Langue française

  • En 1898, le capitaine Voulet, type même du "bâtisseur" de notre empire colonial, s'associe avec le lieutenant Chanoine, fils du ministre de la guerre, pour conduire d'ouest en est une expédition vers le lac Tchad. C'est l'époque où le commandant Marchand prend position sur le nil, à Fachoda, au risque d'une guerre avec l'Angleterre. La mission Voulet-Chanoine quitte Bordeaux en Juillet 1898. En septembre, après avoir remonté le Sénégal en bateau puis traversé le haut plateau mandingue (sud du Mali actuel), elle se divise en deux groupes. L'un embarque sur le Niger qu'il descendra jusqu'à Say, l'autre traverse les territoires nouvellement conquis au Brukina, dans la boucle du fleuve. Début 1899, pour la dernière année du siècle, les unités très disparates de la mission passent sur la rive gauche du Niger et marchent à la frontière des possessions encore mal définies des Britanniques au Nigeria. Bien que les ministres concernés soient sans nouvelles de l'expédition depuis des mois, une étrange rumeur prend corps à Paris. Au point que les autorités envoient, sur les traces de Vouvet et de Chanoine, un officier au-dessus de tout soupçon qu'elles chargent d'une enquête. Cet officier, le colonel Klobb, Saharien de grande valeur, est accompagné d'une escorte légère. Il découvre, dans le sillage de ceux qu'il cherche, une immensité d'horreurs.
    Editeur à la féconde carrière, Jean-Claude Simoën est l'auteur de nombreux ouvrages. Sa curiosité pour l'histoire, les voyages et la découverte d'archives inédites du Service historique de l'armée de terre l'ont remis sur la piste de la colonne Voulet-Chanoine.

  • En passeur et conteur passionné, Jean-Claude Simoën nous entraîne sur les traces de ces archéologues et aventuriers intrépides qui, depuis deux siècles, révèlent au monde des civilisations disparues.
    Des montagnes du Pamir à l'enfer du Taklamakan, Paul Pelliot et Aurel Stein ont découvert en 1907 les origines du bouddhisme dans des grottes murées depuis des siècles. Au pied de la cordillère des Andes, des chercheurs continuent d'étudier l'énigmatique civilisation maya. Au Cambodge, les scientifiques ont percé le secret d'Angkor : ce qui apparut durant des décennies comme un ensemble de temples épars forme en fait une seule et immense ville qui compta jusqu'à 700 000 habitants ! À Cnossos, en Crête, un grand labyrinthe de bâtiments nous mène tout simplement au palais du roi Minos et donc à la civilisation minoenne. Dans les montagnes du Pakistan, nous découvrons une civilisation agraire fondatrice installée sur les bords de l'Indus huit mille ans avant le passage d'Alexandre le Grand. À Qumrân, philologues et linguistes nous révèlent les origines de textes bibliques vieux de deux mille ans. Autant d'histoires de fouilles, de mythes et d'aventures, dans une discipline mêlant travail de terrain, intuitions érudites et aussi, entre la brosse à dents et la truelle, ce qu'il faut bien appeler " coups de chance " ; autant de récits qui font de cet ouvrage un voyage fascinant à travers le temps.Jean-Claude Simoën, historien et éditeur, est l'auteur de nombreux ouvrages, dont Le Voyage en Égypte, L'Épopée de l'archéologie et Savants et aventuriers en Égypte.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Gérard Guicheteau et Jean-Claude Simoën nous font partager leur passion pour l'histoire de la Première Guerre mondiale à travers des anecdotes palpitantes et entièrement basées sur des éléments d'archives. Gérard Guicheteau et Jean-Claude Simoën retracent la Première Guerre mondiale à travers huit histoires restées dans les mémoires de témoins du conflit, des histoires vraies qui abordent les " années sanglantes " de la Grande Guerre sous des aspects qui, de nos jours, sont souvent méconnus : la dernière grande bataille de cavalerie menée en septembre 1914 par le 16e régiment de dragons de la 5e division de cavalerie ; la naissance des premiers blindés, qui font entrer la modernité industrielle dans l'artillerie et révolutionnent l'art de la guerre ; les premiers bombardements de Paris par la Grosse Bertha et les zeppelins allemands, qui voient l'invention de l'alerte et des premiers abris souterrains ; la prise de Constantinople par l'armée d'Orient ; etc.

empty