Richard Sobel

  • Dans La grande transformation, Karl Polanyi rappelle qu'aucune société humaine ne peut durablement exister sans qu'un système assure une forme d'ordre dans la production, la distribution et la consommation des ressources. Après avoir connu une période de recul et de contrôle sociopolitique durant la seconde moitié du 20e siècle, la marchandisation du monde semble repartie de plus belle à la faveur de la mondialisation néolibérale. C'est l'occasion de réévaluer la pertinence de l'approche de Karl Polanyi.

  • Revaloriser le travail, augmenter le taux d'activité, réenchanter le travail, développer des relations éthiques dans le champ de la production... Les dernières années ont donné lieu à une série d'incantations. Cet affolement politico-médiatique témoigne d'une incompréhension profonde de ce qui se passe au travail : à la fois de ce qui s'y produit et de ce qui s'y échange entre acteurs dans ce lieu particulier qu'est l'entreprise capitaliste hiérarchique. Cette relation de domination hiérarchique n'exclut en effet pas l'action : le travailleur prend des initiatives dans tous les domaines et participe à la marche de l'entreprise (ou à son blocage).

  • Au moment où le capitalisme emprunte une forme ouvertement mondialisée et financiarisée, nous pourrions penser à Aristote, qui craignait que les échanges marchands ne gagnent en ampleur au point de ne plus être au service des besoins humains et de ne favoriser que le seul gain monétaire. Si plus personne ne partage l'idéal autarcique d'Aristote, beaucoup restent fidèles à la solution aristotélicienne, en dressant, face au déferlement de la valeur abstraite, le rempart de la richesse humaine. Une économie libérée du carcan de la science économique s'organiserait comme un lieu politique dans lequel richesse et valeur seraient occasion de débats.

  • L'orthodoxie académique en science économique a toujours été contestée par des hétérodoxies. Tout l'enjeu épistémologique semble être pour les hétérodoxies de ré-inscrire l'économie dans le champ des sciences sociales. S'agit-il de dissoudre la théorie économique dans le pluridisciplinaire ou s'agit-il de refonder les hétérodoxies dans une démarche transdisciplinaire en sciences sociales ?

  • Les transformations économiques et sociales d'une Chine devenue capitaliste suscitent des commentaires fascinés ou craintifs. Quand les uns soulignent l'enrichissement de la population, le pragmatisme des dirigeants, et la grandeur retrouvée du pays, les seconds insistent sur les risques d'instabilité sociale, l'autoritarisme, la corruption et l'ampleur des dégâts environnementaux. En cherchant à renouveler l'analyse du développement chinois et de ses conséquences, cet ouvrage collectif et pluridisciplinaire encourage le lecteur à se défaire d'une vision manichéenne des mutations en cours. Pour ce faire, la transition économique est analysée au prisme des transformations institutionnelles et juridiques des entreprises et du rapport salarial. Si l'abandon des anciennes structures socialistes et le développement du secteur privé ont permis d'atteindre des taux de croissance inégalés sur plus de trois décennies, ils ont également conduit à la déstabilisation du monde du travail, avec l'émergence de conflits et de revendications qui menacent la stabilité sociale. Tout l'enjeu est alors de savoir avec quels acteurs (États, organisations de travailleurs, entreprises multinationales, « société civile ») et à partir de quels compromis sociopolitiques peut se construire une régulation « à la chinoise » du capitalisme.

  • This revised second edition presents 15 years of data on Virtual Distance metrics and their predictive impact on organizational success factors shedding new light on how to correct for communication challenges that often show up as a foggy set of digital disconnects where the vitality of the virtual workforce often gets lost in transmission. This still-evolving Digital Age conundrum continues to present new complications. The rise of remote work which rests on an increasing reliance on electronic communication and the overall growth of virtual interactions has led to the escalation of a phenomenon called Virtual Distance. Virtual Distance, which influences our behavior through three components Physical Distance, Operational Distance, and Affinity Distance affects not only how we relate to others thousands of miles away but even to co-workers sitting right next to each other!  Perhaps even more problematic, Virtual Distance causes measureable malfunctions in teamwork, innovation, leader effectiveness and overall performance.  But it doesn't have to be this way. The Power of Virtual Distance offers specific, proven and predictable solutions that can reverse these trends and turn Virtual Distance into a unification strategy to capture untapped competitive advantage. Surprised?  The Power of Virtual Distance, 2nd Edition is a must-read for leadership who want to understand the true and quantifiable costs of the virtual workplace.  For the first time ever, readers can take the guesswork out of managing the virtual workforce by applying a mathematical approach derived from the extensive Virtual Distance data set:  The Virtual Distance Ratio.   The Virtual Distance Ratio can precisely pinpoint the particular impacts of Virtual Distance on the organization's critical success factors.  Beyond business metrics, Virtual Distance solutions also detail ways to restore meaningfulness and well-being into people's experience of work, enhancing life lived in the Digital Age. The Power of Virtual Distance reveals an updated set of data, including the first award-winning analysis, collected from an extended range of executives to individual contributors, that represent situations and solutions in more than 36 industries in 55 countries across the globe. Readers will get a "first look" at the data and its revelations on how to be less isolated and more integrated. Helping managers globally, this book:  Offers new, real-world case studies and a chance for readers to participate in thought experiments to help with personal performance, group synergy and by extension, relationship dynamics of all kinds Demonstrates (with statistically significant trend analyses) that Virtual Distance is growing at exponential rates in every corner of communities worldwide Offers expert advice on how to manage the "unintended human consequences" of today's digital technologies Companies that successfully harness the power of Virtual Distance demonstrate better performance. The second edition of The Power of Virtual Distance is a valuable, one-of-a-kind resource for everyone - from the C-suite to human resource professionals; from divisional leaders to project managers.  Everyone in the organization can benefit by discovering how to improve financials, innovation, trust, employee engagement, satisfaction, organizational citizenship and other key performance indicators.  And perhaps best of all, by following the prescriptions on how to reduce Virtual Distance, the entire workforce will have the tools they need to bring about a revival of meaning, purpose and an enlivened sense of "humanhood" back into everyday work and everyday life.

