Langue française

  • « La France a perdu une bataille, mais elle n'a pas perdu la guerre » : cette formule que le général de Gaulle fit placarder sur les murs de Londres à l'été 1940 résume pour nous, Français, l'esprit de résistance. Lorsque tout est perdu, il reste l'espérance. Lorsque l'espérance demeure, le combat reste possible.À partir de l'été 2020, il était prévu de commémorer les appels du général de Gaulle à la résistance et au combat pour en retrouver l'élan. Nul n'avait prévu que quatre-vingts ans plus tard presque jour pour jour, ces actes de mémoire seraient obscurcis par un autre combat : celui que nous menons, à l'instar de toutes les nations, contre la pandémie.L'usage par le président de la République française de la métaphore guerrière pour décrire ce combat a été contesté. Destinée à frapper les esprits (ce qu'elle fit), cette métaphore sembla ensuite exagérée. La mobilisation de ressources techniques, scientifiques, humaines, morales et patriotiques qu'exige la lutte contre le coronavirus ressemble pourtant aux moyens que requiert une guerre. Le consentement du peuple français à la suspension de libertés fondamentales, l'intensité des efforts des soignants, leur corps-à-corps quotidien avec la mort dessinent des conditions point éloignées de l'état de guerre. Aucun soldat du reste ne songerait à placer le courage et le dévouement des soignants dans la course de vitesse contre la maladie en deçà des vertus démontrées par les militaires sur les théâtres d'opération.Sans doute la métaphore présidentielle n'allait-elle pas jusqu'à faire référence à un autre état de guerre qu'avait connu notre pays : celui de juin 1940. Alors comme maintenant, l'effondrement des capacités opposées à l'ennemi fut rapide, brutal et sidérant. Il a suffi de quelques jours à la France de 1940 pour constater qu'elle s'était fourvoyée depuis des années dans ses anticipations stratégiques et n'avait pas installé un dispositif à la hauteur de la menace.De même, en 2020, l'épidémie a frappé une France qui se croyait prête mais qui ne l'était pas. Pour des raisons qui restent à déterminer, nous avons confié la santé publique aux épigones du général Gamelin. Surpris de ne pouvoir s'appuyer sur un appareil administratif qu'il croyait paré, le gouvernement français a chancelé, comme le randonneur qui n'aperçoit pas le trou sous la couche de feuillage faisant paraître ferme le chemin.Le gouvernement dut construire en temps de crise l'arsenal qu'il est de bonne gouvernance de préparer par temps calme. Le pays dut se résigner à accepter de la part de son système de santé publique ce que jamais il n'aurait accepté de ses armées.Alors oui, nous avons perdu une bataille. Nos lignes ont été transpercées. Il a fallu déclencher un niveau d'alerte sans précédent.La ressemblance va plus loin encore.
    Présentation de la collection : Et après ? Notre monde post-coronavirus ne sera sans doute plus le même. Quel sera le rôle de l'État ? Doit-on remettre en cause la mondialisation ? Doit-on se méfier ou s'appuyer davantage sur les scientifiques ? Autant de questions, et bien d'autres, sur lesquelles il faudra se pencher.Les Éditions de l'Observatoire, depuis leur création, ont l'ambition d'anticiper et de créer les débats d'idées. Nous continuons donc notre mission dans cette période propre à la réflexion en publiant de courts livres numériques qui amorcent déjà les thèmes de ce « monde d'après ». Nos auteurs ont répondu présents, conscients de former au sein de leur maison d'édition une véritable communauté de pensée.
    Muriel Beyer
    Directrice des Éditions de l'Observatoire

  • Niés. Inexistants. Invisibles. Oubliés. Méconnus. Négligés. Mis à part. Maltraités.Les mots sont forts, mais aucun ne semble être à la hauteur. Aidants d'une personne âgée, d'un proche malade ou handicapé. Soignants libéraux ou en ehpad, du sanitaire ou du médico-social. Responsables de services d'aide et d'accompagnement à domicile ou de réseaux de santé pluri-thématiques. Médecins généralistes comme gériatres.Tous disent l'abandon subi par le monde du domicile lors de la crise du Covid-19.Lorsque la pandémie s'est abattue sur le pays, l'urgence a été de renforcer les services hospitaliers à tout prix. Si on considère que le risque premier était la saturation des lits de réanimation, c'était alors plutôt logique. Mais c'était cependant oublier que même le plus performant des systèmes hospitaliers ne peut gérer seul tous les malades.À l'image d'un château fort qui, face à l'ennemi, replie un maximum de ses forces pour se protéger et relève le pont-levis, laissant les habitants des villages au-delà des remparts à la merci des attaquants, le monde du domicile a été abandonné à son sort de la même façon, victime d'économies drastiques et incohérentes, d'un manque de personnel évident, d'une cruelle absence de reconnaissance ou peut-être, devrais-je dire, tout simplement d'un désintérêt politique sévère depuis de nombreuses années.À l'aube d'un énième plan de refonte du système de soins, il est temps de se poser une question : veut-on encore vraiment d'un monde hors de l'hôpital ?

