Eres

  • L'adolescence est, pour la psychanalyse, la naissance d'un sujet, c'est-à-dire l'aventure fondatrice de la subjectivité. L'adolescence est aussi un passage mortel : alors que meurt le corps de l'enfant, doit naître celui de l'adulte. Meurt également, et ainsi, l'ancienne fonction de parent, malgré les nouvelles difficultés que cela engendre. Le passage de l'enfant à l'adulte constitue, plus souvent qu'on ne le pense, une traversée périlleuse. En même temps que l'urgence-planète - et allant de pair avec celle-ci -, il y a une urgence-adolescents dans la mesure où, tout compte fait, ils seront les seuls à pouvoir la sauver et se sauver avec elle.

     

  • Lire l'entretien avec Anna Tardos et Geneviève Appell

    À travers de nombreuses descriptions, photos et séquences vidéo, Geneviève Appell nous invite à partager son regard sur le bébé et à nous émerveiller de voir chaque enfant développer à sa manière ses propres compétences pour peu qu'il soit accompagné par des adultes attentifs dans un environnement à la fois riche et sécurisant. 

    En s'appuyant sur les travaux originaux d'Emmi Pikler et sur leurs implications pratiques pour le bien-être quotidien de Bébé, elle nous livre ses propres observations et découvertes qu'elle accompagne de nombreuses propositions concrètes pour aider les parents et les professionnels à trouver leur chemin avec un tout-petit. 

    Cette approche réfléchie et empathique, qu'elle décrit minutieusement, n'a rien d'exotique. Proche de nos manières d'être et de faire habituelles, elle s'en différencie par des détails apparemment minimes mais porteurs d'effets importants. En effet, quand l'adulte a confiance en la force de développement de Bébé, il lui donne la possibilité d'être actif par lui-même dans une tout autre dynamique que « l'apprentissage classique ».  

  • Sont régulièrement réunis les professionnels (pédagogues, psychistes, élus municipaux, travailleurs sociaux, animateurs, éducateurs, ...) afin de travailler ensemble autour d'initiatives concrètes mises en place dans les lieux des enfants (écoles, lieux d'accueils, collèges...) pour prévenir les phénomènes de violence. C'est ainsi que différents dispositifs comme le « jeu des trois figures », les ateliers philos, les cafés de parents fonctionnent avec efficacité dans les quartiers difficiles.

    Des Etats généraux de l'enfance sont organisés périodiquement pour faire le point sur ces expériences lilloises et inviter des acteurs de France et d'Europe à venir témoigner de leurs inventions au sujet de la prévention de la violence chez les enfants. Ces moments sont l'occasion d'associer les parents aux travaux des professionnels et d'inviter des conférenciers autour des grandes questions sociétales actuelles (harcèlement, violence entre enfants, maltraitance, développement de l'enfant d'aujourd'hui...).

    Des cycles de formation sont également proposés aux professionnels afin de les aider à comprendre les processus en jeu dans ces problématiques complexes.

    L'ouvrage raconte les étapes de cette histoire ponctuées de chapitres théoriques sur les questions de violence dans l'enfance, sur le plan anthropologique, psychologique, pédagogique, social et politique.

  • L'accueil de la petite enfance fait l'objet d'un véritable effort politique dans notre pays et plus largement en Europe. La notion d'investissement social dans la petite enfance, au même titre que dans l'école, témoigne du souci de lutter contre les inégalités sociales. Pourtant les professionnels qui prennent soin des tout-petits ne bénéficient pas de la reconnaissance qu'ils méritent. Un flou demeure sur la nature de leur travail quotidien et sur les compétences nécessaires pour assurer un accueil de qualité aux bébés et à leurs parents.

    Cet ouvrage rend compte de différentes études qui explorent les multiples facettes de ces professions et des personnes qui s'y engagent :  comment entrent-elles dans le métier ? En quoi consiste concrètement l'activité d'accueil des jeunes enfants ? Qu'est ce que faire du « bon travail » auprès des enfants ? Comment vivent-elles leur activité ? Comment font-elles face aux évolutions de leur métier ?

