Dunod

  • Comment obtenir la participation active de tous les élèves dans une classe hétérogène  ? Comment aider ceux qui ont encore besoin de progresser dans la maîtrise des savoirs de base (lire, écrire, parler, calculer) quand il faut «  faire le programme  »  ? Comment soutenir les meilleurs et les mener à l'excellence, sans marginaliser ceux qui semblent refuser l'effort intellectuel  ?
    Pour répondre à ce défi, Serge Boimare présente dans ce livre l'essence de son savoir pédagogique, fruit d'expérimentations réussies et d'observations, référence pour toute la communauté éducative depuis la parution de l'Enfant et la peur d'apprendre.
    Tout repose sur un principe simple : consacrer une heure journalière au nourrissage culturel et à l'entraînement à s'exprimer en partant des récits fondateurs de notre culture  : moyen simple, efficace, recommandé par tous les programmes, pour mobiliser tous les élèves, quel que soit leur niveau - et première étape pour espérer la réussite de tous.

  • La spécialité des enfants intelligents qui n'accèdent pas aux savoirs fondamentaux est d'inventer des moyens pour figer les processus de penser. C'est ainsi qu'ils vont échapper aux inquiétudes et aux frustrations que provoque en eux l'apprentissage. Tant que nous ne les aiderons pas à lutter d'abord contre ce mécanisme, même avec les remédiations pédagogiques les plus sophistiquées présentées par les meilleurs de nos maîtres, nous n'arriverons à rien. Parmi les pratiques pédagogiques à privilégier pour réduire les effets de l'empêchement de penser, le nourrissage culturel intensif et l'entraînement quotidien à parler sont à privilégier en urgence. ils sont la clef pour relancer le désir de savoir de nos enfants.

  • Après L'enfant et la peur d'apprendre, Serge Boimare approfondit son analyse du malaise qui empêche le fonctionnement de la relation pédagogique dans notre école. Après la peur d'apprendre chez l'élève, il faut en effet constater qu'une peur d'enseigner chez les professeurs et les éducateurs produit toute une série d'effets négatifs. D'autant plus efficace qu'elle n'est pas reconnue, elle s'auto-alimente de la peur d'apprendre qu'elle suscite en partie. Au final, cela produit un cercle vicieux qu'il est cependant possible de briser par l'esprit d'initiative, l'accent mis sur la culture et le langage et l'apprentissage de l'analyse des pratiques pédagogiques.

  • Pourquoi l'enfant dessine-t-il ? Ses premières traces recouvrent-elles une signification autre qu'un simple indicateur de développement ? Quelles sont les étapes de la représentation de l'être humain, miroir du devenir-soi ? À quelles organisations psychodynamiques renvoient-elles ? Comment s'expriment l'angoisse, la dépression, le vécu traumatique, les violences sexuelles à travers les productions graphiques ? Comment analyser le dessin d'un personnage, un dessin
    libre ? Autant de questions sur lesquelles cet ouvrage apporte les éclairages de la recherche et de l'expérience clinique des auteurs auprès des enfants et adolescents.
    Cette deuxième édition, enrichie de nombreuses vignettes cliniques et d'une méthodologie d'analyse des productions graphiques, propose aussi un nouveau chapitre consacré à l'utilisation du dessin en psychothérapie et un cahier de 64 dessins en couleurs.

  • Comment expliquer que l'accompagnement de dizaines de milliers d'enfants porteurs de « dys » soit encore si difficile dans notre pays ? Pourquoi leurs trajectoires se révèlent-elles toujours aussi chaotiques, alors même que nous n'avons jamais été à ce point en mesure de comprendre leurs troubles, et de mettre en oeuvre les moyens adaptés dont ils ont tant besoin ? Comment rendre compte du fait que nombre d'enseignants, mais aussi de professionnels de la santé et de la rééducation, ignorent encore ces troubles, quand ils ne les confondent pas avec d'autres ?
    Ce livre se propose de démystifier cette problématique des « dys » en examinant les différents obstacles, résistances et controverses qui, en dépit des bonnes volontés individuelles, compromettent la prise en charge de ces enfants et de ces jeunes, et de ce fait, leur future inclusion sociale et professionnelle.

