Philippe Franchini

  • Symbole et miroir de l'histoire de l'Indochine, l'hôtel Continental fut le point d'ancrage de tous les aventuriers, les rêveurs et les ambitieux. Son salon, sa terrasse bruissaient des intrigues et des illusions tissées par ces hommes qui ont cédé aux charmes de l'Extrême-Orient, ses promesses de fortune, le parfum du pastis et des tamaris, la fumée brune de l'opium puis celle des canons.
    À travers l'histoire de la famille Franchini - un père corse propriétaire du fameux hôtel et une mère vietnamienne - c'est tout le Saigon des années 1930 à 1970 qui ressurgit : la vie quotidienne des Vietnamiens, la tragédie du métissage, le crépuscule du règne des Blancs,  la prospérité et les désillusions, la corruption et le sang.
    Poste d'observation des personnalités militaires et politiques, journalistes, écrivains et cinéastes, le Continental est un lieu d'envoûtement par lequel sont passés Segalen, Dorgelès, Malraux, Mayréna, Bodard, Graham Greene, Schoendoerffer ou encore Chancel.
    Récit poignant d'un témoin privilégié de l'Histoire et de ses coulisses, de l'Indochine française à la guerre du Vietnam, Continental Saigon est un livre devenu mythique. Depuis sa première publication en 1976, il incarne autant les fantasmes de cette luxuriante et mystérieuse Indochine que le rêve colonial brisé.

  • « Métis », « métissage », mots galvaudés, manipulés, invertis, pour un problème de notre temps dont d'évidence n'est pas à démontrer. Plus le monde occidental et ses franges sont soumis à un brassage racial et culturel, plus fortes resurgissent les vieilles peurs de « l'autre » et la revendication de la « pureté ». Face à l'intolérance et à la confusion que celle-ci suscite, Philippe Franchini livre son humeur faite de colères, d'inquiétudes et d'espoirs. Colères contre les amalgames et les leurres, contre les perversions sémantiques aux relents d'artifice, de niaiserie, de péché ou d'hypocrisie, inquiétudes devant les résurgences tribales, espoirs d'un métissage qui ne soit pas un fatras de postiches culturels. Mais, d'abord, que signifie être métis ? un mélange de sangs ou de cultures ? une différence, une condition, ou une idée ? Métis est une tentative de réponse à travers l'itinéraire personnel de l'auteur, issu d'une famille vietnamienne et d'une tribu corse. Le métis et la métisse ont été d'impossibles héros, d'impossibles modèles, personnages de roman ou de film hantés par la soif du mal, coupables de duplicité et de luxure, Lilith ou Judas voués aux abîmes de la turpitude et de l'enfer. Le sont-ils encore ? et peut-on concevoir aujourd'hui un monde à leur image ?

  • Shanghai 1930 : le temple de l'or érigé sur une parcelle de boue. Bordels, banques, maisons de jeux lui sont consacrés. Luxe, drogue et prostitution sont les pièces maîtresses d'un théâtre d'ombres animé par les orgueilleux et très britanniques taipans, les émigrés russes déchus, les mystérieux agents du Komintern, les redoutables sociétés secrètes. Dans ce Shanghai où règne la violence, tout est possible, tout peut être joué. Les aventuriers hantés par le mythe de l'Eldorado affluent de partout. Baptiste Tavera est de ceux-là. La pauvreté l'a poussé hors de sa Corse natale, ses ambitions et ses rêves de fortune l'aident à survivre dans la jungle de Shanghai. Il spécule, trafique, se heurte à la société occidentale rigoureusement hiérarchisée, joue aux jeux du hasard et de la passion. Un succès financier et une riche Eurasienne lui donneront même la richesse, l'amour et l'illusion de la puissance. Le piège se refermera-t-il ? Un roman d'aventure haut en couleur, où l'héroïne du livre est une ville cruelle, passionnée, exotique et fascinante, au sein de laquelle Philippe Franchini entraîne le lecteur dans un voyage merveilleux et extraordinaire.

  • 1925 : un paquebot en partance pour l'Extrême-Asie. Emma est la plus jeune artiste d'une troupe théâtrale qui s'embarque pour une tournée à la Colonie. Sa beauté attire, et l'aura de mystère qui l'entoure intrigue les passagers. Ce n'est pas une exigence professionnelle, ou la recherche d'une vie meilleure dans un eldorado exotique, qui la pousse hors de l'Europe où elle n'a plus de famille, mais la quête d'un père disparu dans les brouillards lointains du Pays Vert. Au cours de la longue traversée, les escales - avec leur charge de sensations nouvelles et de rencontres imprévues - sont autant de pas dans les nuages de la chimère. Plutôt que Pierre, le nabab qui lui offre sa fortune, elle préférera suivre Romain, migrateur étrange et insaisissable, qui l'entraîne dans un voyage initiatique en jonque, vers les eaux troubles de la volupté et de la drogue. À la lisière du Pays Vert, dont la sauvagerie la fascine, autant qu'elle l'effraye, elle trouve le Chasseur d'ombres démystificateur qui déchire le rêve, et lui fait prendre le chemin de la réalité. Pierre, le nabab l'y attend, pour lui offrir un royaume, son immense plantation d'hévéas. Emma se prend alors au jeu de la richesse et du pouvoir, mais aussi à ses illusions. Des forces obscures se cachent derrière l'ordonnance de la végétation maîtrisée, et sous le masque docile d'un peuple qui se prépare à la révolte. Dans une atmosphère de violence et d'intrigues ténébreuses, Emma s'enferme dans le royaume devenu le sien, un royaume de lianes dont elle est la souveraine captive.