    En levant le voile sur le vécu des professionnels de la petite enfance, les auteurs questionnent politiques et représentations sociales. Ils montrent que ces métiers ont une place importante à tenir sur la scène des défis éducatifs d'un monde changeant, ouvert, où l'accueil des enfants est une mission essentielle.

  • Ce livre est le fruit d'une rencontre entre un psychanalyste concerné par l'évolution de la société et les accueillants de la structure Dolto, « Le Jardin Couvert », qui fonctionne à Lyon depuis plus de trente ans dans l'esprit de la psychanalyse.

     

    L'enfant vient au Jardin Couvert avec son père, sa mère ou tout autre adulte proche pour rencontrer les autres et apprendre à vivre avec eux dans la sécurité d'une présence familière. Parfois, les familles, préoccupées par des difficultés minimes ou plus sérieuses, viennent y chercher des repères, un éclairage neuf, une direction à inventer. Elles sont assurées d'être entendues dans leur singularité. La demande d'aide, de conseils peut constituer un évitement à s'engager dans ce que, comme parents, ils savent déjà. Les accueillants s'attachent à leur faire découvrir qu'ils ont en eux les possibilités de trouver des solutions adéquates et de s'occuper d'une façon juste de leur enfant.

    Des moments vécus au Jardin Couvert constituent la matière de ce livre. Ils font entendre combien pour grandir, il est important que enfants, parents et accueillants se laissent guider par la parole et par ce que parler implique.

    Dans sa postface « OEdipe empêché », Jean-Pierre Lebrun rend compte conceptuellement, mais de manière accessible à tous, du quotidien au Jardin Couvert, à savoir les effets actuels du néolibéralisme qui modifie en profondeur les liens sociaux et par conséquent les rapports parents-enfants.

  • Faire comprendre à un enfant son développement pour mieux l'aider dans sa vie d'enfant et dans ses attentes pour demain. Expliquer aux enfants d'aujourd'hui que leur développement fait partie des missions préventives du pédopsychiatre contemporain, mais à condition d'utiliser un langage accessible. C'est l'objectif de ce petit livre qui s'adresse directement aux enfants. L'auteur leur parle des grandes questions qui les intéressent aujourd'hui. Les parents et les professionnels de l'enfance pourraient s'en saisir pour lire ensemble et discuter des situations de chacun à partir des problématiques générales.

  • Comment Pistoia, cette ville de Toscane, a-t-elle réussi à créer un système municipal intégré de la petite enfance, réunissant crèches, écoles maternelles et autres structures d'accueil ?

    À l'aide de nombreux exemples et illustrations, les auteures décrivent cette culture éducative commune, ancrée dans la tradition de l'éducation nouvelle et riche de multiples sources d'inspiration. Lieux de rencontre et d'échange, d'expérimentation et de création, ouverts sur la ville et la nature, les structures de l'enfance sont pensées comme de beaux espaces qui, à l'écoute de chaque enfant et de sa famille, contribuent à la qualité de vie de la communauté tout entière.

    A destination de tous les acteurs impliqués dans l'accueil et l'éducation de jeunes enfants, cet ouvrage expose les fondements politiques, éthiques et esthétiques de cette approche en évolution permanente, qui donne de la valeur aux six premières années de la vie, à l'alliance avec les familles, aux actions territoriales, à l'inclusion de tous et à l'engagement des professionnels dans la recherche. Les situations et les outils décrits invitent à partager et à développer largement cette culture de l'hospitalité et de la participation.

  • Oui, dès la petite enfance, l'art et la culture contribuent au bien-être, au bien vivre-ensemble, à la prévention des inégalités et des discriminations ! Éveil artistique, démocratisation de la culture et inclusion riment bien ensemble, comme le montrent les expériences des auteurs à la crèche, au centre social, en bibliothèque, à l'école maternelle, chez l'assistante maternelle, au pied d'immeubles, au fond d'une vallée...

    Des professionnelles de la petite enfance, des formatrices, des étudiantes, des lectrices, des artistes et des parents se mobilisent pour favoriser l'accès au beau, au patrimoine, à la création, au monde. Et cela, chez tout un chacun, les tout-petits, leurs familles - d'ici et d'ailleurs -, les personnes âgées aussi, les plus isolées, démunies, exclues. Pour davantage d'égalité et d'humanité partout, et en particulier dans les territoires parfois oubliés.

