Maude Poissant

  • Saccades

    Poissant Maude

    • Hamac
    • 11 Février 2014

    «Mon fils n'avait pas hérité de mon amour de l'eau. Il nous inquiétait. Jusqu'à son entrée à l'école, il m'avait observée entrer dans la mer de la fenêtre de notre chambre, terrifié par l'idée que je n'en ressorte pas. Rien n'y faisait: même si je m'y faufilais très tôt le matin, avant que lui et sa soeur ne soient debout, c'était quand même pour deviner derrière moi sa petite menotte aplatie sur la vitre et ses yeux mouillés qui attendaient mon retour.»Les personnages de Saccades sont portés par le désir de donner plus de lumière à leur existence. Que ce soit en cherchant à atteindre une forme de perfection, en fuyant un milieu hostile, en voulant apaiser l'angoisse de la mort ou en tentant de se libérer de la lourdeur du quotidien, tous se butent aux aléas parfois cruels de la vie qui les font dévier de leur cours en les laissant seuls avec leurs rêves étriqués.Après avoir abandonné les uniformes de serveuse, de traiteur puis d'agente de bord, Maude Poissant s'est enfin décidée à suivre la voie littéraire et partage aujourd'hui sa vie entre l'enseignement et l'écriture. Diplômée de l'Université Laval et de l'Université de Caen, elle a terminé une maîtrise en création littéraire tout en menant à bien deux projets alliant écriture et photographie, dont Portraits égarés, présenté à L'Escale du livre de Bordeaux. Saccades est sa première publication.

  • Personne n'est étranger à l'univers de la dette. Tout de suite, chacun imagine des regards contrits, des profils de perdants, la malchance. C'est oublier ceux qui dominent, profitent, leurs sourires tout juste en retrait, leur ravissement à peine contenu. Dans ce monde, on dispose son miroir, on surveille, on menace, on fomente des procès muets, on peaufine sa vengeance, on se ménage des privilèges, on lèche les plaies. L'univers de la dette, c'est celui de l'autre, reconnu comme autre, pour une fois. Et il vous amorce une catharsis, aucun doute là-dessus! Avec les textes de Jean-François Chassay, Hugues Corriveau, Louise Cotnoir, Louise Dupré, David Dorais, Maude Déry, Gilles Pellerin, et plusieurs autres.

  • Les algorithmes s'avèrent un piège pour l'humain parce qu'ils prétendent le libérer en prenant en charge ses désirs. C'est du moins l'angle d'approche commun du thème qui se dégage du présent numéro de XYZ. La revue de la nouvelle, qu'il s'agisse de réalité virtuelle (Cassie Bérard) , d'insinuation d'un autre en soi (David Bélanger), de sites de rencontres (Maude Poissant, Renaud Corbeil), de repousser la mort (David Clerson), ou le passé (Laurence Hélie-Fontaine), de marketing (J. D. Kurtness) ou de surveillance (Françoise Major). Le numéro d'automne est l'occasion de dévoiler le lauréat du Trente et unième concours de nouvelles, Rémi-Julien Savard et sa nouvelle « Si doux » qui adopte le point de vue d'un garagiste esseulé. Hors-thème, Gabriel Laverdière traduit une histoire de Noël de l'auteur ontarien Andrew Hood, Simon Alarie raconte l'homophobie, Pierre Lasry offre une nouvelle campée dans une communauté de Juifs allemands exilés aux États-Unis et Jean-Philippe Martel présente un mauvais côté de la nostalgie. 

empty