Romain Huet

  • Cet ouvrage est consacré à la figure moderne de « l'épuisé », du « sujet fatigué », « du malheureux », c'est-à-dire de ces hommes et de ces femmes qui éprouvent une difficulté à affronter le quotidien. À partir d'une ethnographie réalisée au sein d'une association de prévention contre le suicide, il s'agit de se plonger à l'intérieur de ces vies défaites pour percevoir comment des milliers de personnages ordinaires expriment leur désaveu pour la vie et énoncent les causes de leur souffrance. Ce travail descriptif débouche ensuite sur une seconde perspective, plus ambitieuse et plus spéculative : quel est le devenir politique de la souffrance ? Puisque les malheureux n'adhèrent pas à leur actualité, comprendre leurs attentes, leurs colères, leurs indignations, leur épuisement moral et parfois leurs idées suicidaires, sont autant de ressources pour aider la société à se réfléchir tant sur sa potentielle brutalité que sur les ravages qu'elle suscite.

  • Qu'est-ce que la violence émeutière ? L'objet « émeute » fascine en même temps qu'il inquiète. Depuis quelques années, les émeutes accompagnent de nombreuses manifestations marquées par l'irruption de violences. À partir d'une immersion dans plus d'une cinquantaine d'émeutes au sein des cortèges de tête (black blocs) entre 2012 et 2019 (ZAD de Notre-Dame-Des-Landes, Loi Travail, Parcoursup, Gilets Jaunes), cet ouvrage saisit la dimension sensible de la violence. Il interroge ce geste politique aussi singulier qu'unanimement désapprouvé. Entre simulacre, jeu et violence domestiquée, le but des émeutiers est de prendre en défaut momentanément le pouvoir. Tout l'enjeu est alors de comprendre comment se vit corporellement l'émeute afin d'entrevoir pourquoi elle est susceptible de susciter chez ses participants de multiples affects : peurs, joies, ivresses, vertige. L'émeute est donc envisagée comme une épreuve charnelle du politique dont il convient d'interrogerà la fois la consistance et l'inanité. L'absurdité dont elle témoigne nous parle à sa façon de notre monde commun.

  • Le développement durable, l'éthique économique et la responsabilité sociale des entreprises (RSE) sont restés longtemps à la marge des travaux de recherche en sciences sociales. Considérées comme des thématiques ontologiquement et socialement inférieures, elles ne mériteraient pas l'investigation problématique. Bien souvent, elles ne sont évoquées que pour être fustigées : les actions en matière de RSE, de plus en plus nombreuses, ne seraient que des outils de séduction, au service de l'image des entreprises, sans effet réel attendu. En évitant l'écueil d'une énième réflexion sur la « crise de la morale économique » ou sur la nature immorale du capitalisme, Romain Huët s'attache à décrire avec précision la « fabrique » concrète des discours d'entreprises en matière d'éthique et de responsabilité sociale. À travers l'exemple de la « charte de la diversité », il analyse la complexité des dynamiques sociales à l'oeuvre et en décrypte les motivations. Il s'agit, pour la première fois, de donner à lire et de conceptualiser la lente constitution de ces discours d'engagement.

empty