Philippe Roger

  • Les études consacrées à l'année 1958 ne manquent bien sûr pas. De nombreuses hypothèses ont évidemment été avancées afin d'essayer de comprendre les événements. Il est bien entendu possible de mettre l'accent sur le rôle des hommes et de souligner la multiplicité des intrigues (des complots ?) qui conduisent au changement de régime. Mais ce type d'interprétation, qui se focalise sur les agissements de groupes plus ou moins restreints, n'est-il pas une facilité ? En effet, on sait que bien peu de complots ont jamais abouti et il reste encore, lorsqu'ils sont couronnés de succès, à expliquer leur réussite. Cela pose évidemment de nouvelles questions et conduit nécessairement, dans le cas qui nous intéresse, à rechercher les mécanismes qui sont susceptibles d'expliquer les événements de mai 1958. La Quatrième République n'est-elle pas tout simplement morte de son inaptitude à vivre et à accompagner la croissance économique et les changements sociaux ? Le 13 mai 1958, dans ces conditions, serait avant tout l'occasion pour une France en plein renouveau d'établir un régime plus stable, plus efficace, plus respecté. La Quatrième République était-elle cependant à ce point dépourvue d'atouts ?

  • Cet ouvrage nous fait découvrir les arcanes du monde du hacking à travers  le témoignage d'experts reconnus et de l'analyse de l'activité de grands hackers. Il couvre  les différentes facettes de la sécurité informatique: hardware, software, facteurs humains, facteurs économiques Il correspond à des enseignements de niveau licence en sécurité informatique et il permet aux professionnels de bien comprendre les techniques des meilleurs hackers et les enjeux de ce secteur crucial pour la sécurité de nos données électroniques.

  • Jean Grémillon et les quatre Éléments entend, sinon réhabiliter, du moins rendre un hommage renouvelé à l'un des cinéastes majeurs de l'école française du vingtième siècle, un créateur qui occupe une place à part, paradoxale : même si elle n'est pas tout à fait oubliée, l'oeuvre de cet homme nourri d'art musical demeure aujourd'hui étrangement en retrait, sans doute en raison de son originalité irréductible et, plus encore, de sa complexité déstabilisante. Pas moins de quatre axes ont paru nécessaires pour approcher celui que l'on a trop souvent qualifié seulement de cinéaste maudit. Quatre chapitres, en résonance intime avec son dernier film, son testament poétique, André Masson et les quatre Éléments. En premier lieu, encore trop peu fréquenté et condensant pourtant l'essentiel d'une vision universelle, érudite et fraternelle, l'axe méconnu de l'ésotérisme (« l'air »), car l'homme de culture Grémillon inscrit ses films dans une rêverie précise se rattachant aux grandes traditions ; il est l'alchimiste du septième art. Puis l'axe du sonore (« l'eau »), les liens du cinéaste à l'expression musicale sous toutes ses formes s'avérant déterminants. Ensuite, l'axe des conflits de l'Histoire (« le feu »), Grémillon s'étant toujours voulu un témoin de son temps. Enfin, l'axe du réalisme documentaire (« la terre »), Jean Grémillon présentant le cas unique d'un cinéaste réputé, reconnu pour ses fictions de long métrage, commençant et surtout achevant sa carrière par une série de courts métrages documentaires, d'exemplaires films d'art qui sont autant de libres films d'essai : des films d'art et d'essai. On a souhaité, par ces quatre déclinaisons, donner des clefs pour mieux apprécier une poétique plus que jamais actuelle, ô combien vitale pour notre temps.

  • Ces gens ont de curieuses manières de vivre. Ils laissent venir des trous à leur manteau, enseignent dans une école vide, s'accouplent en public, tombent en extase. Leurs façons de mourir ne sont pas moins singulières : l'un se jette dans un volcan, l'autre s'enduit de bouse de vache, un troisième ne s'arrête plus de rire. Presque tous ont des problèmes avec l'argent.Ces expérimentateurs obstinés, on les appelait dans l'Antiquité chercheurs de sagesse, ou encore philosophes. La modernité a oublié combien ils furent étranges.Pour rencontrer ces sages perdus, deux écrivains ont choisi de fouiller dans une poussière d'histoires, de propos et d'anecdotes. Ils ont filtré et restauré. Résultat : une face inhabituelle et très surprenante de la philosophie occidentale.

  • L'ouvrage s'interroge sur les cultures de l'évaluation et les dérives évaluatrices. Il questionne l'évaluation sous toutes ses formes en cherchant à identifier ses différents rôles, enjeux et défis à étudier ses éventuelles dérives. La mise en perspective internationale de ces questions permet de voir ce que représente l'évaluation dans différents pays (Espagne, Portugal, France, Royaume-Uni, Liban, Canada anglophone et Canada francophone) et de confronter les regards sur le sujet.

