Langue française

  • L'omniprésence de la mère dans les soins au bébé et l'éducation du jeune enfant demeure pour beaucoup un dogme inattaquable. Pourtant, depuis cinquante ans, la situation des familles, les rôles parentaux, la place des professionnels se sont profondément modifiés.

    L'auteur retrace cette évolution et montre tout ce qui a changé tant du côté des savoirs sur les places familiales, le développement de l'enfant et l'éducation, que du côté des pratiques des acteurs, et de l'attitude des institutions. Il analyse les effets de cette nouvelle configuration des relations au bébé, caractéristique de notre société hypermoderne, et notamment les résistances, parfois violentes, qui se manifestent à son égard : rôle de la mère, rôle du père, nouvelles familles (notamment homoparentales), résidence alternée, prévention des troubles de l'enfant et/ou de la parentalité...

    N'est-il pas temps de développer une coéducation renouvelée, ou plus encore une cosocialisation, des jeunes enfants dans une perspective citoyenne et démocratique ?

  • Il devient urgent de repenser la place de la maternité dans la vie des femmes et dans le fonctionnement de la société.

    Aujourd'hui, les femmes disposent de tous les droits civils et politiques, elles peuvent exercer les mêmes activités que les hommes. Pour autant, elles ne renoncent pas à avoir des enfants, même si elles ont désormais le choix : la plupart veulent être à la fois mères et « actives ». Cette revendication s'inscrit dans un nouveau système de représentations : chacune veut s'épanouir dans sa vie publique comme dans sa vie privée. Or la maternité pèse sur les femmes bien plus que la paternité ne pèse sur les hommes, dans la vie quotidienne, et aussi dans les mentalités. S'ouvre un combat féministe d'un nouvel âge où l'amour maternel peut faire bouger les lignes.

  • Le baby blues est un article très en vogue au rayon des petites contrariétés de la grossesse et des premiers jours. Toutes vous l'attendez, vous vous inquiétez si au deuxième, troisième ou quatrième jour après la naissance de votre bébé, il n'est pas au rendez-vous : vous pouvez le faire, plus, vous devez le faire ! On vous a tellement parlé de cet état si particulier qui vient assombrir de ses gros nuages d'incompréhension et de doutes vos premiers jours avec bébé. Vous faites un blues classique, banal, circulez, il n'y a rien à voir ! Ni à dire.

    En fait, le baby blues n'existe pas. Il n'existe que des mots savants ou qui se veulent tels et qui sont là pour vous faire taire. Ne les écoutez pas, vivez vos bouleversements psychiques et corporels à votre aise. La grossesse n'est pas une maladie, vous n'êtes pas une patiente , dites-leur. Et vivez votre vie avec votre bébé - et son père - sans modération ! Allegro.

    Patrick Ben Soussan, pédopsychiatre, praticien hospitalier à Marseille, dirige la collection Mille et Un Bébés et la revue Spirale aux Editions éres.

  • Le récit émouvant d'une grossesse où les futurs parents de jumeaux sont confrontés au choc du diagnostic anténatal, à l'épreuve d'une ISG, et au deuil de l'un de leurs bébés.

    « Il n'existe pas d'autre témoignage abordant le deuil périnatal d'un jumeau et l'interruption sélective de grossesse (ISG). C'est sans doute ce qui m'a encouragée à écrire. Cela m'a servi à poser les mots sur ce que mon entourage et moi-même avons traversé lorsque nous avons été confrontés à cette épreuve. Expliquer, informer, partager, c'est un peu faire perdurer la mémoire de cet enfant qui n'est plus, mais qui fait partie de notre histoire familiale. » Soizic Beauchard

  • La couvade désigne les manifestations physiques - prise de poids, nausées, etc. - de l'homme dont la compagne est enceinte. Ce phénomène qui suscite moqueries et questionnements témoigne des mouvements psychiques et hormonaux du devenant-père, longtemps méconnus, bien qu'au fondement des sociétés humaines.

    Les nouveaux pères sont en réalité biologiquement autant appelés à paterner que les mères sont prédisposées à materner, et nos ancêtres lointains le savaient. Comment avons-nous pu l'oublier ? Dans la plus riche observation anthropologique à ce jour, depuis les grands travaux classiques de Théodore Reik et Georges Devereux, Roberte Laporal retrace l'histoire et les avatars du syndrome ou rituel de la couvade. Elle montre le travail psychique important que le père doit effectuer pour prendre sa place auprès de son bébé, dans son couple et finalement assumer son rôle dans la société.

  • De brèves histoires de femmes écrites à la première personne dans un style narratif proche de l'oral, qui donnent à entendre les effets féconds d'une parole librement adressée à des psys, dans cet univers médical en pleine expansion technologique et thérapeutique que sont les services de gynécologie-obstétrique.

    Dans les pages de ce recueil, à travers de courts récits relatant l'intimité partagée de ces rencontres, il y a des femmes et encore des femmes, uniques, universelles, leur corps, leurs mots, leur vie. Il y a des bébés aussi et des pères. Et il y les psychologues qui les écoutent dans la complexité de leurs désirs. Leur parole alors se déplie et se déploie, des voiles se lèvent et, au-delà de l'issue médicale, leur vie, parfois, redevient féconde.

  • La vie est un long fleuve tranquille. De générations en générations, elle se perpétue. Et elle transcende la transmission génétique et ces conflits si stériles sur l'hérédité, l'inné, l"acquis...

    Le bébé arrive au monde,'hérítier de toute une histoire, de toute une culture, dans des liens très intimes avec ce que ses parents lui lèguent d'eux-mêmes et de tous ceux qui les ont précédés.

    Comment le bébé pourra-t-il assumer cet héritage ou s'en débarrasser ? Comment pourra-t-il écrire sa propre histoire, en être l'auteur singulier et l'acteur unique?

    Histoires de familles, de vie, des temps passés au jour présent, transmises par quelques grands spécialistes de l'enfant.

  • Cet ouvrage dresse l'inventaire des situations cliniques à haut risque pour la parentalité et le développement du bébé. Il développe les dispositifs de soins spécialisés mis en place dans les Unités mère-enfant ou les unités de soins spécialisés à domicile, précieuses formules d'accompagnement thérapeutique des parents en devenir et de leur bébé. Pour que la maladie mentale et la souffrance psychique ne signent plus l'exclusion de la parentalité et la séparation forcée parents-enfant.

  • Pourquoi la France est-elle un des pays au monde où les mères allaitent le moins leur nouveau-né ? Pourquoi sont-elles si nombreuses à interrompre leur allaitement précocement ? Et pourquoi ont-elles souvent tant de difficultés dans sa mise en route et sa poursuite ? Les études interculturelles et les statistiques internationales montrent que la fréquence des tétées est un élément-clé pour favoriser une lactation satisfaisante. Pour cela, la proximité entre la mère et son bébé est déterminante. Cette proximité physique influe sur nombre de paramètres, encore sous-estimé chez nous, comme l'équilibre hormonal maternel notamment.

    Nathalie Roques, membre fondateur de l'IPA (Association information pour l'allaitement), responsable de la Semaine mondiale de l'allaitement maternel en France depuis 1998, évoque dans cet ouvrage les enjeux de l'allaitement, sa situation en France et les données récentes sur le co-sleeping. Sans oublier quelques conseils pratiques et simples pour que mère-bébé - mais tout autant le père - profitent de ces instants si particuliers et si riches autour de l'allaitement.

empty