Stephane Courtois

  • " La " biographie politique de Lénine, l'homme qui a fait basculer le monde dans le XXe siècle - l'époque des totalitarismes communistes, fascistes et nazi - par Stéphane Courtois, le maitre d'oeuvre du Livre noir du communisme, best-seller mondial.Vladimir Ilitch Oulianov, plus connu sous le nom de Lénine, a été l'un des personnages clés du XXe siècle. Celui qui, avant 1917, n'était connu que des habitués du mouvement révolutionnaire russe, est soudain apparu en pleine lumière. Il s'empara avec une formidable audace du pouvoir en Russie, y créa le premier régime communiste qui allait essaimer dans une vingtaine de pays jusqu'en 1989-1991, ainsi qu'une Internationale communiste dirigeant plus de 90 partis dans le monde.
    Ce régime et ce mouvement international furent la première manifestation de ce que, dès les années 1920, de nombreux observateurs nommèrent le totalitarisme, un phénomène politique inédit caractérisé par sa haine de la démocratie représentative, son mépris absolu des droits de l'homme et la volonté de domination totale d'un parti sur l'État, sur la société et même sur l'individu.
    Alors que " le Grand Lénine " a été présenté durant un siècle comme un immense héros populaire, voire comme un démocrate, l'auteur, s'appuyant sur une impressionnante documentation peu exploitée jusqu'ici, montre qu'en réalité le chef du parti bolchevique avait conçu son projet liberticide dans l'ombre de la clandestinité durant une quinzaine d'années, avant de profiter, en 1917, de circonstances inattendues pour le mettre en oeuvre.
    Mélange d'utopie radicale et de terreur systématique, ce projet finit par imploser en 1989-1991 non sans laisser derrière lui, à travers le monde, une immense tragédie humaine ponctuée de guerres civiles, de Goulags, de destruction de la culture et de massacres de masse.
    Loin de l'image glorieuse établie par la propagande des uns et l'ignorance des autres, Stéphane Courtois éclaire la face obscure d'un Lénine qui, dès 1920, devint le modèle-repoussoir de Mussolini puis de Hitler, tandis que ses héritiers - Staline, Mao, Pol Pot ... - poussaient la logique du système " léniniste " jusqu'à l'extrême limite du contrôle social et du crime de masse.

  • À l'occasion du XXe anniversaire de la chute du mur de Berlin et de l'effondrement de l'Union soviétique, qui ont marqué la fin du XXe siècle, la Fondation pour l'innovation politique publie l'ouvrage Sortir du communisme, changer d'époque.
    Ce livre a pour objectif de rendre hommage à un moment historique d'une importance considérable, très peu salué comme tel en France, et de mieux connaître les conditions qui ont accompagné la fin du communisme.
    Sous la direction de Stéphane Courtois, une équipe d'une vingtaine d'auteurs d'horizons et de nationalités multiples dressent par leurs expertises un bilan provisoire de la décommunisation dans les ex-pays soviétiques. Ils reviennent sur la nature du communisme, phénomène qui s'est imposé dans le monde entier à partir de 1917 et qui a marqué toute une époque, ainsi que sur les raisons de son brusque effondrement et son impact sur la société civile. Ce livre décrypte la difficile mutation du totalitarisme à la démocratie, la persistance du communisme dans l'Europe réunifiée et son évolution.
    L'échec du modèle soviétique a eu notamment pour conséquences le déclin du parti communiste en France et la montée du nationalisme en Russie. L'échec du communisme laisse à ce jour l'humanité incapable de proposer un modèle alternatif de production et de redistribution des richesses.

  • La face totalitaire inhérente au système communiste est elle liée à son origine, à la nature de ses crimes ? Quelle exacte mémoire peut on conserver de ce système, selon que l'on en a été victime ou adepte ?
    Vingt ans après la chute du mur de Berlin, douze ans après les controverses et le succès - un million d'exemplaires, vingt-cinq traductions - du Livre noir du communisme, Stéphane Courtois propose un recueil aux idées tout aussi décapantes. Prenant le contrepied des thèses traditionnelles sur les origines du totalitarisme, illustrées par Hannah Arendt et George Mosse, il montre le rôle fondamental de Lénine et du bolchevisme dans l'invention, entre 1902 et 1922, de ce phénomène politique inédit. Grâce à l'exploitation des archives de Moscou, il redéfinit le rôle de Staline et la nature des crimes de masse commis par les régimes communistes, ce qu'il appelle le " génocide de classe ", seul concept susceptible d'éclairer la famine ukrainienne ou les assassinats au Cambodge. Enfin, Stéphane Courtois revient sur la mémoire tragique du communisme en Europe centrale et orientale, la mémoire glorieuse du communisme en Europe occidentale " en particulier en France " et la mémoire paradoxale de l'URSS dans la Russie de Vladimir Poutine qui réhabilite Staline. Stéphane Courtois est directeur de recherche au CNRS, directeur de la revue universitaire Communisme (L'Age d'homme) et de la collection " Démocratie ou totalitarisme ". Il a notamment publié Les logiques totalitaires en Europe et le Dictionnaire du communisme.Presse :" Stimulant et polémique "L'Expansion, 24 Septembre 09

