Jean Diaz

  • Blacksad t.6 ; alors, tout tombe première partie Nouv.

    Chargé de protéger le président d'un syndicat infiltré par la mafia à
    New York, John Blacksad va mener une enquête qui s'avèrera
    particulièrement délicate... et riche en surprises. Dans cette histoire
    pour la première fois conçue en deux albums, nous découvrons à la
    fois le quotidien des travailleurs chargés de la construction du
    métro dans les entrailles de la ville, mais également la pègre et le
    milieu du théâtre, contraste absolu entre l'ombre et la lumière, le
    monde d'en bas et celui d'en haut incarné par l'ambitieux Solomon,
    maître bâtisseur de New York. Le grand retour de la série star de la
    bande dessinée !

  • Attention chef-d'oeuvre ! L'histoire d'un privé qui veut venger son ex-fiancée assassinée, rappelle celle des grands maîtres du polar le plus noir. Cette tragédie classique transfigurée par un dessin sublime, d'une Maestria époustouflante, qui fait de ce polar l'une des plus grande surprise de l'année.

  • Oldsmill, le maître de la ville, est un tigre blanc.

    Karup, le chef de la police, un ours blanc.

    Huk, l'âme damnée de Karup, un renard blanc.

    Avec les autres animaux à pelage immaculé, ils forment la société WASP (W pour White, AS pour Anglo-Saxon, P pour Protestant). Tous les autres habitants, de la pie noire au renard brun-roux en passant par le chat tacheté et la biche châtain, ne sont que racaille. Et si la police n'est pas capable de maintenir l'ordre des blancs, les gros bras d'Arctic-Nation, le parti raciste, cagoulés et vêtus de robes blanches, s'en chargent sans états d'âme. Ils ont les cordes et les croix enflammées qu'il faut.

    Dans cette ambiance pas câline, câline, Blacksad, le chat détective privé, enquête sur la disparition d'une enfant de couleur. La mère de Kyle, Dinah, travaillait comme femme de ménage chez le même Karup et, selon quelques bonnes âmes, serait au mieux avec le fils Oldsmill.

    Un vrai noeud de vipères dans lequel Blacksad plonge les pattes et joue au justicier prompt à griffer si nécessaire... Son seul appui, le reporter d'un magazine à scandale Weekly. Un fouille-merde qui sera utile à John. Vaut mieux. Coups bas et coups tordus vont pleuvoir comme à Gravelotte.

    Après Quelque part entre les ombres, son coup d'essai - et de maître -, le dessinateur Guarnido va encore plus loin dans le réalisme animalier. Les gueules, les pelages, les ramages de ses personnages leur donnent une réalité extraordinaire, et - c'est à tomber par terre -, toujours humaine. Lorsqu'ils sortent leurs crocs ou leurs griffes, ses fauves relèguent les coups de gueule d'un James Cagney au rang de caprices de garçonnet. Le plus doux des chatons est un fauve en devenir. Alors, Blacksad en colère !

    Le scénario de Canales est envoûtant comme un roman de Dashiell Hammett, glauque comme un Raymond Chandler, gouailleur comme un Chester Himes.

    Arctic-Nation est un vrai roman noir. Très, très noir.

  • Finances et moral au plus bas, Blacksad est à Las Vegas où il travaille pour le compte d'un joueur fortuné. Pourtant une rencontre inattendue va bousculer sa nouvelle vie : un ami, Otto Lieber, scientifique de haut rang, est de passage dans la ville où a lieu une conférence sur le nucléaire. Les deux hommes réussissent à se voir et les souvenirs remontent à la surface. Otto semble avoir une vie passionnante malgré l'excentricité de son bienfaiteur, Gotfield. Celui-ci est marié à la troublante Alma et, après ces rencontres, la vie de Blacksad va prendre une nouvelle tournure... L'une des nouveautés les plus attendues de cette fin d'année, un chef-d'oeuvre signé Juanjo Guarnido et Juan Díaz Canales.

  • Années 1950, La Nouvelle-Orléans, où la fête de Mardi gras bat son plein. Grâce à Weekly, un producteur de jazz dénommé Faust fait la connaissance de Blacksad. Faust demande à ce dernier de s'occuper d'une affaire : un de ses musiciens, le pianiste Sebastian, a disparu. Il n'a pas donné signe de vie depuis des mois, mettant en péril le label musical privé d'une star. Faust craient que Sebastian ait, une fois de trop, sombré dans la drogue. Sa requête est d'autant plus pressante que Faust se sait atteint d'un cancer. Blacksad accepte la mission et découvre peu à peu que Faust ne lui a pas tout dit. Il s'aperçoit qu'il est lui-même manipulé, mais décide tout de même de retrouver Sebastian pour comprendre les raisons de sa disparition. Il ne sait pas encore qu'il va connaître son enquête la plus éprouvante, à plus d'un égard.

