Frederic Marcelin


  • Vingt ans de la vie de Marilisse, l'appétissante cuisinière de Me Casséus Théramène, devenue blanchisseuse après son plaçage avec Joseph le cymbalier. Vingt années de labeur marquées par le départ du volage Joseph, et la résolution de Marilisse de donner malgré tout à sa fille Cléore l'éducation qui lui a fait a défaut. Hélas, Cléore épousera Philo, aussi paresseux que Joseph était coureur. Et c'est Marilisse, jeune grand-mère qui devra subvenir aux besoins du ménage.

  • Monsieur et Madame Labasterre baptisèrent leur fils Thémistocle Épaminondas avec l'espoir avec l'espoir qu'il deviendrait un orateur remarquable, digne un jour de siéger au Parlement. Son goût pour l'Histoire et les grands hommes, les succès rencontrés par ses premiers articles conbfirmèrent cette vocation politique, malgré les mises en garde du professeur Hodelin.

  • En 1902, écarté momentanément de la vie publique, Marcelin, de son exil parisien, évoque la mémoire de quelques-unes de figures illustres de la vie politique haïtienne de la fin du XIXe et les relations qu'il entretenait avec elles. De D. Delorme à F. Manigat, en passant par Brice, Monplaisir, les insurgés de Miragoâne ou S. Rameau, qu'ils soient libéraux ou nationaux - comme lui -, il les dépeint sans passion partisane. Ces portraits sont aussi l'occasion pour Marcelin de dénoncer l'arbitraire et le militarisme qui gangrenaient la société de son temps.


  • Tristylya, fille unique élevée par sa mère et qui appartient à la petite bourgeoisie de Port-au-Prince, n'est pas sans rappeler Zulma, la malheureuse fiancée d'Épaminondas Labasterre. Elle partage son temps entre l'atelier de couture de Mme Céleste Bonaventure, l'église de Sainte-Anne - où officie l'abbé Poncho - et la maison familiale. Elle mène une existence paisible, égayée par les impertinences de son amie Désinette, jusqu'à ce que le jeune Alcibiade Scipion, de retour de Paris la tête farcie de « science sociale », jette sur elle son dévolu.

  • En 1881, j'écrivais, dans le journal l'OEil, les lignes suivantes :« La première condition d'un gouvernement intelligent, c'est de savoir nettement le but auquel il tend et d'y marcher à travers tous les obstacles. Parfois la pensée mère, l'idée générale qui donne l'impulsion à toute l'administration réside dans un petit groupe d'hommes qui entourent le chef, parfois elle est dans un membre du ministère qui domine ses collègues, rarement elle est dans le chef de l'Etat lui-même.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Dans ce texte - qui n'est pas un traité de gériatrie - Marcelin fait l'apologie des grands Ancêtres ainsi que celle du gouvernement civil.

empty