Isabelle

  • Isabelle vient d'avoir sa licence en droit. Elle va vite constater que ça se traduit par... un droit à la licence ! Et même à la plus débridée, car dans le centre de formation pour " fonctionnaires territoriaux " auquel elle s'inscrit... les " territoires " les plus intimes de son anatomie vont vite tomber dans " le domaine public ". Formateurs et formatrices vont se les disputer pour " former " l'impétrante aux rudes exigences du service public. Ah, quand on veut être fonctionnaire, il faut savoir payer de sa personne... Ce qui n'est pas toujours une corvée, ne croyez pas ça ! À cette école, Isabelle va vite devenir une spécialiste chevronnée de tous les " vices "... et pas seulement ceux de procédure...

  • Il est des maux que seuls d´autres mots peuvent apaiser. Et si ivresse rime avec tendresse, plaisir avec soupirs, c´est l´émoi qui donne le tempo à la plume de cette poétesse dont les mots apaiseront vos angoisses et éclaireront votre moi intérieur d´un sourire qui prendra toute la place. La maîtrise de l´écriture d´Isabelle transforme ses poèmes d´amour en personnes qui prennent le lecteur par la main, par le coeur...

  • Les rêveurs

    Isabelle Carré

    • Grasset
    • 10 Janvier 2018

    «  On devrait trouver des moyens pour empêcher qu'un parfum s'épuise, demander un engagement au vendeur - certifiez-moi qu'il sera sur les rayons pour cinquante ou soixante ans, sinon retirez-le tout de suite. Faites-le pour moi et pour tous ceux qui, grâce à un flacon acheté dans un grand magasin, retrouvent l'odeur de leur mère, d'une maison, d'une époque bénie de leur vie, d'un premier amour ou, plus précieuse encore, quasi inaccessible, l'odeur de leur enfance...  »
      I. C. 
     
    Quand l'enfance a pour décor les années 70, tout semble possible. Mais pour cette famille de rêveurs un peu déglinguée, formidablement touchante, le chemin de la liberté est périlleux. Isabelle Carré dit les couleurs acidulées de l'époque, la découverte du monde compliqué des adultes, leurs douloureuses métamorphoses, la force et la fragilité d'une jeune fille que le théâtre va révéler à elle-même. Une rare grâce d'écriture.

  • Catherine Meurisse a grandi à la campagne, entourée de pierres, d'arbres, et avec un chantier sous les yeux : celui de la ferme que ses parents rénovent, afin d'y habiter en famille. Une grande et vieille maison qui se transforme, des arbres à planter, un jardin à imaginer, la nature à observer : ainsi naît le goût de la création et germent les prémices d'un futur métier : dessinatrice. Avec humour et tendresse, l'auteure raconte le paradis de l'enfance, que la nature, l'art et la littérature, ses alliés de toujours, peuvent aider à conserver autant qu'à dépasser. Les Grands Espaces raconte le lieu d'une enfance et l'imaginaire qui s'y déploie, en toute liberté.

  • « Promets-moi de dire au monde ce que des hommes ont été capables de faire à d'autres  ». Telle a été l'espérance formulée par Fanny quelques heures avant son assassinat dans les chambres à gaz d'Auschwitz-Birkenau. Aujourd'hui, sa jeune soeur Esther tient sa promesse.
    Dans les années 1930, sa famille fuyant l'antisémitisme polonais, migre vers la France et s'installe passage Ronce, quartier de Belleville. C'est là qu'Esther grandit avec ses cinq frères et sa soeur, dans ce quartier populaire, avec ses marchés, ses rues poussiéreuses, ses échoppes de cordonniers et de tailleurs. Une existence modeste mais heureuse qui bascule en mai 1940. Il y a d'abord l'arrestation de son frère Marcel puis celle de Samuel, envoyé à Drancy. La rafle du Vel d'Hiv les 16 et 17 juillet 1942 est un coup de hache. Esther ne reverra jamais ses parents. Elle se réfugie chez une gardienne, réussit à gagner la zone libre, revient à Paris où elle est finalement arrêtée lors d'un contrôle d'identité puis internée au camp de Drancy. Birkenau  : Esther est rasée, tatouée, on lui assigne une baraque, un kommando. L'enfer commence  : le travail forcé, le froid, la promiscuité, les coups, la maladie, la faim. Et la mort, partout.
    Soixante-quinze ans après la libération des camps, Esther continue de faire vivre la mémoire des siens et d'honorer la promesse faite à sa soeur. La Petite fille du passage ronce est ce récit, mais aussi un projet historique et littéraire différent. Avec la complicité d'Isabelle Ernot, il s'ouvre comme un diptyque : le témoignage est suivi par un dialogue avec les disparus, par des lettres, à sa soeur Fanny et à sa mère Gela, ou encore lors d'une déambulation sur son chemin d'écolière entre Ménilmontant et Belleville. Le récit revient sans cesse vers ce passage Ronce, disparu, qui n'existe plus qu'ici  : en cette stèle de mots, vivace et émouvante.

