Philippe Dillmann

  • This book aims to give state of the art in several domains of cultural heritage in which Nanosciences allow fundamental breakthrough.  The first part of the book concerns nanostructured materials in ancient artifacts. Understanding their nature and formation processes bring new insight in the apprehension of technical level of ancient societies but can also inspire the design of new materials.  The second part is dedicated to the understanding of materials. This crucial issue in material science today, for cultural heritage, needs to perform specific characterization techniques and technologies, but also to create tailored analytical strategies. Part three presents new methods, processes and materials at nano levels that can bring innovative solutions to conservation and restoration  issues, linked with the understanding of the alteration processes involved at different scales.

  • Ce livre est le fruit d'un colloque international tenu au Musée des arts et métiers grâce au soutien de nombreuses institutions internationales et nationales, en particulier le CNRS, le CDHTE/Cnam et l'Université Paris 8. Il a réuni des historiens, des archéologues et des archéomètres autour de ce matériau complexe qu'est l'acier avant l'ère de la production industrielle massive. Le cadre chronologique est donc celui des longues durées, de l'Antiquité au premier XIXe siècle. L'ouvrage s'articule autour de trois thèmes. Il s'ouvre par des définitions de l'acier en un temps où ce matériau n'avait pas été encore analysé selon les critères scientifiques contemporains. Dans ce domaine, l'apport récent de l'archéométrie et de l'archéologie, confronté aux terminologies d'usage comme aux traités savants, d'Aristote à Réaumur, offre une compréhension diachronique, tant scientifique que technique, d'un matériau dont la singularité frappe ses usagers depuis l'Antiquité. L'ouvrage se poursuit par une présentation des procédés de fabrications. Leur diversité illustra le foisonnement des modes opératoires qui parfois coexistent malgré des ruptures techniques majeures. Le Moyen Âge et les Temps modernes, périodes de différenciation des matières, des produits et des techniques, ont concentré l'attention des auteurs. Enfin, une large place a été consacrée aux marchés et aux usages de l'acier. Les différents procédés répondent à des logiques d'adaptation des matériaux aux besoins, aux contraintes et aux opportunités commerciales. Ouvrir le dossier de l'acier avant Bessemer, c'est finalement poser de façon neuve la question de l'entreprise et de la rationalité technique

empty