  • Avec Amarillo, tome 5 de Blacksad, Juan Díaz Canales et Juanjo Guarnido entraînent leurs héros - Blacksad, le chat détective privé - dans un road-movie qui n'est pas sans évoquer la « beat generation »...

    Ce cinquième épisode de Blacksad, Amarillo, s'ouvre à La Nouvelle-Orléans : Weekly doit quitter la ville ; il y laisse John qui préfère rester sur place pour chercher du travail. Par chance, celui-ci croise justement un riche Texan qui lui propose de ramener sa voiture chez lui : un boulot simple et bien payé ! Le détective accepte, mais, dans une station-service, il se fait voler la voiture par Chad Lowell et Abe Greenberg - deux écrivains beatniks qui cherchent à rejoindre Amarillo, au Texas. Bientôt, une querelle entre les deux hommes, rivaux, vire au drame : Chad, poussé à bout, tire sur Abe qui meurt sur le coup. Obligé de fuir, Chad trouve refuge dans un cirque. John se lance à sa poursuite sur les routes américaines du Nouveau-Mexique, du Colorado, du Texas et de l'Illinois.

    Amarillo est le 5e album de Blacksad, une série qui met en scène un chat détective, dans une ambiance qui évoque furieusement le roman noir de la littérature américaine.

  • Accueillir ou exclure ? les réfugiés en Europe, de la fin du XVIIIe siècle à nos jours Nouv.

    À l'heure où la « crise migratoire », parfois qualifiée de « crise de l'asile », n'en finit pas de diviser les États et les sociétés en Europe, cet ouvrage entend redonner une profondeur historique à une question d'actualité. Il interroge les multiples dénominations et représentations relatives aux « migrants » partis sous la contrainte, en allant de l'« exilé », du « proscrit », au « demandeur d'asile » et au « réfugié ». On y entend résonner les discours prononcés par des proscrits qui ont marqué leur temps, les échos des oeuvres littéraires que les exilés nous ont laissées en héritage, depuis Les Châtiments de Victor Hugo jusqu'à Persépolis de Marjane Satrapi, mais on distingue aussi le murmure anonyme des « sans-État », souvent dénigrés et rejetés. Le livre donne enfin la part belle aux oubliés de la migration - femmes, enfants et vieillards -, pourtant largement impliqués dans cette histoire en mouvement. Grâce à un parcours chronologique qui commence avec les insurrections et révolutions de la fin du XVIIIe siècle et s'achève avec le temps présent de la migration contrainte, ce récit transnational de l'histoire des réfugiés donne vie et corps aux exilés d'hier et d'aujourd'hui : il restitue leur expérience collective mais aussi la singularité de leurs parcours européens.

  • Tasmanie, automne 1912. Corto et Raspoutine libèrent un jeune homme, Calaboose, emprisonné sur une île abandonnée. Ils l'emmènent avec eux à travers l'océan indien jusqu'à Bornéo, où ils rencontrent le sultan de Sarawak, potentat anglais, qui règne sur l'exploitation de l'hévéa par les indigènes. Cette ressource naturelle est indispensable à l'Empire britannique et la révolte qui gronde chez les Dayaks menace les intérêts de la couronne.
    Corto se retrouve à jouer les médiateurs et à prendre sous son aile une jeune paralytique, Ratu « la sirène », dont Calaboose tombe amoureux. Corto et ses amis prennent ensuite la direction du Pacifique Sud et de l'île d'Escondida, pour y retrouver le commanditaire de leur mission, le mystérieux Moine, qui a une idée bien précise quant à l'avenir du couple de tourtereaux...
    Une nouvelle aventure qui fleure bon les embruns du Pacifique, dans la droite ligne du premier épisode mythique de la série, La Ballade de la mer salée.

  • 1911, entre Venise et les jungles d'Afrique équatoriale, Corto recherche le "miroir du prêtre Jean", un mystérieux objet rapporté des croisades. Sur sa route, il croise trois jeunes femmes aux destins étrangement complémentaires : Aïda, journaliste entreprenante, Ferida, exploratrice en quête de son père disparu, et Afra, ancienne esclave.

  • New-York, 1940. Navit, une jeune artiste désargentée, hérite d'un journal de charme quelque peu désuet : 'Gentlemind'. Combative, intelligente et audacieuse, elle s'improvise patronne de presse et se lance le défi insensé d'en faire un magazine moderne. Hantée par le souvenir de son amant disparu sur le front en Europe, elle doit affronter la réalité d'une société américaine en plein âge d'or mais résolument machiste... Un récit profondément touchant, sur trois décennies, du rêve américain au féminin !

