Gérard Morin

  • Ce guide complet décrit plus de 500 espèces d'oiseaux nicheurs ou migrateurs, soit l'ensemble des oiseaux observables en France, Belgique et Luxembourg. Chaque oiseau fait l'objet d'une fiche détaillée, avec une description précise pour bien l'identifier, des données sur sa biologie et son comportement, des informations sur où et quand l'observer, avec une carte de répartition. Enfin, des indications sont apportées sur les espèces ressemblantes afin d'éviter toute confusion avec une autre espèce. 

    L'ouvrage, riche d'un millier de photos de grande qualité, est précédé d'une introduction très graphique, qui, à l'aide de nombreux dessins, initie le lecteur au monde des oiseaux, éveille sa curiosité et apporte des explications sur leur mode de vie. 

    Sa couverture plastifiée en fait un vrai guide d'identification sur le terrain. En outre, le chant ou le cri de près de 400 espèces est accessible directement via un Q-R Code. 
    «Un rare concentré de données pédagogiques [...] Certainement le guide idéal pour l'ornitho débutant !» (Nat'Images, 2015).

  • Étonnant métier qu'enseigner ! Il faut appliquer des programmes, suivre des instructions officielles... tout en s'interrogeant en permanence sur la pertinence de ses méthodes. Les propositions pédagogiques élaborées par les penseurs de l'éducation viennent alors soutenir l'enseignant confronté à des situations imprévues.
    C'est ce que découvre le lecteur à travers le journal professionnel d'Ellen, enseignante débutante. Celle-ci tente d'analyser sa pratique au regard de la lecture des grands pédagogues. S'inventent alors des dialogues avec les penseurs qu'elle convoque au fil de ses questionnements et des situations rencontrées. Tous apportent à son vécu un éclairage inspiré de leurs propres théories.
    De Montaigne à Tolstoï et à Freinet, de Bachelard à Piaget et à Bourdieu... le lecteur est ainsi invité à croiser de façon ludique l'héritage des plus grands pédagogues et à réfléchir sur ses pratiques.

  • Sous une forme totalement inédite, les auteurs mettent en résonance un journal professionnel écrit par une jeune enseignante avec une analyse réalisée par un formateur. Ainsi théorie et pratique ne s'opposent pas mais elles se fécondent mutuellement. La méthode d'analyse choisie vise à offrir des outils simples d'élaboration de la pensée pour dépasser les idées toutes faites et les préjugés, et enrichir ainsi la palette des attitudes et des outils qui aident les futurs enseignants à construire leur professionnalité. Chaque chapitre s'articule autour d'une question qu'un enseignant débutant est amené à se poser : la préparation de classe, les fiches, le tableau, la récréation, le cahier du jour, l'évaluation, les rencontres avec les parents...Utile aux jeunes enseignants, ce livre offre également aux formateurs des supports concrets utilisables dans des cadres tels que l'analyse de pratiques.

  • Une petite fille dans la tourmente de la guerre, "Et si j'aurais tué Adolphe" est un récit court et poignant qui se passe sous l'occupation allemande durant la première guerre mondiale dans le nord de la France. Nous sommes dans une famille ouvrière: le père combat de l'autre côté du front, la maison est occupée par des militaires allemands. La vie est dure. On résiste à l'occupant, mais en même on donne le change. Tour n'est pas forcément méchant d'un côté et bon de l'autre. La fillette trouve un ami, en la personne de Heinz, un bochevique, quand survient un dénommé Adolphe...

  • Le boutefeu

    Gérard Demarcq-Morin

    • Voolume
    • 1 Janvier 2005

    Montclus, petit village du Gard, semble touché par un maléfice depuis l'arrivée d'un étranger et de sa boîte à malices d'où sort une musique singulière. Les villageois sentent au plus profond de leur être quelques changements inavouables. Les hommes sont frappés d'impuissance et les femmes en proie à un désir insoutenable. Bientôt, ces dernières perdent tout contrôle... Pour annuler ce sortilège, un remède existe. Mais quel remède ! Et quelle humiliation pour ceux qui, à Montclus, doivent expier un péché de jeunesse.

  • "Et si j'aurais tué Adolphe" est un récit court et poignant qui se passe sous l'occupation allemande durant la première guerre mondiale, dans le nord de la France. Nous sommes dans une famille ouvrière : le père combat de l'autre côté du front, la maison est occupée par des militaires allemands. La vie est dure. La fillette trouve un ami en la personne de Heinz, un bolchevique, quand survient un dénommé Adolphe qui prend ses quartiers dans la maison.

  • Dans le Sud ,au xixe siècle, des villageois sont victimes d´un inavouable maléfice.
    Montclus, petit village du Gard, est soudain touché par un maléfice après l´arrivée d´un étranger et de sa boîte à malices d´où sort une musique singulière. Les villageois sentent au plus profond de leur être quelques changements inavouables. Les hommes sont frappés d´impuissance et les femmes en proie à un désir insoutenable. Bientôt, ces dernières perdent tout contrôle...Pour annuler ce sortilège, un remède existe. Mais quel remède ! Et quelle humiliation pour ceux qui, à Montclus, doivent expier un péché de jeunesse.
    Gérard Demarcq Morin est auteur de  nombreux livres régionaux  

  • « En cette cinquième année du règne du très pieux Louis1, par la divine Providence, Empereur auguste, au nom de Notre Dieu et Sauveur Jésus-Christ, nous vous faisons savoir que nous avons interrogé Matmonoc, abbé du monastère de Landévennec, sur la façon de vivre des moines de ces régions et sur leur tonsure. À toutes nos questions, il a répondu avec franchise, à savoir que c´était des Scots qu´ils tenaient leur règle de vie et leur tonsure, alors qu´il est bien connu qu´il en va autrement dans toute la Sainte Église apostolique et romaine. C´est pourquoi, afin qu´ils s´accordent avec l´Église universelle, nous leur avons prescrit de suivre la règle praticable et digne de louanges du saint père Benoît, et pour ce qui est de la tonsure de s´aligner sur la manière établie par la Sainte Église romaine, répandue sur toute la terre. Cette forme de vie telle qu´elle est écrite dans la règle du saint et illustre Père Benoît, qu´ils l´observent dans le monastère susdit, et qu´ils fassent pleinement observer nos ordres à ceux qui leur sont soumis comme aux autres.

    Ordres confirmés de la main même du très pieux empereur Louis.

    L´An de l´Incarnation 818. »

  • Ce roman exalte la vie semi-animale, instinctive et superstitieuse des frustres habitants des Moëres, là-haut dans le Nord, en un passé indéfini et dans un décor mythique.

  • Un récit court et poignant qui se passe sous l'occupation allemande, durant la Première Guerre mondiale, dans une famille ouvrière. Le père combat de l'autre côté du front, la maison est occupée par des militaires allemands. La vie est dure. On résiste à l'occupant mais, en même temps, on donne le change. Tout n'est pas for-cément méchant d'un côté et bon de l'autre. La fillette trouve un ami en la personne de Heinz, un « bochevique », quand survient un dénommé Adolphe qui prend ses quartiers dans la maison, un caporal avec des yeux de ver de terre qui dessine de drôles de croix. Le récit raconté d'une voix enfantine, avec ses fautes de français, devient poignant au fur et à mesure qu'il se découvre sous le regard innocent de l'enfance.

empty