Laurent Martin

  • Saviez-vous que le « cinéma 3-D » existait dans les  années 1920 ? Connaissez-vous les vraies raisons qui  ont poussé les films à devenir parlants ? Illustrations  à  l'appui, ce livre fournit des clés d'analyse de près de  130 ans  d'histoire d'une industrie considérée à la fois  comme un art et comme un média.
    Dans un style simple et didactique, les auteurs donnent les repères essentiels du cinéma dans le monde,  des origines à nos jours, et abordent les dernières  découvertes et les cinématographies méconnues.  À quoi reconnaît-on un film expressionniste ? Comment  envisageait-on le montage dans les années 1900 ?  Et qu'est-ce qui change à l'arrivée du numérique ?
    Une synthèse remarquable, qui permettra au grand  public aussi bien qu'aux étudiants et aux cinéphiles de  comprendre ce qui se trame derrière le grand écran !
    Première parution : Pluriel, 2017.

  • 58 avant J.-C.
    Les Helvètes déferlent sur la Gaule, pourchassés par les cinq légions de Jules César. Alix, âgé de dix ans seulement, ignore que sa destinée sera bientôt à jamais bouleversée.
    Fils d'un chef de clan celte, il va devoir lutter pour la survie de sa famille. Et grandir plus vite qu'il ne l'aurait voulu...

  • "Ils auraient donné leur propre vie pour sauver celle de leur fils, mais personne n'en voulait parce que ce n'est pas comme ça que ça marche."
    "Le don de sang ne va pas de soi. Parler souvent de ce sujet, avec enthousiasme et bienveillance : voilà l'objectif de ce recueil. Des histoires courtes, des histoires de partage, de lumière, d'espoir. Puissent-elles susciter l'envie de parler à votre tour du don de sang. Puissent-elles être le déclic pour devenir vous-même donneur régulier."
    Comment le décès d'une jeune Américaine, Rebecca, entraîne un incroyable mouvement de solidarité. Comment la rencontre entre Gaëlle et Julien, autour d'un café, ne se déroule pas de la façon attendue. Comment Rachel, soixante-dix ans, transmet un peu de son histoire à sa petite-nièce. Comment les "liens du sang" dont parle Dimitri dans sa verve adolescente ne sont pas ceux qu'on imagine...

  • " Ce qui est simple est toujours faux. Ce qui ne l'est pas est inutilisable ", disait Paul Valéry. Alors que les impôts font partie du quotidien des Français, la complexité du système fiscal et budgétaire empêche les citoyens comme les parlementaires de se prononcer utilement sur ces questions. L'impression de se perdre dans un labyrinthe confisque le consentement à l'impôt.
    La fabrique de l'impôt et de la dépense publique appartient pourtant aux citoyennes et citoyens. C'est à eux qu'il revient d'y consentir, d'en contrôler l'usage et de demander aux responsables publics de rendre compte de leur action. Devenu à 34 ans le nouveau rapporteur général du budget
    - le plus jeune à ce poste - Laurent Saint-Martin porte un regard neuf sur le travail parlementaire. Il entend permettre à chacun de comprendre l'élaboration du budget et se réapproprier le fonctionnement des finances publiques. Car l'impôt n'a de sens et d'efficacité que si le citoyen en comprend et en contrôle la " fabrique ". C'est le seul moyen pour que le consentement à l'impôt, essentiel à la vie civique, ne soit pas une simple formule de style.

  • Une journée, un meurtre.Le 13 juillet 1793, Charlotte Corday assassine au couteau Jean-Paul Marat dans sa baignoire. Ils ne se connaissent pas, ne se seront vu que cinq minutes en tout et pour tout. C'est le temps qu'il aura fallu pour que tout bascule... Mais qui était Charlotte Corday, et pourquoi a-t-elle tué « L'Ami du Peuple » ? Bien que favorable aux idées révolutionnaires, cette jeune femme originaire de Caen considère les responsables de la Terreur comme le véritable poison de la société. Elle s'imagine que, par sa mort, Marat en sauvera des milliers. L'Histoire lui donnera tort...Mettant en scène un dialogue imaginaire entre la victime et son assassin, LF Bollée et Olivier Martin reviennent en détail sur la journée du meurtre de Marat, et sur les motivations qui ont pu pousser une jeune femme de bonne famille à commettre un acte aussi terrible.