  • Cette nouvelle édition du « Wolter » est la référence en matière d´alimentation des chevaux. Les connaissances ont évolué et les recommandations ont suivies, mais cet ouvrage de référence présente l´essentiel : le fonctionnement anatomo-physiologique du cheval en matière de système digestif et d´alimentation. Roger Wolter a su mettre à la portée des étudiants vétérinaires et des professionnels du monde équin, les données fondamentales faisant de cet ouvrage un document de travail précieux, rigoureux et accessible, grâce, entre autres, aux illustrations et aux tableaux de synthèse.
    Charles Barré et Philippe Benoit ont mis l´ouvrage à jour tout en respectant la pédagogie initiale de l´auteur. Ce guide complet pose les bases théoriques de l´alimentation du cheval mais présente également des exemples concrets de rationnement.

  • A-t-il suffit à Karl Raimund Popper de dénoncer les "graves erreurs" du positivisme logique pour se féliciter d'être le fossoyeur de Ludwig Wittgenstein ? Si leur pomme de discorde philosophique peut a priori donner l'impression que les critiques de Popper ont conduit à la mort du vérificationnisme, il faut admettre qu'elles n'ont pas permis à la critique poppérienne de prospérer. Les auteurs de cet ouvrage invitent à saisir l'intérêt épistémologique du débat entre Popper et Wittgenstein.

  • Qu'est-ce qui motive un livre sur le postmodernisme littéraire en Afrique ? Loin des débats philosophiques d'une postmodernité africaine, mais acceptant le contexte postmoderne global, les contributeurs se sont livrés à un exercice de lecture du roman africain, avec des outils postmodernes, et ont travaillé à interroger les frontières mouvantes et l'identité rhizomatique de ce roman.

  • L'éducation n'est pas une activité circonscrite aux institutions scolaires. La famille, tout comme les maisons des jeunes, les écoles d'arts et les équipes sportives, sont tous des milieux de développement personnel et social pour l'apprenant. La présence et l'essor de ces communautés d'apprentissage et des nouvelles configurations éducatives qui en découlent, notamment sur le plan virtuel avec les blogues et les forums de discussion, bouleversent les modèles éducatifs traditionnels. La coéducation, qui cherche à dépasser la stricte relation duale avec l'éduqué en mobilisant différents porteurs de savoirs dans des contextes variés, est-elle un modèle prometteur? Si chaque éducateur peut se nourrir de l'apport des autres acteurs impliqués dans cet espace éducatif partagé, la démultiplication des approches et des intervenants comporte des risques, dont celui de noyer les élèves dans un flot d'informations anomiques. Ce sont donc les tenants et aboutissants de cette co-intervention complexe qu'éclaircissent pour nous les auteurs de ce livre.

  • Chacun voit la crise à sa porte. Pour certains, c'est un cadeau empoisonné de l'Amérique, ou une peste importée du tiers monde. Pour d'autres, le résultat de l'amateurisme de la gauche au pouvoir. Où est la vérité ? Que nous réserve l'avenir ? François Mitterrand nous avait promis le rêve et le bonheur. Son ministre de l'économie nous demande toujours plus de sacrifices. Les Français ont le sentiment d'être exclus d'un débat réservé aux technocrates. L'économie, en somme, serait une affaire trop sérieuse pour qu'on y mêle les citoyens. Qu'ils paient et ne cherchent pas à comprendre. {Marianne et le pot au lait}, sans prétendre remplacer la formation économique que les Français n'ont pas reçue, les aidera, en les informant, à saisir les problèmes du présent. Roger Priouret et Philippe Alexandre analysent les événements qui ont ponctué notre histoire depuis mai 1981, la santé du franc, notre niveau de vie, la politique industrielle... Mais aussi ce qu'on peut, raisonnablement, espérer de l'avenir tel qu'il se prépare aujourd'hui. Un livre nécessaire pour savoir, pour comprendre.

  • Quand, en 2071, une navette de transport se crashe hors des zones sous contrôle du gouvernement, le pilote survit. Cet accident va lui donner l'opportunité d'en apprendre plus sur la façon dont les grandes crises des années 2020 ont été gérées... sur les illusions dans lesquelles on maintient la population.
    Ça n'est pas vraiment de la science-fiction. On connaît déjà l'influence considérable des réseaux. Les neurosciences et l'intelligence artificielle sont largement employées et étudiés par les publicitaires comme par les conseillers en communications. On sait manipuler un homme, un groupe ou une foule. Mais pour être efficace il faut des moyens considérables, la capacité d'adapter ces méthodes à chaque individu et une éthique pas trop contraignante...
    Les techniques existent déjà, les moyens évoluent rapidement. Ça se passe sous nos yeux...

