Langue française

  • Point d'aboutissement du grand projet romanesque de Proust, Le Temps retrouvé est le moment de la révélation par l'art : le Narrateur comprend qu'il doit écrire l'oeuvre que le lecteur s'apprête précisément à finir. Parcouru par le spectre de la Grande Guerre, par la peinture des désirs inavouables et des dernières mondanités, mais aussi et surtout par l'idée de beauté, ce livre propose plus qu'une conclusion : une invitation à devenir soi-même auteur de sa propre vie.

  • Un amour de swann

    Marcel Proust

    Dans le premier volume de la Recherche, « Un amour de Swann » constitue un récit singulier et autonome, celui de la passion amoureuse qui lie un esthète à une « cocotte ». Tous deux évoluent au sein de la société parisienne bourgeoise de la fin du XIXe siècle, dans un univers imprégné de peinture et de musique. Mais l'amour de Swann pour Odette, un temps volupté, connaît bientôt l'angoisse et la jalousie...

    Dossier :
    1. Les documents de rédaction
    2. Les motifs et leur genèse

  • Le plaisir de la lecture, l'heure du thé, le drame du coucher... Par l'évocation d'innombrables petits moments tour à tour délicieux, humiliants, érotiques, décevants, Proust nous invite à prendre part à ses réflexions dans ce premier volume de la Recherche, où les souvenirs d'enfance (« Combray ») et les premiers instants de l'adolescence (« Noms de pays ») encadrent le récit des amours d'un riche collectionneur et d'une demi-mondaine (« Un amour de Swann »).
    À la manière de Schéhérazade dans Les Mille et Une Nuits, le romancier dévoile une histoire merveilleuse et complexe, qui nous conduit des jardins enchanteurs d'un village français aux sombres ruelles parisiennes, en passant par les feux de l'Opéra et les salons aristocratiques. Nous y suivons son narrateur-héros qui cherche à étancher sa soif d'émerveillement et prenons part à sa quête toujours renouvelée du sens de la vie.

  • La seconde partie d'À l'ombre des jeunes filles en fleurs annonce un progrès dans la découverte des réalités. Le narrateur-héros y raconte son séjour au Grand-Hôtel de la station balnéaire de Balbec, ville rêvée, tout enveloppée de brumes, dans laquelle s'amorce le contact avec cet autre univers fantasmé, le royaume de Guermantes. À Balbec encore, la rencontre du peintre Elstir dévoile au narrateur quelques-unes des vérités essentielles qu'il avait vainement cherchées jusqu'alors.

  • Ecrits sur l'art

    Marcel Proust

    Marcel Proust, le mondain « petit Proust », a écrit sur tous les arts confondus. Dans ses notes de lecture, souvenirs de salon, portraits, poèmes, pastiches..., on cherchera en vain une hiérarchie esthétique ou une prétention théorique. Ce qui gouverne cet ensemble de textes, qui mêle maîtres anciens et artistes contemporains, Beethoven et Gallé, chefs-d'oeuvre et pièces sans conséquence, La Comédie humaine et Le Prince des cravates, littérature, peinture et musique, c'est le goût de l'association, l'examen du fragment, l'instant de la vision. Visiter une exposition, raconter un concert, déceler le tableau dans le livre ou encore désosser le style de Flaubert, c'est dépouiller l'idolâtrie, permettre, donc, « à la manière des oculistes », l'éducation du regard.

  • Correspondance

    Marcel Proust

    Marcel Proust fut un correspondant maniaque. Dès l'enfance, puis dans le monde, à l'époque du Santeuil et de Ruskin, pendant la genèse du Contre Sainte-Beuve et de la Recherche, au coeur même de la Grande Guerre, jusqu'à sa mort en 1922, sans trêve, il a écrit : à ses proches, à sa famille, à ses amis, aux défenseurs de ses livres, à ses ennemis et aux indifférents, à toute une foule d'experts de choses d'art et d'amour, de coquetterie et de finance...
    Les milliers de lettres qu'il a laissées traitent des sujets les plus variés - souvenirs et confidences intimes, impressions de lectures, négociations avec les éditeurs, commentaires de l'actualité politique ; elles contiennent aussi, à l'état d'esquisses, nombre d'épisodes et de motifs qui alimentent la Recherche.

    Cette édition rassemble une centaine de lettres écrites par Proust de l'âge de quinze ans à ses derniers jours ; par la diversité du ton, des formes et des postures qu'il y adopte, elles offrent un éclairage irremplaçable sur celui qui, à l'en croire, était moins écrivain qu' « écriveur ».

empty