Patrick Girard

  • L'info a été relayée dans toute la presse people : la Première Dame de France tient un journal intime dans lequel elle consigne notes et impressions sur les coulisses du pouvoir. Mais quels secrets recèle ce carnet tenu confidentiel ? Une incursion pleine de surprises dans les confessions de Brigitte Macron. Brigitte sait tout.Les ministres parlent. Les conseillers s'épanchent. Seule Brigitte connaît la vérité. Elle dit tout.
    Brigitte ne mâche pas ses mots.
    Parfois en colère, Brigitte raconte ce qu'elle a été seule à entendre. Elle connaît comme personne son président de mari. Bien mieux que la litanie de courtisans qui se pressent autour de lui.
    Brigitte est respectueuse.Respectueuse de la fonction d'Emmanuel, comme de la réalité des faits qui ont émaillé les trois premières années du quinquennat. Tous les événements décrits ici sont vrais. Précis, jusqu'au moindre détail. Brigitte n'hésite pas à corriger les fake news rapportées par les médias ou les conseillers mal intentionnés. Elle dévoile les motivations secrètes de son mari.
    Brigitte n'oublie rien." Ca se mangera froid ", lance-t-elle à l'adresse des propagateurs de rumeurs infondées. Ce Journal intime, reconstitué par Patrick Girard, offre un témoignage éclairé sur le règne du 8e président de la Ve République.

  • Le boa et le naja

    Patrick Girard

    La Ve République refuse l'idée d'une dyarchie au sommet de l'État. Depuis 1958, une sourde rivalité n'a cessé d'opposer l'Élysée et Matignon, les deux principaux pôles du pouvoir. Une rivalité exacerbée par les questions d'ego, les querelles entre conseillers et les inimitiés personnelles.Une lutte semblable oppose aujourd'hui François Hollande (" le boa "), qui peine à convaincre l'opinion publique, à un Manuel Valls (" le naja ") bénéficiant d'une popularité acquise au ministère de l'Intérieur. Une " forme singulière de cohabitation ", estime l'auteur, que l'" esprit du 11 janvier " ne masquera pas longtemps, à deux ans de la présidentielle...Cette empoignade intestine n'est pas inédite dans notre histoire politique : Mitterrand-Mauroy en 1981, Chirac-Juppé en 1995... Le livre raconte ainsi les différents épisodes de ces conflits larvés et les replace dans la perspective des scrutins de 2017 et 2022.

  • Dans ce roman, Patrick Girard nous raconte un Christophe Colomb bien différent de celui de la légende. Nourri de l'imaginaire médiéval et de l'idéal de la chevalerie, Colomb n'avait qu'une ambition : découvrir l'île mythique de Cypango, dont les richesses lui permettraient de financer la reconquête de Jérusalem et du Saint-Sépulcre. 
    De Chio à l'île de Porto Santo, de la Judaria de Lisbonne à sa modeste demeure de Séville, de la mystérieuse Thulé aux côtes de la Guinée, il n'eut de cesse d'obtenir des soutiens à son entreprise. C'est cette lutte acharnée contre l'adversité que nous fait revivre cet ouvrage en nous plongeant au coeur des spéculations qui agitaient alors les cercles savants et les puissants de la péninsule ibérique.   Christophe Colomb, le voyageur de l'infiniUne grande saga où l'on croise les anciens serviteurs du prince Henri le Navigateur, Dom Joao du Portugal, Ferdinand d'Aragon et Isabelle de Castille, ainsi que la foule des petites gens de la mer, ces sans-nom dont les récits confirmèrent le marin génois dans sa géniale intuition, la découverte d'une île caraïbe, un nouveau monde dont l'existence bouleverserait radicalement nos croyances et nos modes de vie.