  • L'agronomie sensu stricto, qui contribue aux transformations de l'agriculture et des espaces ruraux, a évolué en même temps que les sociétés modifiaient la place accordée à leurs agricultures. S'appuyant sur une abondante bibliographie, cet ouvrage s'attache à montrer cette évolution et à faire un point sur ce qu'est la discipline, en balayant l'ensemble du champ de connaissances qu'elle couvre aujourd'hui.
    Dans un premier temps, les concepts d'« itinéraire technique » et de « système de culture » sont étudiés. Est ensuite abordée l'évolution des connaissances agronomiques relatives à deux composantes de l'agrosystème sous l'effet des pratiques agricoles. Une dernière partie enfin est consacrée aux connaissances agronomiques mobilisées pour traiter des systèmes techniques intégrant plusieurs niveaux d'échelle, de la parcelle au territoire rural et aux filières.
    L'ouvrage est destiné aux étudiants, aux professionnels et aux chercheurs non spécialistes de l'agronomie, intéressés par une vision panoramique et documentée des transformations de la discipline.

    Les coordinateurs de l'ouvrage enseignent l'agronomie à l'Ina P-G, et effectuent des recherches dans la discipline au sein d'unités mixtes de recherche Inra/Ina P-G. Thierry Doré et Jean Roger-Estrade s'intéressent aux systèmes de culture, Bertrand Ney à l'écophysiologie, Marianne Le Bail et Philippe Martin aux échelles des territoires et des filières. Ils sont tous ingénieurs agronomes de l'Ina P-G et docteurs de cet établissement ou de l'université Paris-VII. Ils se sont entourés, pour la rédaction de cet ouvrage, de plus d'une trentaine d'agronomes enseignants, chercheurs ou ingénieurs du développement.

    Attention. Le CDRom mentionné dans cet ouvrage n'est pas inclus dans la vente du livre numérique.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • This unique book provides up-to-date information on the appropriateness of both medical and surgical treatment options for a broad spectrum of urological conditions based on the current best evidence.Written by an international team of authors that stand out through their specialty expertise and leadership in practicing evidence-based urology, this book provides practical recommendations for the care of individual patients. Each chapter addresses a series of focused clinical questions that are addressed in a systematic fashion, including a comprehensive literature search, a rating of the quality of evidence, and an assessment of ratio of benefit and harm of a given treatment option.Evidence-Based Urology is an invaluable source of evidence-based information distilled into guidance for clinical practice.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Le niveau et la qualité des infrastructures publiques de l'Afrique sub-saharienne demeurent très faibles en comparaison des pays qui se situent à des stades similaires de développement. Du fait d'une maintenance inadéquate, du financement insuffisant de nouvelles infrastructures et de la croissance de la population, la situation de l'infrastructure en Afrique sub-saharienne devrait encore se dégrader dans un futur proche. Les statistiques décrivant le niveau et la qualité de l'infrastructure publique en Afrique sont rares et ne sont pas toujours fiables. Les dépenses des gouvernements ont en outre été très variables d'année en année. Le Nigeria a par exemple dépensé entre 5,4 % et 6,7 % de son PIB pour financer les infrastructures dans les années fastes de 1976-77. En 1982, le taux n'était plus que de 2,3 %.

  • « Les manières d'aimer ne sont plus ce qu'elles étaient, ni les rapports entre le masculin et le féminin. C'est l'un des aspects les plus troublants d'une modification d'ensemble des relations familiales, une mutation bouleversante, le plus important peut-être de tous les changements qui affectent notre civilisation à la veille du IIIe millénaire... » Georges Duby

  • L'auteur nous fait rencontrer une Guadeloupe contemporaine, différente de l'île idéalisée des guides touristiques. Ce qui arrive aux personnages fictifs de ces nouvelles est le plus souvent inspiré de faits réels. Chacun d'eux tour à tour s'extasie, se laisse charmer, et affronte une réalité sociale, les mentalités, la nature de l'île. Après un début de carrière d'ingénieur en métropole, l'auteur observe depuis 18 ans la vie de l'île, celle de son village et son milieu professionnel.

  • De 1940 à la fin du second conflit mondial, le Nord et le Pas-de-Calais subissent plusieurs vagues de destruction. Reconstruire la région est un processus complexe, d'autant que la guerre aggrave une situation déjà difficile - dès 1939 de nombreuses villes nordistes avaient déjà besoin de se moderniser. Relever les ruines ne suffit pas, un immense effort d'édification d'infrastructures et de logements neufs s'impose. Cependant, les résultats d'une telle entreprise apparaissent mitigés : la lenteur de cette seconde Reconstruction condamne beaucoup d'habitants à vivre des années dans des bâtiments provisoires et de surcroît peu esthétiques. Faut-il réviser ce jugement stylistique ? Le bilan économique semble tout aussi incertain. Les défis étaient peut-être trop importants pour une région ravagée deux fois en une génération. Mais les principes adoptés pour le relèvement de l'économie ne portent-ils pas aussi leur part de responsabilité ?

empty