    Les expériences dont il est question dans cet ouvrage ont été présentée lors de deux journées d'études initiées par l'association Le Furet,
    l'une avec l'association LIRE à Paris et l'autre avec l'association CLEA.

  • Pour aider un enfant autiste à se développer au milieu des autres, il est essentiel que parents et professionnels mettent en commun leurs réflexions, observations et objectifs. Ils doivent apprendre à se comprendre, à déjouer les quiproquos dus au jargon technique et à échanger sur les situations vécues avec leur enfant.

    Avec cet ouvrage, fruit d'une vie consacrée à l'autisme, Marie Dominique Amy s'adresse aux familles et à tous ceux qui essaient de ne pas se perdre dans le labyrinthe de l'autisme ou dans le mirage de certitudes infondées. Elle propose un véritable manuel de survie en milieu professionnel à destination des parents des enfants autistes.

  • Au coeur de l'ouvrage se trouvent le processus de participation de tous, enfants, parents, professionnels, comme sujets des expériences culturelles partagées autour des livres, et la notion d'apprentissage informel, permettant de concilier lectures-plaisir et acquisitions chez tous les protagonistes. Dans un contexte de montée de la pauvreté et de l'exclusion, les enjeux des lectures avec les tout-petits sont cruciaux. Il s'agit ici d'interroger les conditions favorables à ces actions, notamment le travail en réseau, ainsi que la valeur et la signification des albums jeunesse en croisant les points de vue de différents spécialistes et des enfants eux-mêmes. Sylvie Rayna est maître de conférences à l'INRP et à l'université Paris 13 où elle est responsable du programme de recherches « petite enfance » du laboratoire EXPERICE. Elle a publié et dirigé de nombreux ouvrages dans ce domaine, chez érès, L'Harmattan, aux PUF, et à l'INRP. Olga Baudelot est psychologue de la petite enfance. Elle a publié de nombreux travaux sur l'accueil des jeunes enfants en crèche et à l'école maternelle, dans le cadre des travaux du CRESAS, à l'INRP, relatifs à la prévention de l'échec scolaire et des marginalisations. Avec Sylvie Rayna, elle dirigé, entre autres, Les bébés et la culture. Éveil culturel et lutte contre les exclusions (INRP-L'Harmattan).

  • Premières formes de littérature ou objets hybrides, les albums de comptines rapprochent les générations et les cultures. Ils participent à la nidation culturelle, au travail d'enracinement, dont le besoin est immense dans un monde où rapidité, mobilité, migrations sont la norme.

    Les différentes contributions à cet ouvrage soulignent, dans différentes situations données à voir et à entendre, cette bulle d'intimité et de tendresse créée autour de ces albums d'un genre nouveau, où adultes et enfants se voient offrir de parvenir ensemble à un lieu originaire et profond, tant en eux-mêmes que dans la relation qui les unit. Cette « enveloppe », proposée à la découverte du beau, du drôle, de l'inattendu, de l'émouvant..., contribue, en tant qu'espace de créativité, à une alternative culturelle, éthique et politique aux injonctions consuméristes, utilitaires et normatives de la société.

    En cohérence avec les missions de LIRE à Paris, cet ouvrage rend compte de nouvelles pratiques de lire-chanter avec les tout-petits - dans les bibliothèques, les lieux d'accueil, les PMI... - destinées  à éveiller chez tous, et en particulier ceux et celles qui sont éloignés du livre et de la lecture, le désir du livre, le désir de « lire avec », dans une optique d'ouverture culturelle et de plaisir.

    Mise en vente le 17 septembre 2015.

  • Tous les jours, de très nombreux parents confient leur enfant à des professionnels dans des crèches collectives, des haltes-garderies, chez des assistantes maternelles, dans des écoles maternelles. Tous les matins, ces professionnels accueillent les enfants et leurs parents. Échanges d'informations minimales ou véritables dialogues, ces relations quotidiennes ont une importance capitale. Quelle en est la nature ? Quels en sont les enjeux ? Leur qualité peut-elle garantir la place et le rôle de chacun auprès de l'enfant ? Dans quelles conditions ces rencontres peuvent-elles être un véritable soutien aux parents dans les liens qu'ils tissent avec leur petit ?

