Jacques Le Goff

  • Un livre qui redresse les idées reçues sur ce sujet méconnu, par le plus grand médiéviste français.
    Au Moyen Âge, l'argent répugne, l'argent fascine, et la monnaie est rare. " Dans cet essai, je veux expliquer quel a été le sort de la monnaie, ou plutôt des monnaies, dans l'économie, la vie et la mentalité médiévales ; et dans cette société dominée par la religion, comment l'Église a considéré et enseigné l'attitude que le chrétien doit observer face à l'argent et à l'usage qu'il doit en faire. Si l'argent a joué un rôle important dans la constitution des États, si les techniques financières et bancaires ont progressé, si le commerce s'est largement développé, le Moyen Âge, faute d'un marché global, n'a pas connu ne fût-ce qu'un précapitalisme, même à la fin. C'est pourquoi son développement économique a été lent et limité, en dépit d'îlots de prospérité. Au Moyen Âge, donner de l'argent est aussi important que d'en recevoir, l'esprit de charité l'emporte sur le désir de profit, François d'Assise sur Jacques Coeur. Aussi une crise comme celle d'aujourd'hui y est-elle inconcevable. " Jacques Le Goff " Un ouvrage lumineux. "L'Express " Une synthèse éblouissante. "Le Point


  • L'un des textes les plus célèbres du Moyen Age revisité par l'un des plus grands médiévistes vivants.

    Jacques de Voragine, dominicain mort en 1298 archevêque de Gênes, est l'auteur d'une somme qui, après la Bible, a donné lieu au plus grand nombre de manuscrits au Moyen Age : la Légende dorée. Ce prodigieux ouvrage, maintes fois commenté, n'a pas livré tous ses secrets. Loin de se borner à consigner la légende édifiante des saints du calendrier, il porte une ambition bien plus considérable, estime Jacques Le Goff : celle de christianiser le temps, et de montrer comment Dieu, à travers le temps et par son bon usage, peut enchanter le monde. Ainsi le temps divin et le temps humain dialoguent dans un mouvement perpétuel qui est celui de la vie même du chrétien, saint ou non. A ce titre, la Légende dorée, " bestseller " absolu, a joué un rôle déterminant dans l'élaboration de la culture européenne, dont la conscience et la maîtrise du temps sont des éléments essentiels.
    Jacques Le Goff est mondialement reconnu comme l'un de nos plus grands médiévistes. Depuis son premier livre publié en 1956, Marchands et Banquiers du Moyen Age, il n'a cessé d'explorer les mentalités médiévales et en a profondément renouvelé l'histoire. En 2010 a paru chez Perrin Le Moyen Age et l'Argent, déjà traduit dans de nombreuses langues.

  • Par-delà le droit social auquel il est spontanément associé, Georges Gurvitch (1894/1965), philosophe, juriste et sociologue, n'a cessé de questionner le statut du juridique et du politique dans l'espoir d'en rendre raison sous l'horizon d'une démocratie à ancrer dans les profondeurs du social. Toute son oeuvre est un éloge, d'inspiration proudhonienne, du pluralisme fondateur de la vie collective dans la liberté.

  • Jacques Le Goff est sans conteste l'un des grands historiens médiévistes français. Ses nombreux ouvrages ont trouvé une large audience et ont contributé à renouveler profondément la vision de cette époque charnière.Dans ce livre d'entretiens initialement publié en 1996, Jacques Le Goff retrace sa " vie pour l'histoire " : son enfance, ses années de formation à l'École normale supérieure, à Prague, à Oxford et à Rome, puis sa carrière universitaire qui l'amènera à jouer un rôle décisif à la direction de l'École normale supérieure en sciences sociales. On découvrira d'abord l'enthousiasme communicatif de Jacques Le Goff pour cette " nouvelle histoire " qu'il a contribuer à forger : une histoire complète, nourrie des autres sciences sociales, dont l'objet est autant de comprendre le passé que d'éclairer le présent. Mais on y trouvera également retracée l'aventure intellectuelle de l'équipe des Annales, et celle de la Ve section de l'École pratique des hautes études (devenue EHESS en 1975), qui a joué et joue toujours un rôle majeur dans le rayonnement internationnal des sciences sociales françaises.Ce portrait attachant révèle une grande personnalité de notre temps, passionnément attachée à son métier, mais aussi soucieuse des problèmes de la Cité et de construction européenne.

  • 15mn d'Histoire : une nouvelle collection de textes courts pour apprendre et comprendre l'Histoire en 15 minutes.
    La mort effective de " l'homme modèle du Moyen Âge " eut lieu le 25 août 1270 devant Tunis où le roi avait débarqué dans l'espoir de trouver le long de la côte méditerranéenne un chemin qui l'aurait conduit de façon plus sûre en Palestine. Cette mort n'est pas seulement un grand événement politique. Elle offre aussi l'image concrète de l'exaltation des défunts illustres par le christianisme et la société européenne.

empty