Michel Margairaz

  • Cette thèse de doctorat d'État soutenue en 1989 sous la direction de M. Jean Bouvier (+) et de M. René Girault renouvelle l'histoire politique et économique du XXe siècle. L'auteur étudie les mutations de l'État entre la crise des années trente et l'amorce de la forte croissance à la fin des années quarante sans oublier les années de guerre et d'occupation. Si l'étude porte avant tout sur les aspects économiques et financiers, les hommes et les "mentalités" ne sont pas pour autant négligés et retrouvent là une place de choix dans l'analyse des décisions politiques et stratégiques.

  • La trajectoire de François Bloch-Lainé, marquée par la seconde guerre mondiale, les guerres d'Indochine et d'Algérie, la traversée des IVe et Ve République, est emblématique d'une génération de hauts fonctionnaires financiers et aussi singulière à bien des égards. Cet ouvrage rassemble diverses analyses sur ses activités de fonctionnaire lors de son court séjour en Indochine en 1945-1946, sur ses fonctions à la tête du Trésor puis de la Caisse des dépôts et consignations, mais aussi sur ses engagements de citoyen comme résistant ou au sein des mouvements associatifs. Certaines contributions sont également l'occasion de présenter les bilans de ses réformes de la Régie Renault, du Crédit lyonnais ou encore de l'État. La journée d'études, organisée à l'occasion du premier anniversaire de la disparition de François Bloch-Lainé, a été l'occasion de présenter les multiples facettes de sa carrière et de sa vie dans une approche renouvelée par la consultation de sources, comprenant notamment ses archives privées. Ces actes permettent ainsi de poursuivre un dialogue fructueux engagé il y a vingt-cinq ans par François Bloch-Lainé avec les historiens, et qui a déjà largement contribué à faire progresser la connaissance de l'histoire économique et financière de la France.

  • Les auteurs analysent l'évolution de notre État de 1944 à LREM et montrent une double dynamique à l'oeuvre: le renforcement du pouvoir présidentiel de régulation et la réduction de l'intervention de l'État social.

  • La Grande Guerre accouche de la banque centrale. Guerre totale, elle positionne les instituts d'émission en première ligne du front financier. Guerre mondiale, elle place les banques d'émission nationales au coeur du système des règlements internationaux. Largement ignoré par la théorie standard, ce fait est ici analysé à trois niveaux : à l'échelle des différentes places bancaires, d'abord, où la banque centrale s'impose comme la banque des banques et comme prêteur en dernier ressort ; à l'échelle des systèmes financiers nationaux, ensuite, où elle devient le banquier du Trésor ; à l'échelle internationale, enfin, à travers la gestion du contrôle des changes et la régularisation des cours des devises, en particulier sur les marchés des pays neutres.

  • L'intérêt récemment accru pour les années noires de la Seconde Guerre mondiale s'est moins attaché à l'histoire des entreprises, en particulier bancaires, qu'aux aspects politiques de l'Occupation. Les textes ici réunis, fondés sur des communications présentées par cinq historiens lors d'une journée d'étude organisée par la Mission historique de la Banque de France le 4 juin 1999, proposent une approche historique du système bancaire français incluant la banque centrale. On y a délibérément articulé les aspects relatifs à la conjoncture et ceux relevant des spoliations antisémites, au-delà des contributions précieuses fournies par les rapports de la Commission Mattéoli, publiés en 2000. Il s'est agi de resituer, dans un système complexe de contraintes multiples - combinant celles provenant de la conjoncture de guerre et de pénurie, celles issues des pressions de l'occupant et celles tributaires des velléités réformatrices du régime de Vichy à travers la Révolution nationale -, les marges de manoeuvre des banques et des banquiers à leur tête. Ni réquisitoire ni plaidoyer, ce volume tente d'abord d'interroger et de donner à comprendre.

  • "Les banques centrales, au coeur de la crise économique et financière globale qui sévit depuis 2007, veillent, nolens volens, à la stabilité du système financier mondial, assumant notamment la fonction de prêteur international en dernier recours.

    À quelles conditions les banques centrales peuvent-elles s'acquitter de ce nouveau rôle ? Sur quelles bases fonder la légitimité de leur gouvernance globale ? La réponse est d'abord d'ordre historique car l'évolution inéluctable de ces institutions en l'espace d'un siècle est inséparable des mutations des marchés de l'argent, de la mondialisation des systèmes productifs et de l'érosion continue de la souveraineté des États-nations et des sociétés nationales.

    Cet ouvrage retrace l'histoire de l'internationalisation des banques centrales - des ruptures fondamentales de la première guerre mondiale à la crise actuelle de l'euro. Les analyses des historiens et des praticiens ici réunis convergent pour reconnaître la nature politique des ressorts de cette internationalisation. Telle n'est pas la leçon la moins optimiste de ce récit très contemporain."

  • Dans la famille des dictionnaires, et en particulier ceux des élites ou des grands corps, celui des inspecteurs des Finances était attendu. Comme les autres, sans doute, il contient des notices biographiques détaillées, en l'espèce celles des 1 217 membres des promotions qui s'égrènent de 1801 à 2009. Mais il s'en distingue aussi. D'abord, par la richesse des articles rédigés par une quarantaine d'auteurs, qui y analysent dans leur diversité les parcours, les pratiques et les activités des inspecteurs au cours des deux siècles écoulés. Ensuite, par l'analyse des figures singulières de soixante-deux inspecteurs, connus ou méconnus, qui ont marqué de leur empreinte la vie économique financière et politique. Si on y ajoute les nombreuses annexes, on prend la mesure du fait que ce dictionnaire est conçu à la fois comme un état des lieux provisoire des études scientifiques sur les membres de ce corps et sur l'institution, mais aussi comme un outil de travail durable en vue de recherches nouvelles.

  • Après Genèse des organisations patronales (2012), Les organisations patronales et la sphère publique (2013) et Coopérer, négocier, s'affronter (2014), ce quatrième et ultime ouvrage, issu d'un programme de recherche pluridisciplinaire et international sur les organisations patronales en Europe, examine la place de celles-ci dans la régulation des activités économiques et financières.

empty