    Présentation de la collection : Et après ? Notre monde post-coronavirus ne sera sans doute plus le même. Quel sera le rôle de l'État ? Doit-on remettre en cause la mondialisation ? Doit-on se méfier ou s'appuyer davantage sur les scientifiques ? Autant de questions, et bien d'autres, sur lesquelles il faudra se pencher.
    Les Éditions de l'Observatoire, depuis leur création, ont l'ambition d'anticiper et de créer les débats d'idées. Nous continuons donc notre mission dans cette période propre à la réflexion en publiant de courts livres numériques qui amorcent déjà les thèmes de ce « monde d'après ». Nos auteurs ont répondu présents, conscients de former au sein de leur maison d'édition une véritable communauté de pensée.
    Muriel Beyer
    Directrice des Éditions de l'Observatoire

  • "Sous le virus, la société ! En obligeant les trois-quarts de la population à rester chez soi, la crise sanitaire a accéléré notre prise de conscience : une classe de services, essentielle, mais largement invisible, a émergé à la faveur du confinement. C'est le « back office de la société », cette infrastructure nécessaire pour se nourrir, se soigner, se protéger ou s'instruire. Mais à quelles conditions ces travailleurs mal payés et si peu considérés peuvent-ils sortir de l'invisibilité sociale à laquelle ils semblent condamnés ? Nos applaudissements ne suffiront pas à valoriser ce nouveau Tiers État. Comme en 1789, il croit à la promesse qui lui a été faite durant la crise. Pour le philosophe Denis Maillard, il est désormais temps d'honorer cette promesse par une réelle politique d'émancipation.

    Présentation de la collection : Et après ? Notre monde post-coronavirus ne sera sans doute plus le même. Quel sera le rôle de l'État ? Doit-on remettre en cause la mondialisation ? Doit-on se méfier ou s'appuyer davantage sur les scientifiques ? Autant de questions, et bien d'autres, sur lesquelles il faudra se pencher.
    Les Éditions de l'Observatoire, depuis leur création, ont l'ambition d'anticiper et de créer les débats d'idées. Nous continuons donc notre mission dans cette période propre à la réflexion en publiant de courts livres numériques qui amorcent déjà les thèmes de ce « monde d'après ». Nos auteurs ont répondu présents, conscients de former au sein de leur maison d'édition une véritable communauté de pensée.
    Muriel Beyer
    Directrice des Éditions de l'Observatoire"

  • "Nous ne pensions pas vivre pareille aventure : un être microscopique est parvenu à briser le cours ordinaire des choses à l'échelle planétaire, nous plongeant tous dans un mélange sidérant de pesante tranquillité et de course contre la montre. Confinés dans le temps, par nature, nous voilà aussi confinés dans de tout petits volumes d'espace. Pour le physicien et philosophe des sciences Étienne Klein, cette situation inédite, bien qu'elle bouleverse nos repères, aura eu pour effet de nous resynchroniser provisoirement avec le monde : pour une fois, il ne nous devance plus. Du coup, alors même que la pandémie nous compresse dans le présent, nous nous sentons paradoxalement invités à réinvestir sérieusement l'idée d'avenir. Mais pour configurer judicieusement le « monde d'après », nous devrons tenir compte de ce que nous savons, notamment grâce aux sciences de l'environnement, et aussi de ce nous sommes en train d'apprendre et de comprendre grâce à cette crise mondiale.

    Présentation de la collection : Et après ? Notre monde post-coronavirus ne sera sans doute plus le même. Quel sera le rôle de l'État ? Doit-on remettre en cause la mondialisation ? Doit-on se méfier ou s'appuyer davantage sur les scientifiques ? Autant de questions, et bien d'autres, sur lesquelles il faudra se pencher.
    Les Éditions de l'Observatoire, depuis leur création, ont l'ambition d'anticiper et de créer les débats d'idées. Nous continuons donc notre mission dans cette période propre à la réflexion en publiant de courts livres numériques qui amorcent déjà les thèmes de ce « monde d'après ». Nos auteurs ont répondu présents, conscients de former au sein de leur maison d'édition une véritable communauté de pensée.
    Muriel Beyer
    Directrice des Éditions de l'Observatoire"

  • "La pandémie actuelle a révélé l'incapacité des États à protéger leurs citoyens. Face au drame, ces derniers n'ont eu d'autre choix que de retrouver leur autonomie. Pour l'essayiste Pierre Bentata, il ne tient qu'à nous de relever la tête pour que demain advienne enfin le monde d'hier, celui de Zweig et de La Boétie ; une opportunité unique pour renouer avec l'idéal d'une société d'hommes libres.