  • Après l'Appel de De Gaulle du 18 juin 1940 il y eut, trois mois plus tard. ses appels moins connus des 23 et 24 septembre, qu'il lança devant Dakar pour convaincre les autorités vichystes de l'Afrique-Occidentale française (A-OF) de se rallier à la France Libre.Mal préparée, l'expédition franco-britannique sur Dakar se solda par un échec cuisant. Elle est l'une des pages les plus méconnues de la légende dorée du gaullisme et de la France combattante.Faiblesse des renseignements sur l'état d'esprit des populations, méconnaissance totale du terrain, météo catastrophique, refus paternaliste d'associer les "indigènes" à l'événement, manque d'enthousiasme des Britanniques... cette accumulation d'erreurs constitue la principale cause de la défaite de De Gaulle lors de sa première opération d'envergure. Cet échec complet faillit le conduire au suicide et manqua d'être fatal à la survie de son mouvement naissant comme le retrace cette vaste fresque, riche d'anecdotes sur les circonstances de la première rencontre entre De Gaulle et  l'Afrique noire.UN ESSAI-DOCUMENT QUI PERCE 
    LE MYSTÈRE DE DAKAR.

  • A la veille de l'ouverture du procès (7 mars 2011) où comparaît l'ancien président pour emplois fictifs présumés, la question mérite d'être postée : de quelle façon Jacques Chirac restera-t-il dans l'Histoire ? Difficile d'imaginer que le partisan de l'annulation de la dette des pays du Sud fut le bénéficiaire d'énormes frais de bouche à la mairie de Paris ou que le chantre de la diversité culturelle était ce politicien qui a occis tous ses adversaires...Il n'est pas le porteur d'une doctrine. Il n'a pas de convictions, tout au plus des opinions, aussi tranchées que fluctuantes. Il n'a guère eu de projet de société et sa cote de popularité fut toujours inversement proportionnelle à son degré d'implication dans les affaires publiques. Il n'a pas incarné non plus le pays réel, attaché qu'il était à une France rurale en voie de disparition. Quant à son action sur la scène internationale, elle était à la mesure de la place réelle de la France dans le monde : celle d'une province reculée du continent européen.Ce que les Français retiendront de lui, c'est avant tout son combat obstiné pour sa survie politique. Il fut un grand prédateur au tableau de chasse impressionnant, qui sut éliminer tous ceux qui se dressaient sur son parcours et sous-estimèrent ses capacités. Les Français lui savent gré d'avoir été le " tonton flingueur de la Ve République ". Voilà pourquoi ils admirent une personnalité inclassable dont la route fut jonchée de dépouilles : de la gauche corrézienne à Chaban-Delmas, en passant par Michel d'Ornano, Raymond Barre, Valéry Giscard d'Estaing, Édouard Balladur, Philippe Séguin et, last but not least, Nicolas Sarkozy. C'est ce parcours que ce livre retrace, la revanche de César sur Brutus et de Childéric sur Pépin le Bref.

  • - 8%

    "Il faut détruire Carthage". Les paroles de Caton le Censeur ont résonné dans la majestueuse salle dallée de marbre du Sénat romain. Pour assurer sa suprématie sur la Méditerranée, Rome doit se débarrasser de sa puissante rivale. Un nouveau conflit va éclater entre les deux cités. Mais cette fois-ci, il s'agit d'une guerre d'extermination. Rome a décidé d'en finir avec la grande métropole africaine, afin que jamais plus elle ne soit menacée, comme elle l'avait été par Hannibal et sa formidable armée. Cependant, un homme se dresse contre Rome : Hasdrubal. Apparenté à l'antique famille des Barca, il se voue corps et âme à la défense de sa ville comme l'ont fait ses illustres ancêtres. Tandis que le consul Scipion débarque ses troupes en Afrique, Hasdrubal se prépare au choc final. Dans le sinistre vrombissement des machines de siège et les lueurs apocalyptiques des incendies, la bataille sera terrible. Hasdrubal pourra-t-il sauver Carthage et les siens ?
    A travers cet ultime volet du roman de Carthage, Patrick Girard ressuscite les ors de la splendide cité punique. Il retrace avec passion les derniers instants de cette ville qui régna sur les mers et dont Rome ne laissa pas une pierre.

