Centro de estudios mexicanos y centroamericanos

  • Los aspectos estrafalarios de la vida e ideas de Mier impedían a veces que lo tomaran en serio. Aquí viene la primera edición crítica de uno de los testimonios más importantes sobre la crisis de la Independencia mexicana y, más generalmente, hispanoamericana, y de una fuente poco conocida de la "Carta Profética" de Simón Bolívar. De mamotreto publicado en pésimas condiciones, la Historia pasa a ser una obra legible. Cotejando el texto con sus fuentes, este libro estudia los métodos -no siempre ortodoxos- de Mier como historiador. Aporta muchos datos nuevos sobre su papel de militante y propagandista, sobre los medios independentistas de Londres, y las redes de información e influencia que tenían su foco esencial en la capital británica. La obra es una fuente sui generis imprescindible para quien quiera entender un periodo que sigue siendo objeto de muchas controversias. Mier es también un escritor, y a veces un gran polemista. No es un gran creador de ideas, pero su ideario es mucho más coherente de lo que se ha afirmado. En él tradición y modernidad se hermanan de manera a la vez personal y representativa.

  • De part et d´autre de l´Atlantique, deux mondes longtemps unis sous l´autorité d´une même couronne, qu´elle soit espagnole ou portugaise, ont fini par se séparer au début du XIXe siècle. Les Indes occidentales sont alors devenues l´Amérique latine mais les héritages préhispaniques et coloniaux n´ont pas cessé d´influencer les paysages urbains, les sociétés rurales et les mentalités collectives du monde latino-américain. Réunies pour rendre hommage au professeur Jean-Pierre Berthe, les quarante-six contributions présentées ici veulent donner de ce vaste ensemble, hétérogène sur le plan politique mais cohérent sur le plan culturel, une vision dynamique fondée sur la prise en compte de la longue durée. Le regard croisé d´historiens, de géographes, de sociologues, d´ethnologues et de linguistes permet de varier les approches scientifiques et de comparer des problématiques de recherche qui dépassent le cadre du continent américain pour s´intéresser aux relations entretenues par la métropole avec ses colonies. Dans cette perspective, l´imaginaire et les représentations symboliques ont autant d´importance que les réalités de la vie quotidienne, les luttes pour l´exercice du pouvoir ou l´évolution des pratiques économiques. Plus qu´un simple volume d´hommages, ce livre est donc un outil de recherche qui offre au lecteur curieux mille sujets de réflexion, aussi bien dans le domaine de l´histoire économique et sociale que dans celui de l´ethnohistoire ou de la géographie historique.

  • En los últimos años, nuevos datos históricos sobre los africanos y afrodescendientes en México y países de América Central han aparecido en las investigaciones del periodo virreinal. Ello ha dado lugar a diversos debates y formas de interpretación sobre el papel que desempeñó la población de origen africano en la construcción de las sociedades americanas. Este libro, coordinado por María Elisa Velázquez, reúne artículos de investigadores de varios países y de distintas corrientes historiográficas; están presentes autores clásicos, pero también otros de nuevas generaciones interesados en incursionar en las experiencias de los descendientes de africanos. Tres grandes temas forman parte de este libro: las redes de comunicación y comercio en las que estuvieron inmersos "negros y mulatos" de la época colonial; reflexiones y polémicas sobre las categorías y denominaciones que existieron y existen para identificarlos y, finalmente, experiencias de la vida cotidiana y de las características de las comunidades domésticas a las que pertenecieron. Así, la reflexión comparativa entre países, y también entre diversas interpretaciones sobre procesos históricos, abre nuevos debates sobre la participación de los africanos y afrodescendientes en el pasado y presente.

  • Ce livre est le résultat d'une thèse de 1983, dans lequel l'auteur étudie les villes et villages de la région de Baja Verapaz, la Capitainerie générale du Guatemala, et concentre son analyse sur les structures agricoles régionales et la mise en oeuvre d'un système d'exploitation des populations autochtones, la tentative de colonisation par les espagnols et la désintégration du système colonial.

  • «El espíritu de la cultura francesa es el ropaje del alma que los países latinos han adoptado desde hace dos siglos». Estas palabras de Justo Sierra, expresadas en 1902, evocan la importancia atribuida a la influencia gala en la sociedad decimonónica. Si ella es perceptible aún hoy en día, los estudios que se le han consagrado son muy escasos. Fruto de un programa de investigación, este libro propone cuatro ejes de análisis, desde la perspectiva de la mundialización, sobre el sentido y el impacto de la presencia francesa en México, durante el siglo xix y principios del xx. El primero se consagra a las fuentes y estudios sobre la historia común de México y Francia; visita la historiografía general y la regional, y revela el desconocido mundo de los periódicos franceses de la ciudad de México. El segundo eje integra dos ejemplos de la presencia gala en las economías y sociedades de San Luis Potosí y de Puebla; termina con un balance del significado de las inversiones francesas en los bancos de los estados de México, Guanajuato y Yucatán. En el tercero, se examinan los modelos franceses aplicados en la urbanización de la ciudad de México, los métodos terapéuticos imitados o adaptados de Francia, y la polémica, entre higienistas y moralistas mexicanos, acerca de las ideas francesas sobre la reglamentación de la prostitución. El mundo de las representaciones es, en fin, el cuarto eje analítico; valora las litografías y tratados traídos de París que se utilizaron en la Academia de Bellas Artes de Puebla, las representaciones del espacio mexicano que crearon los viajeros franceses y el impacto de los decadentistas galos en el mundo de las letras. Pionero en su género, este libro propone un diálogo sobre la recepción de la influencia francesa -de la cultura y de los inmigrados-, su contribución a los procesos de formación de sensibilidades y su impacto en la identidad cultural mexicana.

  • Para Mota Padilla, la ciudad es "patria común" de todos los habitantes del reino. Hay que meditar esta afirmación: ante todo, en función del autor y de la fecha. Mota Padilla es uno de los primeros frutos de la "ilustración" en la Nueva Galicia y un panegirista del regionalismo inci­piente frente al poder de México (ese "vientre" que acapara todas las energías). Cronológicamente, está situado hacia la mitad del siglo XVIII, es decir, después del trabajo realizado durante dos siglos por las diversas fuerzas unificadoras (y no solamente políticas), en beneficio de Guadalaja­ra: como sucede con frecuencia, la cantidad de más prestigio obtuvo la gloria, aunque no el provecho. En los siglos pioneros (XVI y XVII), las reacciones habían sido más débiles: cuando se trataba de determinar la capital del reino en 1549, uno de los consultados declaró, entre risas, que quisiera verla a quinientas leguas de allí; cuando la Audiencia llegó a Guadalajara en 1560 después de los pobres resultados en Compostela -se le acusaba de haber contribuido a vaciar la ciudad-, la recibió Andrés Villanueva en nombre de la munici­palidad, y su actitud fue más que fría.

  • Ce livre présente des données recueillies au cours de cinq missions effectuées au Guatemala, entre 1966 et 1980, grâce à des crédits de la Commission des Fouilles du Ministère des Affaires Etrangères et du Centre National de la Recherche Scientifique dans le cadre des Recherches Coopératives sur Programmes (RCP) 294 et 500.

  • Les huit villages de l'Ajusco se trouvent situés sur le massif montagneux qui borde, au sud, le plateau de México. La sierra était peuplée, avant l'arrivée des Espagnols, par des populations tépanèques qui avaient été soumises par les Aztèques à qui elles payaient tribut. Après la Conquête, la population fut regroupée en villages qui purent conserver leurs anciennes terres communales dont les limites furent définies assez tôt. La région appartenait au marquisat de Cortés. Ce ne fut qu'au xviie siècle que furent octroyées les premières concessions de terres dans la région sur les espaces assez vastes laissés libres entre les villages. Très rapidement, les premiers domaines, de taille modeste, furent peu à peu réunis entre les mains de quelques personnes; à la fin du xviie siècle s'étaient constituées les trois grandes haciendas de la sierra qui allaient subsister jusquà nos jours. Entre elles et les villages, les relations furent importantes, à la fois conflictuelles et économiques. Au xixe siècle, on assiste à un développement très intéressant de la petite et moyenne propriété paysanne, d'une part sur certaines terres communales fractionnées au temps de Porfirio Díaz selon les lois libérales et d'autre part, sur des terres d'haciendas vendues en lotissement. Ces propriétés paysannes furent remises en cause par la réforme agraire contemporaine qui tenta de redonner aux villages leurs terres communales ainsi que les terres spoliées par les haciendas de l'époque coloniale au xixe siècle, ce qui provoqua les graves conflits qui existent encore actuellement au sein des communautés paysannes.

