Eres

  • Faire comprendre à un enfant son développement pour mieux l'aider dans sa vie d'enfant et dans ses attentes pour demain. Expliquer aux enfants d'aujourd'hui que leur développement fait partie des missions préventives du pédopsychiatre contemporain, mais à condition d'utiliser un langage accessible. C'est l'objectif de ce petit livre qui s'adresse directement aux enfants. L'auteur leur parle des grandes questions qui les intéressent aujourd'hui. Les parents et les professionnels de l'enfance pourraient s'en saisir pour lire ensemble et discuter des situations de chacun à partir des problématiques générales.

  • Une approche pluridisciplinaire pour nourrir un débat de société éminemment actuel qui doit déboucher sur une nouvelle loi de la famille (automne 2014). La question de la résidence alternée pour les enfants après la séparation de leurs parents déclenche les passions et oppose violemment les pour et les contre. Au-delà des partis pris antagonistes et militants, ce livre blanc articule les éléments complexes à l'oeuvre : tout d'abord la protection de la santé psychique des enfants, mais aussi l'égalité des droits et devoirs d'un père et d'une mère devant l'exercice de l'autorité parentale, la reconnaissance de la liberté des individus d'organiser leur vie privée et familiale en prenant en compte l'intér êt de tous les membres de la famille, et, enfin, la lutte contre la domination masculine.

  • Dans ce nouvel ouvrage, le collectif Pasde0deconduite s'attache à mieux comprendre les hiatus entre prévention et évaluation des comportements des enfants, à préciser en quoi l'accompagnement vers la socialisation est d'une autre nature que les apprentissages précoces de conduites adaptatives, à analyser les méthodes utilisées, leurs fondements théoriques, leur cadre d'application. Comment une politique bénéfique pour l'enfance et la famille pourrait-elle émerger de la logique de contrôle qui prévaut actuellement ? Malmener la dimension éthique dans le rapport à l'enfant n'ouvre-t-il pas... sur une impasse ? Conformément à l'esprit de travail multidisciplinaire et citoyen du collectif Pasde0deconduite, ces questions seront abordées sous les aspects psychologique, médical, éducatif, philosophique, sociologique et politique. Le collectif Pasde0deconduite créé en 2006 rassemble des professionnels, des associations, des universitaires, de simples citoyens.

  • Ce livre original décrit le parcours d'un petit garçon devenant un papa, depuis le ventre de sa mère jusqu'au jour où son propre enfant l'appelle papa. Par quelles étapes passe-t-il ? Comment vit-il cette expérience concrète ? Que ressent-il ? L'auteur insiste sur les mécanismes proprement masculins de ce cheminement énigmatique, fait de souffrance et de joie. Les multiples figures de la paternité sont envisagées comme autant de relations concrètes et vivantes. Ce livre s'adresse à toute personne désirant entretenir sa réflexion sur la vie des pères et des papas. Joël Clerget est psychanalyste à Lyon. Il anime des séminaires de lecture de textes psychanalytiques, fait régulièrement des conférences, intervient dans des colloques. Il est membre praticien de la Société de Psychanalyse Freudienne et appartient au collège de Spirale, dont il a coordonné plusieurs numéros. Ses écrits visent à rendre compte de la pratique clinique, des réflexions qu'elle inspire et de l'enseignement qu'elle apporte.

  • L'expertise de l'Inserm préconise le repérage du « trouble des conduites » du jeune enfant par l'ensemble des professionnels de la santé et de l'enfance, son dépistage étant censé constituer une façon de prévenir les risques de délinquance. Or, les projets gouvernementaux prévoient, eux, un repérage chez les jeunes enfants des « problèmes comportementaux, prémices de déviances possibles »... Cet amalgame et cette approche réductrice menacent de faire désigner comme des délinquants en puissance des enfants dont les actes seraient interprétés comme l'expression d'une personnalité pathologique à traiter. En médicalisant des phénomènes complexes à la fois psychiques, éducatifs et sociaux, l'expertise de l'Inserm, discutable sur le plan scientifique, sème la confusion entre maladie, souffrance psychique, expression d'un malaise social, et problèmes d'éducation. Elle tend aussi à promouvoir une orientation comportementaliste en négligeant les pratiques des professionnels de terrain qui ont développé d'autres approches du symptôme de l'enfant. L'utilisation à des fins de contrôle social de ce document de l'Inserm risque de transformer les consultations, crèches, écoles maternelles et lieux de soins pour les petits, en des lieux de surveillance des conduites des enfants et des capacités éducatives de leurs parents. Et cela à partir de préjugés non fondés. Il existe pourtant en France, de longue date, des professionnels qui développent une prévention et des prises en charge respectueuses des parents et de la singularité de chaque enfant. Ils savent que la confiance des enfants et des parents est la condition de leur action. Ils font ici part de leur expérience, de leurs convictions et contribuent aux débats que la pétition « Pasde0deconduite » a voulu initier. L'ouvrage sera illustré par des dessins de Pancho, Jiho, et probablement de Tignous, Plantu, Bretécher, Pons, Zou... Une préface a été demandée à Albert Jacquart

  • L'enfant apparaît au centre d'enjeux sociétaux, idéologiques et politiques cruciaux, et fait l'objet de toutes les contradictions d'aujourd'hui. Cet ouvrage rend compte de l'expérience et de la réflexion des équipes des centres médico-psychopédagogiques (CMPP) qui rencontrent quotidiennement les quelques 200 000 enfants et adolescents en difficulté qui viennent consulter avec leurs familles dans les 310 structures implantées en France. Comment les équipes pluridisciplinaires des CMPP, prises entre réalités cliniques et logiques administratives, travaillent-elles ? Comment perçoivent-elles la pression des nouvelles politiques de soins et de gestion objectivante des populations ? Que deviennent les références, historiquement fondatrices des CMPP, à la psychanalyse et à la psychopédagogie ? Comment, dans ce contexte, construire des espaces de liberté et d'invention ? Tristan Garcia-Fons est pédopsychiatre, psychanalyste et directeur du CMPP de Montreuil.

  • Face à la ténacité du pouvoir politique pour installer une prévention prédictive, un contrôle et un formatage précoce des enfants, le collectif Pasde0deconduite reste mobilisé. Parce qu'un enfant n'est pas un organisme programmé et programmable, rien n'est définitivement joué dans l'évolution d'un être humain, ni à 3 ans ni à 7 ou 15 ans. Le collectif Pasde0deconduite persiste et signe : la prévention prévenante est une finalité en soi qui n'a pas à se nicher à l'ombre des politiques de sécurité. Dans ce manifeste, destiné à devenir un document de référence, le collectif Pasde0deconduite interroge les fondements scientifiques et politiques des programmes de promotion de la santé mentale et appelle à en cerner les enjeux humains, scientifiques, sociaux, politiques, démocratiques et éthiques. Il défend une recherche qui prend appui sur toutes les approches théoriques et relie les disciplines entre elles, une recherche qui ne soit pas soumise aux intérêts financiers des lobbies pharmaceutiques. Enfin il propose et valorise des pratiques existantes qui ont prouvé leur pertinence ainsi que des dispositifs innovants dans les domaines de la prévention pour les enfants.

  • Cet ouvrage tout en couleur accompagné d'un CD audio et d'un DVD multimédia s'adresse à tous ceux, parents, professionnels qui s'intéressent aux enjeux de la qualité d'accueil, d'accompagnement et d'éveil artistique des enfants, entre 12 mois et 12 ans, et de leur famille. Il souhaite impulser une dynamique de réflexion dans le champ de l'action sociale, éducative et culturelle pour cultiver le champ des possibles, donner du sens aux pratiques et les projets professionnels en direction de l'enfance. L'expérience de la maison des enfants de Bordeaux ne demande qu'à essaimer : développer des pratiques artistiques à partir de la simplicité des choses du quotidien pour faire grandir et s'épanouir les enfants destinés à devenir des citoyens du monde de demain. Ainsi, dans cet ouvrage, le fond et la forme conjuguent éthique et esthétique.

