Myriam David

  • Cet ouvrage aborde la période de « fondation » sous l'angle de la vie affective, puisque les sentiments et les émotions du petit enfant, ses besoins et ses tendances, supposent déjà de véritables relations humaines, c'est-à-dire avant tout familiales (besoin de dépendance et d'autonomie, sentiment d'opposition ou d'attachement).

  • L'époque qui suit la première enfance, traitée dans L'Enfant de 0 à 2 ans, est celle où interviennent de manière remarquable les situations dites oedipiennes. L'auteur en montre le rôle prépondérant tout en évitant une schématisation, redoutable dans ce domaine. Son ouvrage aborde la vie avec les autres, l'éclosion et l'orientation de la sexualité, la découverte de l'identité par le garçon ou la fille. Cette période d'existence de 2 à 6 ans, bien comprise, apporte aux adultes de nouvelles possibilités d'échanges dans le cadre familial et durant les premières années de vie scolaire.

  • Ces textes rassemblés pour la première fois montrent l'oeuvre pionnière et trop peu connue de Myriam David (1917-2004), « grande dame » de la pédopsychiatrie française. Son apport constitue le socle de nombreuses pratiques professionnelles dans le champ de l'enfance, du travail social et de la recherche clinique. Ce recueil de textes frappe par le caractère novateur des contributions de Myriam David lorsqu'elles furent publiées et plus encore par leur étonnante actualité aujourd'hui, ce que soulignent, dans chaque domaine exploré, des spécialistes, amis et élèves. à l'heure où beaucoup de pratiques dans le champ du social, de l'enfance et de la petite enfance sont ébranlées, ce regard porté du côté de leurs fondations est salutaire.

  • Qu'est-ce qu'être soigné par une autre que sa mère ? Qu'est-ce que voir son enfant soigné par une autre ? Qu'est-ce que soigner le bébé d'une autre ? Comment assurer cela dans ces divers lieux où se retrouvent les bébés avec ou sans leur mère : crèche, pouponnière, famille d'accueil, centres de PMI, maison maternelle, halte-garderie ? Comment faire pour que ces lieux ne deviennent pas, bien involontairement, chargés d'inquiétudes et de peurs mutuelles, de frustrations et d'insécurité, voire de carences et de maltraitances, mais qu'ils réussissent pleinement leur vocation d'être sources de vie et de développement pour le bébé, ses parents et leurs soignants ? Un ouvrage devenu une référence. Myriam David(1917 - 2004)était pédopsychiatre.

  • Cet ouvrage, paru en 1973 aux éditions du Scarabée, est devenu un classique pour tous ceux qui s'intéressent à l'éducation et au soin des jeunes enfants. S'il se proposait initialement d'être seulement un témoignage sur une expérience intéressante, il a été le point de départ de toute une éclosion d'activités (séminaires, débats, journées scientifiques, formation, coopération franco-hongroise...). Les propositions « piklériennes » bousculaient les idées et les modes de faire habituels avec les bébés. Elles ont soulevé de nombreux questionnements et de fortes résistances mais elles ont généré un renouveau dans les réflexions et les pratiques éducatives, de soin. Elles ont aussi entraîné des changements de perspective au niveau des fonctionnements institutionnels des pouponnières, crèches, services hospitaliers et autres lieux d'accueil de la petite enfance. Myriam David (1917 - 2004)a été pédopsychiatre ; Geneviève Appell est psychologue clinicienne

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty