F

  • Dit boek is een handleiding voor ouder-kindpsychotherapie (CPP, child-parent psychotherapy). Het richt zich op thera­peuten die jonge tot zeer jonge kinderen (0 tot 5 jaar) behandelen die geweld of een andere traumatische gebeurtenis hebben meegemaakt. Het boek geeft theoretische achtergronden vanuit de psychoanalyse, de hechtingstheorie en de ontwikkelings­pathologie. Ook geeft het voorbeelden van toe te passen interventies.

    Blijf van mijn mama af! laat zien dat ouder-kindpsychotherapie een waarde­volle behandelvorm is voor jonge kinderen die getuige of slachtoffer zijn (geweest) van huiselijk geweld. De therapie kan ook worden toegepast bij andere vormen van trauma zoals emotionele, lichamelijke en seksuele mishandeling, blootstelling aan geweld, ernstige verwondingen, pijnlijke ziektes en medische behandelingen. De beschreven therapie is evidencebased en nadrukkelijk gericht op de relatie met de ouders of verzorgers van het kind. Hierbij is veel aandacht voor veiligheid en vertrouwen tegenover gevaar en angst.

    Van alle interventies worden voorbeelden gegeven aan de hand van vijf uitgebreide casussen en in de vorm van vele kortere vignetten.

    Deze, uit het Engels vertaalde, uitgave is een tweede, herziene druk van Don't hit my mommy!, oorspronkelijk uitgegeven door ZERO TO THREE: National Center for Infants, Toddlers and Families in 2015.

    `Dit klassieke werk is gebaseerd op tientallen jaren ervaring van de auteurs als therapeut en opleider. De toepassing van ouder-kindpsychotherapie (CPP) is sinds verschijning van het oorspronkelijke boek aanzienlijk uitgebreid, met name voor gezinnen die te maken hebben met geweld, op basis van een indrukwekkende hoeveelheid wetenschappelijk bewijs en steeds meer trainers. Naast een rijke hoeveelheid andere hulpmiddelen biedt het boek vele gedetailleerde, fijngevoelige en helder geschreven voorbeeldcasussen die laten zien hoe je ouders en jonge kinderen kunt bijstaan bij het genezen van trauma's. Ik raad u aan het te lezen, en te herlezen.'

    - Charles H. Zeanah jr., MD, Institute of Infant and Early Childhood Mental Health, Tulane University

  • Par temps de confusion, Jean François Billeter se pose l'une des questions les plus fondamentales de la philosophie moderne : la nature du sujet humain. C'est dans la considération et la compréhension de ce que nous sommes, que nous serons en mesure d'appréhender ce monde toujours plus illisible. Ce retour sur soi fut vécu par chacun de manière imposée, lors du confinement. Mais loin d'un appel au repli sur soi, l'auteur invite au contraire le lecteur à dialoguer avec lui pour éprouver sa nature de sujet.

    Il en vient ainsi à ce constat fondamental : c'est précisément le je qui constitue le dénominateur commun entre chaque individu. Dans cet essai court, dense et singulier, il allie avec brio rigueur intellectuelle et méticulosité philosophique à son goût pour les mots clairs et simples.

    Après avoir été professeur d'études chinoises à Genève, Jean François Billeter a quitté l'université pour se consacrer à ses propres travaux. Dans ses études sur certains textes remarquables de Tchouang-tseu et sur l'art chinois de l'écriture, il allie la plus grande rigueur sinologique au souci constant de se faire comprendre des lecteurs non sinologues, à la fois par la clarté de l'expression et par la richesse des références à l'héritage occidental, ou simplement à l'expérience commune.

  • Jean François Billeter démontre ce qui caractérise la langue chinoise, composée de mots monosyllabiques et invariables : ces mots sont reliés entre eux par des gestes intérieurs. Ils sont du même ordre que ceux qu'emploie le musicien pour lier les notes d'une partition musicale. Le sinologue apprend ainsi au lecteur à exécuter ces gestes, à les comprendre et à en éprouver la subtile beauté. Cet essai se fonde sur la conviction que ce n'est qu'en pratiquant le chinois, peu importe son niveau, qu'on pourra en avoir une connaissance minimale.

    Pas seulement à destination des spécialistes, l'ouvrage s'adresse à tout lecteur soucieux de mieux comprendre le phénomène extraordinaire du langage : universellement partagé, jamais parfaitement compris, et constamment en mouvement.
    />
    Après avoir été professeur d'études chinoises à Genève, Jean François Billeter a quitté l'université pour se consacrer à ses propres travaux. Dans ses études sur certains textes remarquables de Tchouang-tseu et sur l'art chinois de l'écriture, il allie la plus grande rigueur sinologique au souci constant de se faire comprendre des lecteurs non sinologues, à la fois par la clarté de l'expression et par la richesse des références à l'héritage occidental, ou simplement à l'expérience commune.

  • « L'art c'est comme le chinois, ça s'apprend », aurait dit Picasso. Il aurait pu ajouter que l'enseignement du chinois constitue un art à part entière. C'est ce que démontre Jean François Billeter dans son essai L'Art d'enseigner le chinois, adressé à tous les lecteurs, et non seulement aux professeurs ou étudiants de chinois.