  • Existe-t-il des moyens de rendre les Juifs plus heureux et plus utiles en France ? Tel est le sujet du concours organisé par l'Académie de Metz en 1787. Quelques années plus tard, par un acte sans précédent dans le monde, la Révolution française émancipe les 40 000 Juifs de France. Elle fait d'eux les égaux des autres Français. Mais, qui sont-ils au juste ? [...] Les décrets infâmes de 1808, contiennent des mesures discriminatoires, qui ne seront abolies qu'en 1818. Mais l'organisation nationale et locale du culte, reposant sur les consistoires, demeurera. La première moitié du XIXe siècle voit disparaître les dernières inégalités juridiques. La population juive s'urbanise peu à peu. C'est de la Monarchie de Juillet et du Second Empire que date véritablement l'intégration des Juifs de France à la société et à la vie politique nationales. Cette assimilation se fait sans conflit : attachés à la Révolution française, patriotes, les Juifs de France restent fidèles à leur culture et aux valeurs du judaïsme. Lorsqu'en 1860, l'Alliance israélite universelle est fondée à Paris, la régénération et l'émancipation accomplies en France, deviennent plus qu'un objectif à atteindre à l'étranger : un modèle. Patrick Girard analyse de près ce que furent, de la Révolution à 1860, les mutations de la société juive de France. À l'aide de la presse et des documents d'époque, il fait revivre les débats animés qui opposent alors partisans et adversaires de l'émancipation, libéraux et orthodoxes, rabbins et laïcs. Il montre comment les valeurs de la communauté juive de France, furent définies en fonction de celles de la société environnante. Cette histoire de l'itinéraire qui a mené les Juifs de France de l'émancipation à l'égalité, est aussi celle d'une certaine forme d'assimilation. En ce sens, le livre de Patrick Girard permet de mieux réfléchir aux transformations récentes du judaïsme français.

  • Première communauté juive d'Europe occidentale et quatrième groupe juif au monde, le judaïsme français, fort de 600 000 âmes, a fait la « une » des journaux à plusieurs reprises ces dernières années à l'occasion d'événements souvent tragiques - rue Copernic, rue des Rosiers - ou surprenants - l'élection d'un grand rabbin sépharade. Le livre de Patrick Girard se propose de dresser un tableau concis de la communauté juive française et des courants qui la traversent en cette fin du XXe siècle : face à un establishment timoré, certains mouvements ont voulu dégager de nouvelles modalités de regroupement et d'action qui s'inspirent à la fois de l'appartenance incontestée des individus à la nation française et de la place centrale occupée par l'État d'Israël dans la conscience juive contemporaine. Sur ces polémiques et sur la question essentielle d'une éventuelle renaissance de l'identité juive en France, l'auteur exprime un avis nuancé. Loin de marquer une rupture radicale, le nouveau judaïsme constitue l'aboutissement d'un lent processus d'identification à la France et aux valeurs d'une société qui reconnaît et valorise désormais le droit à la différence.

  • Dans ce roman, Patrick Girard nous raconte le destin hors du commun de Fernand de Magellan, fi gure oubliée de l'histoire, rejeté par sa patrie d'origine, le Portugal, et négligé par sa patrie d'adoption, l'Espagne.
    Élevé à la cour de Lisbonne, ce gentilhomme désargenté, nourri des valeurs de la chevalerie, servit aux Indes et en Berbérie avant de recevoir une blessure le rendant inapte au métier des armes. Déclassé, vivant d'une modeste pension, il poursuit un rêve secret : être le premier à franchir, au sud de l'Amérique tout juste découverte, le passage menant aux épices des Moluques.Mais la Cour de Lisbonne refuse à Magellan ce qu'elle avait déjà refusé à Colomb : une fl otte de quelques navires. Il n'a d'autres solutions que de se mettre au service de l'Espagne, de gagner la confi ance du nouveau souverain, futur Charles Quint, et de convaincre ses adversaires à la Cour, autant d'obstacles à la mesure du voyage qui l'attend.Fernand de Magellan, l'inventeur du mondeMagellan fut le premier à effectuer avec sa fl otte le tour du monde d'est en ouest. Son voyage au début du XVIe siècle est en quelque sorte l'archétype de l'aventure pour l'aventure, de l'exploit sans lendemain, la formidable épopée maritime et chevaleresque d'un Don Quichotte des mers.