  • Le lien social autour de la personne autiste se crée par l'inclusion en milieu ordinaire associé aux pédagogies comportementalistes et grâce à la participation active des personnes concernée. C'est à ce modèle de pédagogie, pratiquée en Amérique du Nord et dans beaucoup de pays européens, qu'introduit cet ouvrage pratique. Illustré de nombreux exemples d'intervention pédagogique, il présente un modèle d'échange et de communication, «  l'éducation structurée  », réalisant l'inclusion participative des personnes dès l'école. Ce modèle de réussite éducative permet aux personnes autistes, en faisant des choix, d'exercer leur droit à la citoyenneté à chaque étape de leur formation et de leur inclusion sociale.

  • L'évaluation des troubles du langage opéré par un orthophoniste est souvent à la base du diagnostic de TSA. Aider, sans attendre une prise en charge institutionnelle, les enfants souffrant d'un TSA à développer leur capacité de communication est une nécessité connue et reconnue par tous, professionnels (éducateurs, AVS, enseignants, etc.) comme parents. Trop souvent démunis, ces derniers trouveront dans ce manuel tous les éléments théoriques et pratiques pour mettre en oeuvre concrètement et rapidement des activités adaptées à un accompagnement personnalisé.

  • La violence chez l'élève produit un plaisir apparenté à une forme de toxicomanie sans drogue. Mais il est possible de convertir cette violence en restaurant le vrai désir d'apprendre. Tel est le parcours de ce livre qui s'articule en 3 volets : 1. Le fonctionnement cognitif et affectif de notre cerveau. 2. Les moyens pour réduire et prévenir la violence. 3. Les outils d'une formation des enseignants à la prévention de la violence. Un ouvrage novateur sur un sujet central pour l'éducation : peut-on encore enseigner des élèves violents ?

  • Le progrès dans la prévention de la violence des jeunes, notamment en milieu scolaire, est régulièrement mis en échec par une sorte de «  plafond de verre pédagogique  ». Si les jeunes acceptent souvent d'endosser, après coup, la responsabilité des effets de leurs actes, ils se trouvent la plupart du temps dans l'impossibilité d'accéder à une prise de conscience du préjudice cause, c'est-à-dire a considérer la victime. À les écouter, les victimes n'existent pas en tant que sujets  ; elles sont associées à des proies dont on peut abuser. Tout se passe alors comme si, au moment du passage à l'acte, ces adolescents se trouvaient dans un état de conscience modifiée, lie à une difficulté à juguler leurs émotions, faute de ne pas avoir appris à les vivre, les ressentir, les reconnaître, les apprivoiser et finalement ont les socialiser. Cet ouvrage propose de mettre en place une véritable éducation à l'émotion dans les établissements scolaires pour en finir avec cette violence, situation insupportable pour les victimes et obstacle insurmontable dans tout processus de format ion personnelle.

  • L'intolérance et le dogmatisme sont de retour à l'école... chez les élèves ! Religieux ou complotiste, ils installent les enfants dans un refus de toute dimension critique pourtant constitutive de l'éducation et de la culture. Pour comprendre ce phénomène et sortir de l'impasse tragique où il conduit, l'auteur propose d'interroger ce qu'il nomme l'addiction aux certitudes, source de plaisir et de sécurité face à la peur d'apprendre. Mais de manière plus surprenante, il dénonce également ce dogmatisme psychologique dans l'enseignement procuré par notre Éducation nationale. L'intolérance des élèves reflète l'incapacité de notre enseignement à valider et valoriser la part irréductible d'expérience subjective de la réalité qui est au fondement de la liberté.