  • Le collectif Pasde0deconduite poursuit sa réflexion dans cet ouvrage. Il fait le point sur les apports des neurosciences, de la génétique, des sciences humaines et des pratiques de terrain dans la recherche concernant la prévention psychologique ; il précise la place de l'éducation, de la santé et de la société face aux appels des enfants en difficulté ; il définit en interdisciplinarité les caractéristiques de « la prévention psychologique, globale, prévenante, humanisante et éthique ». Un ouvrage citoyen croisant les réflexions de scientifiques qui refusent l'utilisation idéologique de leurs recherches, et de professionnels engagés dans des pratiques de soin respectueuses de l'enfant et de sa famille.

  • L'enfant ou l'adolescent qui fait des écarts de conduite est-il une « graine de violence » qu'il faut traiter, surveiller et punir, ou un enfant en danger qu'il faut protéger, soigner et accompagner ? Ne faut-il pas s'interroger sur la responsabilité des adultes qui l'entourent ? Faut-il avoir une politique humaniste, tant dans le domaine de la médecine que dans celui de la justice, centrée sur la personne humaine ou faut-il instituer la religion de la norme et favoriser des réponses automatiques - médicales ou juridiques - pour réprimer tout comportement dérangeant ? Lucette Khaïat, ancien avocat à la Cour d'appel de Tunis et de Paris, ingénieur de recherche honoraire du CNRS. Cécile Marchal, avocate au Barreau de Lyon puis de Paris, elles sont respectivement directrice scientifique et secrétaire générale de l'Association Louis Chatin pour la défense des droits de l'enfant.

  • Ce recueil sur l'adolescence est l'occasion d'une étude fondamentale, théorique et clinique, des aléas d'une épreuve à double face - dont la dépendance constitue le fil rouge - et des tentatives d'accompagnement auxquelles elle donne lieu. L'adolescence, avec la flambée pulsionnelle qui l'accompagne, confronte les jeunes à des paradoxes multiples : changer en restant le m ême, se détacher de ses parents tout en maintenant le lien, investir l'autre social tout en investissant sa propre personne... Les auteurs invitent à comprendre et écouter les conduites des adolescents - y compris les conduites addictives - comme modalité particulière de mettre en scène l'épreuve de la dépendance et de la séparation d'avec les parents.

  • Cet ouvrage illustre les principes défendus par le collectif Pas de 0 de conduite. La parole est ici donnée à une trentaine d'organismes qui, bien que issus de secteurs diversifiés, associatif, public ou privés, concourent par leurs pratiques à la prévention psychique en faveur de la petite enfance.

  • Féminin, masculin : comment cette distinction, que l'on croit encore trop souvent « naturelle » alors quelle est en fait « culturelle », vient-elle aux bébés ? Comment est-elle construite dès la naissance par les rites ou par les soins dans diverses sociétés ou époques ? Avec leur dimension de sollicitude, les soins quotidiens au sens du « prendre soin » et les soins thérapeutiques, au sens du « soigner », sont-ils « neutres » ou marqués par la différence des sexes ? La conjugalité, la différence des sexes, le désir jouent-ils encore un rôle dans la parentalité, dans la fonction « paternelle » et dans les fonctions d'attachement qui contribuent à la pratique de la parentalité et aux soins ? Des hommes s'engagent aujourd'hui progressivement dans les métiers très féminisés de la périnatalité : quels effets de cette évolution sur les représentations des « devenant parents » ? Ces questions complexes et intriquées touchent les professionnels de la petite enfance et de la périnatalité au plus profond dans leur identité de personne et dans leur exercice quotidien. Mais elles constituent aussi des enjeux sur la façon de prendre soin des générations à venir et concernent donc aussi tous les citoyens. Michel Dugnat est pédopsychiatre, président de la Commission régionale de la naissance PACA  

  • L'ouvrage étudie l'utilité et la nocivité des liens familiaux au regard des configurations sociales dans lesquelles ils se mettent en oeuvre, des relations qui s'y déploient et la place que chacun y trouve différemment selon qu'il est enfant, adolescent ou adulte. A l'occasion de cette réflexion fondamentale, sont abordées les applications sociales, cliniques voire thérapeutiques dans les dispositifs institutionnels d'intervention : Comment « traiter » leurs excès - aliénation, violence, traumatisme, etc. lorsque les liens familiaux s'hypertrophient - autant que leur carence - abandon, démission, délitement lorsqu'ils font défaut ? Comment aider, dans l'un comme dans l'autre cas, le sujet, de la naissance à la mort, à faire avec ? Alors, la famille ? Pour le meilleur ou pour le pire ? Sans doute un peu des deux...

