Pierre-Robert Leclercq

  • Dans la nuit, une femme parle, aux murs, au silence. Elle parle, parce que les mots sont tout ce qu'elle a jamais possédé, esclave d'un père à la tyrannique tendresse, puis épouse soumise d'un jeune premier pour lequel elle n'a été qu'une femme-objet. Ses paroles acérées comme le fil d'un rasoir tranchent les liens qui l'attachaient à ces deux êtres, incarnations différentes d'un même geôlier. L'insomnie lui crée un théâtre d'ombres où s'abolit la frontière entre l'imagination et le réel. Quelle est la vraie vie ? Celle que l'on a, ou celle que l'on dit ? Un jeu subtil avec le temps. Un roman nocturne du désespoir.

  • Un écrivain « mis à nu » par la télévision. Mais jusqu'où ira cette vérité que Bastien Niquile, 52 ans, 16 romans, semble, sous les caméras, dévoiler avec esprit et gentillesse ? En fait, cette mise à nu n'est qu'un leurre, « un miroir qui réfléchit mal ». Lorsque Bastien se regarde, sur l'écran, en lui se mêlent ce qu'il a dit et ce qu'il n'a pas dit. De sa mémoire, surgissent d'autres séquences, que les chers téléspectateurs ne verront jamais. Et bientôt, se confondent l'émission des autres et l'« émission intime » de Bastien. Foi, amour, oeuvre, l'écrivain remonte le chemin qu'il voulait oublier... jusqu'au « sujet-choc » : Geneviève, la femme qu'il a aimée. Là-bas, sur l'écran, sa vie continue de se dérouler. Et, entre l'apostolat de l'adolescence et l'Oflag, le souvenir refusé se glisse, lancinant, perfide, imposant cette Geneviève que Bastien essaie d'enfouir sous toutes celles qui n'ont été que des séquences fugaces. Même dans son « émission intime », l'écrivain n'en veut pas. Pourquoi ce refus ? Pourquoi cette peur ?

  • D'un côté la psychanalyse, de l'autre l'un des plus étonnants mystères de l'au-delà...

  • Six nouvelles qui nous dévoilent la face cachée des choses. Celle qui sourit. De tout. Surtout de la bêtise. L'origine d'une larme, d'un livre, d'une conversion, d'une guerre, d'une censure ou d'une simple tendresse n'est pas toujours ce que l'on croit.

empty