Jean Baby

  • Voici un livre résolument tourné vers l'avenir. « L'histoire du socialisme commence... » constate Jean Baby : nous vivons une profonde et totale transformation ; deux systèmes économiques inconciliables s'affrontent. Le socialisme met en cause de façon fondamentale et globale le système capitaliste ; depuis la Révolution de 1917 il gagne chaque jour du terrain, si compliquées et difficiles à analyser que soient les crises que nous vivons. Mais que peut-on prévoir de ce monde, socialiste vers lequel nous avançons, quand la société aura été radicalement et définitivement transformée ? C'est à cette question : que sera le socialisme lorsqu'il deviendra une réalité quotidiennement vécue, que répond Jean Baby à la lumière des enseignements marxistes ; il reprend, dans cette perspective, les points les plus cruciaux de la société actuelle : l'avenir de l'Etat, de la morale, l'évolution et la disparition de la famille, l'épanouissement des jeunes au sein d'une société sans tensions, l'égalité réelle des femmes, la disparition des conflits sexuels, l'évolution de la monnaie, la rationalisation du logement... Jean Baby envisage ainsi l'évolution d'une société qui aura définitivement banni l'oppression et la violence, car il fait sien le mot de Lénine : «  Dans notre idéal il n'y a pas de place pour la violence sur les hommes. »

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Depuis dix ans, bien des changements inattendus se sont produits dans le monde, modifiant la politique des grandes puissances, leurs relations réciproques, leurs perspectives. De toutes ces transformations, la plus importante est, sans aucun doute, l'opposition qui s'est développée, à partir de 1956, entre le Parti communiste chinois et le Parti communiste de l'Union soviétique. C'est une longue histoire compliquée qui a porté sur les grandes questions théoriques et pratiques du mouvement révolutionnaire, notamment la guerre et la paix, la coexistence pacifique, l'édification d'une société socialiste, les relations entre les pays socialistes. Pendant plusieurs années, les débats sont restés voilés ; mais, à partir de 1961, ils sont devenus publics et ont donné lieu à des échanges de notes, de lettres, de discours et de documents qui permettent de voir clairement l'étendue, la profondeur et la portée des désaccords. On est généralement désemparé par le ton des polémiques, la longueur des textes, les déformations et les dissimulations que la propagande leur fait subir, et aussi par l'ignorance des principes théoriques mis en cause. L'auteur s'est efforcé de mettre de l'ordre dans cette grande controverse. Il a analysé les documents qui lui paraissaient les plus importants et qui sont d'ordinaire oubliés ou inconnus. Il s'est employé d'abord à retracer le déroulement historique du différend en le reliant aux grands événements qui ont agité le monde au cours de ces dernières années, et, tout particulièrement, à la guerre du Vietnam. Ensuite, dans une deuxième partie, il s'est appliqué à traiter quelques questions qui lui ont paru particulièrement intéressantes, notamment la question de Staline, les menaces de dégénérescence qui pèseraient sur les pays socialistes, les apports originaux de la révolution chinoise, les effets du différend sino-soviétique sur le Parti communiste français, les faiblesses des États-Unis, le rôle de Mao Tsé-toung. Bien que cet ouvrage aborde les principales questions théoriques du mouvement révolutionnaire international, sa lecture ne présente pas de difficulté. Il doit permettre à tous ceux qui ne sont pas indifférents aux plus grands problèmes de l'heure de parfaire leurs connaissances et de voir dans quelle mesure ils se trouvent concernés.

  • Depuis dix ans, bien des changements inattendus se sont produits dans le monde, modifiant la politique des grandes puissances, leurs relations réciproques, leurs perspectives. De toutes ces transformations, la plus importante est, sans aucun doute, l'opposition qui s'est développée, à partir de 1956, entre le Parti communiste chinois et le Parti communiste de l'Union soviétique. C'est une longue histoire compliquée qui a porté sur les grandes questions théoriques et pratiques du mouvement révolutionnaire, notamment la guerre et la paix, la coexistence pacifique, l'édification d'une société socialiste, les relations entre les pays socialistes. Pendant plusieurs années, les débats sont restés voilés ; mais, à partir de 1961, ils sont devenus publics et ont donné lieu à des échanges de notes, de lettres, de discours et de documents qui permettent de voir clairement l'étendue, la profondeur et la portée des désaccords. On est généralement désemparé par le ton des polémiques, la longueur des textes, les déformations et les dissimulations que la propagande leur fait subir, et aussi par l'ignorance des principes théoriques mis en cause. L'auteur s'est efforcé de mettre de l'ordre dans cette grande controverse. Il a analysé les documents qui lui paraissaient les plus importants et qui sont d'ordinaire oubliés ou inconnus. Il s'est employé d'abord à retracer le déroulement historique du différend en le reliant aux grands événements qui ont agité le monde au cours de ces dernières années, et, tout particulièrement, à la guerre du Vietnam. Ensuite, dans une deuxième partie, il s'est appliqué à traiter quelques questions qui lui ont paru particulièrement intéressantes, notamment la question de Staline, les menaces de dégénérescence qui pèseraient sur les pays socialistes, les apports originaux de la révolution chinoise, les effets du différend sino-soviétique sur le Parti communiste français, les faiblesses des États-Unis, le rôle de Mao Tsé-toung. Bien que cet ouvrage aborde les principales questions théoriques du mouvement révolutionnaire international, sa lecture ne présente pas de difficulté. Il doit permettre à tous ceux qui ne sont pas indifférents aux plus grands problèmes de l'heure de parfaire leurs connaissances et de voir dans quelle mesure ils se trouvent concernés.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty