Domuni-Press

  • Les Evangiles

    Bruno Callebaut

    L'Esprit du temps, très critique, dans de nombreuses publications (tant exégétiques que de vulgarisation), est sceptique quant à la valeur historique des évangiles. Peut-on savoir ce que Jésus a vraiment dit, fait, qui il est vraiment ? Ce livre propose une traversée des problèmes de lecture des Évangiles, en examinant de façon contradictoire les divers courants de l'exégèse actuelle, et ses éclairages. Le but est d'aider à « bien lire » les Évangiles, avec « empathie », en découvrant comment et pourquoi ils ont été écrits tels qu'ils sont, dans quelle mentalité et avec quelles croyances, et comment ils ont été reçus ensuite par diverses générations de lecteurs. Quelle peut donc en être notre lecture aujourd'hui ? Examiner ces questions, sans préjugé ni naïveté, permettra de se mettre au diapason des Évangiles, pour laisser résonner en nous leur éternelle Bonne Nouvelle.

  • Marie dans l'Islam

    Ameer Jaje

    Marie tient une place considérable dans l'islam. Mentionnée sous le nom de Maryam dans le Coran, elle y est figure exemplaire de piété et de dévotion. Elue de Dieu, elle est dans la tradition musulmane une juste, une sainte parmi les saintes. Objet de grande piété populaire, on lui attribue le pouvoir de faire des miracles. Elle alimente également depuis les premiers siècles de l'Hégire les travaux des exégètes.
    Alors que le Coran réduit Jésus au rôle d'un prophète parmi d'autres et inférieur à Muhammad, il reconnaît à Marie la plupart des privilèges que lui accorde la foi chrétienne. Pourquoi ? Les chercheurs et les islamologues se questionnent encore aujourd'hui.
    Marie, sainte musulmane, ne pourrait-elle pas constituer un point de départ du dialogue inter-religieux ?

  • Nos consciences sont à répétition secouées par des actes de violence fanatique. Or le fanatisme est présenté, sous la plume de Voltaire, comme un excès de superstition et/ou d'enthousiasme hiérarchisable, extensible, suggestible, et susceptible de culminer au meurtre d'autrui. Il est alors essentiel de saisir la nature de la superstition, de l'enthousiasme pour se faire une idée correcte du fanatisme et du cortège de violences auquel il peut donner lieu.
    Jorel François invite ici le lecteur à entrer dans quelques textes du Maître de Ferney, et ainsi rendre compte de leur pertinence et actualité.

  • Henry David Thoreau (1817-1862), philosophe et poète américain du XIXe siècle, a orienté sa pensée sur des thèmes qui interpellent vivement notre monde contemporain. Attaché à la promotion de la liberté et de la création individuelle, critique de la vie sociale et de la pensée de masse, il n'en a pas moins été défenseur de causes opprimées, en théorie comme en action. Proche de la nature, il n'a cessé d'en affirmer les bénéfices pour l'homme, si on fait l'effort de mieux la connaître, de communier avec elle et de la respecter. Attentif à la richesse de la vie intérieure, il a cherché un équilibre entre sa réflexion personnelle, les échanges intellectuels avec sa communauté, l'importance de la vie pratique, en vue d'un éveil collectif et d'une éthique partagée. Autant d'éléments de méditation pour notre temps.

  • Au-delà des débats sur l'islam, religion tolérante ou fermée sur elle-même, la question posée dans cet ouvrage est la suivante : quel est le regard porté sur l'autre, le non-musulman, par l'islam coranique ?
    Pour répondre à cette interrogation de façon non polémique, Olivier Belleil examine plusieurs sources: le texte du Coran, la vie de Muhammad présentée dans les hadiths, les législations de la Charia. Dans une démarche originale, et convaincu que l'islam se trouve à la croisée des chemins, il convoque Martin Buber, philosophe de la relation, pour nous offrir une meilleure compréhension de la vision de l'autre dans l'islam coranique.

