Pierre Courcel

  • Avec une grimace, il contempla les roules en équilibre précaire sur le chantier. Un malheur pouvait se produire trop facilement, à n'importe quel moment... À peine avait-il eu cette pensée qu'un crissement lui fit relever la tête. Les troncs dévalaient la pente. L'homme réalisa que ce n'était pas un accident... Quelqu'un en voulait à sa vie et toute retraite lui était coupée...

  • Sûrs d'eux, ils sont persuadés de me liquider d'un moment à l'autre. Tout mon être se révolte contre cette idée. D'une détente, je me précipite vers le torrent furieux. Le porteur de la mitraillette n'a pas de réaction immédiate. Par contre, celui qui tient le fusil est un rapide. Juste avant de me retrouver dans l'eau, ma cuisse a été salement secouée, mais je n'ai même pas eu le temps de sentir gicler le sang ou d'avoir mal. Peu de dire que je suis bousculé. Le flot est si impétueux que je suis happé par le courant glacé.

  • Les perles étaient depuis longtemps dans la famille. Leur propriétaire, près de sa fin, prétendait qu'elles portaient malheur. Leurs détenteurs successifs étaient tous morts, selon elle, beaucoup trop tôt. Elle ne se trompait pas et ne devait pas être la dernière victime de ces perles maléfiques. Mais la maladie, cette fois, n'y serait pour rien.

  • Le coup contre le fourgon, merveilleusement préparé quatre ans plus tôt par Morvan, avait parfaitement réussi. Mais, au moment où il allait récupérer ce qui lui revenait, Gilles avait découvert Morvan assassiné d'une balle en plein front, et dépossédé des lingots. Juste comme il sortait précipitamment de la maison pour regagner sa voiture, plusieurs hommes l'avaient assailli et maîtrisé malgré sa résistance. De nouveau libre, il cherche désespérément à savoir qui a tué son copain, et prévenu la police de l'endroit où Morvan et lui devaient se retrouver. En principe, bien peu de personnes étaient dans le secret...

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • « Nous soupçonnons cet homme d'avoir transmis l'état de répartition des armes américaines entreposées en Europe pour le compte de l'O.T.A.N. Il s'agit, bien entendu, de nos armes secrètes et de nos nouveaux dépôts stratégiques ». Miley, l'homme en question, ami de la très belle Italienne Marisa, a réussi à glisser entre les mailles du filet et Rex Baker doit le retrouver. Ce n'est pas facile, car la séduisante Marisa n'est pas toujours cendre et ceux qui l'entourent sont sans pitié. Quant à ceux qui épaulent Baker, jusqu'à quel point peut-il leur faire confiance ? Ce sera une rude partie à mener sur la Riviera italienne et dans les Alpes...

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Qu'un agent de renseignements américain et son meilleur informateur équatorien s'entre-tuent, ce n'est pas impossible, mais c'est bien difficile à admettre. Les deux hommes s'occupaient de pétrole et ce « cher » produit s'est trouvé à la base de coups tordus sans nombre et de luttes à couteaux tirés. Alors le Délégué se méfie lorsqu'il rencontre sur son chemin quelques personnages auxquels il serait sans doute imprudent de faire aveuglément confiance.

  • Qu'un mari bafoué ne résiste pas à la tentation de tuer sa femme et l'amant de cette dernière avant de se faire justice un peu plus tard, cela pourrait passer pour un drame passionnel si... Si... le mari n'était pas le résident de la C.I.A. à Mexico. Si... l'amant n'appartenait pas aux services secrets mexicains. Si... le mari n'avait pas été au courant de cette liaison. Si... enfin et surtout, le mari et l'amant n'étaient pas sur la piste d'un agitateur surnommé à juste titre l'Insaisissable, un homme bien renseigné et parfaitement organisé !

  • Des agents secrets maladroits au sein de la C.I.A., ça existe. On en a eu des preuves. Un espion tueur au coeur sensible ! Ça se rencontre même si l'espèce est rare. Et il arrive qu'un tel agent place son service dans une situation très difficile. Par exemple quand, afin de se venger d'un rival heureux, il abat le proche d'un ministre et une jolie fille infidèle et n'omet pas de faire main basse sur des documents confidentiels avant de sortir fâcheusement sous le nez de gardiens effectuant leur ronde. Quand, ensuite, le même homme négocie mai un virage et lance sa voiture dans un ravin, aucun doute possible : c'est le champion des maladroits émotifs. A moins que...

