Saga Egmont

  • À L'OMBRE DES JEUNES FILLES EN FLEURS Nouv.

    «Je leur demandai des nouvelles des fleurs, ces fleurs de l'aubépine pareilles à de gaies jeunes filles étourdies, coquettes et pieuses. "Ces demoiselles sont parties depuis déjà longtemps", me disaient les feuilles.»
    Ni pressé, ni brusque, le narrateur retourne aux racines d'un temps qui se précise: l'adolescence. Avec lui, on flâne dans le Paris du XIXe siècle, autour de madame Swann qu'il convoite. Puis on le suit à Balbec, ville rêvée, issue de ses propres souvenirs enveloppés dans une brume qui doucement se lève. À la lumière des personnages (le peintre Elstir, Charlus, Robert de Saint-Loup...) on découvre toute la sagacité d'un adolescent qui se construit. Et à l'ombre des jeunes filles, que le narrateur observe, et de celle au polo noir qu'il admire, l'émotion pénètre les pages comme en un songe poétique.
    Deuxième tome de la «Recherche du Temps Perdu», «À l'Ombre des Jeunes Filles en Fleurs» est le récit d'un narrateur qui grandit, d'un Marcel Proust qui réarrange sa vie en cet «édifice immense du souvenir», prix Goncourt en 1919.



    Marcel Proust (1871-1922) est sans doute l'un des auteurs le plus connu de son temps. Né à Paris, il souffre de graves problèmes respiratoires. Possédant une grande fortune, il en profite dès sa jeunesse pour côtoyer les salons littéraires. Un grand intérêt pour l'écriture le saisit, et il s'y consacre pleinement. Il publie des poèmes et entame la rédaction d'une oeuvre qu'il ne continuera pas. C'est seulement en 1907 qu'il commence à écrire son chef-d'oeuvre romanesque «A la Recherche du Temps Perdu», avec le premier roman «Du Côté de Chez Swann». Les cinq autres tomes sont publiés entre 1919 et 1927. C'est là un théâtre social avec plus de deux cents personnages, et une large réflexion sur la mémoire. Mais les thèmes restent vastes, et parmi les plus saisissants on y trouve l'homosexualité - Proust est l'un des premiers romanciers à aborder le sujet.

  • Au XIXe siècle, dans le troisième volet de la «Recherche du Temps Perdu», le narrateur, toujours aussi sensible, a déménagé dans une dépendance de l'hôtel de Guermantes. À l'approche du monde adulte, les désillusions sont amères, et le temps n'est plus scellé. Il est parfois long, dans l'attente de revoir la séduisante Mme de Guermantes au petit matin pour la promenade quotidienne; et parfois court, lorsqu'il faut partir pour Doncières, faute d'un amour réciproque. À Paris, affecté par la maladie de sa grand-mère et l'absence de ses parents, le narrateur choisit une vie mondaine, entre salons et théâtres, entre bourgeois lettrés et artistes, entre opposants et partisans de l'affaire Dreyfus.
    Marcel Proust érige, tel un monument dédié aux méandres infinis de la mémoire, un roman où le narrateur contemple sa vie d'enfant et laisse place à l'adulte naissant.



    Marcel Proust (1871-1922) est sans doute l'un des auteurs le plus connu de son temps. Né à Paris, il souffre de graves problèmes respiratoires. Possédant une grande fortune, il en profite dès sa jeunesse pour côtoyer les salons littéraires. Un grand intérêt pour l'écriture le saisit, et il s'y consacre pleinement. Il publie des poèmes et entame la rédaction d'une oeuvre qu'il ne continuera pas. C'est seulement en 1907 qu'il commence à écrire son chef-d'oeuvre romanesque «A la Recherche du Temps Perdu», avec le premier roman «Du Côté de Chez Swann». Les cinq autres tomes sont publiés entre 1919 et 1927. C'est là un théâtre social avec plus de deux cents personnages, et une large réflexion sur la mémoire. Mais les thèmes restent vastes, et parmi les plus saisissants on y trouve l'homosexualité - Proust est l'un des premiers romanciers à aborder le sujet.

  • DU CÔTÉ DE CHEZ SWANN Nouv.

    Entre les murs d'un appartement du boulevard Haussman, Marcel Proust écrit «Du Côté de Chez Swann», la première partie d'un monument romanesque, «À la recherche du temps perdu». À la porte de son génie littéraire, c'est une projection de souvenirs qui nous parvient, comme narrée par une voix profonde et sensible, à la recherche de sensations, d'un temps perdu que les méandres de la mémoire s'attèlent à raviver. Lorsqu'on dépasse son palier, on découvre une féerie où le temps et l'espace se confondent. C'est une promenade, longue mais passionnée, intelligente et poétique, dans un présent éternel, à Combray, dans les chambres de l'enfance du narrateur, et dans toute une vie à jamais féconde.



