Revue Lumieres

  • À l'heure où les idées démocratiques sont contestées dans plusieurs parties du monde, il n'est pas inutile de s'interroger sur la manière dont celles-ci se sont diffusées. Cette question, qui est sous-tendue par celle de la traduction des textes de la philosophie politique moderne, est un champ largement inexploré en Asie, notamment au sujet de Jean-Jacques Rousseau. Ce numéro entend explorer la circulation des textes politiques du Citoyen de Genève dans une Asie comprise au sens le plus large, comprenant aussi bien la Chine et le Japon que les mondes arabe et turc, en passant par le Vietnam.
    Dans tous les cas, l'objectif a été d'analyser la présence des textes politiques de Rousseau non pas comme le produit d'une réception, dans lequel la traduction serait un phénomène évident et mécanique, où les Asiatiques ne joueraient aucun rôle, mais bien comme celui d'une circulation, dans laquelle les intéressés prennent l'initiative et utilisent les textes dans des buts que le décalage entre texte original et traduction contribue à révéler. Ainsi, la circulation des textes politiques de Rousseau s'inscrit dans le phénomène de "transfert culturel", avec l'objectif de démocratisation.

  • Loin de confirmer l'image courante d'un rationalisme à bout de souffle ou inadapté au temps présent, l'oeuvre de Gottfried Wilhelm Leibniz (1646-1716) révèle, au contraire, une pensée originale, quoique trop méconnue. C'est pourquoi la publication dans la revue Lumières des Actes du colloque de Bordeaux consacré aux « principes de la raison dans la pensée de Leibniz », permet d'interroger la rationalité moderne « à la racine », soulignant l'apport décisif des principes de l'architectonique leibnizienne, tout en prolongeant l'hommage mondial rendu à l'occasion du tricentenaire de la mort de ce véritable Universalgelehrter.
    La mise en perspective de toutes les études réunies dans ce volume fait apparaître la profonde unité de la raison, comprise comme enchaînement ou « liaison des vérités », capable d'intégrer aussi bien la démarche d'explication causale des phénomènes naturels que l'analyse de la foi et de ses « mystères ».
    Nous retrouvons ainsi la même rationalité à l'oeuvre dans le traitement non seulement des questions scientifiques, de l'optique à l'arithmétique, de la détermination des indiscernables jusqu'à la définition de la nature de l'espace et des corps, mais encore des questions métaphysiques, de la définition de la cause, de la substance ou des fondements de la vérité, par exemple, jusque dans les débats iréniques sur la foi et l'unité des Églises.
    Sans prétendre épuiser ces sujets, ce recueil en donnera un large aperçu, éclairé des dernières avancées de la recherche et de l'édition.

  • Les recherches sur le républicanisme connaissent en France, depuis quelques années déjà, dans le sillage du renouveau anglo-saxon, un regain d'intensité porté notamment par une perspective souvent pluridisciplinaire. S'inscrivant dans cette dynamique, ce numéro de Lumières se propose d'interroger l'évolution complexe du modèle républicain dans la période où il est souvent présenté comme le plus porteur d'avenir, et où il est exposé en même temps à de nombreuses remises en question: le siècle des Lumières. Les Lumières, trop souvent considérées dans une perspective très franco-centrée, comme une période où le modèle républicain bénéficierait d'une sorte d'unicité conceptuelle, se révèlent bien plutôt comme un moment de profondes mutations, voire de crise de l'idée et des pratiques républicaines. Les Républiques urbaines traversent des crises internes alors que s'engage un débat sur leurs forces et faiblesses comparées aux monarchies éclairées et stables. Les philosophes conçoivent des modèles nouveaux, à l'échelle d'un État, s'opposant à la monarchie absolue. La logique traditionnelle du devoir commence à voir sa primauté discutée par la logique nouvelle du droit. Les voies de l'émancipation privilégient un paradigme de plus en plus pacifique et laissent émerger l'idée républicaine éducatrice et démocratique du citoyen éclairé. C'est donc le modèle républicain toujours en train de se réformer au plan conceptuel comme au plan empirique qui est étudié ici, pour voir en quoi il ouvre sur la modernité. L'espace européen dans sa diversité est examiné de même que les Lumières dans leur durée et leur force d'influence.

empty