    Présentation de la collection : Et après ? Notre monde post-coronavirus ne sera sans doute plus le même. Quel sera le rôle de l'État ? Doit-on remettre en cause la mondialisation ? Doit-on se méfier ou s'appuyer davantage sur les scientifiques ? Autant de questions, et bien d'autres, sur lesquelles il faudra se pencher.
    Les Éditions de l'Observatoire, depuis leur création, ont l'ambition d'anticiper et de créer les débats d'idées. Nous continuons donc notre mission dans cette période propre à la réflexion en publiant de courts livres numériques qui amorcent déjà les thèmes de ce « monde d'après ». Nos auteurs ont répondu présents, conscients de former au sein de leur maison d'édition une véritable communauté de pensée.
    Muriel Beyer
    Directrice des Éditions de l'Observatoire
    "

  • "Les régimes autoritaires, Chine en tête, parce qu'ils disposent d'une capacité de décision centralisée et rapide, et de moyens de coercition supérieurs, ont-ils démontré une plus grande efficacité dans la lutte contre cette nouvelle épidémie de coronavirus ? Pour l'essayiste Brice Couturier, la réponse est non ! Il y aura certes une accélération du glissement du monde vers l'Asie du Sud-Est, mais pas nécessairement au bénéfice de la Chine. Car les États qui ont le mieux géré la crise n'ont pas été les dictatures, mais bien les démocraties (Taïwan, Corée du Sud).

    Présentation de la collection : Et après ? Notre monde post-coronavirus ne sera sans doute plus le même. Quel sera le rôle de l'État ? Doit-on remettre en cause la mondialisation ? Doit-on se méfier ou s'appuyer davantage sur les scientifiques ? Autant de questions, et bien d'autres, sur lesquelles il faudra se pencher.
    Les Éditions de l'Observatoire, depuis leur création, ont l'ambition d'anticiper et de créer les débats d'idées. Nous continuons donc notre mission dans cette période propre à la réflexion en publiant de courts livres numériques qui amorcent déjà les thèmes de ce « monde d'après ». Nos auteurs ont répondu présents, conscients de former au sein de leur maison d'édition une véritable communauté de pensée.
    Muriel Beyer
    Directrice des Éditions de l'Observatoire"

  • "Changer le monde est le mantra de l'après-pandémie. Mais qu'entend-on par « changer le monde » ? Et quel monde s'agit-il de changer ? En revenant aux sources grecques de l'idée d'épidémie, une vision nouvelle de ce qu'est le monde, et de la manière dont les êtres humains y cohabitent avec les créatures les plus diverses, et parfois les plus hostiles, se fait jour - dont la méditation permettrait peut-être de dépasser les proclamations de principe un peu creuse en faveur d'un « monde d'après ». Car tout monde a son coût.

    Présentation de la collection : Et après ? Notre monde post-coronavirus ne sera sans doute plus le même. Quel sera le rôle de l'État ? Doit-on remettre en cause la mondialisation ? Doit-on se méfier ou s'appuyer davantage sur les scientifiques ? Autant de questions, et bien d'autres, sur lesquelles il faudra se pencher.
    Les Éditions de l'Observatoire, depuis leur création, ont l'ambition d'anticiper et de créer les débats d'idées. Nous continuons donc notre mission dans cette période propre à la réflexion en publiant de courts livres numériques qui amorcent déjà les thèmes de ce « monde d'après ». Nos auteurs ont répondu présents, conscients de former au sein de leur maison d'édition une véritable communauté de pensée.
    Muriel Beyer
    Directrice des Éditions de l'Observatoire"

  • "« Demain est un autre jour », « il y aura un avant et un après » : notre goût pour les lapalissades temporelles est indémodable. Tout comme le rêve de table rase qui les alimente. Que nous dit cette paradoxale nostalgie d'un futur rayonnant, forgé dans le feu des crises ? L'espoir du renouveau est-il la marque des esprits vivaces, qui savent faire bon usage d'une mauvaise fortune et voient la possibilité d'un changement radical là où tout ne semble qu'adversité ? Ou bien cette promesse de l'aube épinglée à l'horizon indéfini n'est-elle que l'un des nombreux visages qu'adopte, au fil des soubresauts de l'histoire et de la nature, le fantasme fécond et fatal du Grand Soir ?