  • Comment aider les enfants ou les adolescents qui ont visiblement besoin d'un soutien psychologique et qui pour une raison ou un autre refusent la démarche psychothérapique ? L'ouvrage montre que l'aide psychologique peut prendre des chemins et des formes diverses et multiples. elle n'est pas réservée aux seuls enfants qui sont prêts à supporter les exigences du travail psychothérapeutique. La littérature, le jeu, l'utilisation du film, du conte, des mathématiques, du groupe des enfants comme de la motricité sont ici utilisés comme outils de médiation pour aborder ce qui fait conflit ou blocage.Colette Boishus - Laurence Bouvet - Didier Chaulet
    Évelyne Levy - Coraline Mabrouk - Marc-Olivier Roux
    Évelyne Schembry - Catherine Thibaud - Frédéric Valentin

  • Qu'on la nomme transcendance, dépassement, élan vers l'invisible, Dieu ou fusion avec le cosmos, la dynamique spirituelle de recherche d'un sens à sa vie oriente aussi bien vers les réalisations les plus admirables que vers les pires déchaînements passionnels. Elle est source des plus grandes fiertés et des plus grands échecs. Ne pas l'accompagner et ne pas guider l'enfant dans un tel mouvement de création est la pire erreur éducative que l'on puisse commettre. Il faut pour cela s'entendre sur ce qu'impliquent les termes d'accompagnement, de désirs, de transmission, de liberté, de droits et devoirs, de respect de soi-même et d'autrui. En procédant avec prudence et simplicité à ces éclaircissements souvent négligés en cette matière hautement polémique, l'auteur dessine les contours possibles d'un accompagnement ou d'une éducation laïque du développement spirituel de l'enfant.

  • Ce livre prend appui sur l'expérience acquise par une équipe de psychiatrie infanto-juvénile de secteur et détaille les différentes étapes de la prise en charge de l'enfant autistique et/ou psychotique : de l'organisation de la fonction de l'accueil qui nécessite l'agencement d'un collectif, au travail permanent de l'équipe soignante sur elle-même, en passant par la contractualisation d'une stratégie thérapeutique avec l'enfant, sa famille ainsi que les divers partenaires du secteur (hôpital de jour, placement familial, crèche, etc.) sans laquelle tout psychothérapie dérive vers l'impasse.

  • C'est tout le savoir des professionnels de la petite enfance que l'auteur propose à ses lecteurs dans ce livre, comme il le propose lors des nombreuses conférences (100 en moyenne !) qu'il donne chaque année dans toute la France à un public de plus en plus nombreux. L'enfance et sa prise en charge forment naturellement un sujet de questionnement. L'évolution de nos sociétés et les mutations de la parentalité ajoutent encore à cet intérêt. Le propos de l'auteur, testé lors des conférences, répond au plus près aux questions posées par les professionnels et les familles, en articulant les réponses à des récits et des propositions pratiques qui en facilite la mise en pratique et l'apprentissage.

  • Cet ouvrage détaille au plan psychopathologique et clinique comment les contes du loup peuvent déclencher un processus de soulagement des tensions internes chez les enfants en difficultés psychiques graves (et traités dans le cadre des IME, des hôpitaux de jours ou en CMPP). Le livre s'appuie sur de très nombreux cas clinique et comporte de nombreux dessins de loup qui sont commentés et interprétés. Une méthode de médiation thérapeutique qui sera précieuse pour tous les intervenants inscrits dans une démarche thérapeutique institutionnelle.

  • Maltraitance conjugale, violence familiale, enfance en danger, agressivité du petit enfant et délinquance juvénile sont souvent liés. Les parents violents rendent violents, jusqu'aux professionnels, incapables de dépasser la réprobation naturelle de l'inacceptable. Le soin apporté à l'enfant ne suffit pourtant pas ; il faut également créer les conditions pour éviter la répétition compulsive et souvent transgénérationnelle de la violence, et pour cela accueillir et accompagner les parents, et particulièrement le parent violent (à 90 % le père). Le point de vue clinique des auteurs prend appui sur une pratique dans la crèche d'un centre accueillant des mères victimes de maltraitance.