  • Les probabilités font partie de la vie du citoyen du XXIe siècle, et ce, dans divers contextes et domaines – en santé pour la sélection d’un traitement, en gestion pour le choix d’un investissement, etc. Dans le milieu scolaire, il est donc impératif de développer une pensée probabiliste permettant la prise de décisions éclairées en moment d’incertitude, la modélisation des situations aléatoires et la compréhension de la notion de risque. Au Québec, bien que l’enseignement des premiers concepts de cette branche des mathématiques commence dès le début du primaire, il représente tout de même un défi de taille, car en plus d’être complexes et contre-intuitives, les probabilités n’occupent qu’une (trop) petite place au sein de la formation des enseignants.

    /> Le présent ouvrage s’adresse aux enseignants en exercice du primaire et du début du secondaire, aux futurs enseignants et aux formateurs universitaires en didactique des mathématiques. Ses auteurs invitent à la découverte des éléments contextuels et historiques liés à cette discipline, puis proposent des réflexions et des idées originales de situations pour l’enseignement (et la formation à l’enseignement) des premiers concepts de probabilités. Il est plus que probable que les propos de cet ouvrage ébranlent la façon de penser et les convictions du lecteur quant à la manière d’enseigner les probabilités.


    Vincent Martin est professeur au Département des sciences de l’éducation de l’Université du Québec à Trois-Rivières. Ses recherches concernent les pratiques d’enseignement des probabilités et les caractéristiques didactiques des tâches probabilistes utilisées pour leur apprentissage.

    Mathieu Thibault est doctorant en éducation à l’Université du Québec à Montréal et chargé de cours en didactique des mathématiques à l’Université du Québec en Outaouais et à l’Université du Québec à Trois-Rivières. Ses travaux touchent principalement la formation à l’enseignement des probabilités avec des outils technologiques.

    Laurent Theis est professeur titulaire au Département de l’enseignement au préscolaire et au primaire de la Faculté d’éducation de l’Université de Sherbrooke. Il s’intéresse à la résolution de situations-problèmes mathématiques au primaire et au début du secondaire ainsi qu’au soutien de l’élève à risque dans ce contexte.

  • L'association pour le développement de l'histoire culturelle (ADHC) est née, en 1999, du constat de la place croissante, en même temps que problématique, de l'histoire culturelle dans l'historiographie contemporaine. Revendiquée par les uns, dénoncée par les autres, cette place méritait l'institution d'un lieu de rencontres où tous ceux qui se reconnaissent dans cette qualification pourraient échanger sur le fond et sur la forme de leur travail. L'association a tenu son premier congrès en 2000. Au terme d'une décennie et plus d'activité, il était temps de tirer le bilan et, comme il se doit, de tracer de nouvelles perspectives. Cette anthologie des conférences et tables rondes organisées dans le cadre du congrès annuel de l'association propose un panorama unique en son genre des propositions avancées par l'histoire culturelle en France et, dans une moindre mesure, à l'étranger depuis dix ans. Regroupés en sections thématiques (définitions et frontières, objets, regards et transferts, débats), ces textes rédigés par d'éminents spécialistes venus de divers horizons (historiens, sociologues, philosophes, historiens de l'art ou de la littérature) donnent à voir à la fois la permanence de certains questionnements et leur renouvellement.

