Marie Cousin

  • « J´ai taillé ma plume au fil de "Manus Deï", l´épée de Jehan IV de Carrouges, pour relater le fabuleux destin de ce chevalier normand qui fut, sans le savoir, l´instigateur du "dernier duel judiciaire autorisé en France par le parlement de Paris comme Judicium Deï". (Ce duel eut lieu à l´abbaye Saint-Martin-des-Champs en 1386 en présence des plus grands du royaume.) Au vu de sa vie et des épreuves qui l´ont amené à faire appel à cette solution ultime (faire valoir son droit en exposant sa vie pour défendre l'honneur de son épouse), j´ai décidé de prendre les armes ! En raccrochant tous ces événements à l´épopée d´une épée célèbre de l´époque, j'ai tenté de faire guerroyer le lecteur aux côtés de personnages illustres, tels Du Guesclin ou Jeanne d'Arc, qui l´ont tenue dans leurs mains. »

  • Carrouges, paisible contrée de l´Orne, en Basse-Normandie, sise à la croisée des chemins Montois et de Compostelle, fut le berceau de personnages au destin incroyable, demeurés méconnus. C´est pourquoi, l´auteure, originaire de cette terre, a choisi de partir à la recherche de ces oubliés de l´Histoire afin d´exhumer leurs destinées insolites telles celle du Père Pichon, directeur de conscience de sainte Thérèse de Lisieux, celle de Jean Le Veneur, Grand Aumônier de François 1er, sans qui Jacques Cartier n´aurait jamais pu découvrir le Canada, celle de Théophile Anger, médecin de Napoléon III ou encore de Jean Héron, chef du réseau de Résistance « Arc en Ciel » pour la Basse-Normandie.
    Vous ne manquerez pas d´être captivé par le récit des aventures de Pierre Millet, grognard de la Grande Armée de Napoléon Bonaparte ou celles, non moins romanesques, de Tanneguy II Le Veneur, Ambassadeur de France en Angleterre au temps des Mousquetaires, voire, celles du Général Leveneur qui côtoya le fameux La Fayette dont Michel Le Royer, autre natif de Carrouges, interpréta le rôle à l´écran en 1962.
    Voici quelques unes des trente personnalités figurant dans ce livre que nous vous laissons le soin de découvrir.

  • L'anesthésie chirurgicale, venue des Etats-Unis en 1846, a été accueillie en France avec enthousiasme et a suscité une floraison de travaux expérimentaux tant chez les chirurgiens que chez les savants. Surtout elle a permis ce miracle pour l'époque d'opérer les patients sans douleur, élargissant le domaine de la chirurgie et ouvrant des horizons qui lui étaient jusque-là interdits. C'est cette histoire, quelque peu chaotique, allant de l'archaïque éther aux techniques modernes, que nous conte l'auteur.

  • La réanimation fait partie intrinsèque de l'anesthésiologie. Ce sont en effet les méthodes utilisées par les anesthésistes qui ont permis les premiers succès de la réanimation respiratoire. Ces méthodes se sont rapidement appliquées à toutes les situations critiques mettant en jeu le pronostic vital, qu'elles soient d'origine médicale, chirurgicale ou traumatologique, faisant ainsi reculer à chaque nouvelle étape les limites de la vie. Mais aussi que d'obstacles à surmonter pour faire reconnaître aux anesthésistes-réanimateurs un statut à part entière.

empty