  • L'auteur considère l'exercice de la prévention comme un défi humaniste sur les chemins du développement des tout-petits qui s'appuie sur l'engagement éthique du monde professionnel et institutionnel, en résonance avec le droit et la culture. L'ouvrage vise à clarifier les acquis, les enjeux et les écueils de l'exercice d'une prévention précoce qui renvoie à diverses conceptions du développement de l'enfant. Ce faisant, il invite à formuler plus avant une philosophie pratique de la prévention en petite enfance. En dégageant des pistes et des perspectives pour une prévention contextualisée mais affranchie de l'emprise absolue des déterminismes, cette réflexion conduit à la recherche des points de passages et des rencontres à opérer avec le droit, la culture et une approche résolument humaniste de l'enfance.

  • Dans cet ouvrage, la notion paradoxale de prévention en périnatalité est mise au travail à partir d'expériences innovantes d'acteurs de terrain (sages-femmes, puéricultrices, auxiliaires, éducateurs, médecins, psys), quel que soit le cadre de leur intervention (maternités, services hospitaliers de néonatologie, secteurs de pédopsychiatrie et de psychiatrie générale, services départementaux de PMI, Aide sociale à l'enfance...). De ces échanges éclairés par l'apport transdisciplinaire de spécialistes reconnus, de nouvelles pistes de réflexion et d'action se dégagent concernant la prévention ultra précoce des troubles de la relation parents-bébés. Michel Dugnat est pédopsychiatre à Montfavet (84).

  • Le bébé, ou plutôt les bébés dans leur diversité sont une raison principale de réfléchir, de rêver, de penser ensemble pour les professionnels de la périnatalité car même si depuis une vingtaine d'années les représentations concernant le bébé, les pratiques professionnelles et le regard des parents ont évolué, il reste encore beaucoup de choses à faire pour améliorer l'accueil et le soin de la mère et du bébé.

  • La naissance du bébé, déjà prêt pour l'intersubjectivité, suscite chez ses parents d'abord, chez les professionnels ensuite, de multiples émotions. Comment les accueillir, les lire, les transformer, ces émotions (les nôtres, les leurs...) ? Car c'est bien dans la qualité du partage des émotions chez et avec les adultes qui l'entourent qu'émerge cette intersubjectivité du petit d'homme, et dans le regard et le désir de l'autre que se construit le sujet. Michel Dugnat est pédopsychiatre, psychothérapeute, chef de service de l'unité parents-bébé du centre hospitalier de Montfavet.

  • Dans le champ de la périnatalité et du soutien à la parentalité, la question de l'observation des bébés est actuellement une question clé pour chaque personne individuellement comme pour les équipes collectivement. Quatre axes sont explorés dans cet ouvrage : l'observation comme outil de formation, la place de l'observation dans le maintien de l'attention des équipes soignantes dans leur fonctionnement groupal, l'apport de l'observation au travail en réseau des différentes institutions, le rôle de l'observation dans le soutien aux parents. Après une présentation des différentes méthodes d'observation (selon Esther Bick, Emmi Pickler, les psychologues du développement, etc.), les différents auteurs interrogent leur pratique en maternité, à l'hôpital, en crèche, en PMI, en santé mentale, à l'Aide sociale à l'enfance, en placement familial...

  • Quelle forme d'aide pouvons-nous apporter à l'enfant éloigné de son père (ou de sa mère) incarcéré(e) ? De façon plus générale, que pouvons-nous faire pour contribuer au maintien des relations familiale du détenu ? Cet ouvrage montre comment les relais enfants-parents peuvent soutenir différentes modalités d'intervention psychosocio-éducative : accompagnement de l'enfant au parloir, accompagnement de jeunes enfants vivant en prison avec leur mère chez des assistantes maternelles à l'extérieur, entretiens individuels avec les détenus, ateliers d'écriture " je communique avec mon enfant ", espace de parole, action de médiation auprès des familles... L'analyse des pratiques des auteurs donne l'occasion de réfléchir au bien-fondé de ce type d'engagement, au fonctionnement d'une organisation implantée à l'intérieur et à la périphérie du milieu carcéral, voire aux principes et à la mise en application de la politique pénitentiaire de notre pays.