  • Bataille pour choisir les vêtements, crise d’envie au supermarché, répétition des gestes interdits… Entre un et cinq ans, les enfants peuvent avoir des comportements face auxquels les parents se sentent démunis. Certains y voient des manifestations d’opposition ou d’insolence, d’autres culpabilisent inutilement. Pourtant, des explications scientifiques, issues de la neurophysiologie et de la psychologie expérimentale, permettent d’éclairer, de comprendre, ces attitudes. Avec des exemples simples du quotidien, Isabelle Filliozat décrypte les comportements excessifs de nos enfants et nous donne des outils précieux pour adopter la bonne réaction.
    Dans un style vivant et plein d’humour, l’autrice s’appuie sur son expérience de psychothérapeute et de mère, ainsi que sur les dernières avancées scientifiques, pour livrer ces conseils indispensables à tous les parents ! © Éditions Jean-Claude Lattès, 2011
    (C) et (P) Audiolib, 2019
    Durée : 2h40

  • C'était génial de vivre Nouv.

    " Dans les camps, il y a ceux qui survivent et ceux qui ne survivent pas. Il y a ceux qui reviennent et ceux qui ne reviennent pas. Personne ne sait pourquoi. C'est quelque chose qui vient du ciel. Il y a des anges, forcément. Je le crois. J'ai toujours eu deux anges avec moi. Je les ai toujours. Pourquoi ? Pourquoi moi ? Peut-être parce qu'il fallait que je revienne. Il fallait que je dise ce que
    d'autres ne diraient pas, que j'écrive ce que personne n'écrirait. Je ne sais pas. Je n'y suis pour rien. "
    Quelques semaines avant de mourir, Marceline Loridan-Ivens, déportée à Auschwitz-Birkenau à quinze ans dans le même convoi que Simone Veil, s'est confiée à David Teboul et Isabelle Wekstein-Steg. Ceci est son dernier récit.

  • Oublier klara

    Isabelle Autissier

    • Stock
    • 2 Mai 2019

    Mourmansk, au Nord du cercle polaire. Sur son lit d'hôpital, Rubin se sait condamné. Seule une énigme le maintient en vie : alors qu'il n'était qu'un enfant, Klara, sa mère, chercheuse scientifique à l'époque de Staline, a été arrêtée sous ses yeux. Qu'est-elle devenue ? L'absence de Klara, la blessure ressentie enfant ont fait de lui un homme rude. Avec lui-même. Avec son fils Iouri. Le père devient patron de chalutier, mutique. Le fils aura les oiseaux pour compagnon et la fuite pour horizon. Iouri s'exile en Amérique, tournant la page d'une enfance meurtrie.
    Mais à l'appel de son père, Iouri, désormais adulte, répond présent : ne pas oublier Klara ! Lutter contre l'Histoire, lutter contre un silence. Quel est le secret de Klara ? Peut-on conjurer le passé ?
    Dans son enquête, Iouri découvrira une vérité essentielle qui unit leurs destins. Oublier Klara est une magnifique aventure humaine, traversé par une nature sauvage.

