Isabel Georges

  • Ce livre illustre et analyse la recherche parfois tâtonnante de formes d'expression, d'organisation et de revendications politiques des milieux populaires brésiliens dans les années 2000. Il se propose ainsi de penser concrètement les avancées et limites de la démocratie participative. À partir d'enquêtes empiriques originales, souvent de type ethnographique, réalisées dans leur quasi-totalité par des auteurs locaux, fins connaisseurs et parfois militants des mouvements étudiés, cette collection d'articles fait varier autant les dimensions qui font l'objet des mobilisations étudiées (violence, recyclage, habitat, etc.) que les échelles d'analyse. Ainsi, et en dépit de preuves contraires souvent apportées, ce ne serait peut-être pas le niveau d'institutionnalisation de ces pratiques innovantes qui en définit l'aboutissement (assemblées publiques, tissu associatif local et religieux ou budget participatif, etc.) que l'inventivité et la capacité de « résilience » des « forces vives ».

  • Sao Paulo et sa région métropolitaine regroupe 18 millions d'habitants : travail, drogue, associations, vie quotidienne, famille sont des thèmes récurrents dans toutes les banlieues du monde mais qui connaissent ici des changements contrastés, voire contradictoires. La banlieue plie mais ne rompt pas. Lieu de concentration des problèmes qui prend la place du lieu de travail, elle est pleine de passages, de passeurs qui nouent une chaîne d'autonomie morale à travers diverses formes de résistance.

  • Ce livre questionne les relations de l'économie solidaire avec l'Etat, le marché, la société civile et d'autres mouvements sociaux ainsi que ses potentialités en termes de changements sociaux, y compris des rapports entre les hommes et les femmes. Il tend à définir le rôle de l'économie solidaire au Brésil de nos jours.

empty