    Travailler auprès d'un enfant qui n'est pas le sien peut générer de la confusion dans les rôles, les places et les affects. Construire la confiance avec les parents constitue une exigence professionnelle pour les clarifier.

    Cette nouvelle édition s'appuie sur la recherche-action conduite par les auteurs avec huit équipes d'accueil de jeunes enfants. Elle développe les questions et les analyses générées au regard de l'évolution actuelle du champ de la petite enfance : mutations familiales et leurs retentissements sur  le «  devenir parent », changements dans l'organisation de l'accueil des jeunes enfants dans les différents lieux et leurs effets sur la qualité du travail des professionnels.

  • Ce livre porte sur la question du genre dans l'éducation des tout-petits. Inscrit dans une perspective internationale, il offre un ensemble de ressources théoriques et pratiques actualisées destinées à soutenir la réflexion et l'action pour davantage d'égalité fille-garçon. Un nombre de plus en plus important de travaux montre que les enfants, filles et garçons, construisent leur identité à partir de modèles inégalitaires les amenant à intérioriser des limitations et des places assignées injustement, en dépit de leurs droits énoncés dans la convention internationale des droits de l'enfant, et des principes et valeurs affichées par notre République. Comment transformer cette situation, où les filles mais aussi les garçons y perdent beaucoup ? Les auteurs contribuent à nourrir la réflexion et l'action du côté de la petite enfance, pensée comme levier incontournable pour favoriser l'égalité des sexes.

  • Ce livre original décrit le parcours d'un petit garçon devenant un papa, depuis le ventre de sa mère jusqu'au jour où son propre enfant l'appelle papa. Par quelles étapes passe-t-il ? Comment vit-il cette expérience concrète ? Que ressent-il ? L'auteur insiste sur les mécanismes proprement masculins de ce cheminement énigmatique, fait de souffrance et de joie. Les multiples figures de la paternité sont envisagées comme autant de relations concrètes et vivantes. Ce livre s'adresse à toute personne désirant entretenir sa réflexion sur la vie des pères et des papas. Joël Clerget est psychanalyste à Lyon. Il anime des séminaires de lecture de textes psychanalytiques, fait régulièrement des conférences, intervient dans des colloques. Il est membre praticien de la Société de Psychanalyse Freudienne et appartient au collège de Spirale, dont il a coordonné plusieurs numéros. Ses écrits visent à rendre compte de la pratique clinique, des réflexions qu'elle inspire et de l'enseignement qu'elle apporte.

  • La fonction parentale est devenue un enjeu de politique sociale. À ce titre, se sont multipliées diverses initiatives de soutien, publiques, associatives ou privées. Ces initiatives de la société civile ont été d'abord pensées pour dénoncer le discours sur les parents démissionnaires et construire des modèles d'intervention coopératifs. Cependant leur institutionnalisation  en dispositifs a produit certains  glissements vers des conceptions normatives de bon parent sans lien avec la réalité des pratiques familiales.

    Les intervenants du soutien à la parentalité éprouvent un malaise lié aux injonctions paradoxales dont sont porteurs les dispositifs d'accompagnement, peu enclins à prendre en compte la diversité des familles et de leurs conceptions éducatives. Comment peuvent-ils tenir une posture éthique qui reconnaisse aux parents leur place de citoyens et d'interlocuteurs, leur dignité et leur pouvoir d'être auteurs de leur vie et de leur parentalité ?

    Dans un dialogue pluridisciplinaire, les auteurs posent la question fondamentale du sens du soutien à la parentalité.

  • Les apports croisés d'une chercheure dans le secteur socioéducatif, d'un sociologue et d'un psychologue permettent de cerner, au plus près des pratiques actuelles, la question de la coparentalité en analysant différentes réalités et facettes de la résidence alternée, ses intérêts et ses limites.

    Il s'agit de mieux comprendre les enjeux actuels du débat polémique autour de la pratique de la résidence alternée, en prenant en compte les difficultés et les pratiques hétérogènes des parents face à la séparation conjugale.  Sans idéaliser cette pratique innovante, manifestation concrète de la coparentalité, et  sans exclure pour autant d'autres formes d'expression qui conviennent davantage à certaines familles, l'ouvrage s'attache à analyser les différents modes d'expression du bouleversement contemporain des rôles parentaux et la difficile application de l'idéal de coparentalité qui lui est lié.