  • «  Les histoires que je lis sont celles de femmes accusées d'avoir passé un pacte avec le diable parce qu'un veau est tombé malade. Les histoires que je lis sont celles de femmes qui soignent alors qu'elles n'ont pas le droit d'exercer la médecine, celles de femmes soupçonnées de faire tomber la grêle ou de recracher une hostie à la sortie de la messe. Et moi, je revois le cartable que m'a acheté ma mère pour la rentrée de sixième, un beau cartable en cuir, alors que j'aurais voulu l'un de ces sacs en toile que les autres gosses portent sur une seule épaule, avec une désinvolture dont il me semble déjà que je ne serai jamais capable. Je revois mon père tenant ma mère par la taille un soir d'été, je le revois nous dire, à mon frère et à moi, ce soir, c'est le quatorze juillet, ça vous dirait d'aller voir le feu d'artifice  ? Cette contraction du temps qui se met à résonner, cet afflux de souvenirs que j'avais d'abord pris pour un phénomène passager, non seulement ne s'arrête pas, mais est en train de s'amplifier.  »
    En trois siècles, en Europe, plusieurs dizaines de milliers de femmes ont été accusées, emprisonnées ou exécutées. C'est l'empreinte psychique des chasses aux sorcières, et avec elle, celle des secrets de famille, que l'auteure explore dans ce roman envoûtant sur la transmission et nos souvenirs impensables, magiques, enfouis.
    «  Roman-enquête dans l'histoire et l'imagerie de la sorcellerie, récit intime d'une adolescence douloureuse. Le complexe de la sorcière se révèle d'une grande finesse.  » Transfuge
    «  Ce livre est foisonnant et passionnant. Je mets au défi chaque lectrice et lecteur de ne pas être profondément bouleversé par ce texte.  » Psychologies Magazine

  • La grande boussole Nouv.

    Pour Léo, 7 ans, les mauvaises nouvelles s'accumulent : un père qui a perdu son travail, une mère qui est « déboussolée », des parents qui divorcent, un meilleur ami qui semble avoir perdu la tête... Heureusement, le petit garçon hérite d'une boussole pas comme les autres qui a appartenu à son grand-père espagnol. Quand, dans des moments de doute Léo l'interroge, c'est magique ! L'objet semble lui indiquer les bonnes réponses et la direction à suivre. Voilà de quoi remettre un peu d'ordre dans sa vie !

  • Un trésor français Nouv.

    La France possède un trésor inestimable : cinéma, musique, livres, jeux vidéo. Cependant, ceux-ci sont encore souvent considérés au pire comme des passetemps non essentiels, au mieux comme d'anecdotiques contributions à la balance commerciale. C'est oublier que les industries culturelles et créatives contribuent largement à notre économie et pèsent de tout leur poids dans notre capacité d'influence à travers le monde.
     
    Ce soft power, dont est capable l'économie créative, beaucoup de pays nous l'envient, voire le copient. Doit-on préférer les chicaneries franco-françaises ou nous lancer dans une bataille culturelle mondiale qui est aussi celle de la défense de nos valeurs ?
     
    Pendant six ans à la tête d'UniFrance, l'organisme d'exportation du cinéma français, j'ai eu la chance de voir que, partout dans le monde, la culture française est admirée et respectée, que Catherine Deneuve est attendue au Japon comme une idole que l'on vénère, qu'Agnès Varda inspire encore les jeunes féministes américaines et que la nouvelle génération d'acteurs et réalisateurs français force l'admiration des plus grands festivals internationaux.
     
    Sous forme de carnet de bord et d'annotations impressionnistes, avec des artistes et des cinéastes comme guides de voyage, j'ai voulu raconter des rencontres extraordinaires, mais aussi les failles d'un système et son manque d'efficacité.
    N'ayons pas peur d'être fier de notre trésor national !
      Isabelle Giordano 
    Isabelle Giordano a été pendant plus de dix ans « Madame Cinéma » sur Canal Plus, productrice et rédactrice en chef pour la télévision et la radio (France TV, Arte, France Inter). Elle fut la directrice générale d'UniFrance Films de 2013 à 2019, en charge de promouvoir le cinéma français sur la scène internationale, et de juillet 2019 à décembre 2020, présidente du Comité stratégique du Pass   Culture. Elle est aujourd'hui déléguée générale de la Fondation BNP Paribas.

