Editions PENTA

  • On ne saurait perdre de vue une vocation relationnelle du langage, qui cherche à donner sens à la vie : conversion de tous les instants, par rapport à des "absolutisations" porteuses de mort, dont on est saturé. Comment ne pas lutter pour substituer justesse et justice à l'arbitraire et à la violence ! L'irréversibilité du devenir, prise en charge par le langage, peut sans doute donner lieu à des commencements renouvelés.

  • "Le lecteur surpris par ces écarts se souviendra sans cesse de l'imaginaire psychanalytique de l'auteur, mais non moins de l'émotion qui la traverse à l'écoute de cette musique, si puissante qu'elle ne cesse de dire l'humain jusque dans ses aspirations à

  • Lorsque l'épidémie de suicides s'étend aux artistes, le geste auto-agressif est présenté par Édouard Levé, de manière quasi-prémonitoire, comme indissociable de l'activité artistique, voire directement adressé aux récepteurs de l'oeuvre. Le narrateur de Suicide fait ainsi référence à la phlébotomie d'un chanteur au beau milieu d'un concert. Cet événement, auquel a assisté l'ami du narrateur, renvoie au passage à l'acte de Daniel Darc, pour qui Édouard Levé dit sa grande admiration dans son Autoportrait. Le rocker a poussé l'autodestruction jusqu'à se taillader les veines pour asperger son public, en novembre 1979, lors d'un concert parisien, au Palace, en première partie du groupe Talking Heads.

empty