Editions de l'Aube

  • « C'est compliqué, la Corse. La médiasphère en donne des indices tous les jours. Dans sa fameuse BD L'Enquête corse, le regretté René Pétillon résumait dans l'un de ses dessins : "C'est compliqué la Corse pour un continental." Un autochtone a répliqué : "C'est encore plus compliqué pour un Corse." Cette lucidité me ravit. De clichés en colères, de préjugés en violences, de formules en répliques, nous semblons souvent assister à une sorte de dialogue de sourds. Ne serait-ce pas plutôt un dialogue de blessés ? (... ) Les peuples ont l'expérience des rivalités des mémoires, des concurrences mémorielles. C'est ainsi que s'enlisent des adversaires sans jamais trouver ni sens ni soulagement. Mon premier souci, et il est impérieux, est de ne pas tomber dans ce piège. »

  • 11/12/1960, 5/10/1988, 22/02/2019. Trois manifestations drainant toute une population dans les rues ; des observateurs médusés par l'unité d'un peuple que l'on disait résigné. Le procédé est le même, une réappropriation de l'espace public par la population. Les revendications, voisines : l'affranchissement, la liberté, la vie. L'adversaire, immuable : l'ordre colonial, qu'il soit le fait d'une puissance étrangère ou celui d'une caste locale. Ces dynamiques successives d'union et de fragmentation ont jalonné l'histoire de l'Algérie et ont façonné ce pays. Ce sont ces permanences qu'analyse l'auteur, depuis les débuts de la résistance populaire contre les forces ottomanes puis françaises jusqu'aux récents prémices qui ont donné naissance au hirak - le mouvement populaire - de 2019.

    Originaire de la wilaya de Sidi Bel-Abbès, né dans le sud de la France en 1973, Mohamed Sadoun est actuellement haut-fonctionnaire et magistrat après une première carrière dans l'enseignement. Il s'intéresse aux questions de justice et à l'histoire du bassin méditerranéen et plus particulièrement de l'Algérie. Des confréries soufies à l'Islam de France est paru chez Hermann en 2016. Il collabore également à la revue Folle Histoire et à Jeune Afrique.

  • Ce livre nous propose un voyage en laïcité concrète et vécue avec 2 personnes qui ont en commun la volonté de l'expliquer et de la défendre. Mais par des chemins différents. Jean-Louis Bianco, ancien ministre et président de l'Observatoire de la Laïcité, est un républicain n'affichant aucune religion. Latifa Ibn Ziaten dont le fils (parachutiste) fut assassiné par Mohamed Merah en 2012 et qui a fondé l'Association Imad Ibn Ziaten pour la jeunesse et la paix est musulmane. Leurs finalités sont les mêmes... Pourtant, foi et tradition s'invitent dans leur propos, illustrant combien la laïcité, arme de paix, est également une menace pour/par celles et ceux qui la revendiquent ou la rejettent. Un sujet à la fois important et moins simple qu'il n'y paraît.

    Jean-Louis Bianco, ancien ministre, président de l'Observatoire de la Laïcité.
    Latifa Ibn Ziaten, fondatrice de l'association Imad Ibn Ziaten pour la jeunesse et la paix, du nom de son fils, assassiné par Mohamed Merah.

    Ce dialogue est mené par le journaliste José Lenzini.

  • Spécialiste de géopolitique dans cette zone en conflit permanent, l'amiral Jean-François Coustillière nous donne les clés des situations passée et à venir.
    La Méditerranée, aujourd'hui, est un théâtre où se jouent dans une inextricable et inquiétante confusion conflits religieux, armés, politiques, et drames environne­mentaux, démographiques et économiques. Révélant l'envers du décor, Jean-François Coustillière, dans un dialogue remarquablement intelligent avec José Lenzini, éclaire les motifs et les stratégies des acteurs, zoome sur les détails (par quel tour de passe-passe l'Arabie saoudite devient-elle une démocratie fréquen­table ?), élargit le champ aux puissances internationales qui, bien qu'éloignées, tiennent à protéger leurs intérêts en Méditerranée (Russie, USA). Il scrute sous la même lumière crue les rôles de la France et des pays européens, loin d'être innocents et aux diplomaties emplies de contradictions.
    Le tableau serait désespérant si l'auteur ne montrait, grâce à sa fine connaissance du sujet, que d'autres scénarios sont possibles... à condition que se manifeste une volonté de s'y engager.

    Jean-François Coustillière, né à Bizerte (Tunisie), a exercé sur le théâtre opérationnel aéronaval de Méditerranée ou du Proche et Moyen-Orient. Il quitte la Marine en 2005 et crée le cabinet JFC Conseil dédié aux questions méditerranéennes. Il préside l'association Euromed-IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).

  • Ce livre raconte les exils nombreux et pénibles de 400 foyers du Péloponnèse qui, au XVIIe siècle, fuient la Grèce sous la domination ottomane et cherchent une terre d'asile pour sauvegarder leur culture, leur langue et leur rite orthodoxe menacés.

    Danièle Masse est docteure ès Lettres. Elle a enseigné à l'Université de Toulon.

empty