FeniXX réédition numérique (Denoël)

  • Le docteur Fer est une femme dangereuse. Dans sa «Folie», le vaste hangar où elle réside, elle «bricole» une machine à modifier la réalité. Machine dont elle est la seule à comprendre le fonctionnement et qui se compose d'un invraisemblable bric-à-brac dont les cadavres humains ne sont pas exclus. Pour Néon, jeune Loup d'un Paris en miettes, l'univers du docteur Fer est incompréhensible et menaçant. Qu'elle l'enrobe de barbe à papa, qu'elle inverse localement la pesanteur jusqu'à faire s'écraser au plafond sa femme, Eau, ou qu'elle s'acharne à remettre en route un maire virtuel, passe encore... Mais le jour où son camarade Pixel se met à délaisser ses parties de bataille navale pour collaborer au sabotage du réel, rien ne va plus...

  • La Terre au XXVIIIe siècle, sous la dictature de Quartz II. Tout individu doit régulièrement passer des tests qui mesurent son aptitude psychosociale, tandis que des normes artistiques rigoureuses sont imposées à la population : les romans sont fabriqués par des machines selon des critères bien définis, la peinture ne doit pas sortir de l'abstrait officiel et la musique ne peut qu'être atonale... Insupportable obscurantisme étatique contre lequel va s'insurger un jeune étudiant en beaux-arts. Commence alors pour le dissident Jan Artuby une carrière d'agitateur qui va le mener jusque dans les étoiles... Un roman d'aventures qui s'est bonifié au fil des ans jusqu'à atteindre les dimensions d'une fresque prophétique.

  • Une jeune femme, en conflit avec son père, amoureuse d'une étrange créature venue des étoiles : un vampire stellaire qu'elle cache dans son grenier et nourrit de son sang... Un bal où les hommes sont déguisés en femmes et les femmes en bêtes, où la proie n'est pas toujours celle que l'on croit. Moïra, une artiste qui à coups de crochet sur des draps détrempés de vie fait rugir toute la puissance de son art, de véritables oeuvres de chair...Tableaux du délire, recueil posthume, dérangeant, rassemble les meilleurs récits d'Alain Dorémieux et un inédit écrit en collaboration avec Fabienne Leloup.

  • Sur les planètes lointaines nous risquons de nous trouver en butte aux attaques, plus ou moins sournoises, d'êtres totalement différents de nous. Mais Marianne Andrau assure qu'il y a lieu de nous méfier même du plus célèbre, du plus prosaïque, du moins mystérieux de nos édifices parisiens : la Tour Eiffel. Nous sommes avertis aussi que, parmi les terres inconnues où nous aborderons quelque jour, existe certaine planète nostalgique, dont le secret se perdit à travers les siècles. Tout n'est-il pas inquiétant, mais passionnant, dans un univers dont nous ignorons les mesures et les directions ? Le Malentendu nous y guette. Les règnes végétal, minéral, animal se chevauchent. Même un arbre n'est pas ce que l'on croit...

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Rien de plus angoissant que ces aventures aux portes des ténèbres, où l'homme, environné de phantasmes, cherche parfois en vain où commence et où finit son propre « moi ». En ces pages toujours dramatiques et colorées, le surnaturel se manifeste juste à la limite du monde extérieur et du monde intérieur. Le « merveilleux » de Jean-Louis Bouquet s'introduit dans notre univers quotidien, dans nos décors familiaux, et il sait si bien intégrer ses démons et ses créatures fabuleuses aux rouages de la société et de la pensée modernes, que leur « présence » emporte notre conviction. Lors de la publication de son premier livre Le visage de feu, André Breton n'avait pas hésité à placer Jean-Louis Bouquet aux côtés des grands maîtres du fantastique. Par ses dons évocatoires, portés à un surprenant degré d'intensité dans ce dernier livre, il s'inscrit directement dans la lignée d'un Lovecraft, d'un Jean Ray. Tous ceux que les oeuvres de ces écrivains ont passionnés, seront heureux de retrouver - ou de découvrir - avec Jean-Louis Bouquet un nouveau maître-magicien.

