Marceau Felden

  • La technique, de tout temps, a été le moteur du progrès. Mais aujourd'hui ses innovations, et les bouleversements qu'elles entraînent, jettent les bases d'une nouvelle civilisation. Internet, autoroutes de l'information, réalité virtuelle, cyberspace, réseaux financiers internationaux, nucléaire, génétique, conquête et maîtrise de l'espace... un véritable pouvoir technologique est apparu, développant sa propre culture et outrepassant les frontières. Pourtant... la technique reste curieusement absente du discours politique, des projets de société, du débat électoral français ou de la construction européenne. Comment prétendre, alors, répondre aux défis de demain ? Ouvrant un débat qui engage notre avenir, Marceau Felden propose de donner à la technique une dimension politique. S'inspirant du général de Gaulle, il montre qu'il faut l'institutionnaliser au plus haut degré de l'État. Contre l'inconséquence de la technocratie régnante, son essai pose les questions de fond ; pour un renouvellement de la démocratie il en appelle à un nouvel état d'esprit et apporte une méthode ; pour que puisse se développer une authentique civilisation technologique, un humanisme universel, Marceau Felden affirme qu'il faut fonder la pensée politique sur de nouveaux paradigmes. Au seuil de transformations sans commune mesure dans l'histoire de l'humanité, il est vital de comprendre et maîtriser la technique si l'on ne veut pas que celle-ci nous gouverne et nous soumette.

  • L'univers est-il accessible à la connaissance humaine ?
    Malgré d'extraordinaires progrès, la science n'est pas parvenue, jusqu'ici, à apporter de réponse rationnelle à cette question - pire, elle a fini par obscurcir la notion de réel, qui paraissait pourtant évidente, remettant très profondément en cause les conceptions de base de la physique classique.
    D'où la question que l'on ne peut plus éviter aujourd'hui : quel est vraiment le contenu, c'est-à-dire la signification, d'une théorie physique fondamentale ? C'est tout le problème de l'interprétation qui est ici discuté par Marceau Felden, professeur de physique à l'Université de Paris XI-Orsay et à l'École supérieure d'Électricité.
    Une analyse critique rigoureuse de la physique actuelle mène l'auteur à mettre en évidence trois discontinuités qui conduisent irréductiblement à distinguer physiquement trois domaines complémentaires : le microcosme, le mésocosme et le mégacosme. Il montre que l'analyse de leurs spécificités respectives nécessite des descriptions différentes. Dès lors, le concept de réel- en fait de nature ontologique, mais en n'oubliant pas que c'est l'homme observateur-ne peut plus avoir la même représentation ni la même signification, dans chacun de ces trois domaines. Ce qui, entre autres conséquences, permet de poser en termes nouveaux le problème de l'interprétation de la physique quantique.
    Cet examen critique, qui est fondamentalement celui de nos possibilités d'accès à la connaissance scientifique, conduit finalement à remplacer la question initiale par la suivante : " Que peut-on connaître de l'univers? ".

empty