  • Ouvrage consacré aux conséquences psychologiques de la séparation parentale sur l'enfant et aux techniques de médiation familiale et d'aide individualisée à mettre en oeuvre pour en atténuer les effets. Nouvelle édition entièrement revue et à jour des nouvelles lois concernant l'exercice de l'autorité parentale et la légalisation de la résidence alternée. De nombreux chapitres ont également été modifiés pour tenir compte de travaux permettant la comparaison avec les résultats de l'étude réalisée il y a douze ans. Ils apportant des précisions sur l'impact de la séparation parentale et des conflits parentaux sur l'estime de soi des enfants.

  • Une des plaintes majeures de l'adulte en charge d'éducation concerne le défaut d'autorité et le refus que l'enfant ou l'adolescent exprime par la crise d'indiscipline ou le passage à l'acte associé parfois à l'agression. Le rejet des prescriptions de leurs aînés est une protestation contre la maladie de l'autorité. Car l'autorité elle-même est malade ou rend malade comme le montre la prolifération des troubles alimentaires ou du comportement. Loin d'instaurer un ordre pacifiant, la société repose sur un pouvoir sans autorité. Cet ouvrage basé sur des cas cliniques et éducatifs montre que dans un monde dépeint comme brutal et incontrôlable, les sujets consentent à l'autorité à la condition d'élaborer un style de vie qui rend possible de « vivre ensemble » sans aliéner leur singularité.

  • Cet ouvrage représente une tentative pour traiter du problème de la souffrance et de la mise en crise de la famille que peut provoquer la présence, en son sein, d'un enfant gravement handicapé. Sa conceptualisation du phénomène de la déficience mentale dans les termes de l'« insuffisamment bon » winnicottien permet de comprendre l'importance des dysfonctionnements précoces entre l'enfant et son entourage dans l'organisation psychique de la famille. L'identification du groupe familial à l« enfant psychiquement mort » en est une illustration.

  • La pédagogie de l'inclusion abolit toute forme d'exclusion et ne propose d'autres modalités de scolarisation pour les élèves handicapés que celles en vigueur dans les classes ordinaires, quelle que soit la gravité du handicap. C'est l'école ordinaire pour tous : l'école doit répondre aux besoins éducatifs de « tous » les élèves, quels que sont leurs profils. Toutefois, si « l'inclusion » s'est substituée à « l'intégration » dans les discours, il importe d'apprécier la situation actuelle à travers une pluralité d'exemples concrets. Malgré l'élan donné, force est de constater que la loi de février 2005 et ses textes d'application affirment seulement « un droit à la scolarisation pour les élèves handicapés ». Elle n'a pas déclaré que cette scolarisation se ferait en milieu ordinaire pour « tous » les élèves. Elle peut tout aussi bien s'effectuer en milieu spécialisé, pour les cas de handicaps plus sévères. Dans cet ouvrage, les auteurs posent la question de l'inclusion scolaire de l'autisme et apportent des pistes de réflexion pour la scolarisation des personnes autistes.

  • Les relations père/fils, mère /filles, les nouvelles parentalités, etc. font l'objet de nombreux ouvrages. L'évolution des rôles parentaux engendre une confusion qui ne remet cependant pas en cause la permanences des fonctions parentales. La relation la plus évidente pourtant semble ne pas retenir l'attention des éducateurs et des psychologues : la relation que l'enfant entretient avec ses deux parents, relation envisagée du point de vue de l'enfant.  Le livre d'Alain Bouregba cherche à définir les contours de cette relation. Il s'agit de reprendre à nouveaux frais une analyse des fonctions maternelle et paternelle telles qu'elles interviennent dans la constitution de l'identité de l'enfant. Illustré de cas cliniques, le propos vise un etayage conceptuel et pratique pour les dispositifs de soutien et d'accopagnement des familles les plus en difficulté.

  • Approche psychanalytique et pluridisciplinaire du traitement de l'adolescent psychopathe en institution, qui offre une analyse des outils du changement thérapeutique : interprétation, transfert et identification débouchant sur des propositions pour une nouvelle forme de rééducation.

empty