    /> Présentation de la collection : Et après ? Notre monde post-coronavirus ne sera sans doute plus le même. Quel sera le rôle de l'État ? Doit-on remettre en cause la mondialisation ? Doit-on se méfier ou s'appuyer davantage sur les scientifiques ? Autant de questions, et bien d'autres, sur lesquelles il faudra se pencher.
    Les Éditions de l'Observatoire, depuis leur création, ont l'ambition d'anticiper et de créer les débats d'idées. Nous continuons donc notre mission dans cette période propre à la réflexion en publiant de courts livres numériques qui amorcent déjà les thèmes de ce « monde d'après ». Nos auteurs ont répondu présents, conscients de former au sein de leur maison d'édition une véritable communauté de pensée.
    Muriel Beyer
    Directrice des Éditions de l'Observatoire"

  • "Au cours de ce confinement, nous n'avons assurément pas manqué d'imagination pour nous occuper intelligemment ; « lire et retrouver le sens des choses », avait même suggéré le président de la République. Mais inévitablement est arrivé le moment où nous avons tristement ressenti un manque : comment se divertir ? Il y a donc fort à parier que nous renouions après avec ce qui nous fait défaut aujourd'hui : l'intensité des échanges, de la vie réelle ; en un mot, le mouvement. Ce serait une heureuse perspective si elle ne se heurtait pas à une brutale réalité : face aux divertissements, la société demeure traversée de nombreuses inégalités.


    Présentation de la collection : Et après ? Notre monde post-coronavirus ne sera sans doute plus le même. Quel sera le rôle de l'État ? Doit-on remettre en cause la mondialisation ? Doit-on se méfier ou s'appuyer davantage sur les scientifiques ? Autant de questions, et bien d'autres, sur lesquelles il faudra se pencher.
    Les Éditions de l'Observatoire, depuis leur création, ont l'ambition d'anticiper et de créer les débats d'idées. Nous continuons donc notre mission dans cette période propre à la réflexion en publiant de courts livres numériques qui amorcent déjà les thèmes de ce « monde d'après ». Nos auteurs ont répondu présents, conscients de former au sein de leur maison d'édition une véritable communauté de pensée.
    Muriel Beyer
    Directrice des Éditions de l'Observatoire"

  • "Les crises sont des moments stratégiques où les pouvoirs peuvent se redistribuer. Le Covid-19 nous confronte à des réalités nouvelles comme la dépendance à l'industrie chinoise, mais aussi la montée en puissance des géants américains du numérique dans le domaine de la santé. Ces entreprises sont des alliés, mais cette situation d'urgence ne doit pas devenir pour elles l'occasion de prendre sur nos vies un trop grand pouvoir. Pour la scientifique Laurence Devillers, nos gouvernements doivent prendre conscience que ces diverses dépendances nous aliènent et font obstacle au dynamisme de notre économie. Nous avons besoin de transparence et de pédagogie sur les outils du numérique pour relancer notre économie dans l'après-crise.

    Présentation de la collection : Et après ? Notre monde post-coronavirus ne sera sans doute plus le même. Quel sera le rôle de l'État ? Doit-on remettre en cause la mondialisation ? Doit-on se méfier ou s'appuyer davantage sur les scientifiques ? Autant de questions, et bien d'autres, sur lesquelles il faudra se pencher.
    Les Éditions de l'Observatoire, depuis leur création, ont l'ambition d'anticiper et de créer les débats d'idées. Nous continuons donc notre mission dans cette période propre à la réflexion en publiant de courts livres numériques qui amorcent déjà les thèmes de ce « monde d'après ». Nos auteurs ont répondu présents, conscients de former au sein de leur maison d'édition une véritable communauté de pensée.
    Muriel Beyer
    Directrice des Éditions de l'Observatoire"

  • "La pandémie de Covid-19 constitue une épreuve par laquelle nous mesurons les limites de notre savoir et de notre pouvoir. En nous plaçant devant l'inexplicable et l'incurable ainsi que devant des conflits de valeurs insurmontables, elle réveille le sentiment tragique de l'existence. Mais cette défaite de l'optimisme prométhéen est aussi, en France, un éveil du sens du réel et de l'esprit critique face aux chimères du postnational, qui ont contribué à faire perdre à la nation son indépendance. Pour le philosophe Pierre-André Taguieff, l'heure est à la réinvention d'un État souverain, cadre nécessaire pour une démocratie forte.