  • Pourquoi et comment a pu prospérer, au coeur de la démocratie française, un parti étroitement associé à l'un des grands mouvements totalitaires du XXe siècle ? Deux décennies après la chute du Mur de Berlin, treize ans après la publication du Livre noir du communisme (26 traductions, plus d'un million d'exemplaires vendus dans le monde), Stéphane Courtois, à l'occasion du 90e anniversaire du Parti communiste français, réunit ici ses textes les plus significatifs consacrés à ce qu'il nomme « le bolchévisme à la française ». L'auteur revient sur l'historiographie, rappelant combien elle est l'enjeu d'un conflit aigu entre une mémoire glorieuse et une histoire largement renouvelée par l'ouverture des archives de Moscou. Il aborde le rôle fondamental du bolchévisme et de l'URSS dans la création, en décembre 1920, du parti et montre comment le modèle élaboré à Moscou s'est greffé sur le corps du socialisme français pour imposer en France un bolchévisme gallican. Il s'attache à la figure de ces staliniens français, de ces hommes qui ont construit et dirigé le PCF durant des décennies : les Thorez, Duclos et autres, membres de la nomenklatura communiste internationale. Enfin, il lie le déclin puis la mort du PCF à la chute du mur de Berlin et l'implosion de l'URSS.

  • La propagande officielle russe présente la victoire soviétique dans la Seconde Guerre mondiale comme un élément fondateur de l'identité russe actuelle. La victoire soviétique, très présente dans la mémoire populaire, est détournée à des fins politiques, comme si elle était un gage de la moralité innée du régime Poutine et de son droit à la défense de ses intérêts géopolitiques, y compris l'annexion de la Crimée. Dans ce recueil, d'éminents chercheurs et essayistes français et étrangers analysent différents aspects du discours politique russe face à une réalité bien différente.

  • En 2005, le directeur des Archives d'état albanaises, Shaban Sinani, rendait publiques les archives secrètes du parti communiste concernant l'écrivain Ismaïl Kadaré. Ces documents révèlent, à travers le cas singulier du grand écrivain, l'ampleur du système de délations, de menaces, de jugements et de condamnations qui pesait sur chaque citoyen du pays. Ce Dossier Kadaré, publié pour la première fois en Occident, nous permet de découvrir à quel point nous ignorons encore la réalité de la vie sous les régimes communistes. Dans La Vérité des souterrains, Ismaïl Kadaré, au cours d'un long entretien avec Stéphane Courtois, commente, pour la première fois, ces documents. Grâce aux questions précises et informées de l'historien, il revient sur son itinéraire, ses oeuvres littéraires, sa vie et sa survie sous le régime d'Enver Hoxha. Sa biographie, son talent et son regard d'immense écrivain font de cet entretien un témoignage unique sur le drame qu'a vécu la moitié de l'Europe. Ismaïl Kadaré, l'un des plus grands écrivains contemporains, est notamment l'auteur du Général de l'armée morte, d'Avril brisé, de L'Hiver de la grande solitude ou du Concert. Stéphane Courtois, directeur de recherche au CNRS, est l'un des meilleurs spécialistes français de l'histoire du communisme. Il est notamment l'auteur de l'Histoire du Parti communiste français et du Livre noir du communisme. Le professeur Shaban Sinani est l'ancien directeur des Archives d'état albanaises.

  • De Gaulle et les communistes. D'un côté, un militaire d'origine catholique, devenu un chef, un stratège. De l'autre, un parti, une idéologie marxiste, l'internationalisme prolétarien. À partir de 1940 et jusqu'en 1970, ces deux forces vont aimanter le champ magnétique de la vie et de la symbolique politique et culturelle française. De leur affrontement naît une fascinante relation. Une relation caractérisée par un antagonisme fondamental et irréductible entre un homme et une organisation qu'a priori tout, vraiment tout, oppose mais qui, tous deux, voulaient incarner la France, son passé, son présent, son avenir. D'où une relation faite aussi de convergences issues des combats communs durant la nuit de l'Occupation, contre la IVe République, de complicités quant à la politique étrangère de la République gaullienne, de curieuses coïncidences sur la question des institutions, voire des accointances sur les valeurs que l'un et l'autre véhiculent. À l'occasion du centenaire de la naissance de De Gaulle et du soixante-dixième anniversaire du PCF, Stéphane Courtois et Marc Lazar ont voulu explorer la généalogie, le déroulement et la postérité dans la mémoire collective de cette singulière confrontation. Ils ont fait appel à 20 historiens et politistes. En outre, Daniel Cordier, frère d'armes de Jean Moulin, livre des documents inédits sur les rapports qui ont suscité tant de polémiques entre son ancien « patron » et le PCF. Enfin, pour la première fois, l'interprète des entretiens Ceausescu-De Gaulle en 1968, à Bucarest, dévoile la teneur des propos qu'échangèrent les deux hommes.

  • Le communisme - tel qu'il s'est stabilisé depuis 1917 en un système mondial contrôlé par l'Union soviétique - constitue à l'évidence l'un des quelques grands phénomènes qui ont façonné le XXe siècle. Phénomène violemment controversé, le communisme suscite passions et combats qui en obscurcissent la connaissance et l'analyse. Au-delà des polémiques partisanes et idéologiques, nous avons donc tenté une approche, sinon objective, du moins aussi informée que possible de ce phénomène dont le secret est l'une des règles fondamentales de fonctionnement. Le système communiste est si vaste et si complexe, que cet ouvrage ne peut constituer qu'une initiation, même s'il tient compte des recherches les plus récentes menées en France et à l'étranger.

empty