  • Le très long règne d'Abd al-Rahman III (912-961) marque l'apogée de l'Andalousie omeyyade, où coexistent désormais en paix les trois religions du Livre. En quelques années, le successeur d'Abdallah le Cruel impose son autorité en mettant au pas les seigneurs rebelles et en s'emparant de Bobastro, repaire du plus illustre d'entre eux.Trop confiant dans ses capacités, Abd al-Rahman se lance dans une campagne désastreuse contre les royaumes chrétiens du Nord où il essuie une cinglante défaite à la bataille de Santas Markas. Il saura néanmoins acquérir une renommée inégalée en reprenant le titre de calife, porté jadis par ses ancêtres. La splendeur de Cordoue, alors la plus belle ville d'Europe, et de ses somptueux palais, contribue à rehausser son prestige. Il devient le souverain le plus respecté et le plus puissant de l'Occident avec qui l'empereur de Constantinople et celui de Germanie concluront des traités d'alliance.Dans ce roman, troisième volume de la saga al-Andalous, défilent des personnages hauts en couleur, musulmans, chrétiens et juifs, tous familiers d'un calife qui aura bien mérité son surnom d'Abd al-Rahman le Magnifique.

  • En 852, l'accession au trône du pieux émir Mohammad marque les débuts d'une longue crise dont auront à souffrir les différentes communautés d'al-Andalous (musulmans arabes, berbères ou mozarabes, chrétiens et juifs).  Incapable de faire fructifier l'héritage que lui a laissé son père, l'émir assiste, impuissant, à l'éclatement de son royaume. Partout en province des seigneurs, musulmans ou chrétiens, secouent le joug du pouvoir central et se taillent des fiefs indépendants. Parmi eux se distingue Abdallah le Cruel (888-912), dont le long règne justifiera pleinement le surnom. 
    C'est cette période troublée et sanglante de l'histoire de l'Espagne musulmane que raconte ici Patrick Girard. Une fresque haute en couleur où l'on voit, entre autres, les familles arabes s'affronter pour le contrôle de Séville pendant qu'à Cordoue, intrigues et complots se multiplient. Unique lueur d'espoir et seule consolation pour l'émir vieillissant et solitaire, son petit-fils, Abd al-Rahman, né quelques jours avant l'assassinat de son père. Le jeune homme aura toutes les qualités requises pour restaurer l'autorité chancelante de la dynastie des Omeyyades.

  • En 711, l'Europe occidentale est confrontée pour la première fois de son histoire à l'Islam. Conduite par le Berbère Tarik Ibn Zyad, qui donnera son nom à Gibraltar (Djebel Tarik), une armée, venue de Tanger, débarque en Espagne et soumet la quasi-totalité du royaume.. Loin d'être un « choc des civilisations », cette conquête est le fruit d'une intrigue ourdie par l'exarque byzantin de Septem (Ceuta) et par certains nobles chrétiens.
    Kurtuba (Cordoue) devient la capitale de l'Espagne où cohabitent Arabes, Berbères, Chrétiens et Juifs. Dès 750 s'y établit l'un des rares survivants de la dynastie omeyyade, Abd al-Rahman, chassé de Bagdad. Lui et ses descendants vont asseoir leur pouvoir sur al-Andalous en usant tantôt de clémence, tantôt de violence.
    /> C'est cette extraordinaire page d'histoire que raconte Patrick Girard sur fond d'Andalousie médiévale. Au fil de ces pages, on découvre des êtres de chair et de sang, des humbles et des puissants, des figures lumineuses ou sanguinaires, en proie aux passions les plus diverses.