  • Das digitale Zeitalter bringt immer wieder neue Komplikationen mit sich. Die Zunahme von Fern- und Heimarbeit, die auf einer zunehmenden Abhängigkeit von elektronischer Kommunikation beruht, und die allgemeine Zunahme virtueller Interaktionen hat zur Eskalation eines Phänomens namens "virtuelle Distanz" geführt. Die virtuelle Distanz, die unser Verhalten durch die drei Komponenten physische Distanz, operative Distanz und Affinitätsdistanz beeinflusst, wirkt sich nicht nur darauf aus, wie wir uns zu anderen Menschen verhalten, die Tausende von Kilometern entfernt sind, sondern sogar zu Kollegen, die direkt neben uns sitzen! Vielleicht noch problematischer ist, dass die virtuelle Distanz messbare Fehlfunktionen bei der Teamarbeit, der Innovation, der Effektivität von Führungskräften und der Gesamtleistung verursacht.
    Aber es muss nicht so sein.
    Das Buch von Karen Sobel Lojeski und Richard R. Reilly bietet spezifische und erprobte Lsungen, die diese Trends umkehren und die virtuelle Distanz zu einer Strategie machen knnen, mit der sich unausgeschpfte Wettbewerbsvorteile erzielen lassen.
    Überrascht?
    Das Buch ist eine Pflichtlektüre für Führungskräfte, die die realistischen und quantifizierbaren Kosten des virtuellen Arbeitsplatzes verstehen wollen. Zum ersten Mal überhaupt knnen die Leser das Rätselraten bei der Verwaltung der virtuellen Mitarbeiter durch die Anwendung eines mathematischen Ansatzes, basierend auf Daten zu virtueller Distanz, vermeiden: das Virtual Distance Ratio. Dieses kann die besonderen Auswirkungen der virtuellen Distanz auf die kritischen Erfolgsfaktoren des Unternehmens genau bestimmen. Über die Geschäftsmessgrßen hinaus zeigen Lsungen auch Wege auf, wie man die Bedeutung und das Wohlbefinden in der Arbeitserfahrung der Menschen wiederherstellen und so das Leben im digitalen Zeitalter verbessern kann. Das Buch enthüllt einen aktuellen Datensatz, einschließlich einer preisgekrnten Analyse, der in einem großen Kreis von Führungskräften erhoben wurde und Situationen und Lsungen in mehr als 36 Branchen in 55 Ländern auf der ganzen Welt darstellt. Die Leser erhalten einen "ersten Blick" auf die Daten und ihre Aussagen darüber, wie Menschen in virtueller Entfernung zueinander weniger isoliert und stärker integriert werden knnen.
    Jeder in der Organisation kann von der Lektüre profitieren, indem er herausfindet, wie sich die Finanzkennzahlen, Innovation, Vertrauen, Mitarbeiterengagement, Zufriedenheit und andere wichtige Leistungsindikatoren verbessern lassen. Und vielleicht das Beste von allem ist, dass die gesamte Belegschaft durch die Befolgung der Handlungsempfehlungen zur Verringerung der virtuellen Distanz die Werkzeuge erhält, die sie bentigt, um Sinn, Zweck und ein belebtes Gefühl von "Menschlichkeit" wieder in den Arbeitsalltag und das Alltagsleben zurückzubringen.

  • La mutation récente du capitalisme, vers une forme plus financiarisée, s'est accompagnée d'une précarisation du salariat, affaiblissant les motivations du salarié à "jouer le jeu" du travail bien fait. Paradoxalement, cette période a été celle de l'éclosion du mouvement de l'entreprise "éthique" ou "responsable" et des principes de production fondés sur "l'autoactivation" et "l'autonomie" du salarié. Comment expliquer ce paradoxe qui voit à la fois le salarié appelé à plus d'implication volontaire dans le travail et moins de reconnaissance formelle ?

  • Tout le monde parle de la RSE mais qui sait vraiment à quoi renvoie ce phénomène ? Si chacun s'accorde sur le fait qu'il bouleverse le mode traditionnel de négociation sociale et de médiation publique, il n'existe en revanche aucune forme de consensus clair quant à ses contours et limites. Avancée pour les uns, recul pour les autres, phénomène intriguant pour tous, la RSE interpelle, mobilise, divise... sans que l'on dispose d'un minimum de référent commun concernant le sens, la nature, l'extension, le potentiel, le contenu de la « Responsabilité Sociale de l'Entreprise ». C'est ce vide que ce premier dictionnaire, critique, réflexif, pluridisciplinaire, vient combler. Ouvrage collectif constitué de contributions des spécialistes reconnus de cette question dans le champ des sciences sociales, il se présente comme un outil de référence pour les praticiens et les analystes de ce phénomène qui change la donne en matière de régulation sociale. Avec cet outil, la discussion peut commencer sur des bases communes.

empty