  • 1915. Tout juste arrivé à Panama aux côtés de Raspoutine, après ses aventures dans le Pacifique et en Amérique du Sud, Corto Maltese est déjà sur le départ ! Cap sur San Francisco et son Exposition internationale, où il espère retrouver un ami de longue date, l'écrivain Jack London. Las ! L'auteur mélancolique de L'Appel de la forêt a déjà mis les voiles pour Mexico, afin de couvrir la révolution de Pancho Villa. Il a néanmoins laissé derrière lui un dernier message, priant Corto de remettre une lettre à une certaine Waka Yamada, ancienne star de saloon à Dawson City, durant la ruée vers l'or, reconvertie en militante contre la traite des blanches en Alaska. Voilà l'aventurier en route pour un long périple dans les étendues glacées et sauvages du Grand Nord, un voyage semé de périls et de menaces sans nom. Car sous le soleil de minuit rôdent bien d'autres prédateurs que les loups et les ours...

    Une reprise fidèle et moderne d'un grand mythe contemporain. Rubén Pellejero s'empare des codes graphiques d'Hugo Pratt tout en réussissant à les investir de sa propre sensibilité, à travers le soin apporté aux décors, les personnages secondaires et la mise en couleurs.
    Les dialogues percutants de ce grand récit d'aventures réjouiront les aficionados autant qu'ils séduiront les nouveaux lecteurs.

  • Buenos Aires, 1981.Alors que l'Argentine vit sous la violence de la dictature militaire, l'inspecteur Joaquín Alzada fait chaque jour face à une population désespérée et terrifiée. Mais il y a pire  : devoir affronter le vide laissé par les opposants au régime, qui disparaissent mystérieusement, par milliers.Dans ce tumulte, Alzada a choisi de se tenir loin des questions politiques, et de profiter d'une vie simple au côté de sa femme Paula.Jusqu'à ce que son frère, Jorge, disparaisse à son tour.  20 ans plus tard.Le pays traverse une nouvelle crise économique et la révolte gronde dans les rues de Buenos Aires.Alzada ferme les yeux et courbe l'échine en attendant patiemment sa retraite. Mais lorsqu'un cadavre atterrit dans une benne à ordures et qu'une femme s'évanouit dans la nature, la double enquête contraint l'inspecteur à affronter les fantômes du passé et son implication dans l'une des périodes les plus sombres de l'histoire argentine.  Parfois, faire acte de repentance est la seule manière de survivre... Un premier roman noir qui nous plonge brillamment dans deux périodes clés de la vie d'un homme et de son pays.Traduit de l'anglais par Julie Sibony« La romancière Eloisa Diaz signe un roman joliment maîtrisé situé dans un contexte historique tourmenté où les drames familiaux se sont mêlés à la grande tragédie nationale. Et où la neutralité est devenue poison. »  Le Journal du Dimanche
    «  Repentance, premier roman de l'avocate Eloisa Diaz, s'impose comme un subtil conte moral et une terrifiante évocation historique, et, comme un bon polar, d'une grande noirceur. »  Le Figaro magazine

  • Conor, Abéké, Meilin, et Rollan, ont perdu leur statut de héros de l'Erdas. Condamnés pour un crime qu'ils n'ont pas commis, bannis et poursuivis, ils sont contraints de fuir pour échapper aux troupes de mercenaires sans pitié, les Oathbound, protecteurs des leaders de l'Erdas.
    Pourtant, malgré la menace qui pèse sur eux, ils n'oublient pas leur rôle de protecteurs de l'Erdas.
    Les quatre amis rejoignent le désert de Nilo pour y chercher une précieuse relique qui serait reliée à l'histoire de leur Royaume et pourrait leur donner la clé de leur survie. Aux confins de cette vallée isolée, ils découvrent une immense librairie dont le secret est bien gardé. Mais ce lieu sacré n'abrite pas que d'anciens volumes et des parchemins anciens. Les gardiens de ce temple ne sont autres que Takoda et Xanthe, accompagnés de Kovo, le grand traître.
    Mais les Oathbound se rapprochent et les quatre héros risquent de se retrouver pris au piège...

  • Au sein de la Citadelle, la tension est à son comble. Depuis les hauts remparts, les rebelles assistent à un déploiement de force des Batraciens, qui semble augurer une offensive imminente avec des dizaines de vaisseaux. La défense doit s'organiser en urgence, mais le désespoir s'empare déjà de certains qui savent qu'ils seront impuissants et ne pourront pas résister à une attaque massive.