  • Certains hommes politiques n'ont qu'une carrière tumultueuse, Philippe Séguin aurait-il un destin ? Celui d'un enfant de Tunis dont le camp naturel n'est ni la droite, ni la gauche, mais la République, avec un grand R, qui a redonné ses lettres de noblesse à un combat politique terni par les affaires. Esprit indépendant et volontiers frondeur, Philippe Séguin ne se reconnaît pas plus dans une bourgeoisie égoïste, fascinée par la recherche du profit, que dans une gauche confite dans ses certitudes, à laquelle il reproche d'avoir cyniquement ressuscité l'extrême droite. Après avoir été député, ministre, puis président de l'Assemblée nationale, il s'est attelé, depuis juillet 1997, à la reconstruction d'un RPR affaibli par sa cuisante défaite aux élections législatives. Obligé de composer avec Jacques Chirac, avec lequel il a des relations complexes, il a avalé bien des couleuvres et perdu de sa verve antieuropéenne. Mais cette évolution n'est pas un renoncement. Seule personnalité d'envergure à avoir survécu au naufrage de la « droite Titanic », Philippe Séguin sait que, en 2002 ou 2009, il devra la conduire à la reconquête du pouvoir. « Grande querelle » qu'il entend mener de manière fort gaullienne. Cette biographie passionnante, ni hagiographique ni partisane, remarquablement renseignée sur les zones d'ombre comme sur les années de jeunesse, donne à comprendre le cheminement et la construction d'une personnalité politique incontournable.

  • La très médiatique liaison entre Monica Lewinsky et Bill Clinton, les nombreuses maîtresses de François Mitterand, le sulfureux et mystérieux rapport entre les frères Kennedy et Marilyn Monroe, la passion d'Hitler pour Eva Braun : autant d'affaires qui concernent la vie privée des hommes d'Etat, mais qui, ayant des répercussions directes ou indirectes sur leurs actions et leurs décisions politiques, ont pu modifier le cours de l'Histoire. Sans voyeurisme, dévoilant des anecdotes, détails et épisodes rocambolesques, Patrick Girard nous révèle la face cachée des grands de ce monde, lorsque la petite histoire rejoint l'Histoire.
    Un ministre de Vichy, partisan de l'ordre moral et amateur... d'éphèbes ; Mao, le Grand Timonier, ardent consommateur de chair fraîche ; Staline, le Petit Père des peuples, en proie à des difficultés amoureuses ; Clemenceau, le tombeur de ministères... et de jolies Américaines ; le démêlés de Nelson Mandela avec sa harpie de femme... Patrick Girard nous brosse un panorama original de l'histoire du XXe siècle, vu à travers le prisme des passions amoureuses. Une manière singulière de découvrir ces grands hommes qui nous gouvernent.
    Né en 1950, Patrick Girard, historien, journaliste, ancien attaché de recherches au CNRS, a été rédacteur en chef adjoint à Jeune Afrique et conseiller de la direction de Globe Hebdo. Il est actuellement éditorialiste à L'Evénement et a publié plusieurs ouvrages historiques.

  • Carthage, 264 av. J.C., les nuages s'amoncellent au-dessus de la puissante cité africaine fondée par les Phéniciens. Rome, l'orgueilleuse métropole italienne, tente de s'implanter en Sicile et menace les comptoirs et le commerce carthaginois à travers la Méditerranée. Bientôt, c'est le conflit entre les deux villes. Une guerre sanglante, impitoyable et interminable.
    Hamilcar Barca, jeune officier issu d'une illustre famille carthaginoise, s'engage avec passion dans la lutte pour faire triompher sa cité. Secondé par son ami d'enfance Juba, fougueux prince numide, et par son précepteur, le sage Epicide, il parcourt la Méditerranée, de l'Afrique à la Sicile et à l'Espagne, livrant une guerre sans merci à Rome. Et, tandis que les mercenaires grondent et que les prêtres de Moloch Baal réclament des sacrifices humains, Hamilcar forge son destin. Dans le fracas des batailles, le barrissement des éléphants de combat et les clameurs des mercenaires, il écrit les pages d'une épopée à la gloire de Carthage.
    Premier volet de la trilogie des Barca, Hamilcar le lion des sables ressuscite la splendeur de Carthage et du monde punique. Plus qu'une fresque historique, ce volume permet de redécouvrir une civilisation envoûtante et fascinante.
    Né en 1950, Patrick Girard est historien. Il a été attaché de recherches au CNRS et est aujourd'hui éditorialiste à L'Evénement. Familier de la Tunisie et de son histoire, il a en outre publié, seul ou en collaboration, de nombreux ouvrages et essais historiques.

