Jean-Paul Charnay

  • Les évènements postérieurs au 11 septembre 2001 ont mis en lumière des divergences culturelles et politiques que chacun prétend vouloir résoudre en convertissant l'autre à ses propres valeurs. D'un côté, l'Occident prêche démocratie, droits de l'homme, libération des femmes, laïcité de l'enseignement et de l'autre, l'islam se réfère à une révélation intangible dont est issue, en grande part, la charîa, ce réseau comportemental, social, juridique et religieux, indissociable de la Parole divine transcrite dans le Coran, qui régit intégralement la vie du croyant et assure son salut. L'imprégnation occidentale sur les sociétés musulmanes - intérieures comme extérieures - a induit, en leur sein, de graves tensions qui ont aujourd'hui dégénérées en conflits sanglants. Au coeur du débat interdit, la charîa dont la moindre variation constitue, pour une partie des peuples musulmans, une véritable hérésie tandis que, pour les autres, l'islam ne peut survivre dans le monde contemporain sans évoluer. Bien au-delà des problèmes d'interprétation de quelques versets, il s'agit, avant tout, d'une remise en cause de l'essence spirituelle et de la force légale du Coran.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Si la géopolitique reconstruit les configurations géographiques et économiques, démographiques et culturelles, la géostratégie les génère en fonction des possibilités techniques. Mais que seraient les détroits de Gibraltar ou d'Ormuz, s'ils ne séparaient pas des civilisations et des nationalismes hétérogènes ? De simples points de passage entre mer ouverte et mer intérieure, entre deux masses continentales. Les contraintes géographiques sont donc subordonnées à la géosociologie (répartition des stratifications sociales), aux mobiles élémentaires exprimant les vouloir-vivre antagonistes ou convergents des groupes humains. L'anthropostratégie rend compte des acculturations tactiques et des apprentissages stratégiques, qui engendrent les unions ou les exclusions géopolitiques (frontières, souverainetés...) s'exaltant en philosophies de l'histoire, à leur tour génératrices de conflits...

  • Guerre du Liban et contre Israël, guerre entre l'Iran et l'Irak, entre l'Ethiopie et l'Erythrée, soulèvements en Egypte et en Tunisie, affrontement américano-lybien: tout laisse croire que le monde musulman est en guerre, civile, extérieure, internationale. Est-ce le retour à l'esprit du jihâd, la " guerre juste " énoncée par le Coran?
    Il importe aujourd'hui de dénouer la trame complexe des rapports entre l'Islam, la nation et la guerre. Le monde arabe et musulman, après son expansion première, a connu la domination _ ottomane dès le XVe siècle, européenne depuis le XIXe siècle _, puis les guerres de libération, souvent tragiques. Au terme de siècles de contrainte, d'années de violence, les indépendances n'ont pas mis fin _ quand elles ne les ont pas avivés _ aux bouleversements sociaux et démographiques, aux conflits permanents entre intérêts et classes, pays nantis et pays pauvres, entre valeurs éthiques et comportements économiques. Aussi le jihâd pour la défense de la foi et l'espoir d'une religion ayant vocation à régler et sauver l'humanité, a-t-il subi de multiples variations.
    De la guerre juste du Coran à la révolution sainte aujourd'hui prônée par les tenants d'un retour à la pureté des origines, les diverses interprétations du jihâd expriment toutes les facettes de la personnalité musulmane, de la guerre et de la politique: l'élévation spirituelle, la protection de l'Islam, la propagande religieuse, la maîtrise du développement industriel, la guerre classique du soldat régulier et enrégimenté, la guérilla du combattant révolutionnaire, comme le régicide ou le terrorisme international.
    Reconstituant l'image brisée du jihâd, Jean-Paul Charnay s'est attaché en réalité à une meilleure intelligence de la crise d'identité des sociétés arabo-musulmanes.
    Jean-Paul Charnay est directeur du Centre d'Etudes et de Recherches sur les Stratégies et les Conflits (CERSC) de l'Université de Paris-Sorbonne, et directeur du Comité International pour la Réédition et le Traitement Informatique des Classiques de la Stratégie (CIRTICS). Après des études de droit français et musulman en Algérie, il se consacre à l'histoire et à la sociologie.

  • Oman, ce pays enraciné dans une longue histoire, est bien peu conu en Europe. Les auteurs de ce livre, familiers de la région , ont voulu combler cette lacune: après une première évocation qui conduit le lecteur de l'antique Mascate au nouvel Oman, ils nous entraînent dans l'exploration de son passé riche "d'encens, de marins et de forteresses", puis dans la découverte de ce qu'il est aujourd'hui: un État qui a su adapter son système politique et son économie aux exigences de la modernité.

empty