James D. Campbell

  • Le numéro 104 de la revue des arts, des médias et de la culture, Ciel variable, nous invite à poser un autre regard sur les choses. Cet automne, c'est par le biais de la photographie que le dossier principal nous propose de regarder la vie selon un « angle décalé ». Cet angle, c'est peut-être l'unique point commun entre le travail des trois artistes invités ici. Yoanis Menge cherche par son oeuvre, caractérisé par un intense noir et blanc contrasté, à modifier la perception négative du public par rapport à la chasse au phoque. Marisa Portolese décortique dans sa dernière série les conventions rigides du portrait de femme victorien : une avenue inusitée pour remettre en question les stéréotypes de l'idéal féminin. Quant aux Outsiders que sont Nan Goldin, Diane Arbus et autres, récemment mis à l'honneur du Musée des Beaux-Arts de l'Ontario, ils s'attachent aux pas des marginaux dont ils révèlent la douloureuse beauté. Tous ont remis en question des préjugés et des systèmes de pensée dominants : voici d'autres sujets, d'autres valeurs à célébrer.

  • En plein dans le mille du 375e anniversaire de la cité, Ciel variable plonge dans les « Montréalités ». Si l'éditorial de Jacques Doyon nous parle de la vie des quartiers, c'est à l'un d'entre eux en particulier, Hochelaga-Maisonneuve, que s'intéresse le photographe Robert Walker. Un quartier chargé d'histoire et à la destinée compliquée, autrefois industriel et aujourd'hui aux prises avec les aléas de l'embourgeoisement. Ses images, ainsi que celles d'autres créateurs, sont témoin du tissu complexe de la ville : ses commerces, ses artères, ses publicités, sa mixité sociale, sa diversité, sa culture, son architecture, son militantisme aussi. La revue revient aussi sur quelques projets photographiques marquants sur le Montréal du passé avec les talents de Gabor Szilasi, Clara Gutsche ou encore David Miller. Également au sommaire, l'exposition présentée à la galerie Artexte examinant les relations entre la photographie et les magazines imprimés au Canada entre 1970 et 1990, et de nombreux autres événements dans la section actualités.

  • Le dossier, Sortie publique/Going public, du numéro hivernal de Ciel variable, propose des oeuvres relevant d'univers et de temporalités très diversifiés, toutes marquées par la notion de visibilité publique. Ces oeuvres couvrent un large spectre de ce qui définit l'espace public d'énonciation artistique. Elles vont du contexte sociétal et culturel circonscrivant ce qui peut se dire, au réseau spécialisé, professionnel et mondain, accueillant et nourrissant les expérimentations, en passant par l'espace civique et urbain où les oeuvres se voient mises à l'épreuve du quotidien des gens et des contraintes urbanistiques. Découvrez le travail photographique de Justin Wonnacott qui a documenté plus de 350 oeuvres d'art public dans la région d'Ottawa, celui de Gabor Szilasi et ses images de vernissages dans les années 1960 et 1970, ainsi que l'exposition Iran, année 38, présentée aux Rencontres d'Arles l'été dernier et retraçant 38 ans de photographies iraniennes.

  • Cet automne, la revue Ciel variable consacre son portfolio principal à trois artistes intéressés par le phénomène de migration. « La frontière est devenue une sorte de non-lieu, une zone hors nations, où l'identité des migrants est mise en examen et leur statut tenu en suspens pour un temps de plus en plus long et indéterminé. » Ce numéro aborde certains aspects de cette traversée des frontières avec Roxham de Michel Huneault, The Castle de Richard Mosse et The Space Between the Seconds d'Émilie Serri qui traitent de l'accueil réservé aux migrants, de leur intégration et des questionnements identitaires suscités par de telles mouvances territoriales. La section « Focus », elle, propose trois articles, l'un sur le collectif Outre-vie / Afterlife créé par Raymonde April en 2013, l'un sur la photographie comme acte de collaboration et l'autre sur l'exposition Michel Campeau - avant le numérique.

  • Le numéro hivernal de la revue Ciel variable s'articule autour d'expérimentations chromatiques dans la pratique de Yann Pocreau, Jessica Eaton et Bert Danckaert. De la manipulation de la lumière (par filtration, combinaison, diffraction) jusqu'au travail sur ses surfaces d'inscription (pellicules, papiers photo, surfaces murales) en passant par le repérage de compositions picturales dans les rues de la ville, un espace d'exploration s'ouvre pour la photographie autour des diverses manifestations de la couleur. Il en résulte des images qui mettent en question nos perceptions. Le référent de ces travaux est souvent la peinture abstraite et sa longue tradition d'expérimentation, mais le réel aussi comporte sa part d'ambiguïté perceptuelle quant à l'impact des couleurs. On retrouvera également dans ce numéro des articles de fond sur l'exposition récente de Marisa Portolese au Musée McCord et la dernière édition des Rencontres Internationales de la Photographie en Gaspésie de même qu'une réévaluation de l'exposition Camerart, présentée à la galerie Optica en 1974.

  • Avec Mapping & projections, ETC media prend un nouveau tournant et se déploie désormais uniquement en version numérique, afin de s'ouvrir aux marchés inexplorés et aux possibilités que ce format peut offrir à qui s'intéresse aux arts technologiques. Le présent numéro présente en couverture Cité Mémoire, un tableau créé par Michel Lemieux et Victor Pilon en collaboration avec Michel Marc Bouchard dans le cadre des festivités du 375e anniversaire de Montréal. Les manifestations ludiques et festives d'art numérique présentées dans le cadre des célébrations constituent le coeur du numéro. Au sommaire, on retrouve entre autres les plus récents projets de Moment Factory, le vidéomapping « un art du trompe-l'oeil et de l'anamorphose au potentiel social et communautaire indéniable » et une entrevue de Oli Sorenson avec Joanie Mercier, artiste française de mapping des projections. Le portfolio est consacré à Françoise Tounissoux qui présente son oeuvre La peau du monde : les éléments, faits de fragments de vidéo et de photos.

  • C'est l'heure pour les spécialistes des arts médiatiques et numériques de plonger « dans les internets » : tel est le titre du plus récent numéro d'ETC MEDIA. Les artistes qui travaillent sur le Web et aussi avec le Web prolifèrent constamment. L'année 2015 a vu la naissance de la première foire d'art numérique à New York. On parle maintenant d'art « post-internet »... Dans un dossier intrigant, la revue plonge dans un monde mystérieux pour le commun des mortels et enquête sur les phénomènes engendrés par le couple art/web, et la toute nouvelle culture qui s'y développe. Ces questionnements participent incontestablement au décloisonnement des pratiques artistiques, l'un des fers de lance de la revue. Nathalie Bachand s'entretient avec Benoît Palop et l'article de Paule Mackrous « Pro-surfing, remix, dispositif », nous fait le portrait d'Émilie Gervais. Découvrez également plusieurs installations et performances, notamment celles de Myriam Bleau et Hiroaki Imeda, présentées durant le festival Temps d'image à l'Usine C en février dernier.

empty