  • "L'histoire globale et ses divers avatars - histoire connectée, comparée, internationale, transnationale, etc. - séduisent le monde académique et le grand public aujourd'hui sensibilisé au thème de la mondialisation.En invitant à la prise en compte des interactions entre individus et groupes humains relevant d'unités géoculturelles distinctes, elle permet un décentrement du regard et le détourne de l'ethnocentrisme scientifique et politique.Ce paradigme devenu quasi dominant de nos jours est l'héritier d'une longue tradition intellectuelle, qui trouve ses prémices dans l'antiquité gréco-latine : la tradition des histoires universelles et des philosophies de l'histoire que présentent dans cet ouvrage des philosophes, des historiens, des anthropologues, des géographes, ainsi que des spécialistes d'aires culturelles non occidentales, chinoises et arabes notamment.Par histoire universelle, on entend le projet de considérer l'humanité, à la fois unie et diverse, dans son ensemble et dans son devenir historique commun ; par philosophie de l'histoire, l'ambition de donner un sens à ce devenir, c'est-à-dire autant une orientation qu'une signification. Illustrées, pour la première, par les travaux de penseurs tels que Ibn Khaldûn, Spengler, Toynbee, pour la seconde, par ceux de Hegel, de Marx ou de Comte, ces deux traditions ont fait de l'histoire pensée par la philosophie la clef de compréhension ultime des sociétés humaines."

  • «Nous proposons ici quelques problématiques philosophiques, développées sans références explicites aux grands textes ni aux génies du passé - et, de surcroît, sans volonté de privilégier nos propres convictions. Pour chaque question, nous avons cherché à illustrer comment pourrait se présenter le débat et à dégager quelques lignes de défense typiques de chaque courant retenu. Les courts exposés qui en ont résulté sont en quelque sorte anonymes et n'ont, si l'on ose dire, aucun auteur individuel digne de mention: ce sont des positions qui s'y expriment plus que des personnes. Notre but est de proposer à des néophytes un avant-goût de l'aventure philosophique, sans plus. Nous ne dirions assurément pas à nos lecteurs: " Grâce à nous, vous saurez tout de la philosophie! " Nous souhaitons en revanche que, si notre travail n'a pas été trop mal fait, on aura une petite idée du genre de ruminations qui trottent dans la tête des philosophes - et nous espérons qu'une fois attiré par le débat on se prendra au jeu.»

  • S'il se devait d'abord sans thématique, le numéro du printemps de la revue Histoire Québec a trouvé sa couleur, celle de l'identité et de ce besoin, fort humain, de prendre racine, d'appartenir à un groupe, un village, une région, une nation. Féminisation de la langue, sport automobile et philatélie, république de l'Indian Stream dans les Cantons-de-l'Est, bleu, couleur politique, «Line houses», ces bordels à la limite du Québec et du Vermont lors de la prohibition, aviation canado-américaine ou défunte bibliothèque, les angles d'analyse et les sujets choisis vous offrent un parcours riche et diversifié. La rubrique «L'histoire en images » prend, et prendra pour les prochains numéros, la forme d'une bande dessinée et la rubrique « L'histoire sur Internet » s'intéresse aux expositions virtuelles du Musée canadien de l'histoire.

  • Comment l'art s'exprime-t-il pour nous raconter notre histoire? Que ce soit par les autels sculptés de Louis-Amable Quévillon, ces trésors oubliés de l'Atelier des Écores à l'Église de Saint-Joachim-de Shefford ou par le travail du vitrail de Guido Nincheri, que ce soit par l'art public ou l'art médiéval de l'héraldique, l'histoire nous apparaît sous diverses représentations selon les époques. Parmi toutes ces formes d'art, l'art religieux est celui qui nous offre le plus de trésors à préserver. À une époque où les églises disparaissent à une vitesse vertigineuse, qu'advient-il de toutes ces oeuvres d'art? Et qu'en est-il des clochers et leurs cloches?
    En complément, quelques textes aux sujets variés : l'histoire qui change avec le temps et les nouvelles découvertes; la vie de Marie Sirois, « la femme la plus forte du monde »; chercher sa famille à travers le temps, l'histoire d'une passion pour la généalogie et une rubrique économique qui remonte au régime français.

  • Cette synthèse comparatiste de l'histoire culturelle du XXe siècle aborde trois points : les échanges culturels, la politique et la diplomatie culturelles, les nouveaux enjeux des relations culturelles.

empty