     

  • Dans une belle écriture, où se conjuguent savoir et expérience, psychanalyse et littérature, Laura Pigozzi mène une analyse rigoureuse sur les dégâts que provoquent l'évolution de la famille contemporaine et la place accordée à la mère exemplaire.

    Elle analyse et met en cause les nouvelles coutumes affectives et relationnelles au sein de la famille, où le besoin de dépendance, poussé à l'extrême, pervertit toute relation. Déclinant les diverses formes sous lesquelles cette dépendance s'exprime, elle décrit avec minutie ce qu'elle appelle les « familles claustrophiles » où ce qui prévaut c'est l'amour tourné vers l'espace clos de la famille au détriment de la rencontre et de l'ouverture. Dans ces temps incertains, promouvoir la famille comme l'ultime refuge entretient une attitude de peur vis-à-vis de l'étranger qui a des conséquences sur les plans social et politique.

    « J'ai écrit ce livre pour les enfants qui ont le besoin biologique, psychique et éthique de survivre au trop d'amour des parents. » L. P.

  • Fidèle à  sa vision globale et intégrative, au carrefour des cultures française et nord-américaine,  Michel Lemay s'attache non seulement à décrire les manifestations psychopathologiques de l'enfant et de l'adolescent  mais à les repenser dans une perspective de dynamisme psychique où sont prises en compte tant les forces que les difficultés du sujet.

    Bien qu'étant la suite logique du premier tome paru en mars 2014, ce volume s'intéressant aux aléas du développement infantile peut se lire séparément. Avec sa longue expérience et son ouverture d'esprit, Michel Lemay aborde les perturbations psychiques de l'enfance sans s'enfermer dans des classifications ou des partis pris théoriques ou idéologiques. Son objectif est pragmatique : offrir aux praticiens de la santé mentale des repères pour proposer des démarches thérapeutiques qui tiennent réellement compte des forces et des limites d'un sujet présentant à un moment donné de son évolution des manifestations qualifiées de symptômes, voire de syndromes dont les étiologies sont si difficiles à cerner.

  • Dans cette réédition entièrement revue et actualisée, les auteures réaffirment que le travail d'accueil du jeune enfant est radicalement différent du rôle parental d'éducation de ses propres enfants, qu'il est d'une grande exigence professionnelle et qu'il doit comporter le temps suffisant pour une réflexion permanente des accueillants sur leur pratique. Permettre au petit enfant de grandir en toute sécurité et aux parents d'être en confiance est une priorité. Dans cet objectif, elles développent des outils nécessaires pour traduire ces principes dans la réalité : pratiques quotidiennes à promouvoir (les fondamen-taux) et dispositifs à mettre en place pour les garantir (cadre de référence, formation, dynamique de projet éducatif). À quand le meilleur pour la petite enfance ?

  • Notre civilisation a du mal à construire un discours autour de la maternité. La littérature contribue à éclairer cette expérience intérieure où l'amour de ces mères et la sublimation des femmes s'entremêlent. Colette, Anaïs Nin, Marguerite Duras, Nancy Huston, Julia Kristeva, Christine Angot, Marie Darrieussecq offrent leurs paroles et leurs écrits aux mères d'aujourd'hui et aux professionnels qui s'en soucient. La particularité de transmettre la vie, de la continuer en en gardant l'empreinte corporelle au creux de leur ventre, plonge les femmes, les mères, dans des émotions/sensations proches de l'archaïque, quasi innommable. En écrivant (sur) cet innommable, les écrivaines partagent leur expérience personnelle, qui les a exposées à une déstabilisation psychique due à ce corps à corps mère/enfant. Elles tentent de restituer un vécu qui échappe car difficilement maîtrisable - mais néanmoins il est pensable, pensé, et peut se dire, s'écrire, fût-ce partiellement. à partir des oeuvres de Colette, Anaïs Nin, Marguerite Duras, mais aussi Julia Kristeva, Nancy Huston, Christine Angot, Marie Darieussecq, l'auteur montre comment ces écrivaines utilisent leur art pour tisser une toile sur le clivage de la passion maternelle, entre emprise et sublimation. Corinne Cammaréri est psychologue clinicienne auprès d'enfants et d'adultes en situation de handicap. Ayant assuré des suivis de femmes enceintes et de mères en difficulté, elle a souhaité éclairer son expérience clinique en s'engageant dans un travail de recherche sur la question de l'écriture du maternel chez des écrivaines du début du XXe siècle à aujourd'hui.