  • Rien de plus angoissant que ces aventures aux portes des ténèbres, où l'homme, environné de phantasmes, cherche parfois en vain où commence et où finit son propre « moi ». En ces pages toujours dramatiques et colorées, le surnaturel se manifeste juste à la limite du monde extérieur et du monde intérieur. Le « merveilleux » de Jean-Louis Bouquet s'introduit dans notre univers quotidien, dans nos décors familiaux, et il sait si bien intégrer ses démons et ses créatures fabuleuses aux rouages de la société et de la pensée modernes, que leur « présence » emporte notre conviction. Lors de la publication de son premier livre Le visage de feu, André Breton n'avait pas hésité à placer Jean-Louis Bouquet aux côtés des grands maîtres du fantastique. Par ses dons évocatoires, portés à un surprenant degré d'intensité dans ce dernier livre, il s'inscrit directement dans la lignée d'un Lovecraft, d'un Jean Ray. Tous ceux que les oeuvres de ces écrivains ont passionnés, seront heureux de retrouver - ou de découvrir - avec Jean-Louis Bouquet un nouveau maître-magicien.

  • Le Catalogue des âmes et cycles de la S.-F. a muté. Une douzaine d'années après sa réédition, le voici devenu Le Science-fictionnaire ! Mais la S.-F. aussi a changé durant ce temps. Des auteurs sont morts, d'autres sont nés, de nouvelles tendances sont apparues, la S.-F. a insidieusement envahi des territoires parallèles comme le fantastique, le polar, l'heroic fantasy, voire le réel ! Comment définir la S.-F. aujourd'hui ? Quels sont ses grands thèmes ? Ses diverses écoles ? Ses mots-clés ? Ses rituels ? Ses plus belles réussites au cinéma et dans la B.D. ? Le présent volume - les univers de la S.-F. - offre en une centaine d'entrées un panorama de la vie du genre. C'est là que vous saurez enfin qui a écrit : "Salut, Toto ! C'est bien la terre ici ?" Un manuel vital pour posséder la langue du pays S.-F.

  • Les guerriers du Grand Crâne se sont lancés à la poursuite de Shag l'Idiot, le mutant hérétique. Hélas ! à peine sortis de leur caverne il leur faut affronter les dangers d'une savane que les sortilèges des mutations post-atomiques ont peuplée d'animaux étranges ou de pièges écologiques dont les pouvoirs fabuleux s'exercent aux dépens des humains. Tout cela pour se retrouver au pied d'une muraille barrant l'horizon. Une muraille sur laquelle on a cloué des centaines de mains coupées...Mais que faire quand la porte qui s'ouvre devant vous n'est autre que l'entrée principale des enfers ?La saga de Shag l'Idiot, une série sauvage et fantastique dans la tradition d'Edgar Rice Burroughs ou de Philip José Farmer.

  • Payan, bourlingueur de l'espace, a passé un an sur la planète des hommes de cuir, race méprisée, considérée comme sous-humaine. À leur contact, il a découvert le vrai sens de la vie et a fini par tomber amoureux fou d'une femme de la tribu. Mais les problèmes commencent quand il va essayer de ramener cette «femelle» sur la Terre pour vivre avec elle. Traitée comme un animal, mise en cage, soumise à une quarantaine effroyable, la femme de cuir va connaître un long calvaire qui se terminera en tragédie.

