Mildred Duran Gamba

  • Il s'agit, dans ce dossier, d'examiner les pratiques de dépouillement et de simplicité volontaire : comment peut-on assumer la pauvreté, comment la création est-elle perçue comme dénuement? Il s'agit de vivre et de créer avec peu, mais aussi de mettre en commun nos ressources, outils, technologies. L'artiste peut travailler par choix avec un matériel désuet, low-tech, recyclé, bon marché. Tout le monde peut réaliser son oeuvre, il est remplaçable, « disposable ». Il peut aussi travailler pour donner une voix aux exilés, aux réfugiés ; explorer la condition des personnes sans statut politique, sans droits civiques, sans représentation historique. Qu'est-ce que la « vie nue » (Agamben) dans une société des technologies et de la consommation?

  • Le risque, et son corollaire (presque) inévitable, le dérapage : quelle thématique riche lorsqu'on se frotte à la création ! Inter art actuel y consacrera deux numéros, dont voici le premier. « Au départ existe une intuition, un dérangement, un sursaut d'énergie, un choix, une décision à prendre, un risque ou une osmose [...] toute production artistique se tient au sein de limites à tolérer ou à franchir ». Chez les artistes de l'art action, cette prise de risque passe souvent par une implication objective de leur personne : c'est notamment le cas pour Yann Marussich ou Éric Madeleine. D'autres, comme Greg Deal ou Latifa Laâbissi, s'aventurent sur le terrain miné de la dénonciation du colonialisme. Risque esthétique, risque créateur : plusieurs artistes nous confient les secrets de leur pratique tandis que d'autres, comme Michel Giroud, nous offrent une perspective historique sur ce combustible essentiel à l'imaginaire.

empty