  • Cet ouvrage se présente comme une introduction a l'étude des communautés otomis du Sud de la Huasteca, dont l'ethnographie restait a faire. Un travail ultérieur sera consacré a l'analyse approfondie des représentations religieuses et de la fonction sociale des rituels. Peut-on parler aujourd'hui d'une entité culturelle otomi, a l'heure ou le sort des communautés paysannes (indiennes ou non) apparaît davantage dépendant du développement national mexicain et de la politique de l'Etat ? C'est par l'affirmative que répond l'auteur en montrant comment le processus de hiérarchisation sociale a l'intérieur des communautés parvient a coexister avec la tradition otomi, dont l'ouvrage retrace en détail les multiples aspects. A travers quelques exemples précis, on suivra les voies par lesquelles certains éléments de tradition (techniques, rituels ou mythiques) connaissent un mouvement de recul, d'extinction, mais parfois aussi de résurgence, souvent inattendu. Des institutions, telles que le systeme de parenté ou l'organisation des charges, des pratiques (techniques, thérapeutiques, etc.) seront étudiées de pair avec l'ordre des représentations qui les sous-tend, et auguel elles sont indissolublement liées. De cette façon sera éclairé le rôle éminent de la pensée symbolique dans les rapports sociaux communautaires. C'est en ce sens que l'on pourra alors parler de l'identité culturelle des communautés otomis, meme si leurs membres entretiennent une relation conflictuelle avec leur propre tradition. La premiere partie sera consacrée a l'analyse de l'organisation communautaire et a ses transformations, au niveau de l'habitat, des formes de pouvoir, et des groupes domestiques. Dans la seconde partie, seront décrites les techniques traditionnelles et les pratiques agraires, en relation avec le processus d'intégration inégalitaire des communautés otomis au marché national. Enfin, la troisième partie définira quelques éléments préliminaires d'une "anthropologie" otomi, à travers l'examen des pratiques symboliques autour de la naissance, la maladie et la mort, gráce auxquels l'idéologie communautaire se dévoile dans les moments d'intense crise sociale.

  • Ce livre présente l'étude de l'un des manuscrits mixtes tardifs (xviie - xviiie siècles) appelés Techialoyan. L'original, établi à Zempoala, Hidalgo, Mexique, en pictographies et en caractères latins transcrivant le nahuatl, est actuellement conservé dans la collection Ayer de la Newberry Library à Chicago. Ces documents, qui ont encore une valeur légale au Mexique et font partie des dossiers de litiges de terres, sont de véritables cadastres détaillés de la région concernée. Le thème principal est à la fois topographique, économique et historique : mesures des terres appartenant à la collectivité, plantes cultivées, noms des lieux et des familles des notables ; avec des références aux droits relatifs à la possession de la terre, depuis l'époque précolombienne jusqu'à leur confirmation à l'époque coloniale. Dans ces Codices, la technique et l'art européens servent à transmettre les données d'une pensée indigène. À mi-chemin entre la peinture du xviie siècle et l'écriture traditionnelle indigène, les Techialoyan sont un produit du Mexique indien, ou plutôt métissé, car l'amalgame final obtenu est indissociable, les éléments européens et indiens y fusionnant comme dans la formation du Mexique « moderne ». L'analyse systématique permettant la lecture complète de ce livre de terres est présentée par l'auteur comme base et exemple appliqué dans la recherche de la méthode scientifique pour l'étude de ce groupe de manuscrits.

  • El conjunto de la población tarasca o purépecha, integrado por cerca de 80 000 personas, generalmente se divide en cuatro unidades correspondientes a cuatro diferentes regiones geográficas del estado de Michoacán. Así se habla de los purépechas de la zona lacustre (Pátzcuaro), de los de la Ciénega (Zacapu), de los purépechas de la Cañada (valle situado entre Carapan y Zamora) y de los purépechas de la sierra propiamente dicha. Este estudio se refiere a los indígenas de este último grupo quienes viven en dos pueblos situados al noroeste de la sierra volcánica que caracteriza a esta región. Los pueblos son Ocumicho y Patamban y están ubicados en las estribaciones de la meseta tarasca a unos 2 000 m de altura. El primero en la ladera del cerro de San Nicolás (o Siapo) y el segundo en la del cerro Patamban (3 200 metros de altitud). Se llega a los dos pueblos por una brecha que sale de Tangancícuaro, pueblo éste de gran tamaño situado a 15 km al este de Zamora en la carretera Morelia-Zamora. Esta brecha, inaugurada en 1972, ayudó a salir de su aislamiento a estos dos pueblos. El servicio de autobús hace un viaje diario de ida y vuelta entre Ocumicho y Tangancícuaro; desde hace poco tiempo se ha mejorado este servicio con el reco- rrido de una camioneta privada. Desde Patamban la transportación es más frecuente, pues otra brecha trazada el mismo año comunica el pueblo (al oeste) con la carretera Zamora-Los Reyes y tres autobuses comunican Patamban y Zamora.