  • Pavillons de banlieue célestes qui s'affrontent à la façon de pions sur un échiquier planétaire et dont les variations d'altitude apportent la richesse ou annoncent la chute. Jungles à la surface de la Terre, où se déversent les déchets de l'humanité. Mythes incontrôlables, solitudes définitives. Les damiers sont là, à la fin de l'Histoire, et fonctionnent tranquillement, même si les humains, eux, ne fonctionnent plus du tout. Sauf deux d'entre eux : deux hommes ordinaires, jetés dans des voyages qu'ils ne désiraient pas et qui découvrent peu à peu ce qui anime le monde et ses habitants.

  • Dans ce royaume d'un autre temps où Sa Majesté Budiban coupe la tête de ses sujets avec la jovialité d'un Ubu déchaîné, où les voitures à pédales font bon ménage avec les téléphones, où les téléphériques interplanétaires côtoient la télévision, où les palais ont des centaines d'étages et les ponts des dizaines de kilomètres de long, une population entière s'est lancée à la recherche du légendaire arbre d'or qui hante ses rêves...Une quête colorée où des personnages picaresques nous entraînent à travers des planètes pleines de merveilles et de bizarreries, où le charme foisonnant des Mille et Une Nuits se marie à la satire et à l'humour pour donner une des créations parmi les plus truculentes et les plus poétiques de la fantasy moderne.

  • Que faire quand on est un mister bien rangé, vivant en parfaite harmonie conjugale avec son monsieur, et qu'on gagne la dernière femme (congelée) à un concours auquel on n'a pas joué ? Sortir ses poignées rétractiles de sa colonne vertébrale en plastique et prendre le métro pour aller quérir son prix. Il faut dire qu'Avon, l'heureux gagnant, en a vu d'autres puisque, quand il était petit, ses pères menaçaient de le manger s'il ne trouvait pas acquéreur à l'âge de 10 ans. Comme le fut la petite Noëlle, fillette surdouée qui, malgré son intelligence et sa grande gueule, passa nonobstant à la casserole... À peine un hors-d'oeuvre pour un festin d'un genre particulier auquel vous convie ce roman, très noir, très tordu, très dérangeant.

  • Quelle est cette revue reçue à la bibliothèque, où sont mentionnés des événements que l'Histoire officielle n'a pas rapportés ? Si l'astronef piloté par Ginger Shapiron porte le nom d'un célèbre conteur français du XVIIIe siècle, ce n'est pas sans raison... La remise en cause de l'identité de l'individu peut prendre des aspects essentiels... ou existentiels. Les fonctionnaires de «l'Agence» en savent quelque chose. Étrange réunion littéraire que celle qui s'est tenue en 1816 au bord du lac de Genève. Frankenstein est né de cette rencontre. Mais l'image du monstre grotesque et terrifiant ne cache-t-elle pas une réalité plus subtile, plus insidieuse, et finalement plus effrayante ?

  • Malgré tout, l'avenir est plein d'espoirs : mers, jardins, villes douces, mondes paisibles, déserts muets, tout semble prêt à accueillir des personnages en quête d'eux-mêmes, et de leurs compléments. Mais rien n'est simple : les paysages se dérobent, ou ne veulent rien dire. La femme aimée n'existe qu'en morceaux. On a tout pouvoir sur le monde, mais ce pouvoir ne peut provoquer que des catastrophes, pour celui qui le détient comme pour les autres. Les parents bienveillants éteignent les étoiles. Les enfants bien intentionnés transforment tout en pierre. Les suicidés fiers de l'être n'arrivent pas à mourir. L'espoir se retourne contre vous ; attention, il mord ! Dans ce recueil de nouvelles conçu comme un tout, la cruauté est partout, sous toutes ses formes, et ce n'est pas faute d'optimisme. Au contraire. C'est l'optimisme qui nourrit la cruauté.