  • A l'heure du big business, la concurrence internationale s'en donne à coeur joie et les nations industrielles défendent par tous les moyens leurs sources de matières premières et leurs débouchés commerciaux. Pour cela, en coulisse, tous les coups sont utilisés, aussi bien l'argent que la violence ou le chantage. Autant dire que le séjour à Rio de Rex Baker, délégué sur place afin d'apprendre comment certaines affaires ont échappé de justesse à des entreprises américaines, ne sera pas une partie de plaisir. Pourtant, le hasard semblait avoir bien fait les choses en plaçant une captivante blonde sur son chemin...

  • Un des cerveaux de la recherche métallurgique, spécialiste des alliages nouveaux promettant d'être dix fois plus résistants que l'acier, cela représente pour tout grand pays la même valeur que plusieurs bombes H. La nation pour laquelle travaille ce savant ne se résigne donc pas à le laisser filer. Celle qui doit l'aider à changer de camp est prête à tout afin de se l'approprier. Du sport en perspective, car d'autres adversaires interviennent, sans douceur... Et Rex Baker se trouvera au milieu de la mêlée...

  • L'embargo sur les livraisons d'armes à la Turquie a été voté par le Sénat des États-Unis à la suite de l'affaire de Chypre. Cette décision, qui a déjà eu de sérieuses conséquences, risque d'en provoquer d'autres encore plus graves tant qu'elle ne sera pas rapportée. Afin d'éviter une rupture totale entre les Turcs et les Américains, des pourparlers discrets ont lieu au sujet de futures livraisons d'engins sophistiqués et de l'avenir des bases U.S. dont l'importance stratégique est considérable. Mais le secret peut-il exister de nos jours ? Certainement pas longtemps...

  • Pour une mission de confiance, c'était une mission de confiance ! Pourtant, celui qui en était chargé se sentait piégé. S'il ne lui était pas possible de la refuser - cela serait revenu à se condamner - l'accepter telle qu'on la lui proposait lui coûterait un prix qu'il se refusait à acquitter. Une seule solution se présentait à lui, mais ne cachait-elle pas un autre piège ? Pour les services secrets, les coups les plus vicieux ne sont-ils pas les plus efficaces ?

  • - Je suis décidé à sauter le pas à certaines conditions ! dit Burano à Wallace. Je vous dirai tout ce que je sais sur Longarone et ses amis, tout ce que j'ai pu apprendre de ses contacts et des ramifications de son mouvement. - Quel est votre prix ? - Les conditions ne sont pas celles qui vous sont venues à l'esprit. Je veux une protection efficace... Burano était conscient des risques, mais il se devait de ne plus suivre la voie dans laquelle il s'était engagé sans en mesurer les conséquences. Il allait bientôt comprendre que les dangers étaient encore plus grands qu'il ne les avait imaginés. Le Délégué Rex Baker et son équipier Carlo Castelli devaient ensuite se rendre compte que les « Ombres Noires » ne se laissaient pas abattre sans réagir durement.

  • Pourquoi s'en prend-on à la fois aux membres de la police secrète de Lisbonne et à des agents américains ? Pour résoudre ce grave problème, la belle Angela Vimeiro, membre des services spéciaux portugais, propose au délégué de la « Special Agency » Rex Baker une étroite collaboration. Les fils semblent bien ténus en effet pour remonter la filière afin de découvrir qui orchestre l'action et dans quel but. Unir activement leurs efforts se révélera fort agréable pour le délégué et Angela. Mais si ce genre de marché prodigue de bonnes surprises, il en réserve parfois de mauvaises...

  • Depuis de très longs mois, ils travaillaient sans le moindre ennui au sein d'une équipe réduite s'occupant essentiellement de renseignements économiques. En principe, une besogne sans danger ; mais il est périlleux de se montrer trop curieux, de nos jours, en Argentine. Le premier était mort, banalement écrasé par un camion. Le second, son chef direct, avait été enlevé. On voulait évidemment le faire parler de ce qu'il avait pu apprendre. Mais qu'avait-il pu découvrir ?

