Jean-Philippe Cénat

  • Ministre de Louis XIV, grand rival de Colbert, Louvois (1641-1691) est l'homme de confiance et le collaborateur le plus intime du Roi-Soleil. Son caractère brutal et autoritaire, son implication dans certains épisodes peu glorieux du Grand Siècle - l'affaire des Poisons, la révocation de l'édit de Nantes, le ravage du Palatinat -, nourrissent très tôt une légende noire. Grâce à une approche profondément renouvelée, Jean-Philippe Cénat nous livre ici un bilan plus nuancé de l'action de Louvois et révèle la personnalité de l'homme derrière le mythe. Programmé pour succéder à son père Michel Le Tellier à la tête du département de la Guerre, Louvois est un gestionnaire et logisticien hors pair, qui fait de l'armée française la première d'Europe. Entouré de conseillers efficaces et dévoués, comme Vauban, le ministre cherche également à imposer une nouvelle conception de la guerre, plus rationnelle et moins risquée, notamment par la pratique controversée de la « stratégie de cabinet ». Homme le plus puissant de France après Louis XIV, à la tête d'une vaste clientèle, d'une fortune considérable et d'un immense empire administratif comprenant la Guerre, les Postes, puis la surintendance des Bâtiments, il ne cesse d'empiéter sur les attributions de ses collègues et exerce une puissante influence sur la politique étrangère de la France à l'apogée du règne.

  • Roi-Soleil et roi conquérant, Louis XIV prétendait commander seul ses armées et seul leur donner l'impulsion. En fait, pendant plusieurs décennies de guerre quasi ininterrompue, il fut assisté par un homme de l'ombre : M. de Chamlay. Pendant la guerre de Hollande (1672-1678), Chamlay fut repéré par Turenne et Condé pour ses talents géographiques et logistiques. Dès la fin du conflit, il réussit à s'imposer comme un collaborateur indispensable de Louis XIV et de Louvois, le ministre de la Guerre. Après la mort de Louvois (1691), il ne prit pas sa succession, resta éloigné des postes les plus en vue, mais jouit auprès du roi d'une influence supérieure à celle de la plupart de ses ministres et de ses généraux. Stratège à la pensée rationnelle voire systématique, Chamlay joua un rôle décisif dans la dévastation du Palatinat (1688-1689) et dans la mise en place de la « stratégie de cabinet », qui conduisait le monarque à diriger les opérations des différents fronts depuis ses appartements de Versailles. Instrument de la diplomatie secrète, historien officiel, rédacteur de plans de campagnes et de plans de réformes militaires et fiscales, Chamlay fut, davantage que Vauban, un des grands inspirateurs occultes de la politique de Louis XIV.

  • Cette synthèse sur la France dans l'Europe des Temps modernes, destinée à un public d'étudiants de niveau licence, propose un tableau complet et accessible de cette longue période.
    Découpé en trois grandes parties (XVIe s., XVIIe s., XVIIIe s.), l'ouvrage présente les aspects les plus variés de la France dans son ancrage européen : pouvoirs, conflits, diplomatie, sociétés, religion, économie, culture...
    Par sa structure didactique et son style simple et clair, cet ouvrage répond aux besoins des étudiants commençant l'étude de l'histoire moderne. Avec la mise en lumière des aspects constitutifs de chaque siècle, l'insertion en marge d'illustrations, de citations ou de courts textes et une bibliographie dédiée, chacun des chapitres constituera comme une fiche, pratique et complète.
    Tout en abordant les sujets classiques de l'histoire moderne (construction des Etats, crises religieuses, sciences, guerres, grandes découvertes...), l'ouvrage intègre les réorientations récentes de la recherche. En présentant les éventuels débats historiographiques actuels, il appuiera le cours et donnera un maximum d'informations sur les questions traitées. Un cahier de cartes en quadrichromie, un important dossier méthodologique et des annexes fournies compléteront ce volume.

empty