FeniXX réédition numérique (Bertout)

  • Le texte précis et des photographies qui font revivre les années de guerre, permettent de faire connaître mieux les étapes qui ont jalonné le martyre de la ville entre 1940 et 1942...

  • Après avoir, dans une première partie, présenté les proies des baleiniers, l'auteur résume, en trois chapitres très documentés, l'histoire de la pêche baleinière en France. L'activité de la façade Manche-Atlantique y est examinée, analysée, étudiée. Vient ensuite la reproduction intégrale du journal de bord d'un capitaine baleinier, celui de Nicolas-Victor Fromentin.

  • Ce journal est la somme des observations consignées au jour le jour par un Rouennais de la déclaration de guerre à la capitulation allemande. Il relate mois par mois les petits et grands événements qui se déroulèrent durant l'Occupation et livre un témoignage sur la ville mutilée, la Résistance et les bombardements.

  • Monographie sur l'abbatiale de Saint-Germer-de-Fly, (Oise), ses bâtiments et entours, de 690 à 1870, illustrée d'anecdotes amusantes.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Ce livre a été écrit : pour ceux qui s'intéressent à l'histoire régionale, et même à l'histoire nationale : ils y trouveront le récit d'événements qui occupent une place parmi les désastres de la dernière guerre ; pour ceux qui habitent Saint-Valery-en-Caux, et pour ceux qui y ont combattu : ils auront là une occasion de rassembler, et de fixer, les souvenirs des jours sombres qu'ils ont vécus en mai et juin 1940 ; pour les familles des militaires qui reposent dans le cimetière de Saint-Valery : elles y apprendront en quelles circonstances sont tombés leurs chers et glorieux morts.

  • Caudebec, avec son bac reliant les deux rives de la Seine, fut la cible stratégique de l'aviation allemande en 1940, puis des armées alliées durant la phase finale de la Bataille de Normandie. Le bombardement du 10 juin 1940, suivi d'un gigantesque incendie, détruisit quatre cent trente-quatre immeubles sur six cent dix, transformant tout l'ensemble de vieux logis à pans de bois en un amas de ruines écroulées sur les carcasses de quelques huit cents voitures, parquées dans ses rues étroites. Ensevelie sous ses décombres, cette vénérable cité, vieille métropole du Pays de Caux, disparaissait à tout jamais, emportant avec elle des siècles d'Histoire. Ceux qui ont vécu ces événements, ont voulu - pour les jeunes générations - rapporter leurs souvenirs. Ils relatent ici leur Exode, la destruction de la ville, sa réorganisation par quelques citoyens énergiques, les dures années d'Occupation, le patriotisme dont ils surent faire preuve, la fin de la Bataille de Normandie avec la Déroute allemande, enfin la Libération, impatiemment attendue depuis quatre ans.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • « ...Au vestiaire, ton capuchon sèchera un peu, tes vêtements aussi, sur toi, dans la classe. N'oublie pas que tu es un "burotin" et qu'à ce titre, tu dois accepter de souffrir sans te plaindre ! Tu es beaucoup moins que la bête dans son étable que l'on soigne. Elle représente un capital et donne généreusement son lait. Tu es beaucoup moins que le chat qui, quand il le veut, vient ronronner au coin du feu, beaucoup moins même que Capi, auquel on ne demande que sa vigilance ! De toi, petit esclave, on peut tout exiger. Tu n'es rien, tu n'appartiens à personne. Que tu aies faim, que tes membres soient brisés de fatigue, que tu sois brûlé par le soleil, traversé par l'orage, que tu grelottes de froid dans le gel et la neige, qui s'en inquiéterait ? Tu vis, c'est l'essentiel, et de toi on peut toujours tirer quelque profit... »

  • Officier et jeune chirurgien, le Docteur Pierre Lesieur fut mobilisé, en 1939, comme chef d'équipe chirurgicale sur la Ligne Maginot. Volontaire pour la zone interdite côtière allemande, il arriva à Dieppe en 1941, avec pour mission la réorganisation des services chirurgicaux. Après avoir vécu le Débarquement canadien du 19 août 1942, il créa l'Hôpital souterrain de la Biomarine et, à la Libération, fut chargé de reconstituer l'Hôpital de Dieppe. Pour ses initiatives, il fut félicité par le Général de Gaulle, et nommé chevalier de la Légion d'honneur. Il nous fait part de ses réflexions sur les événements dont il a été témoin - et souvent acteur - de ses idées sur la médecine, sur l'art, sur la spiritualité de l'homme, et sa place dans l'univers. Chirurgien d'abord, mais aussi historien, artiste et philosophe.