    Marcel Proust (1871-1922) est sans doute l'un des auteurs le plus connu de son temps. Né à Paris, il souffre de graves problèmes respiratoires. Possédant une grande fortune, il en profite dès sa jeunesse pour côtoyer les salons littéraires. Un grand intérêt pour l'écriture le saisit, et il s'y consacre pleinement. Il publie des poèmes et entame la rédaction d'une oeuvre qu'il ne continuera pas. C'est seulement en 1907 qu'il commence à écrire son chef-d'oeuvre romanesque «A la Recherche du Temps Perdu», avec le premier roman «Du Côté de Chez Swann». Les cinq autres tomes sont publiés entre 1919 et 1927. C'est là un théâtre social avec plus de deux cents personnages, et une large réflexion sur la mémoire. Mais les thèmes restent vastes, et parmi les plus saisissants on y trouve l'homosexualité - Proust est l'un des premiers romanciers à aborder le sujet.

  • De retour à Combray, le héro de «La Recherche du Temps Perdu» est en proie au désespoir. Les livres des frères Goncourt lui font perdre confiance en ses talents. Lui qui depuis son enfance voulait devenir écrivain, jamais n'égalera ces hommes de génie. Ce n'est que plus tard, à Paris, à la fin d'un morceau de musique dans le salon des Guermantes, que le tintement d'une cuillère et la raideur d'une serviette raniment en lui un plaisir passé. Dans cette sensibilité retrouvée, presque nouvelle, le narrateur découvre l'art, ce qu'il faut pour l'exprimer - retrouver le temps.
    Dans ce dernier volume, publié à titre posthume, le narrateur entame une vie de romancier, libéré des limites du temps, au moment où le chef-d'oeuvre de Marcel Proust aboutit à sa fin.
    «Je les entendis encore, je les entendis eux-mêmes, eux situés pourtant si loin dans le passé.»



    Marcel Proust (1871-1922) est sans doute l'un des auteurs le plus connu de son temps. Né à Paris, il souffre de graves problèmes respiratoires. Possédant une grande fortune, il en profite dès sa jeunesse pour côtoyer les salons littéraires. Un grand intérêt pour l'écriture le saisit, et il s'y consacre pleinement. Il publie des poèmes et entame la rédaction d'une oeuvre qu'il ne continuera pas. C'est seulement en 1907 qu'il commence à écrire son chef-d'oeuvre romanesque «A la Recherche du Temps Perdu», avec le premier roman «Du Côté de Chez Swann». Les cinq autres tomes sont publiés entre 1919 et 1927. C'est là un théâtre social avec plus de deux cents personnages, et une large réflexion sur la mémoire. Mais les thèmes restent vastes, et parmi les plus saisissants on y trouve l'homosexualité - Proust est l'un des premiers romanciers à aborder le sujet.

  • À la fin de l'été, et de retour de Balbec, Albertine s'installe chez le narrateur à Paris. L'amour que ce dernier portait pour Albertine a pris une couleur plus sombre. Chaque jour elle paraît moins jolie, moins séduisante, mais la peur qu'il a de la voir fuir pour un autre (ou une autre) le pousse à la maintenir comme prisonnière. Il l'interroge quand elle sort, et la suit dans ses déplacements. L'amour ne le rend plus heureux, au contraire il suscite chez lui une souffrance que l'incertitude et l'indifférence d'Albertine entretiennent. Lui-même est prisonnier de sa captive et de ses sentiments de jalousie.
    Paru en 1923, «La Prisonnière» est le premier volume à titre posthume de Marcel Proust, et le cinquième d'une série de romans tous aussi remarquables que captivants: «À la Recherche du Temps Perdu».



    Marcel Proust (1871-1922) est sans doute l'un des auteurs le plus connu de son temps. Né à Paris, il souffre de graves problèmes respiratoires. Possédant une grande fortune, il en profite dès sa jeunesse pour côtoyer les salons littéraires. Un grand intérêt pour l'écriture le saisit, et il s'y consacre pleinement. Il publie des poèmes et entame la rédaction d'une oeuvre qu'il ne continuera pas. C'est seulement en 1907 qu'il commence à écrire son chef-d'oeuvre romanesque «A la Recherche du Temps Perdu», avec le premier roman «Du Côté de Chez Swann». Les cinq autres tomes sont publiés entre 1919 et 1927. C'est là un théâtre social avec plus de deux cents personnages, et une large réflexion sur la mémoire. Mais les thèmes restent vastes, et parmi les plus saisissants on y trouve l'homosexualité - Proust est l'un des premiers romanciers à aborder le sujet.