  • Fidèle au serment de vengeance fait à son père Hamilcar, Hannibal Barca décide de réaliser une audacieuse offensive en menant la guerre sur le territoire romain. En 218 av. J.-C., à la tête d'une armée hétéroclite, composée de guerriers carthaginois, de cavaliers numides, de frondeurs baléares, de mercenaires gaulois ou ibères et d'éléphants de combat, le jeune général quitte l'Espagne punique pour une incroyable épopée. Après avoir traversé les Pyrénées avec près de 100 000 hommes, il franchit le Rhône, puis gravit les Alpes avant d'affronter les légions romaines à la Trébie et à Cannes. Hannibal accumule les exploits et vole de victoire en victoire. Bientôt, ses troupes campent sous les remparts de Rome, la fière cité aux sept collines. Mais un adversaire acharné se dresse contre Hannibal : Scipion, brillant général romain. Entre les deux hommes qui se respectent et s'admirent, la lutte est désormais implacable. Cette nouvelle guerre punique va ensanglanter la Méditerranée pendant près de dix-sept ans.
    Deuxième volume de la trilogie des Barca, Hannibal, Sous les remparts de Rome, nous fait revivre l'extraordinaire aventure de l'un des plus formidables conquérants de l'Antiquité.
    Né en 1950, Patrick Girard est historien. Il a été attaché de recherches au CNRS et est aujourd'hui journaliste. Familier de la Tunisie et de son histoire, il est l'auteur de Hamilcar, le lion des sables.

  • À la veille de la Révolution française, 40 000 juifs vivent en France. Minées de l'intérieur, en proie à de graves dissensions internes, ces communautés sont confrontées au double défi posé par la diffusion de l'idéologie des Lumières et la politique d'uniformisation de leur statut mise en oeuvre par le pouvoir royal. Loin d'être un acquis de la Révolution, ou une conséquence de la proclamation de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, l'octroi des droits civils aux juifs, est l'aboutissement d'un long processus, entamé et en partie mené à bien, par l'Ancien Régime. À bien des égards, la chute de l'Ancien Régime eut des conséquences funestes pour les juifs de Bordeaux et de Bayonne, dont les droits furent repris puis confirmés par un décret du 28 janvier 1790. Moins heureux, les juifs de l'Est durent attendre le 27 septembre 1791 pour que les promesses qui leur avaient été faites par Necker soient tenues. Redevenus citoyens, les juifs ne furent pas épargnés par la campagne antireligieuse et la Terreur. Plusieurs d'entre eux périrent sur l'échafaud, victimes de leurs opinions politiques. Rabbins et chantres abjurèrent et célébrèrent le culte de la Raison. Prenant le contrepied de bien des idées reçues, le livre de Patrick Girard dérangera tous ceux qui s'en tiennent à une vision figée de la Révolution française. Au-delà du rappel des faits, il pose la question de l'aptitude des sociétés révolutionnaires à prendre en compte la spécificité d'une communauté aux contours singuliers et complexes.