  • L'auteur cherche avant tout à nous faire partager son amour pour sa ville. Pour cela, il nous invite, à côté de lui et à partir de ses propres souvenirs et travaux de recherche, à une promenade dans Rouen, au fil des rues, des places, des monuments, des jardins, à la rencontre d'un passé toujours présent, riche d'anecdotes et de légendes.

  • Cet ouvrage est un essai. L'essai de faire revivre la face cachée de Maupassant, cet immense auteur. J'ai enfreint sa loi qui interdisait qu'on parle de sa vie intime. Mais les amours d'un homme font partie intégrante de son oeuvre. Surtout en ce qui concerne Guy de Maupassant, dont les Amours sont aussi riches que la bibliographie. Seulement un essai sur les femmes qui l'ont entouré et qu'il a aimées et non une étude exhaustive qui demandera des années de recherches et ne sera jamais terminée. Je me suis servi : Maupassant fut un grand homme et comme tous les Grands Hommes il a beaucoup aimé et il a beaucoup souffert. Surtout à cause des femmes.

  • Le 13 août 1944, il est 14 heures environ, un bombardier de l'U.S. Air Forces, traînant derrière lui une colonne de fumée noire, apparaît dans le ciel particulièrement bleu ce jour-là. Nous sommes sur ce plateau de la pointe de Caux, situé à 15 km au nord du Havre. Les dix hommes de l'équipage sautent en parachute de leur avion en feu. Les paysans qui moissonnent, surveillent la descente des parachutistes dont certains tomberont à leurs pieds. Sans perdre de temps, ils les cachent sous les gerbes des « villottes » qu'ils viennent de constituer. Plus tard, ils leur procurent des vêtements civils et les conduisent chez eux. Par la suite, les aviateurs sont pris en charge par des membres de la Résistance qui les accompagnent dans des lieux sûrs où ils attendront, sans se montrer, l'arrivée des Alliés. Deux ans d'enquête ont été nécessaires à l'auteur, pour reconstituer cette histoire. Des dizaines de témoins ont été entendues. La recherche des acteurs de ce sauvetage a été possible, grâce au concours de la presse, qui a publié des communiqués. Des investigations Outre-Atlantique ont permis de retrouver deux des membres de l'équipage, les seuls encore en vie. La narration de leur épopée boucle ce récit. Ce livre, illustré par des documents et des photographies de l'époque, raconte l'aventure vécue par ces Américains sur le sol de la Normandie occupée. L'histoire commence au début du mois de mai 1944, avec leur arrivée en Grande-Bretagne et se termine en septembre de la même année à Stone, en Angleterre, avant leur rapatriement vers les États-Unis. Les trois semaines qu'ils auront à passer en France, les multiples déplacements qu'ils effectueront et le quotidien qu'ils vivront dans des familles françaises, constituent le coeur de ce récit.

  • Il était indispensable, cent ans après la mort de Guy de Maupassant, d'extraire de l'enfer des bibliothèques, les pages, à la limite du supportable, que nous publions ici. Le présentateur, membre de la Royal Society of Medicine au titre d'historien de cette discipline, s'est acquis une certaine notoriété à travers ses études de l'épilepsie chez Flaubert. C'est du même oeil de clinicien, qu'il a scruté la personnalité de Maupassant. Ses déductions pourront offusquer ceux pour qui l'écrivain est un romancier de talent et, avant tout, un aimable conteur de paysanneries cauchoises. Elles nous confrontent à une toute autre réalité ; son texte est décapant, il ôte le vernis qui recouvre un écorché grimaçant, où se révèle le cynisme de Sade, son véritable inspirateur, jusque dans sa conduite, ce qui est inattendu. L'avant-propos, signé d'un sexologue averti, nous introduit dans le vif du sujet : les tourments d'un homme, prisonnier d'une sensualité exacerbée, à la recherche du regard d'amour pur dont il ne lui sera jamais donné de rencontrer la tendresse. La substance de l'ouvrage, de par sa nature scabreuse, nous fait un devoir de préciser qu'il ne s'adresse qu'à des lecteurs prévenus.

empty