  • 551 avant Jésus-Christ. Un enfant au destin exceptionnel vient de naître dans la boue d'une grotte reculée de la province de Shandong. Le royaume du Milieu est la proie de cruels seigneurs de la guerre et nul n'imagine combien ce nouveau-né, Chong Ni, va marquer le monde. Les missionnaires jésuites vont le nommer Confucius. Mais avant d'incarner la figure légendaire d'une sagesse millénaire, il connaîtra dès l'enfance une existence riche et mouvementée. Tourmenté par les mystères qui entourent sa naissance, partagé entre une éducation aristocratique rigide et la tentation d'une vie errante et libre, le jeune Confucius croisera sur ses chemins bandits et magicienne, ermites et courtisans.
    A travers une connaissance précise des textes anciens, Philippe Franchini nous trace le portrait haut en couleur d'un homme passionné en quête d'harmonie, loin du mythe figé d'un docte vieillard.
    Une évocation grandiose de la Chine au vie siècle avant Jésus-Christ à travers un personnage de légende.

  • 515 avant Jésus-Christ. À trente-cinq ans, Confucius se partage entre une vie de conseiller auprès des ducs et sa mission d'enseignement. De plus en plus déçu par l'exercice du pouvoir, il entreprend une longue et aventureuse pérégrination dans la Chine féodale pour combattre la corruption et prêcher la paix.
    En butte à toutes sortes de traquenards et d'intrigues, Confucius est déchiré entre sa famille légitime et Mong Yi, le turbulent fils bâtard, qui incarne à ses yeux la liberté. Une liberté pour laquelle le sage éprouvera jusqu'à ses derniers jours une secrète attirance.

  • Femmes de fer nous plonge dans une saga féminine de plus de trois siècles en suivant les parcours de femmes ayant appartenu à la célèbre famille lorraine des Wendel.

    L'aventure entrepreneuriale et industrielle des Wendel commence en 1704 en Lorraine avec l'acquisition des forges d'Hayange, et se poursuit jusqu'à nos jours. Une longévité et une renommée que l'on doit à neuf générations de chefs d'entreprise, dont les fameux « maîtres de forges », mais aussi à des femmes hors du commun qui, loin des clichés attachés à leur milieu social, ont été des « féministes » avant l'heure : Madame d'Hayange et son héroïque obstination à maintenir l'entreprise debout durant la Terreur ; Joséphine, qui dirigea la Maison de Wendel au xixe siècle et y initia un programme social novateur ; Andrée, qui fit briller le nom des maîtres de forges dans le Paris des Années folles ; Thérèse, la maréchale Leclerc, qui fut la mère de la 2e DB ; ou encore Élisabeth et ses trois filles, qui s'engagèrent dans la Résistance lors de la Seconde Guerre mondiale...

    De la Révolution à la Ve République, cet ouvrage retrace l'épopée d'une famille emblématique de notre histoire industrielle à travers le destin de quinze femmes d'exception, de véritables « femmes de fer ».

  • Un roman qui a la force d'un document. La tension du vécu et la richesse de l'imaginaire, fondus en une intrigue qui réserve suspense et intensité dramatique. Le sujet : en 1950-1951, premières années de la jeune République populaire de Chine, le « montage » d'un procès d'espionnage par les services de sécurité chinois, vu de l'intérieur et de l'extérieur. Dans un Pékin soumis, une fois encore, à une mutation de l'Histoire, s'affrontent en un combat inégal le cadre Ma - rouage implacable mais non sans une certaine humanité de la mécanique répressive révolutionnaire - et des accusés soigneusement sélectionnés, individus isolés, sans défense, bientôt broyés par un engrenage absurde. À travers ces personnages divers, Italiens, Français, Japonais, Allemands et Chinois, à travers cet affrontement entre deux cultures, entre Orient et Occident, entre capitalisme et communisme, c'est l'histoire d'une Chine colorée, folle, sensuelle et tragique, qui est racontée et analysée dans sa mutation violente, avec beaucoup d'émotion et d'ironie, par des auteurs mieux placés que quiconque pour le faire.

empty