    Présentation de la collection : Et après ? Notre monde post-coronavirus ne sera sans doute plus le même. Quel sera le rôle de l'État ? Doit-on remettre en cause la mondialisation ? Doit-on se méfier ou s'appuyer davantage sur les scientifiques ? Autant de questions, et bien d'autres, sur lesquelles il faudra se pencher.
    Les Éditions de l'Observatoire, depuis leur création, ont l'ambition d'anticiper et de créer les débats d'idées. Nous continuons donc notre mission dans cette période propre à la réflexion en publiant de courts livres numériques qui amorcent déjà les thèmes de ce « monde d'après ». Nos auteurs ont répondu présents, conscients de former au sein de leur maison d'édition une véritable communauté de pensée.
    Muriel Beyer
    Directrice des Éditions de l'Observatoire"

  • "L'Europe, cette civilisation née il y a près de trois mille ans sur un petit cap du continent asiatique, a survécu à tout : la fin des Empires grec et romain, les invasions barbares, les guerres de religions, le fascisme et le communisme. Elle est parfois vacillante, parfois malade, mais toujours vivante, puissante et actrice majeure des destinées de la planète. La civilisation européenne n'est pas construite sur une fiction, théologique, ou idéologique, mais sur une éthique. Ainsi cette civilisation survit-elle aux autres, comme la réalité survit aux rêves ou aux cauchemars. Pour ceux dont les yeux voient et dont les oreilles entendent, la crise du coronavirus a réveillé une évidence : demain, nous serons tous des citoyens européens. Ce sera une grande joie, un désir qui s'accomplit enfin. Celui de tenir une promesse qui engageait la mémoire des morts innombrables et les vies à venir.

    Présentation de la collection : Et après ? Notre monde post-coronavirus ne sera sans doute plus le même. Quel sera le rôle de l'État ? Doit-on remettre en cause la mondialisation ? Doit-on se méfier ou s'appuyer davantage sur les scientifiques ? Autant de questions, et bien d'autres, sur lesquelles il faudra se pencher.
    Les Éditions de l'Observatoire, depuis leur création, ont l'ambition d'anticiper et de créer les débats d'idées. Nous continuons donc notre mission dans cette période propre à la réflexion en publiant de courts livres numériques qui amorcent déjà les thèmes de ce « monde d'après ». Nos auteurs ont répondu présents, conscients de former au sein de leur maison d'édition une véritable communauté de pensée.
    Muriel Beyer
    Directrice des Éditions de l'Observatoire"

  • "La pandémie de Covid-19 constitue une épreuve par laquelle nous mesurons les limites de notre savoir et de notre pouvoir. En nous plaçant devant l'inexplicable et l'incurable ainsi que devant des conflits de valeurs insurmontables, elle réveille le sentiment tragique de l'existence. Mais cette défaite de l'optimisme prométhéen est aussi, en France, un éveil du sens du réel et de l'esprit critique face aux chimères du postnational, qui ont contribué à faire perdre à la nation son indépendance. Pour le philosophe Pierre-André Taguieff, l'heure est à la réinvention d'un État souverain, cadre nécessaire pour une démocratie forte.


    Présentation de la collection : Et après ? Notre monde post-coronavirus ne sera sans doute plus le même. Quel sera le rôle de l'État ? Doit-on remettre en cause la mondialisation ? Doit-on se méfier ou s'appuyer davantage sur les scientifiques ? Autant de questions, et bien d'autres, sur lesquelles il faudra se pencher.
    Les Éditions de l'Observatoire, depuis leur création, ont l'ambition d'anticiper et de créer les débats d'idées. Nous continuons donc notre mission dans cette période propre à la réflexion en publiant de courts livres numériques qui amorcent déjà les thèmes de ce « monde d'après ». Nos auteurs ont répondu présents, conscients de former au sein de leur maison d'édition une véritable communauté de pensée.
    Muriel Beyer
    Directrice des Éditions de l'Observatoire"

  • "Témoins et acteurs du plus beau comme du plus sombre, nous apprenons tous de ce confinement social et économique. Nos décideurs tentent d'adapter leur discours face à une situation incertaine ; l'hôpital fait l'expérience de ses nombreux dysfonctionnements ; les professeurs élaborent de nouvelles pédagogies. Pour penser cet « après », qui n'est encore qu'un horizon inconnu, Aurélie Jean nous appelle à enrichir notre culture scientifique ; celle-ci, reposant sur l'observation, l'expérimentation et le raisonnement logique se montre essentielle pour forger notre esprit critique et pour nous engager dans l'après-crise de manière éclairée.

    Présentation de la collection : Et après ? Notre monde post-coronavirus ne sera sans doute plus le même. Quel sera le rôle de l'État ? Doit-on remettre en cause la mondialisation ? Doit-on se méfier ou s'appuyer davantage sur les scientifiques ? Autant de questions, et bien d'autres, sur lesquelles il faudra se pencher.
    Les Éditions de l'Observatoire, depuis leur création, ont l'ambition d'anticiper et de créer les débats d'idées. Nous continuons donc notre mission dans cette période propre à la réflexion en publiant de courts livres numériques qui amorcent déjà les thèmes de ce « monde d'après ». Nos auteurs ont répondu présents, conscients de former au sein de leur maison d'édition une véritable communauté de pensée.
    Muriel Beyer
    Directrice des Éditions de l'Observatoire"