  • Emules en cela des Lacandons du Chiapas, les Indiens Jicaques du Honduras ont lutté pendant plus de trois siècles contre les colons espagnols qui voulaient les asservir et contre les missionnaires qui s'efforçaient de les convertir. Quand la résistance de ce peuple s'effondra, au milieu du xixe siècle, une poignée d'irréductibles se réfugia dans les forêts, alors désertes, de la Montaña de la Flor, pour continuer à y mener la vie libre à laquelle ils étaient attachés. Leurs descendants sont maintenant plus de quatre cents, malgré les fâcheux effets de la consanguinité qui multiplie parmi eux le nombre des sourds-muets. Ils ont obtenu la concession officielle de leurs terres, dont ils interdisent, en principe, l'accès aux étrangers. Avec leurs sarbacanes, leurs longues chevelures, leurs jambes nues et leurs tuniques de couleur foncée, ils apparaissent comme des reliques du passé précolombien. Mais ils sont maintenant pressés de tous côtés par des voisins blancs ou métis de plus en plus nombreux. Pendant plusieurs séjours au Honduras, Anne Chapman, vivant en limite de la réserve jicaque, sut gagner la confiance, puis l'amitié d'Alfonso Martínez, le meilleur détenteur des anciennes traditions orales d'un peuple déjà en voie d'acculturation. Ce narrateur étonnamment doué, put ainsi, avant de mourir, nous transmettre un remarquable ensemble de textes dictés dans un espagnol populaire très coloré. Ces textes sont publiés ici avec leur traduction française, des notes et des commentaires. On y trouve aussi tout un ensemble de croyances concernant la mort el l'au-delà, car les Jicaques se considèrent comme les enfants de la mort, par opposition à leurs divinités, qui sont censées être immortelles. Des souvenirs personnels du narrateur, évoqués de-ci de-là, achè- vent de faire de ce recueil un document humain précieux, vivant et souvent émouvant.

  • Ponencias y contribuciones de reconocidos investigadores del área maya norte que intercambiaron reflexiones acerca de los estilos arquitectónicos de las zonas Río Bec, Chenes y Puuc ; así como cronología, estratigrafía o seriaciones arqueológicas.

  • La présente étude, résultat de trois campagnes de fouilles à Panama, de 1967 à 1970, date de 1972. Pour des raisons indépendantes de notre volonté, elle n'a pu être publiée plus tôt.Depuis cette date, l'archéologie panaméenne n'est pas restée inactive, grâce aux travaux, entre autres, de Richard G. Cooke dans la province de Coclé, d'Anthony J. Ranere pour la période précéramique, et d'Olga F. Linares dont l'approche originale, basée sur l'écologie humaine et l'interprétation des « systèmes iconographiques », utilise en bonne part notre matériel des phases El Indio et La Canaza de Tonosi.Pour une mise à jour du chapitre 2 du présent ouvrage, qui est un bref historique des recherches archéologiques à Panama, nous conseillons au lecteur l'excellente introduction d'Olga Linares à son étude : Ecology and the Arts in Ancient Panama. On the development of social rank and symbolism in the central provinces (1977)Ces recherches récentes ne semblent pas remettre fondamentalement en cause la chronologie culturelle que nous avons établie pour le Sud de la péninsule d'Azuero. Toutefois, il faut noter qu'Olga Linares date de 1000 à 200 av. J.-C. sa période formative tardive ("Scarifiée"), à laquelle se rattache indéniablement le complexe céramique de la phase la plus ancienne de Tonosi, baptisée phase Bucaro ; or, nous avons daté cette phase culturelle du début de notre ère à 200 ap. J.-C. environ, sur la foi, il est vrai, d'une seule datation de C-14 (20 - 110 ap. J.-C.). Il semblerait donc qu'elle soit un peu plus tardive à Tonosi, ce qui n'est pas pour surprendre, vu le caractère en « cul-de-sac » de cette région.