  • Avec délectation, Gregorio Talamanca songeait aux documents qu'il se réservait d'examiner durant le week end, dans sa petite maison tranquille, au nord de Buenos Aires. Ne vivait-il pas, depuis longtemps, pour ces informations qui lui parvenaient de sources multiples ? Comment aurait-il pu se douter que la mort l'attendait en ce début de week-end et deviner que d'autres morts suivraient, toujours pour ces mêmes documents qui allaient devenir pour le Délégué un singulier et dangereux casse-tête ?

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Bonn, terrain chaud ! La capitale de l'Allemagne Fédérale, puissante et prospère, n'est-elle pas devenue une des plaques tournantes de la politique Est-Ouest ? Les décisions qui y sont prises, les données qui s'y trouvent centralisées, ne concernent pas seulement l'Occident. Aussi, pour obtenir des renseignements, tous les moyens s'avèrent-ils bons. À la suite d'une banale imprudence, Lester Travis, diplomate américain promis à un brillant avenir, l'apprendra à ses dépens. Tous ceux qui l'approchent représenteront dès lors pour lui une menace mortelle ou un nouveau piège. Le Délégué Rex Baker et son équipier Carlo Castelli ne le mettront-ils pas en péril plus que tout autre ?

  • C'était un réseau parmi d'autres, en Allemagne de l'Est. Mais les circonstances dans lesquelles il venait d'être décimé, juste après avoir adressé pour la première fois des informations de valeur, montraient qu'il y avait un vendu au point d'arrivée de ces renseignements, de l'autre côté de la frontière. Les coupables possibles ne manquent pas entre une fort jolie et excitante blonde, une autre fille à l'air très romantique et quelques hommes donnés comme sûrs malgré leur comportement parfois bien trouble. Quelle cible choisir ? Le Délégué Rex Baker et Carlo Castelli se le demanderont un moment avant d'être eux-mêmes pris pour cibles par des adversaires organisés...

  • En découvrant le corps encore tiède de Lerga, Domeno eut d'abord très peur, puis réalisa que sa vie était en danger. Ceux qui avaient supprimé le vieux syndicaliste savaient sans doute déjà que le mort avait eu le temps de se confier à lui. De la Bolivie au Mexique, ce fut un voyage pénible. A son arrivée dans un pauvre village du Yucatan, Domeno put estimer se trouver enfin à l'abri. Dès le lendemain, il était tué, ainsi que le prêtre américain auprès duquel il avait trouvé refuge, et l'ancien capitaine bolivien qui leur rendait visite. Ce dernier, armé, avait eu le temps de riposter avant d'être abattu. On sut ainsi que l'exécuteur des trois hommes appartenait à la C.I.A. et ça fit pas mal de bruit.

  • Pour des raisons politiques, des centaines de milliers d'Uruguayens se sont exilés et s'organisent dans le pays où ils ont trouvé refuge. Leur but est de lutter afin d'abattre la dictature pesant sur leur patrie. Les agents du régime ne sont pas en reste, noyautant leurs compatriotes, cherchant à les désarmer par tous les moyens. Ne se sont-ils pas ménagé des complicités parmi certains services secrets pour se montrer aussi efficaces ? Le Délégué se pose la question alors que la violence frappe certains de ses amis et qu'il est lui-même visé.

  • - Mes amis et moi apprécions peu que vous ayez accepté de renseigner un service étranger. J'en possède la preuve. Voyez plutôt... Tout en parlant, l'inconnu avait sorti trois photographies de sa poche. Quand il les découvrit, Slimane Jebar sentit un frisson glacé courir au long de son échine. - Vous comprenez maintenant pourquoi votre maîtresse a été enlevée. Jusqu'ici, nul ne l'a touchée. Je tenais à sauvegarder notre future entente. Désormais, j'exige d'être tenu au courant de tout ce qui se passe sans que personne soit au courant. A vous de choisir ! Si vous faites la mauvaise tête, les autorités marocaines sauront très vite que vous êtes à la solde des Américains. Quant à votre amie, évidemment, je ne chercherai plus à dissuader ses gardiens de s'amuser un peu avec elle...

empty