  • Les perles du Temps, ce sont les larmes tombées d'un futur proche ou lointain, des fragments de la grande histoire d'êtres encore à venir. En voici une qui parle d'un monstre si totalement seul sur notre Terre, où il a échoué, qu'il cherche un couple acceptant de l'habiter. Une autre où une vieille maison boude les machines. Une autre qui voit un couple trahi par son double. Celle-ci bruit d'une dispute entre un petit garçon qui n'aimait pas les grandes personnes et une vieille dame qui refusait de jouer à la marelle. Celle-là vous entraîne vers la lune et vous offre une place au balcon pour observer une explosion atomique sur la Terre... Dix-huit perles en tout, aux irisations bradburyennes, à garder précieusement au creux de votre main comme autant de gouttes de poésie.

  • Pourquoi les Sirkomiens avaient-ils abandonné tous leurs continents pour se réfugier à Eimos de Salers, qui semblait la seule ville habitée de la planète ? Les Sirkomiens avaient été un des plus grands peuples de la Confédération, un peuple violent, dynamique, dont les conquêtes scientifiques avaient bouleversé les huit galaxies. Aujourd'hui, il n'en restait rien. Je me remémorai l'une des premières règles des Grands Quêteurs : «Quand il s'agit des autres mondes, ce qui te paraît simple est souvent le visage même de l'extravagance.» Il y avait les Rhunqs bien sûr. Dès demain je m'occuperais de ces singuliers croque-mitaines... Un space opéra dans la grande tradition, doublé d'une fable plus que jamais d'actualité sur les illusions et les manipulations qui accompagnent sournoisement l'exercice du pouvoir.

  • Qui sont ces extraterrestres moribonds qui ont envahi la Terre mais refusent tout contact avec les humains ? On les dit presque morts, victimes d'un virus d'outre-espace. Ils vivent retranchés dans une citadelle perdue au milieu des glaces car l'atmosphère de la Terre les affranchirait des souffrances d'une interminable agonie. On s'obstine à les croire inoffensifs, pitoyables. Mais qu'en est-il vraiment ? Peut-on faire confiance à d'aussi curieux visiteurs ? N'a-t-on pas - au contraire - tout à craindre de créatures qui n'ont plus rien à perdre ? Une nouvelle aventure d'Aldoran, le dormeur éternel.Le début d'une grande saga.

  • L'Enfant va bientôt naître... Les Reines Mages se sont mises en marche. Vishnou s'est à nouveau incarné. D'immenses armées enterrées depuis des millénaires sont sur le point de se réveiller. Toute l'Asie, et notamment la forteresse de Kum Bum, se prépare à de grands bouleversements, à cent mille images qui attendent, au-delà des étoiles. À l'instar de Roger Zelazny avec Seigneur de lumière, Pierre Stolze mélange ici le folklore, la magie de l'Extrême-Orient et la science-fiction pour livrer un récit étonnant, plein de truculence et de secrets.

  • Sur la planète Gurtä règne un âge des cavernes truqué. Punie pour ses méfaits passés, la race humaine a subi une modification génétique qui, désormais, freine le développement de son intelligence et lui interdit l'accès au savoir, au développement, à la science... Des Néandertaliens farouches et sanguinaires s'affrontent dans le secret des grottes. Tous se savent idiots et quêtent désespérément le surcroît d'intelligence qui leur permettrait de se hisser au-dessus de leur misérable condition. Un surcroît d'intelligence qu'ils s'imaginent pouvoir acquérir en dévorant la cervelle de leurs ennemis ! Un monde terrifiant, surtout lorsqu'on est un jeune homme plutôt moins bête que les autres, et qu'on sent le regard du chef de clan peser sur sa nuque...

  • Prisonnier des trafiquants d'idoles vivantes, Shag, l'enfant des cavernes, est devenu le serviteur d'une déesse de pierre revenue lentement à la vie. Il ne va pas tarder à découvrir qu'il est dangereux de côtoyer des dieux déchus, survivants d'un autre temps, et que le désespoir pousse à l'apocalypse.La saga de Shag l'Idiot, une série sauvage et fantastique dans la tradition d'Edgar Rice Burroughs ou de Philip José Farmer.

empty