  • À la fin des années 50, Rachel Carson se concentra sur la protection de l'environnement et sur les problèmes causés par les biocides de synthèse. Ceci la conduisit à publier Silent Spring (Printemps silencieux) en 1962 qui déclencha un renversement dans la politique nationale envers les biocides - conduisant à une interdiction nationale du DDT et d'autres pesticides. Le mouvement populaire que le livre inspira conduisit à la création de l'Environmental Protection Agency . Carson reçut à titre posthume la médaille présidentielle de la Liberté ; Un prix international décerné aux défenseurs de l'environnement porte son nom, décerné depuis 1991.

  • Wolfgang Amadeus Mozart était un génie.
    Mort ruiné, enterré sans grande pompe, il aurait pourtant pu sombrer dans l'oubli... Si Constanze Mozart ne l'avait pas adoré au point de sacrifier leurs propres enfants à la gloire de son défunt mari. Si elle ne lui avait pas survécu pendant cinquante-et-un ans, bataillant jour et nuit pour la postérité de son œuvre. Si elle n'avait pas gratté la terre à mains nues pour retrouver son squelette, ni rebaptisé son jeune fils " Wolfgang Mozart II " pour le produire dans toutes les cours d'Europe...
    Le deuil de Constanze révéla une femme d'affaires intransigeante, un caractère hors norme : une veuve redoutable. Voici le destin extraordinaire et romanesque d'une femme d'une grande modernité.
    /> Après la publication du très remarqué L'Embaumeur, lauréat de deux prix, Isabelle Duquesnoy revient avec un nouveau roman érudit et jubilatoire. Fascinée par la figure de Constanze Mozart, elle y a travaillé vingt ans.

  • - 72%

    Entre des parents bien dans leur peau, et une petite soeur cuisinière
    hors pair, Céleste a du mal à trouver sa place. Et si les cours de
    hip-hop, qu'elle prend depuis peu, était un moyen pour elle de
    s'affirmer ? L'adolescente entend parler d'un concours régional de
    danse. Elle décide aussitôt de créer un groupe et de participer à
    cette compétition. Dès lors, Céleste ne pense plus qu'à ça et
    /> travaille d'arrache-pied. C'est sûr, elle va remporter le concours et
    ses parents seront fiers d'elle ! À moins que quelques faux-pas ne
    s'invitent dans la danse.

  • En un seul volume, tout le programme de français du collège, avec des explications visuelles et des exercices. La référence incontournable en français pour les années collège.
     
    Tout le programme de français du collège
    o Grammaire  : les notions essentielles
    o Orthographe  : toutes les règles
    o Conjugaison  : les principaux tableaux modèles
    o Vocabulaire  : étymologies, famille de mots, synonymes, etc.
    o Littérature et image  : pour acquérir une culture littéraire et artistique
     
    Un ouvrage adapté aux collégiens d'aujourd'hui
    o Des explications en doubles pages
    o De nombreux visuels  : illustrations et schémas récapitulatifs
    o Des exemples littéraires amusants
    o Des exercices pour vérifier qu'on a bien compris, et leurs corrigés
     
    Sur le site www.bescherelle.com
    Avec l'achat du livre, l'accès à des ressources complémentaires  :
    - des vidéos d'orthographe et de conjugaison, pour mémoriser les règles plus facilement
    -  des dictées audio classées par difficulté
     

  • Le jeune Hercule est redouté de tous pour sa force prodigieuse et ses accès de rage incontrôlés. D'où lui vient cette violence? Quel secret cache sa naissance? Les dieux, irrités, décident de le punir. Condamné à accomplir douze travaux terrifiants, Hercule parviendra-t-il à racheter ses fautes et à reconquérir le trône de son père?