  • Dans ce quatrième tome de «La Recherche du Temps Perdu», les jeunes filles en fleurs sont bien loin. Sodome et Gomorrhe, villes bibliques détruites par Dieu, servent de mise en garde pour les infidèles immoraux.
    Un soir, le narrateur surprend une discussion entre Charlus et Jupien, et peu après, leurs ébats. Dès lors, l'homosexualité imprègne ses réflexions. Il fait l'observation d'une société qui traque et rejette les homosexuels, tel les juifs lors de l'affaire Dreyfus. Après de longues soirées de considération, le narrateur poursuit son voyage à Balbec. Là, il repense à sa grand-mère décédée, et surtout à Albertine, aux «intermittences du coeur». Tantôt amoureux d'elle, tantôt indifférent à son sourire, le narrateur est inquiet des inclinaisons amoureuses d'Albertine. Aime-t-elle les femmes plus qu'elle n'aime les hommes?
    Marcel Proust, d'une plume passionnée, dresse le portrait des exclus accusés de toutes les tares,« jusque-là obligés de cacher leur vie, de détourner leurs regards d'où ils voudraient se fixer, de les fixer sur ce dont ils voudraient se détourner, de changer le genre de bien des adjectifs dans leur vocabulaire, contrainte sociale légère auprès de la contrainte intérieure que leur vice, ou ce qu'on nomme improprement ainsi, leur impose non plus à l'égard des autres mais d'eux-mêmes, et de façon qu'à eux-mêmes il ne leur paraisse pas un vice.»



    Marcel Proust (1871-1922) est sans doute l'un des auteurs le plus connu de son temps. Né à Paris, il souffre de graves problèmes respiratoires. Possédant une grande fortune, il en profite dès sa jeunesse pour côtoyer les salons littéraires. Un grand intérêt pour l'écriture le saisit, et il s'y consacre pleinement. Il publie des poèmes et entame la rédaction d'une oeuvre qu'il ne continuera pas. C'est seulement en 1907 qu'il commence à écrire son chef-d'oeuvre romanesque «A la Recherche du Temps Perdu», avec le premier roman «Du Côté de Chez Swann». Les cinq autres tomes sont publiés entre 1919 et 1927. C'est là un théâtre social avec plus de deux cents personnages, et une large réflexion sur la mémoire. Mais les thèmes restent vastes, et parmi les plus saisissants on y trouve l'homosexualité - Proust est l'un des premiers romanciers à aborder le sujet.

  • «Ces mots: "Mademoiselle Albertine est partie!" venaient de produire dans mon coeur une souffrance telle que je ne pourrais pas y résister longtemps. Ainsi ce que j'avais cru n'être rien pour moi, c'était tout simplement toute ma vie.»
    Alors que l'amour du narrateur pour Albertine s'était effacé sous l'indifférence, les mots de Françoise, la bonne, provoquent chez lui une blessure béante. Dans son chagrin il songe à retrouver Albertine, peut-être en Touraine, avec l'aide de Saint-Loup. Mais ses efforts sont vains: elle ne reviendra pas.
    Paru à titre posthume, le sixième volume de «La Recherche du Temps Perdu» est le récit d'un deuil. La fin de l'amour est comme un vide à combler, «un coup physique au coeur», une longue attente que seul l'oubli - le temps - peut soigner en vue d'un temps retrouvé.



    Marcel Proust (1871-1922) est sans doute l'un des auteurs le plus connu de son temps. Né à Paris, il souffre de graves problèmes respiratoires. Possédant une grande fortune, il en profite dès sa jeunesse pour côtoyer les salons littéraires. Un grand intérêt pour l'écriture le saisit, et il s'y consacre pleinement. Il publie des poèmes et entame la rédaction d'une oeuvre qu'il ne continuera pas. C'est seulement en 1907 qu'il commence à écrire son chef-d'oeuvre romanesque «A la Recherche du Temps Perdu», avec le premier roman «Du Côté de Chez Swann». Les cinq autres tomes sont publiés entre 1919 et 1927. C'est là un théâtre social avec plus de deux cents personnages, et une large réflexion sur la mémoire. Mais les thèmes restent vastes, et parmi les plus saisissants on y trouve l'homosexualité - Proust est l'un des premiers romanciers à aborder le sujet.

empty