Littérature traduite

  • À Seattle, les autres vagabonds l'appellent le Magicien. Lui, il voudrait juste qu'on le laisse tranquille. Quand il est revenu du Vietnam, il a cru qu'il avait laissé derrière lui ses vieux démons. Il ne voulait plus jamais sentir le souffle empoisonné de la guerre.
    Mais quelque chose de maléfique s'insinue dans les rues de la cité, une magie noire qui menace la ville tout entière. Seul le Magicien possède un pouvoir suffisant pour l'arrêter. Alors bientôt, il devra choisir : rester et se battre, au risque de tout perdre, ou s'enfuir. Être un Magicien, le dernier, ou simplement un homme.

    Le Dernier Magicien est incontestablement un excellent roman de fantasy urbaine où l'on trouve en germe tous les éléments émotionnels - solitude, peur du rejet, difficulté du choix entre loyauté et liberté - dont l'auteur se servit par la suite sous un autre nom. Remarquable par sa fine observation de l'âme humaine, ce livre ravira les fans de Robin Hobb, mais séduira aussi des lecteurs qui ne se sont jamais sentis attirés par ses oeuvres plus connues. Prix Imaginales 2003 du meilleur roman de fantasy.

  • Située dans un Arctique préhistorique légendaire, menacée par la venue d'un âge glaciaire, l'Hyperborée est, en ces temps immémoriaux, une contrée paradisiaque aux jungles luxuriantes et aux dieux cyclopéens. La gigantesque et baroque cité d'Uzuldaroum doit faire face aux féroces adorateurs de la divinité Tsathoggua et à d'autres cultes rendus à des entités encore plus effrayantes comme Iog-Sottot et Kthulhut...

    Dans Hyperborée, Clark Ashton Smith enrichit à sa manière le célèbre mythe de Cthulhu de H. P. Lovecraft. Avec Poséidonis, l'auteur écrit son cycle le plus mélancolique et le plus poétique sans pour autant se départir de son ironie douce-amère et de son humour noir. Il nous invite à rêver à l'ultime trace d'un monde perdu, la dernière île et les derniers habitants de l'antique continent englouti le plus célèbre : l'Atlantide.

empty