Presses Universitaires de France

  • L'amnistie est souvent vécue comme un dispositif qui voile la vérité historique et s'oppose à la justice due aux victimes. L'amnistie ou son refus sont aussi indissociables de la qualification des crimes concernés et supposent toujours une réécriture de l'Histoire. Comprendre la construction historique de cette représentation et la critiquer pourrait redonner à l'amnistie ses lettres de noblesse. Cet ouvrage propose un travail de réflexion sur les sociétés européennes pouvant être capables de vivre avec leur part d'irréconciliable et d'irréconcilié pour apporter au débat public et à la réflexion des législateurs un éclairage sur l'institution de la clémence la plus ancienne et la plus controversée de la tradition démocratique.

empty