  • " Je suis le seul à avoir compris que, pour conquérir l'Afrique, il faut d'abord humblement se soumettre à ses lois. J'ai renié ma foi, mon pays et ma race pour devenir un roi noir. Mes braves tirailleurs, qui rechignaient à accepter notre rude discipline, m'ont vu me transformer en un des leurs. Je n'étais plus le messager de la civilisation, j'étais un chef traditionnel capable de massacrer sans pitié les tribus qui refusaient de céder à mes caprices. S'ils m'ont aimé et suivi dans ma folle aventure, c'est parce que je les ai compris. Je leur ai offert une épopée digne de celles de leurs plus grands souverains, en abolissant toutes les règles d'une fausse morale. Le soir, à la halte, mes braves aimaient à ce que les griots chantent leurs exploits et glorifient leurs prouesses et les fabuleuses prises dont ils s'étaient emparés dans la journée. Lorsque je faisais mine de m'approcher, ils se taisaient, craignant les pouvoirs secrets dont ils me savaient investi et dont je pouvais me servir pour leur ôter leur force. "
    La soudanite, ainsi surnommait-on cette fièvre mystérieuse, ce dérèglement des nerfs, qui frappait certains administrateurs et militaires coloniaux victimes des effets du soleil, de l'absinthe et de la solitude en Afrique noire, au xixe siècle.
    Ce roman a pour sujet l'un des plus beaux cas de soudanite jamais observés, où l'on suit l'itinéraire d'un officier en errance que ses troupes font roi.
    Patrick Girard mène ainsi une réflexion sur la folie des maux qui accablaient, et frappent de nos jours encore, la partie subsaharienne du continent.
    Rien n'échappe à l'auteur dans ce portrait réaliste où le burlesque côtoie le tragique. D'une vivacité rare, l'écriture explore la violence, le désespoir de ces soldats perdus entre les pièges et les mirages d'une Afrique coloniale ensorcelante.

  • Chaban, Giscard, d?Ornano, Balladur, Pasqua, Jospin? : tous ont tenté, à un moment ou à un autre, de se mettre en travers de son chemin, de contrecarrer ses ambitions. Mais le ?bulldozer? Chirac ne s?arrête jamais. Par le sourire, par la ruse, par le jeu des alliances ou des réseaux, par la force s?il le faut, mais toujours avec détermination, Jacques Chirac a grimpé marche à marche l?escalier menant au plus prestigieux ? et difficile d?accès ? des palais : celui du 133, rue du faubourg Saint-Honoré. Ce livre n?est pas un ouvrage acrimonieux, ni l?occasion de règlements de comptes. C?est la biographie d?un homme politique d?une carrure exceptionnelle, constituée d?étapes : la lutte contre Giscard, le règne à la mairie de Paris, la création du RPR, l?éviction du soldat Jospin et, enfin, le sacre du second tour des présidentielles de 2002. Autant d?obstacles à franchir, autant d? amis " à trahir ou à rallier à sa cause, d?adversaires à éliminer, de mouvements politiques à rayer de la carte (l?UDR, puis le RPR) pour en créer un autre, à sa mesure. L?itinéraire, de 1974 à 2003 ? 30 ans ? d?un Français jovial et sympathique."

  • Yaya est enfin de retour chez elle à Shanghai. Ce grand voyage où s'est mêlé espoir et désillusions, s'achève enfin. Mais la grande maison où elle s'attendait à retrouver sa famille est déserte. Heureusement, Tuduo et son petit frère vont remonter le moral de la fillette, et lui redonner espoir. Car il se pourrait bien que ses parents ne soient pas si loin. Mais dans l'ombre reste tapi l'ennemi de toujours, qui paraît plus que jamais indestructible.

  • Cet ouvrage présente un état de l'art pour la pisciculture d'étang. Il rappelle les principes de la conception des étangs, et rassemble les informations à jour sur le suivi de la qualité du milieu aquatique, et les méthodes de reproduction des espèces piscicoles et d'élevage des juvéniles. Un chapitre important est consacré aux aspects sanitaires et aux soins vétérinaires.

  • Les quatre premiers tomes de "la balade de Yaya" réunis dans un livre numérique.

empty