  • Du côté des Indiens

    Isabelle Carré

    • Grasset
    • 12 Août 2020

    «  Il s'est trompé, il a appuyé sur la mauvaise touche, pensa aussitôt Ziad. Il ne va pas tarder à redescendre... Il se retint de crier  : "Papa, tu fais quoi  ? Papa  ! Je suis là, je t'attends..." Pourquoi son père tardait il à réapparaître  ? Les courroies élastiques de l'ascenseur s'étirèrent encore un peu, imitant de gigantesques chewing gums. Puis une porte s'ouvrit là haut, avec des rires étranges, chargés d'excitation, qu'on étouffait. Il va comprendre son erreur, se répéta Ziad, osant seulement grimper quelques marches, sans parvenir à capter d'autre son que celui des gosses qui jouaient encore dans la cour malgré l'heure tardive, et la voix exaspérée de la gardienne qui criait sur son chat.
    Son père s'était volatilisé dans les derniers étages de l'immeuble, et ne semblait pas pressé d'en revenir.  »
     
    Ziad, 10 ans, ses parents, Anne et Bertrand, la voisine, Muriel, grandissent, chutent, traversent des tempêtes, s'éloignent pour mieux se retrouver. Comme les Indiens, ils se sont laissé surprendre  ; comme eux, ils n'ont pas les bonnes armes. Leur imagination saura-t-elle changer le cours des choses  ? La ronde vertigineuse d'êtres qui cherchent désespérément la lumière, saisie par l'oeil sensible et poétique d'Isabelle Carré.

  • Soudain, seuls

    Isabelle Autissier

    • Stock
    • 6 Mai 2015

    Un couple de trentenaires partis faire le tour du monde.
    Une île déserte, entre la Patagonie et le cap Horn.
    Une nature rêvée, sauvage, qui vire au cauchemar.
    Un homme et une femme amoureux, qui se retrouvent, soudain, seuls.
    Leurs nouveaux compagnons : des manchots, des otaries, des éléphants de mer et des rats.
    Comment lutter contre la faim et l´épuisement ? Et si on survit, comment revenir chez les hommes ?
    Un roman où l´on voyage dans des conditions extrêmes, où l´on frissonne pour ces deux Robinson modernes. Une histoire bouleversante.

  • Adelphe Nouv.

    Adelphe

    Isabelle Flaten

    À la sortie de la guerre, les hommes sont rares, ou en mauvais état... C'est le temps des révolutions, de l'Europe, et des femmes... des femmes conscientes de leur pouvoir, qui s'émancipent de leurs foyers, tirent les ficelles, et se réapproprient leur destin.
    Le jour où Gabrielle Thomas, dans sa paisible bourgade, tend à Adelphe le pasteur un exemplaire de Nêne, prix Goncourt de l'année, que chacun lit et annote à son tour, la vie des personnages bascule, les lois divines et terrestres sont menacées.
    Gabrielle d'abord, la trop honnête paroissienne ; Blanche, la bonne qui mène son maître par le bout du nez ; puis Adelphe, pasteur débonnaire que ce tourbillon de femmes revendicatrices empêche de dormir : puis ses femmes, puis son fils, puis....

    Chacun fait revivre à sa manière la partition du livre, en tentant d'en changer la fin.

  • Comment faire la différence entre foi et faits ? Entre compréhension et interprétation ? Que sont les biais cognitifs ? Et se ranger du côté rationnel suffit-il à les éviter ? Est-il possible de militer objectivement ?
    Quand Paul, qui n'est pas superstitieux pour un sou, rencontre la druide Masha, le courant ne passe pas. Il a beau lui expliquer l'importance de la logique, le débat vire à la mauvaise foi. Ce soir-là, Paul reçoit la visite de l'Esprit Critique, bien déterminée à lui faire comprendre en quoi consiste vraiment la pensée scientifique... Elle va bouleverser sa façon de penser... et peut-être la vôtre !

  • Après le règne du Q.I, on découvre aujourd'hui l'importance des émotions, essentielles pour communiquer et convaincre. L'intelligence du coeur fait toute la différence.