  • Une plongée dans l'espace émotionnel des enfants séparés de leur famille.

    Avec ce deuxième tome, Mária Vincze poursuit son récit et son analyse du vécu d'enfants élevés à l'Institut Pikler (dit Lóczy) et de leur accompagnement individuel au quotidien. Elle montre le souci des nurses de s'adapter à chaque enfant en questionnant au besoin le fonctionnement institutionnel. Aujourd'hui qu'elle n'est plus, que Lóczy n'est plus, tout au moins sous la forme originelle de la pouponnière créée par Emmi Pikler, cet ouvrage transmet cette ouverture d'esprit, cet enseignement, cette pensée, son originalité profonde et son ancrage éthique permanent.

  • Cet ouvrage, élaboré collectivement et avec la participation des enfants et des jeunes, propose une vision d'acteurs de la société civile pédagogique, panoptique et exhaustive pour servir de référence, non seulement à l'ONU, mais plus largement aux institutions publiques, aux organisations, associations et professionnels de l'enfance et à l'ensemble des citoyens, dans la perspective d'une amélioration effective de la situation de tous les enfants en France au regard de leurs droits.

  • Pour se construire au sein de sa famille, l'enfant a besoin d'un espace aimant, sécurisant, avec des repères et de la stabilité. Dans un contexte de violences conjugales, l'environnement familial peut devenir dangereux, parfois physiquement mais toujours psychiquement. Etre présent lors des scènes de violence, entendre les mots, les cris et les bruits associés depuis la pièce d'à côté, constater des blessures sur le corps ou le visage de sa mère, voir les policiers ou les pompiers intervenir au domicile... ces situations ont des conséquences néfastes sur le développement affectif, social, cognitif des enfants qui y sont exposés.

    L'accompagnement et le devenir des enfants s'inscrivent au coeur de la réflexion des auteurs et constituent le fil rouge de cet ouvrage. Volontairement synthétique afin de souligner les éléments les plus marquants et les plus saillants, ce bilan des connaissances est conçu comme un outil de sensibilisation et de prévention  à destination des professionnels de l'éducation et du soin.

    Il s'accompagne d'un DVD présentant des saynètes réalisées par des enfants à partir du logiciel de modélisation Gepetto créé par l'association Animaçao. Ces petits films d'animation très simples constituent des médiations utiles pour instaurer un débat avec et pour les enfants.

    Le DVD rend compte du travail réalisé avec les enfants d'écoles élémentaires de Toulouse et du Comminges en partenariat avec des chercheurs de l'université Toulouse Jean-Jaurès.

    Avec la collaboration de :

    Jean-Jacques Flores et Céline Jaspart, marionnettistes, infographistes à Toulouse au sein de l'association Animação qui oeuvre depuis vingt ans dans les domaines de la technologie et de la marionnette.

    Olivia Paul, docteur en psychologie, ATER, université Toulouse Jean-Jaurès.

    Nathalie Savard, maître de conférences en psychologie, université Paris-Est Créteil Val-de-Marne, LIRTES-OUIEP.

  • Cet ouvrage analyse la montée en puissance de la notion de parentalité depuis son investissement par une clinique du lien et des affiliations parents-enfant jusqu'à sa popularisation politico-médiatique dans une perspective de soutien mais aussi de contrôle des parents. Il rend compte des différentes modalités d'intervention possibles sur la parentalité et de leurs éventuelles contradictions, tant au niveau de l'enfant et de la diversification des acteurs parentaux provoquée par les ruptures conjugales et les progrès de la médecine de la procréation, qu'au niveau de la gestion collective des rapports parents-enfant qui se trouvent jugés, voire sanctionnés en cas d'échec ou de dérives.

empty