  • "Profitons de la rupture, du temps d'arrêt que nous impose la catastrophe pour non pas sombrer dans l'immobilisme, mais ouvrir des perspectives. La vie suppose le mouvement, l'énergie, c'est pourquoi l'ignorance ne doit pas entamer l'ambition, ni le doute la volonté. Volonté de donner une nouvelle signification à ce que l'on vit, ambition de modifier certains aspects de nos existences. Subir de plein fouet de tels remous nous impose non pas des prédictions hasardeuses, mais une exigence renouvelée de lucidité. Quelles perspectives cette période ouvrira-t-elle sur notre rapport au temps, au progrès, au travail, aux autres, à soi-même ? C'est ce que la philosophe Julia de Funès esquisse dans ces quelques pages.

    Présentation de la collection : Et après ? Notre monde post-coronavirus ne sera sans doute plus le même. Quel sera le rôle de l'État ? Doit-on remettre en cause la mondialisation ? Doit-on se méfier ou s'appuyer davantage sur les scientifiques ? Autant de questions, et bien d'autres, sur lesquelles il faudra se pencher.
    Les Éditions de l'Observatoire, depuis leur création, ont l'ambition d'anticiper et de créer les débats d'idées. Nous continuons donc notre mission dans cette période propre à la réflexion en publiant de courts livres numériques qui amorcent déjà les thèmes de ce « monde d'après ». Nos auteurs ont répondu présents, conscients de former au sein de leur maison d'édition une véritable communauté de pensée.
    Muriel Beyer
    Directrice des Éditions de l'Observatoire"

  • La pandémie, c'est la maladie de tous. Mais la pauvreté reste le malheur de quelques-uns. Le confinement a engendré une crise économique terrible dont la principale conséquence sera l'augmentation forte des inégalités. En Europe comme aux États-Unis, les réponses apportées pour limiter la violence de la crise renforceront encore plus le clivage patrimonial entre ceux qui possèdent des actifs et les autres. Pour Robin Rivaton, la solidarité affichée dans l'épreuve que nous venons de vivre pourrait rapidement alors laisser place à la colère...

    Présentation de la collection : Et après ? Notre monde post-coronavirus ne sera sans doute plus le même. Quel sera le rôle de l'État ? Doit-on remettre en cause la mondialisation ? Doit-on se méfier ou s'appuyer davantage sur les scientifiques ? Autant de questions, et bien d'autres, sur lesquelles il faudra se pencher.
    Les Éditions de l'Observatoire, depuis leur création, ont l'ambition d'anticiper et de créer les débats d'idées. Nous continuons donc notre mission dans cette période propre à la réflexion en publiant de courts livres numériques qui amorcent déjà les thèmes de ce « monde d'après ». Nos auteurs ont répondu présents, conscients de former au sein de leur maison d'édition une véritable communauté de pensée.
    Muriel Beyer
    Directrice des Éditions de l'Observatoire

  • Colonialisme, sexisme, racisme, islamophobie : pas une semaine ne passe sans qu'une polémique de nature identitaire ne vienne mettre en cause notre pays, ses institutions ou son histoire. La crise Covid et le confinement auront constitué une pause de courte durée dans cette surenchère identitaire : à l'occasion de la mort de George Floyd aux États-Unis, les polémiques se sont déconfinées, pointant du doigt le racisme dans la police. Comment en sommes-nous arrivés à faire des questions d'identité le fond d'une bonne part du débat public ? La raison tient en une expression : l'entrée de notre pays dans « l'âge identitaire ». Un moment particulier de notre histoire intellectuelle et politique qui voit le libéralisme culturel modifier profondément la manière dont nous vivons les uns avec les autres. C'est cette histoire que raconte Laurent Bouvet : elle naît en Europe, s'épanouit aux États-Unis et nous revient aujourd'hui, mettant en péril l'universalisme républicain.

    Présentation de la collection : Et après ? Notre monde post-coronavirus ne sera sans doute plus le même. Quel sera le rôle de l'État ? Doit-on remettre en cause la mondialisation ? Doit-on se méfier ou s'appuyer davantage sur les scientifiques ? Autant de questions, et bien d'autres, sur lesquelles il faudra se pencher.
    Les Éditions de l'Observatoire, depuis leur création, ont l'ambition d'anticiper et de créer les débats d'idées. Nous continuons donc notre mission dans cette période propre à la réflexion en publiant de courts livres numériques qui amorcent déjà les thèmes de ce « monde d'après ». Nos auteurs ont répondu présents, conscients de former au sein de leur maison d'édition une véritable communauté de pensée.
    Muriel Beyer
    Directrice des Éditions de l'Observatoire

  • "S'informer n'a jamais été aussi complexe, entre fausses informations, rumeurs et mensonges partagés à grande échelle. Ces fake news, qui touchent aussi bien les organisations publiques que les entreprises, ont été extrêmement nombreuses pendant la crise du coronavirus. Pourtant des solutions existent pour lutter contre les manipulations de l'information. Ces « gestes barrières » passeront par la sensibilisation et l'éducation, la véracité d'une information étant toujours la résultante d'un consensus. Si elles veulent préserver leurs valeurs et défendre leurs intérêts économiques, il est encore temps pour les démocraties de se doter d'une doctrine stratégique, idéologique et opérationnelle dans cette nouvelle guerre froide.