  • Jeune paysan suédois, Håkan débarque en Californie, seul et sans le sou. Il n'a qu'un but : retrouver son frère à New York. Il entreprend alors la traversée du pays à pied remontant à contre-courant le flux continu des pionniers qui se ruent vers l'ouest. Les montagnes et les plaines se succèdent, les caravanes et les embûches aussi. Trop souvent, la nature et les hommes essaieront de le tuer. Håkan croise ainsi la route de personnages truculents et souvent hostiles : une tenancière de saloon, un naturaliste éclairé, des fanatiques religieux, des arnaqueurs, des criminels, des Indiens, des hommes de lois...
    Et, tandis que s'écrivent à distance les mythes fondateurs de l'Amérique, il devient un héros malgré lui, peu à peu sa légende grandit. Håkan n'a bientôt d'autre choix que de se réfugier loin des hommes, au coeur du désert, pour ne plus être étranger à lui-même et aux autres.

  • L'invasion annoncée a eu lieu, destructrice, apocalyptique ! Seule une petite partie de l'humanité a survécu. Cette humanité qui n'a pas voulu tenir compte des avertissements qui survenaient tous les jours à 13 heures 13, durant 13 jours.
    Seule l'équipe de Hassan Turan et de l'amiral Dimbord avait tenté de trouver une parade aux phénomènes, après être passée par un vortex au fond d'un trou bleu des Bahamas. Mais ils se sont tous retrouvés emprisonnés puis propulsés en 1959, un terrifiant retour dans le passé. Pour les quelques survivants de notre époque, le temps est venu de brûler et d'enterrer les victimes du génocide planétaire orchestré par les extra-terrestres.

  • Modifier le cours de l'Histoire pourrait être la seule solution pour sauver l'Humanité de l'invasion alien... Et si remporter une seule bataille suffisait à tout bouleverser ?
    Les « Batraciens », qui ont détruit la quasi totalité de l'humanité, entendent dicter une loi sur la procréation et l'amélioration de l'espèce humaine. Donald Clarence Jr, l'ancien président des États-Unis, entend bien la respecter et l'imposer aux survivants. À Haïti, Stamp et Spaulding qui ont rejoint la Citadelle, découvrent qu'une résistance s'y organise. Mais le véritable enjeu se joue à l'époque antique, à Syracuse, où Turan et Dimbort s'affrontent.

  • Les survivants s'organisent, des clans se forment... Tous veulent survivre, mais à quel prix ? Quels compromis avec leur conscience devront-ils faire ?
    Alors que Teki Turan cherche à regagner son époque, Tim Scott a été envoyé au XIXe siècle à sa rencontre afin de lui inoculer le « remède » alien qui lui permettra de survivre au contact des entités extraterrestres. Mais on ne joue pas impunément avec les voyages dans le temps... ainsi que le constatent également Lacan, Dimbort, Cartwright et Turan au siège de Syracuse !

  • Les justiciers t.1 : protégée par son ennemi ; la traque de l'impossible Nouv.

    Protégée par son ennemi, Lena Diaz
    Unis dans un combat secret pour faire triompher la vérité... 
    Alors qu'elle enquête sur la disparition tragique de sa meilleure amie, Hayley se rend au château de Dalton Lynch car elle le soupçonne d'avoir assassiné la jeune femme. Surprise de trouver la demeure vide, elle y entre par effraction et se fait surprendre par le maître des lieux. Mais, alors qu'elle s'attend au pire, elle se rend compte, troublée, que rien chez cet homme d'une grande noblesse ne colle avec l'idée qu'elle se faisait d'un tueur froid et cruel...
    La traque de l'impossible, d'Elizabeth Heiter
    Quel démon pousse Darcy Altier à enlever des enfants et à les élever comme les siens ? C'est la question que se pose Alanna, elle qui, à l'âge de cinq ans, a été arrachée à sa famille et a grandi au fin fond de l'Alaska avant de dénoncer Darcy à la police... Aujourd'hui son ancienne « mère » est sortie de prison, et voilà qu'un petit garçon est à nouveau kidnappé. Persuadée que Darcy a repris ses vieilles habitudes, Alanna, accompagnée de Peter, un policier solitaire, se lance à sa recherche dans les montagnes hostiles d'Alaska