  • On sait assez aujourd'hui que la jeune histoire des mentalités, que l'étude socio-historique et critique des religions et des pratiques religieuses se doit de recourir de plus en plus à des matériaux que l'on pouvait juger, il y a peu encore, stériles et ennuyeux, voire singuliers et surprenants. Dans le cas précis du Mexique où les phénomènes d'acculturation revêtent une importance extrême, l'inventaire et l'analyse des éléments de civilisation imposés et adaptés par les Espagnols dans le premier siècle de leur présence comporte un intérêt exceptionnel. Surtout quand il s'agit des éléments de culture apportés par ceux des Espagnols qui avaient à leur charge la transformation des croyances amérindiennes, c'est- à-dire les religieux évangélisateurs qui tentèrent au xvie siècle d'édifier une nouvelle chrétienté en Amérique et de remplacer le système cosmologique cohérent et bien structuré des Mexicains pré- hispaniques par un édifice chrétien calqué sur celui de l'Espagne. L'étude en profondeur des composantes de l'évangélisation, des outils qu'elle a requis et des expériences qu'elle a réalisées, pourrait alors se faire maintenant, après tant de belles études qui ont reconnu les trajectoires de la fondation de l'Eglise, par les textes que cette évangélisation a suscités et, donc, procéder méticuleusement texte à texte en fouillant les entrailles secrètes de ceux-ci. Nous pensons, bien sûr, et dans un premier temps, à toute la littérature en apparence anachronique et fastidieuse que sont les traités doctrinaux, les catéchismes, les manuels et autres ouvrages pieux rédigés dans les langues amérindiennes par les évangélisateurs du xvie siècle pour aider à la conversion de leurs catéchumènes indiens. Dans cet esprit, nous proposons donc le Traité des sorcelleries et sortilèges du religieux franciscain Fray Andrés de Olmos qui, en 1553, représente un modèle exceptionnellement exemplaire du genre.

  • Il est convenu, encore à l'heure actuelle, de parler d'un jeu de balle mésoaméricain, antérieur à l'arrivée des Conquérants, et cela malgré l'abondance des données qui viennent contredire cette affirmation : lors du Congrès des Américanistes à Stuttgart, en 1968, S. F. de Borhegyi parle encore, dans sa communication, du "Precolumbian ball game - A Pan-Mesoamerican Tradition". Or, bien avant cette date, on a pu identifier trois autres jeux de balle, dont les caractères sont, de façon ostensible, très distincts. Dès l'époque de la Conquête, Diego de Landa parle d'un jeu qui se pratique dans la maison commune de chaque village, au Yucatan. A Teotihuacan, A. Caso a montré l'existence d'un autre jeu, dépeint dans les fresques du Tlalocan à Tepantitla ; et, lors de ses fouilles à Dainzú, I. Bernai a mis à jour des dalles sculptées qui présentent une version pour le moins distincte, d'époque préclassique, du jeu le plus connu. Il semblait donc nécessaire de diversifier les approches et de considérer les divers jeux de balle précolombiens. Bien plus, il est de tradition de mêler, au cours des travaux présentés, les données procédant de l'ethnohistoire (codices, lienzos, chroniques), valables pour les Aztèques ou les Mixtèques, essentiellement, avec celles d'ordre archéologique (les terrains), ou iconographiques (l'étude des sculptures, des os, des céramiques...) ou même ethnologiques. Il va de soi qu'une étude complète du sujet se doit de tenir compte de toutes les informations et les sources disponibles, mais chaque domaine mérite une analyse propre, avant que l'on puisse procéder à une synthèse qui, de toute manière, doit respecter la chronologie : des données utiles pour le jeu en période aztèque ne peuvent, de toute évidence, pas être transposées sans preuves dans le contexte de la civilisation maya.