    Présentation de la collection : Et après ? Notre monde post-coronavirus ne sera sans doute plus le même. Quel sera le rôle de l'État ? Doit-on remettre en cause la mondialisation ? Doit-on se méfier ou s'appuyer davantage sur les scientifiques ? Autant de questions, et bien d'autres, sur lesquelles il faudra se pencher.
    Les Éditions de l'Observatoire, depuis leur création, ont l'ambition d'anticiper et de créer les débats d'idées. Nous continuons donc notre mission dans cette période propre à la réflexion en publiant de courts livres numériques qui amorcent déjà les thèmes de ce « monde d'après ». Nos auteurs ont répondu présents, conscients de former au sein de leur maison d'édition une véritable communauté de pensée.
    Muriel Beyer
    Directrice des Éditions de l'Observatoire"

  • Avec la terrible pandémie du Covid-19, une autre calamité s'est abattue sur la France : penseurs et prophètes de malheur ont voulu voir dans cette crise le fruit mérité d'un comportement condamnable. La vérité est qu'une maladie n'a jamais de sens. La recherche éperdue de coupables (« méchant Homme » face à la « gentille Nature », mondialisation, multinationales...) appelés à une sorte de carême expiatoire à coup de fiscalité ou d'interdictions risque de nous valoir un appauvrissement généralisé, et de nous faire passer à côté des vraies leçons à tirer. Lâchez-nous avec le « monde d'après » !

    Présentation de la collection : Et après ? Notre monde post-coronavirus ne sera sans doute plus le même. Quel sera le rôle de l'État ? Doit-on remettre en cause la mondialisation ? Doit-on se méfier ou s'appuyer davantage sur les scientifiques ? Autant de questions, et bien d'autres, sur lesquelles il faudra se pencher.
    Les Éditions de l'Observatoire, depuis leur création, ont l'ambition d'anticiper et de créer les débats d'idées. Nous continuons donc notre mission dans cette période propre à la réflexion en publiant de courts livres numériques qui amorcent déjà les thèmes de ce « monde d'après ». Nos auteurs ont répondu présents, conscients de former au sein de leur maison d'édition une véritable communauté de pensée.
    Muriel Beyer
    Directrice des Éditions de l'Observatoire

  • La mondialisation est un processus culturel qui ne se limite pas à l'économie, et qui a façonné de longue date la civilisation occidentale. La crise du coronavirus ne la remet pas en cause, au contraire. Ce qui est en question, ce sont des dysfonctionnements de la « mondialisation économique et financière ». Pour l'économiste Nicolas Bouzou, nous ne les corrigerons pas par l'enfermement ou le nationalisme, mais bien par un réarmement économique européen et un renforcement du multilatéralisme.

    Présentation de la collection : Et après ? "Notre monde post-coronavirus ne sera sans doute plus le même. Quel sera le rôle de l'État ? Doit-on remettre en cause la mondialisation ? Doit-on se méfier ou s'appuyer davantage sur les scientifiques ? Autant de questions, et bien d'autres, sur lesquelles il faudra se pencher.
    Les Éditions de l'Observatoire, depuis leur création, ont l'ambition d'anticiper et de créer les débats d'idées. Nous continuons donc notre mission dans cette période propre à la réflexion en publiant de courts livres numériques qui amorcent déjà les thèmes de ce « monde d'après ». Nos auteurs ont répondu présents, conscients de former au sein de leur maison d'édition une véritable communauté de pensée."
    Muriel Beyer
    Directrice des Éditions de l'Observatoire

  • Face à la montée massive de l'isolement social, on ne peut plus se contenter de discours qui renvoient l'effectivité de la fraternité républicaine aux vertus de chacun. Une politique efficace est possible et urgente. Avec en première ligne les forces associatives, elle doit faire émerger de nouveaux communs de la République dédiés à la fraternité, proches et accessibles à tous, partout. Équipes citoyennes, tables de la fraternité... Pour Jean-François Serres, la fraternité doit devenir la valeur républicaine amirale, matrice du monde de demain.