  • La saga tragi-comique d'une famille dominicaine émigrée aux États-Unis, à travers le regard d'Oscar, recalé de l'amour en quête d'absolu.
    Oscar est énorme. Au fond de la classe, isolé et définitivement hors du coup, il rêve de filles et d'aventures et ne récolte que des déceptions. La seule chose qu'il sait faire, c'est écrire et lire des histoires fantastiques. Exilé dans sa banlieue du New Jersey, il rêve de devenir le Tolkien dominicain. Mais le drame, chez Oscar, est un trait de famille. Sa brève et merveilleuse vie est frappée au fer rouge d'une malédiction ancestrale: le fukú. Partie de Saint-Domingue, cette tragédie se transmet de génération en génération, comme une mauvaise graine. La saga familiale nous mène ainsi de Belicia, la mère, fuyant son île dominicaine, à ses enfants, Lola, la fugueuse, et son frère Oscar, dont les pas reviennent inexorablement aux origines. Honte à la réputation virile et macho des hommes dominicains, Oscar porte là-bas sa virginité tardive comme un fardeau. Ce n'est pourtant pas sa honte qui le tuera. Nourrie des destins de ses aïeux brisés par la torture, la prison, l'exil et les amours impossibles, l'histoire d'Oscar s'écrit, fulgurante et désastreuse. Et rejoint la grande Histoire, celle de la dictature de Trujillo, de la diaspora dominicaine aux États-Unis, des promesses avortées du rêve américain. À chaque page, la plume de Junot Díaz sème ses pépites: sa langue est un patchwork, une musique, un passe muraille entre les civilisations, les êtres et les âges, et son héros poursuit, entre humour et poésie, le but ultime des hommes, l'amour.La brève et merveilleuse vie d'Oscar Wao a été unanimement salué par la critique et a remporté le National Book Award, puis le Prix Pulitzer 2008.

  • Iron Man, Captain America, Thor, Hulk et Black Widow forment les Avengers, les héros les plus puissants de la Terre. Ensemble, ils ont affronté et vaincu les pires vilains de l'univers. Mais dans le jeu vidéo Marvel's Avengers, ils vont vivre une aventure complètement inédite... Ce volume présente non seulement ces champions, mais aussi des personnages secondaires qui joueront un rôle clé dans le jeu de Crystal Dynamics, produit par Square Enix. Découvrez cinq récits extraordinaires pour cinq héros sans pareils, réalisés par une équipe d'auteurs chevronnés, parmi lesquels Jim Zub, Christos Gage, Ariel Olivetti et Georges Jeanty.

  • Ce volume propose un panorama aussi complet que possible du rapport de Barthes au XIXe siècle : à sa littérature principalement, à sa musique aussi, à sa philosophie (Nietzsche) parfois à son histoire et à ses historiens, à commencer par Michelet. Si, dans le titre, le pluriel s'est imposé, c'est parce que ces rapports furent multiples. Tout au long de sa carrière de critique, Roland Barthes a pu changer d'interprétation globale sur le XIXe siècle. Siècle amical pour lui lors de l'adolescence, plutôt mal vu au temps de la « nouvelle critique » structuraliste, il rentre en grâce à partir de S/Z et des Fragments du discours amoureux, et plus encore dans les derniers séminaires sous les auspices du romantisme allemand.

    José Luiz Diaz est professeur de littérature française. Maître de conférences à l'UFR sciences des textes et documents de l'Université Denis Diderot-Paris VII. Secrétaire général et responsable des colloques de la Société des études romantiques et dix-neuviémistes.

    Ancienne élève de l'Ecole normale supérieure et de l'Institut d'études politiques de Paris, Mathilde Labbé est Docteure en littérature française. Elle est Maîtresse de conférences à l'université de Nantes.

  • Un vétéran de la guerre des Malouines est chargé par ses supérieurs d'assurer la sécurité d'une mystérieuse avocate espagnole, venue à Buenos Aires mettre en oeuvre un trafic de cocaïne parfaitement inédit. Il prend sa mission de garde du corps trop au pied de la lettre et les ennuis commencent. À la fois roman d'aventures, thriller d'espionnage et charge politique acérée contre le système péroniste, ce roman basé sur des faits réels démonte les rouages d'un système de corruption solidement ancré, tout en explorant le coeur d'un héros inoubliable.

  • La créature qui semble avoir un lien étroit avec Émile a été capturée par les habitants de la communauté ; le retour de Laffite plonge la belle Fanny dans le doute ; des dissensions de plus en plus vives apparaissent à propos de l'implication de Fraternity dans la guerre qui fait rage, sans compter que la communauté est désormais séparée entre les tenants de la spiritualité et les défenseurs d'un point de vue plus scientifique... MacCorman, le fondateur de Fraternity, voit son rêve de société idéale basée sur la tolérance et le partage voler en éclats... Tout est en place pour que le drame final se produise, jusqu'à l'ultime rebondissement...

empty