconde guerre mondiale, en 1946, EDF prend le relais des initiatives privées. Un plan national d'électrification des campagnes, condition de leur modernisation, est mis en oeuvre. C'est l'ultime étape d'une aventure qui s'achèvera en Finistère en 1960. Ce livre « Enfin... la nuit devint lumière » n'est pas un livre d'histoire proprement dit, mais un récit, un ouvrage de mémoire sociale rédigé par les témoins de l'événement. Il se lit comme un roman inscrit dans un temps très proche que les jeunes générations n'ont pas connu. C'est le passage de la pénombre à la lumière qui est évoqué ici avec l'abandon des bougies, des lampes à pétrole, des lampes-tempêtes et à acétylène. C'est aussi le récit des ingénieuses inventions qui ont précédé l'arrivée de l'électricité industrielle. Articulant les faits de mémoire, les anciens bâtissent une fresque ethnologique d'où se détachent le réveil des clans, les palabres vigoureuses au sein des conseils municipaux, les brouilles entre voisins soudés auparavant, les tensions familiales, la crainte irraisonnée des femmes qui pensent que la lumière fera peur aux vaches.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Un ancien marin quinocéen raconte ce qu'était l'existence sur la côte et sur mer au début du siècle. Il fait revivre devant nous les coutumes bretonnes, sur la frontière entre le pays bretonnant et le pays non bretonnant, ou Pays Gallo, auquel sa famille appartenait. Il nous montre aussi, dans leur vie quotidienne, les rudes marins terre-neuvas, sur leurs goélettes aux voiles déployées ou dans leurs doris perdus dans la brume. Un livre plein de sel et d'embruns. Un livre vrai, d'un homme simple.

  • La « propagande » quotidienne, orchestrée par la haute administration, les techno-bureaucrates, les mass media, l'école, les universités et tous les cercles dirigeants de la France, a fini par convaincre la masse des citoyens de l'État français qu'ils sont non seulement les citoyens les plus libres, mais encore les mieux administrés du monde. Il suffit cependant d'étudier les institutions et les lois qui régissent des pays et des États divers, et de niveau de vie comparable, voisins ou non de la France, pour s'apercevoir qu'il n'en est rien et qu'ils comptent en réalité parmi les plus soumis, les plus mineurs et les moins libéralement administrés et gouvernés, et qu'ils ont ainsi moins de droits que les autres. L'auteur de ce livre, en se promenant à travers les institutions des USA, de l'Italie, de la Suisse et de la Yougoslavie, le démontre avec autant de science que d'humour et de vie. Ses interviews et ses conversations avec ses interlocuteurs de ces quelques pays, aux régimes différents, échappent avec bonheur à la technicité et au didactisme, et lui permettent ainsi de mettre ces sujets à la portée du grand nombre. Les réflexions et les dialogues les plus actuels sur la politique, le régime présidentiel, le suffrage universel, l'autogestion, l'économie, les libertés locales, l'administration, le partage du pouvoir, éclairent avec bonheur la législation, le droit et la science politique. Cet ouvrage contribue ainsi, de manière efficace, à démystifier le mythe de l'État un et indivisible qui continue d'emprisonner la France et ses peuples dans le corset de fer du centralisme.

  • L'Arbre éternel... c'est bien sûr l'arbre généalogique qui reverdit à chaque génération. À travers l'histoire d'une famille, l'auteur nous fait découvrir une région : le Petit Trégor. Toutefois, si le récit commence dans ce terroir caché, il s'élargit très vite aux grandes villes bretonnes pour atteindre bientôt Paris, l'Europe et même l'Afrique. Ce livre est à la fois un voyage dans l'espace et dans le temps. Au fil des anecdotes, cocasses ou dramatiques, l'auteur nous entraîne des origines de la Bretagne au Moyen Âge, de la période classique à la Révolution pour clore son récit avec la Libération et la fin de l'empire colonial. Les intrigues de cette grande épopée de quinze siècles, narrée de façon originale en reliant le passé au présent, sont toutes issues de faits authentiques. Sans chercher à réécrire l'histoire de la Bretagne, l'auteur nous décrit la vie et les préoccupations quotidiennes des Bretons. L'esprit du livre est la survivance de la tradition au travers des générations ; traditions celtique, druidique et juridique d'une famille... Tout en étant bretonne, cette saga n'en est pas moins universelle. Elle éveillera en chacun l'envie de découvrir ses propres racines et son propre terroir.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • « Ce qui est sûr, c'est qu'en vous lisant, on souffre avec vous. On souffre aussi devant cette impuissance de l'Amour à triompher des tares de notre société mais aussi des démons qui ravagent le coeur des Hommes ».

empty