  • Le corps malade

    Olivier Perru

    A travers l'histoire de la pensée occidentale, grandes ont été les vicissitudes du corps malade : Platon excluait pratiquement les malades de sa République, et la maladie a été considérée comme contre nature jusqu'au XVIe siècle. S'intégrant ensuite peu à peu comme réalité de la condition humaine, la maladie est associée de nos jours à la médicalisation de l'existence et aux perspectives de prolongations de la durée de la vie. La fêlure existe pourtant en chaque être humain, et quel que soit l'état de santé ou de pathologie, l'être humain a toujours les moyens, même réduits, d'assumer son corps et de donner un sens à sa vie.


  • Ameer Jajé retrace dans cet ouvrage les origines historiques, mythiques et théologiques des cérémonies propres au chiisme, l'une des principales minorités de l'Islam.


    C'est de la succession du Prophète, et des événements tragiques qu'elle a entraînés, que datent les divergences principales au sein de l'Islam entre sunnites et chiites, au coeur des conflits meurtriers qui secouent le Moyen-Orient aujourd'hui encore.


    L'auteur enquête, particulièrement en Irak, sur les célébrations spectaculaires de l'Ashura (actes d'auto-flagellation, lamentations collectives), qui commémorent chaque année la mort du petit-fils du prophète Mahomet assassiné au VIIe siècle.

  • Antoine l'Egyptien, Antoine le Grand, Antoine le Père des moines... Du personnage d'apparence austère au moine jovial selon les représentations, qui était vraiment Antoine ? De quels héritages de ce saint de l'Eglise indivise les traditions chrétiennes orientale et occidentale se sont-elles saisies ? Dans des aspects aussi éloignés que la vie monastique, la vie ascétique, la prise en compte du frère, la charité, la prière, chrétiens d'Orient et chrétiens d'Occident peuvent-ils se retrouver, chacun avec leur sensibilité ?

  • En quelques chapitres synthétiques, voici une initiation au contexte juif des évangiles. Tout en retraçant les conditions historiques de leur composition, cet ouvrage présente les principales sources littéraires juives de l'époque et ce qu'elles apportent à la lecture des textes fondamentaux pour la foi chrétienne.
    L'auteur approfondit la démarche d'audacieux savants de notre temps qui - en 2012 pour la première fois de l'histoire - ont publié une édition du Nouveau Testament entièrement annotée par des Juifs. Ce Miroir s'adresse donc à toute personne de bonne volonté désireuse d'oeuvrer, avec intelligence, à la compréhension mutuelle entre Juifs et chrétiens aujourd'hui et de promouvoir leur coopération au service du bien commun.

  • Atteint d'une maladie orpheline, l'aplasie médullaire idiopathique, Jean-François Arnoux, prêtre diocésain, se fait le témoin dans cet ouvrage de « la trame de feu qui brûle son existence » : celle de la foi, de l'abandon à Dieu, de la présence divine comme une flamme amoureuse l'ayant empoigné dès sa petite enfance. En courts chapitres rapportant des éléments autobiographiques, des témoignages, des éclairages bibliques et ecclésiaux, des prières et des propositions, émaillées d'émerveillements et de questions, Jean-François Arnoux, comme Abraham, montre à son lecteur qu'il n'y a pas d'âge pour la fécondité spirituelle, et que l'avenir est toujours devant nous.

  • La Bible occupe un espace littéraire, culturel et artistique considérable dans notre civilisation.
    Encourager à lire la Bible avec d'autres, la commenter, la discuter, y réagir et agir, telle est l'intention de cette publication. Elle s'adresse d'abord à tous les curieux de la Bible qui désirent y repérer du sens, y percevoir du goût, afin d'en vivre.
    Quel que soit le statut du lecteur (simple amateur, connaisseur, membre d'un groupe biblique, animateur-trice, etc), cette démarche se veut être une aide pour comprendre, ou encore une proposition d'accompagnement sur le chemin de la lecture.


  • Au temps de Voltaire comme aujourd'hui, la religion est fondamentalement liée à la conscience humaine. Or, il est essentiel de distinguer en elle ce qui relève de l'idéologie, de la politique, de la superstition. Identifier ce qui encourage l'obscurantisme, alimente la division, le repli sur soi, permet de mieux cerner ce qui exhorte au bon sens, à l'ouverture, à la générosité, la compassion, l'empathie et à plus d'humanité.