    Présentation de la collection : Et après ? Notre monde post-coronavirus ne sera sans doute plus le même. Quel sera le rôle de l'État ? Doit-on remettre en cause la mondialisation ? Doit-on se méfier ou s'appuyer davantage sur les scientifiques ? Autant de questions, et bien d'autres, sur lesquelles il faudra se pencher.
    Les Éditions de l'Observatoire, depuis leur création, ont l'ambition d'anticiper et de créer les débats d'idées. Nous continuons donc notre mission dans cette période propre à la réflexion en publiant de courts livres numériques qui amorcent déjà les thèmes de ce « monde d'après ». Nos auteurs ont répondu présents, conscients de former au sein de leur maison d'édition une véritable communauté de pensée.
    Muriel Beyer
    Directrice des Éditions de l'Observatoire

  • La planète a connu le même sort au même moment, avec la même peur d'une maladie mortelle. Ce virus qui a contraint au confinement plus de trois milliards d'êtres humains a fait émerger des peurs nouvelles ; peur de la récession, et donc du chômage, de la précarité et du déclassement ; peur de l'autre, devenue règle sanitaire à travers la distanciation sociale. Ces peurs ne devront être récupérées par ceux qui rassurent avec des idées simples : les tenants de l'extrémisme, ou les champions du populisme. Mais elles peuvent aussi constituer un moteur formidable, à condition que ceux qui nous gouvernent sachent recréer une société de confiance.

    Présentation de la collection : Et après ? Notre monde post-coronavirus ne sera sans doute plus le même. Quel sera le rôle de l'État ? Doit-on remettre en cause la mondialisation ? Doit-on se méfier ou s'appuyer davantage sur les scientifiques ? Autant de questions, et bien d'autres, sur lesquelles il faudra se pencher.
    Les Éditions de l'Observatoire, depuis leur création, ont l'ambition d'anticiper et de créer les débats d'idées. Nous continuons donc notre mission dans cette période propre à la réflexion en publiant de courts livres numériques qui amorcent déjà les thèmes de ce « monde d'après ». Nos auteurs ont répondu présents, conscients de former au sein de leur maison d'édition une véritable communauté de pensée.
    Muriel Beyer
    Directrice des Éditions de l'Observatoire

  • "Confronté à des choix budgétaires pendant la Seconde Guerre mondiale, Churchill refusa de faire porter des économies sur le secteur culturel, et aurait eu cette phrase fameuse : « Si nous ne nous battons pas pour la Culture, alors pourquoi nous battons-nous ? » Pour Christophe Tardieu, inspecteur général des Finances et administrateur du domaine de Chantilly, la bataille doit s'engager maintenant. Un grand plan de relance est indispensable pour refonder le secteur culturel. Il nous en propose quelques pistes...

    Présentation de la collection : Et après ? Notre monde post-coronavirus ne sera sans doute plus le même. Quel sera le rôle de l'État ? Doit-on remettre en cause la mondialisation ? Doit-on se méfier ou s'appuyer davantage sur les scientifiques ? Autant de questions, et bien d'autres, sur lesquelles il faudra se pencher.
    Les Éditions de l'Observatoire, depuis leur création, ont l'ambition d'anticiper et de créer les débats d'idées. Nous continuons donc notre mission dans cette période propre à la réflexion en publiant de courts livres numériques qui amorcent déjà les thèmes de ce « monde d'après ». Nos auteurs ont répondu présents, conscients de former au sein de leur maison d'édition une véritable communauté de pensée.
    Muriel Beyer
    Directrice des Éditions de l'Observatoire"

  • Depuis 2008, la finance durable a prouvé sa capacité à créer de la valeur. Pour Philippe Zaouati, une nouvelle opportunité s'offre aujourd'hui à elle sur fond de pandémie : celle de devenir la clé de voûte de la transformation du système financier, condition indispensable au renouveau du reste de l'économie. Car il en est persuadé : il n'y aura pas de Green Deal sans finance durable.

    Présentation de la collection : Et après ? Notre monde post-coronavirus ne sera sans doute plus le même. Quel sera le rôle de l'État ? Doit-on remettre en cause la mondialisation ? Doit-on se méfier ou s'appuyer davantage sur les scientifiques ? Autant de questions, et bien d'autres, sur lesquelles il faudra se pencher.
    Les Éditions de l'Observatoire, depuis leur création, ont l'ambition d'anticiper et de créer les débats d'idées. Nous continuons donc notre mission dans cette période propre à la réflexion en publiant de courts livres numériques qui amorcent déjà les thèmes de ce « monde d'après ». Nos auteurs ont répondu présents, conscients de former au sein de leur maison d'édition une véritable communauté de pensée.
    Muriel Beyer
    Directrice des Éditions de l'Observatoire

empty