  • Par essence, l'être humain est relié à son semblable. Le réduire à lui-même et l'isoler aboutit inéluctablement à l'animaliser. Aussi les peines privatives de liberté ont-elles à réduire les effets d'une curieuse contradiction : déconstruire pour réparer. Au coeur de ce paradoxe, les liens familiaux, véritable ligne de partage entre les points d'ancrage humanisant et les intrigues les plus violentes et douloureuses, enchevêtrent des questions où se croisent les compétences éducatives, psychologiques, juridiques et sociales. A l'épreuve du pénal, quel espace pour l'exercice de la fonction parentale ? Quelle inquiétante impression d'abandon ? Mais aussi et dans l'hypothèse de l'incarcération d'un mineur, quelle renonciation à l'estime de son parent ? Quel sentiment d'abdication devant les exigences de l'obligation et de la loyauté filiales ? Cet ouvrage esquisse quelques réponses qui sont autant de pistes soumises à la réflexion des praticiens en charge de soutenir les parents ou de les assister dans leurs obligations éducatives. Alain Bouregba, psychanalyste, est directeur de la Fédération des relais enfants-parents Ont participé à cet ouvrage : Patrick Alécian, Anne-Marie Baulon, Alain Bruel, Pascale Boucaud, Caroline Eliacheff, Elisabeth Guigou, Philippe Jeammet, Chantal Rodier-Guilpar.

  • Pour regarder l'adolescence en face, les auteurs,spécialistes reconnus dans le domaine de la psychologie de l'enfant et de l'adolescent, nous entraînent quelques années avant, chez les 7 à 12 ans, pour analyser ce qui oeuvre et s'élabore en sourdine - la période de latence n'est pas forcément aussi calme que nos théories nous le font croire - et pour tenter de découvrir les turbulences de l'adolescence depuis l'âge de raison. Catherine Bergeret-Amselek, psychanalyste, Paris.

  • Les procréations médicalement assistées soulèvent des débats passionnés et leur appréhension par le droit est souvent troublée par les enjeux politiques, sociétaux, religieux qu'elles sous-tendent. En analysant la complexité des problèmes posés, les auteurs, tous reconnus dans leur discipline (histoire, anthropologie, philosophie, droit, médecine, psychanalyse et sociologie) s'interrogent sur le bien-fondé d'une ingérence de l'état sur les facultés procréatrices d'un individu. A la lumière des principes fondamentaux de la Déclaration des Droits de l'Homme, qui défend la liberté de chaque individu contre l'arbitraire du pouvoir, à la lumière de la Constitution et de la devise de la République, et en se fondant sur la Jurisprudence de la Cour européenne des droits de l'Homme, ils se penchent sur le droit à la procréation dans une république laïque et dans un régime démocratique fondé sur l'humanisme. Ils s'appuient sur l'idée que « les lois sont faites pour les hommes et non les hommes pour les lois » (Portalis). Leurs opinions ne sont pas toujours concordantes et c'est ce qui fait la richesse de ce livre. Lucette Khaïat est directrice scientifique de l'association Louis Chatin pour la défense des droits de l'enfant,; ancienne avocate à la Cour d'appel de Tunis puis de Paris, ingénieur de recherche honoraire du CNRS. Cécile Marchal est avocate honoraire au Barreau de Paris, secrétaire générale de l'association Louis Chatin jusqu'en 2010.

  • A quels changements assistons-nous, participons-nous ? Quelle marge de manoeuvre les parents ont-ils pour « inventer » la famille ? Quel type de changements l'intervention sociale introduit-elle dans la famille : normalisation ou création de nouvelles ressources ? Mais la famille change-t-elle vraiment ? Si oui, quelles sont les limites à cette créativité ? A quels points de repères se fier pour établir les assises de ce lien social primordial pour un enfant ? Chercheurs, universitaires et praticiens réputés proposent ici un état de la réflexion sur ces changements et de leurs conséquences sur les pratiques professionnelles. Daniel Coum est psychologue, directeur de l'association Parentel (Brest).

empty