    Jorel François invite ici le lecteur à relire quelques textes du Maître de Ferney, éclairants pour notre histoire contemporaine, où la religion redevient source de grands défis.

  • "Voir est un privilège de génie ; il aperçut des structures, des rapports, des proportions, des figurations, là où un autre ne fait qu'aligner péniblement des concepts. Il voit et il fait voir."
    Ces mots de Hans Urs von Balthasar introduisent avec justesse cet ouvrage consacré aux trois "ordres" de Pascal. Devant la masse confuse des fragments que Pascal laissa à sa mort, le lecteur se sent souvent perdu. La pensée des trois ordres (coeur, corps, esprit) aide à saisir le mouvement de la pensée de ce grand auteur. Les Pensées s'éclairent alors de manière étonnante.

  • Les développements scientifiques nous laisseraient croire que la vieillesse peut être éradiquée, comme si elle était un fléau. A rebours de cette illusion, Agnès Godefroy s'appuie sur la figure biblique d'Abraham, choisi par Dieu en son grand âge, pour prouver que de nouveaux accomplissements sont possibles à tout moment de la vie. Le vieillissement n'est pas un état figé, mais une dynamique : l'histoire d'Abraham resplendit de découvertes et de mouvements permanents !
    L'auteur nous montre dans cet ouvrage que vieillir, c'est croître et apprendre, se transformer, trouver des trésors en soi et transmettre à autrui une richesse intérieure immense, irremplaçable.
    A une époque où le vieillisement est combattu par les tenants du mythe de l'immortalité, ce livre se met à l'écoute des pérégrinations si humaines du patriarche biblique, pour retrouver le sens perdu d'un processus merveilleux.

  • Parmi les maîtres bouddhistes les plus influents en Europe, le moine Thich Nhat Hanh apparaît comme incontournable. Ses très nombreux ouvrages traduits dans plusieurs langues attestent de son influence.








    L'originalité de la démarche s'affiche par la volonté de créer des liens avec des croyants de tous les horizons. Cet ouvrage montre tout le potentiel de sa vie et de ses enseignements, pour un dialogue avec le christianisme.


  • Yves Bonnefoy a réconcilié la philosophie et l'intuition poétique, ouvrant un champ de dialogue entre la pensée conceptuelle et la relation immédiate de l'esprit au monde. Revenant sur la génèse de cette pensée, François Ménager nous emmène sur les traces des penseurs du XIXe siècle et notamment du poète Baudelaire, qui inaugura, selon Bonnefoy, l'acte proprement poétique.

  • L'auteur donne ici une lecture approfondie de l'Eglise primitive au regard des multiples conflits qui l'animèrent : conflits liés aux personnes, crises internes dans la communauté chrétienne entre judéo-chrétiens et hellénistes, conflits entre Juifs, confrontations culturelles entre messagers de l'Evangile et univers économico-religieux du monde païen.
    Inhérentes à l'Eglise naissante, ces crises et leurs résolutions ont constitué des occasions fécondes pour redéfinir la mission ecclésiale et, surtout, poser des jalons pour une nouvelle communion. le lecteur de cet ouvrage sera étonné des parallélismes éclatants qu'il peut faire avec des conflits personnels, ou collectifs, qui traversent la vie, à quelque époque que ce soit.

  • Avec une plume vivante et un enthousiasme communicatif, Michel Van Aerde donne au lecteur d'aujourd'hui des clés spirituelles pour retrouver son élan vital, quand le burn-out guette. Pour cela, quels meilleurs exemples que les hommes et les femmes de l'Evangile ? Confrontés eux aussi à leur humaine condition, portés et inspirés par la figure de Jésus, ils apprennent à traverser la solitude, à accueillir l'imprévu, à sortir de leur zone de confort. Surmonter ses peurs, apprendre à passer des caps, assumer son originalité, telle est la leçon qu'ils nous transmettent.
    Le lecteur d'aujourd'hui se reconnaîtra parfaitement dans ces portraits si actuels et réconfortants, qui parlent au coeur.

  • Dieu migrant

    Marie Monnet

    La mobilité est tellement omniprésente dans les écrits bibliques, qu'elle pourrait presque passer inaperçue.
    "Je suis comme un voyageur", dit le Dieu de la Bible. Ainsi, l'Eglise, à travers tous les papes et la Tradition chrétienne, promeut l'hospitalité à l'égard de l'homme de passage.
    A l'heure des grandes migrations, ce livre médite le visage d'un Dieu qui migre en "plantant sa tente parmi nous". Une théologie qui éclaire l'actualité, à l'école du Pape François qui appelle à "accueillir, protéger, promouvoir et intégrer" les migrants et les étrangers.

  • "Jacob resta seul et quelqu'un lutta avec lui jusqu'au lever de l'aurore."
    Pierrette Fuzat propose une analyse fouillée du récit biblique du combat qui oppose Jacob àun adversaire qui refuse de dévoiler son nom (Gn 32,23-33).
    L'auteur explore également l'histoire de l'interprétation de ce mystérieux combat, notamment dans la tradition juive.
    Ces combats, que chacun connaît dans les profondeurs de son être, conduisent l'homme à s'élever à un autre niveau de conscience. Entre violence et grâce, ce livre ouvre une fenêtre sur un possible pardon accordé à l'autre, au nom de l'Autre.
    Un véritable Midrash.

  • La liberté est au coeur de la pensée de Kant. Cette notion-clé constitue le fil rouge de cet ouvrage et permet de comprendre l'ensemble de la philosophie de Kant.
    Parcourant tour à tour la question métaphysique, l'éthique, la connaissance, la question de Dieu et de la religion, cet ouvrage assure le lecteur d'une approche pédagogique et complète, pour s'initier avec succès à la pensée de ce philosophe de référence.

  • Selon le philosophe Whitehead, l'ensemble de la philosophie n'est que quelques lignes au bas d'un Dialogue de Platon. Celui-ci est en effet le fondateur de la philosophie, d'un type de réflexion qui demeure.
    Cet ouvrage, accessible à tous, constitue une excellente initiation à la pensée platonicienne, à ses fondements, à son actualité. Tout en faisant découvrir Platon, cet ouvrage aborde les grandes questions de la vie : l'amour, la mort, la recherche de ce qui est vrai, la place de la parole et de la communication, les fondements de l'existence, la relation à l'autre, la quête intérieur, celle d'un Etre premier.

  • Augustin Wiliwoli s'attache ici à lire les théories de la reconnaissance de plusieurs philosophes contemporains, de J.-M. Ferry à A. Honneth, en passant par P. Ricoeur et M. Hénaff, qui ont pensé la reconnaissance comme reconstruction sociale, redistribution des biens socio-économiques ou échange symboliques de dons.
    Inscrite dans l'affirmation identitaire des individus et des communautés, la reconnaissance s'affirme comme ce maillon fondamental qui relie les individus entre eux. Porteuse de réconciliation après des traumatismes collectifs (guerres, tortures, crimes contre l'humanité), mais aussi dans la réparation de conflits sociaux, la notion de reconnaissance rejoint aujourd'hui celle de la justice sociale.

  • Ce livre, très richement documenté, décrit l'histoire des relations entre juifs et catholiques à travers l'étude du discours et de l'attitude de l'Eglise catholique, en France et en Belgique, entre 1965 et 2000.
    Une mutation fondamentale s'est produite durant cette période : l'Eglise est passée du mépris au discours de l'estime. Ce faisant, c'est une nouvelle théologie qui est proposée : l'estime rend caduque la théologie de la substitution par laquelle l'ancien Israël était remplacé en faveur du Nouvel Israël, l'Eglise.
    Aujourd'hui, la théologie veut respecter le mystère de la persistance d'Israël, sans prétendre le convertir. Ce premier tome s'attache à l'institutionnalisation du dialogue avec les juifs dans l'Eglise catholique de Belgique et de France.

empty