    Anxiété, honte, dépression, violence et solitude... Et si tous ces maux avaient une cause commune ? Et s'il y avait une alternative aux comprimés, tablettes et gélules que nous consommons pour nous calmer, nous aider à dormir, nous mettre du baume au coeur ? A l'école, on enseigne l'histoire, la géographie, les mathématiques et qu'apprend-on sur l'affectivité ? Ne serait-il pas aussi utile d'avoir quelques notions sur les étapes du deuil, la colère et la résolution non-violente des conflits que de savoir par coeur 1515 Marignan ? Il est temps de mieux comprendre nos émotions pour les gérer efficacement. L'urgence est affective. Aujourd'hui, compétences techniques et QI élevé ne sont plus insuffisants pour réussir. La confiance en soi, la créativité, l'aisance relationnelle et l'autonomie font la différence. Dynamiques de réseaux, interdépendance, le défi du millénaire nouveau qui s'avance est celui de la coopération. L'intelligence du coeur, intelligence relationnelle et émotionnelle, est l'intelligence de demain.

    Isabelle Filliozat est psychothérapeute. Certifiée clinicienne en analyse transactionnelle et maître praticien en programmation-neurolinguistique, elle travaille sur les émotions depuis une vingtaine d'années.

  • Comment vivre demain, en solidarité avec les humains et la nature ? Comment fair « monde commun » ? Face à cette situation inédite : le réchauffement climatique, la détérioration de la biodiversité et les difficultés qui se profilent pour notre planète, la grande navigatrice Isabelle Autissier, présidente du WWF, (Fond mondial pour la nature) engage un dialogue-réflexion avec Francis Vallat, président de SOS Méditerranée, qui a une vision autre et complémentaire de la sienne. Ils proposent ensemble de réfléchir aux fragilités, aux beautés et aux complexités de la nature, pour mieux la préserver. Ils évoquent bien sûr la mer, qu'ils connaissent bien tous les deux. La mer prend une large place dans cette discussion, comme figure de la mondialisation, témoin du changement de climat, cimetière de réfugiés, mais aussi domaine d'avenir. La mer, miroir de notre société, en porte tous les maux, toutes les tares, et tous les possibles, tous les espoirs.
    Un livre dense, singulier, engagé et agréable à lire, qui transmet une conviction : chacun peut jouer un rôle face aux tempêtes qui s'annoncent et le combat pour la défense de la nature et de l'environnement correspond au plus beau rêve que l'humanité puisse et doive aujourd'hui porter.

  • Nous aimerions ne trouver en nous, pour nos enfants, qu'amour et tendresse. C'est illusoire. Nous avons un passé, une histoire avec ses richesses et ses blessures. Notre situation familiale ou professionnelle n'est pas forcément facile. Nous avons toutes sortes de raisons de ne pas être qu'amour : la peur, la colère, les frustrations. Le parent doit en prendre conscience sous peine de trop se culpabiliser, de saboter l'amour, d'installer distance et méfiance avec son enfant. Etre parent est une grande aventure. Merveilleuse mais aussi éprouvante, à la rencontre de l'enfant, de soi-même et de nos proches. En effet l'éducation de l'enfant implique le père et la mère, les grands-parents mais aussi l'enfant intérieur du parent. Ainsi notre enfance et toutes sortes d'émotions refoulées, de douleurs inexprimées qui habitent la famille, motivent nos attitudes envers nos enfants. Il n'est pas si simple d'aimer un enfant. Parfois face à ses bêtises, déceptions, transgressions, le parent se sent démuni : en colère, en larmes, blessé, honteux, en fuite. L'objet de ce livre n'est pas de fustiger les « mauvais » parents mais de mieux comprendre ce qui nous empêche d'être le parent que nous aimerions être. Il propose des pistes pour permettre à chaque parent de reprendre la maîtrise de ses comportements et de faire face aux besoins de l'enfant de la naissance jusqu'à l'adolescence.

  • Réviser l'essentiel du programme, au rythme des vacances, et être prêt pour la rentrée ! Des exercices dans toutes les matières, des bilans / jeux, des pages Escape Game.
    Un aide-mémoire et des corrigés détachables

empty