  • Sur la frontière nord de l'ancienne Mésoamérique, les Espagnols qui viennent de conquérir le domaine aztèque se heurtent à un monde fondamentalement différent et bien plus difficile à soumettre : celui des Chichimèques. Ceux-ci parcourent le Haut Plateau semi-aride entre les deux Sierra Madre par petites bandes plus ou moins autonomes qui pratiquent la chasse et la collecte. Malgré plus de quatre millénaires de voisinage avec les agriculteurs mésoaméricains ils conservent, envers et contre tout, ces particularités essentielles. Un tel contraste culturel n'a pas manqué d'attirer l'attention des témoins espagnols, pendant les xvie, xviie et xviiie siècles. C'est à partir de ces sources écrites que l'ethnohistoire a pu présenter un panorama détaillé des coutumes des chasseurs-collecteurs, telles qu'elles étaient perçues à l'époque. Mais l'archéologie est encore loin d'avoir reconnu à ces populations du nord l'importance qu'elles ont eu dans le Mexique préhispanique. Les quelques études qui leur ont été consacrées à ce jour sont signalées au long de ce travail qui voudrait être une modeste contribution aux recherches archéologiques sur la frontière nord de la Mésoamérique.

  • El sitio arqueológico de San Antonio Nogalar se encuentra aproximadamente a 110 km al noroeste de Tampico, en el municipio de Gonzalez, en Tamaulipas. Fue descubierto por Joaquín Meade en 1950; este historiador consideró que se trataba de la legendaria Tamaholipa, de la cual habla el misionero franciscano fray Andrés de Olmos en el siglo XVI. Meade tuvo el mérito de haber señalado el nombre del sitio que dio origen al estado de Tamaulipas. En los años de 1953-1954, Richard Mc Neish hace una serie de sondeos y recolección en la superficie; según estos estudios, la época de ocupación del sitio fue en la fase Laguna, situada en el preclásico final, es decir, en los últimos siglos antes de Cristo. En 1964 se descubre un cementerio indígena. En 1967 se realiza una visita de la misión francesa y se percatan de la importancia del sitio. Las excavaciones se llevan a cabo entre abril y mayo de 1968. La segunda etapa de excavaciones tuvo lugar en abril de 1969. El grupo que hace las primeras excavaciones estaba formado por Guy Stresser-Péan, Claude Stresser-Péan, Victor Lagarde (fotógrafo) y Cornelis Grootenboer (topógrafo y diseñador). La investigación se extendió a los sitios de Los Laureles y El Ojital, así como a los abrigos del Risco de las Cenizas y al Risco de Los Monos, donde se encontraron pinturas rupestres. El libro da cuenta de una exhaustiva investigación que no se detiene en lo arqueológico, sino que se extiende a lo histórico, botánico, zootécnico, lo mismo que al estudio de las osamentas encontradas en el lugar. El tema sigue siendo de actualidad dada la importancia del sitio arqueológico y el completo repaso histórico de los grupos que habitaron la región.

  • Argelia en la vida intelectual de Bourdieu es de fundamental importancia. Reside en ese país de 1955 a 1960 y vive el proceso de liberación. Realiza múltiples rupturas y conversiones analíticas y disciplinarias. Conceptos clave de su sistema teórico.

  • Primera publicación en español de los artículos del enciclopedista francés Léon Diguet (1859-1926) quien realizó trabajos lingüísticos, arqueológicos, botánicos sobre la costa oeste de México.

  • Antología de 23 artículos del antropólogo alemán Preuss, que tienen como referente la etnografía durante su expedición al Nayarit y cuyos temas se distribuyeron en cuatro partes: preámbulo, informes de campo, artículos museográficos, etnográficos y etnológicos y ensayos etnohistóricos y etnoarqueológicos.

  • Trabajo que ofrece al lector un panorama general de los procesos políticos y socioeconómicos que destacan en la historia de Belice, desde la fundación del asentamiento de cortadores de árboles a principios del siglo XVII, con sus formas de gobierno y organización, su transformación en colonia británica, la problemática económica, los partidos políticos y la lucha del movimiento independentista; hasta la disputa internacional entre México, Inglaterra, España y Guatemala por la obtención de su soberanía, que lo lleva a lograr su independencia en el año 1981.

  • Este estudio reconstituye las prácticas colectivas e individuales de un grupo de la élite colonial, los oficiales de la administración de finanzas en la Nueva España, en el que se asocia la trayectoria socio profesional a su vida familiar, social y económica y nos permite reflexionar acerca del funcionamiento del Estado imperial, en el ejercicio del poder de la Colonia.

empty