    Dans cette réflexion sur le pouvoir des mots, il révèle toute la finesse requise pour enseigner cette langue en tout point différente de la nôtre. Comme la musique, le chinois, pour être compris, doit être pratiqué. Le lecteur est ainsi invité à s'approprier quelques phrases caractéristiques pour comprendre comment entrer dans cet idiome, même sans en être familier. Jean François Billeter se révèle être, en plus d'un brillant sinologue, un pédagogue modèle.

    Après avoir été professeur d'études chinoises à Genève, Jean François Billeter a quitté l'université pour se consacrer à ses propres travaux. Dans ses études sur certains textes remarquables de Tchouang-tseu et sur l'art chinois de l'écriture, il allie la plus grande rigueur sinologique au souci constant de se faire comprendre des lecteurs non sinologues, à la fois par la clarté de l'expression et par la richesse des références à l'héritage occidental, ou simplement à l'expérience commune.

  • Les guerriers dans la riziere - la grande epopee des samourais Nouv.

    Que savons-nous vraiment des samouraïs, ces guerriers si chers à nos imaginaires occidentaux ? L'historien Pierre-François Souyri, fin connaisseur du Japon où il a longtemps vécu, raconte leur longue histoire, enrichie ici de récits anciens qui ont nourri leur geste. La légende de ces terribles guerriers, où un sens aigu de l'honneur le dispute souvent aux plus viles trahisons, n'y est jamais démentie.
    Pourtant, les samouraïs furent bien plus que de simples combattants aux moeurs exotiques. Ils ont évolué tout au long du millénaire que dura leur histoire et se sont adaptés aux réalités de leur temps. S'ils furent, lors des guerres médiévales, capables de la plus extrême violence, y compris envers eux-mêmes, ils s'imposèrent, dans les siècles qui suivirent, en administrateurs avisés, en hommes lettrés, pénétrés de poésie et de spiritualité, amateurs d'art, de thé ou de théâtre. Car - et ce n'est pas un paradoxe, mais la belle découverte de cet ouvrage -, si certains d'entre eux ne voulurent jamais rompre avec un passé révolu, nombre de samouraïs surent se porter aux avant-gardes politiques et intellectuelles, façonnant ainsi le Japon que nous connaissons aujourd'hui.

  • Le pauvre chevalier Nouv.

    Pour ceux à qui la légende arthurienne n'évoque que de très lointains souvenirs, la fréquentation de ce "Pauvre Chevalier" s'impose sans coup férir ! Mais attention : toute ressemblance avec de vieux manuels scolaires ne saurait être qu'une regrettable coïncidence. Car F'Murrr prend quelques distances avec l'Histoire officielle. Cette saga médiévalo-absurdo-délirante (Prix du meilleur album d'humour au Festival d'Angoulême 1991) est enfin rééditée. Sa liberté de trait, ses personnages loufoques, ses dialogues et son esprit de dérision font de F'Murrr l'un des plus grands auteurs de la BD contemporaine.

  • Les Principes de la philosophie du droit figurent aujourd'hui parmi les grandes théories philosophiques de l'État. Hegel y établit une dialectique ascendante en laquelle il apparaît que le droit abstrait et la moralité ne trouvent leur vérité que dans la réconciliation entre la gestion des choses et des consciences, à savoir dans la réalité morale.
    Ils eurent en leur temps un extraordinaire succès, dont témoigne une lettre de Hinrichs à Hegel : « Les exemplaires envoyés aux libraires de Heidelberg étaient déjà épuisés le jour même, et il y a jusqu'ici tant d'exemplaires commandés chez eux que l'un d'eux a dit que "c'était vraiment trop fort" ». Les comptes rendus furent nombreux ; les critiques aussi. Et cependant il aura fallu attendre la fin du XXe siècle pour que l'on mesure véritablement la richesse et la complexité de ce moment capital de la pensée politique : toute la sphère de l'activité humaine est couverte par la philosophie du droit.

  • «- Bardamu, qu'il me fait alors gravement et un peu triste, nos pères nous valaient bien, n'en dis pas de mal !... - T'as raison, Arthur, pour ça t'as raison ! Haineux et dociles, violés, volés, étripés et couillons toujours, ils nous valaient bien ! Tu peux le dire ! Nous ne changeons pas ! Ni de chaussettes, ni de maîtres, ni d'opinions, ou bien si tard, que ça n'en vaut plus la peine. On est nés fidèles, on en crève nous autres ! Soldats gratuits, héros pour tout le monde et singes parlants, mots qui souffrent, on est nous les mignons du Roi Misère. C'est lui qui nous possède ! Quand on est pas sage, il serre... On a ses doigts autour du cou, toujours, ça gêne pour parler, faut faire bien attention si on tient à pouvoir manger... Pour des riens, il vous étrangle... C'est pas une vie... - Il y a l'amour, Bardamu ! - Arthur, l'amour c'est l'infini mis à la portée des caniches et j'ai ma dignité moi ! que je lui réponds.»

  • Wisconsin 1873. À la mort de ses parents victimes de la grande crise financière, Jenny Doussmann part dans les Grandes Plaines rejoindre son frère, Otto, vétéran de la guerre de Sécession devenu chasseur de bisons. Ceux-ci commencent à se faire rares, sans compter les rivalités entre chasseurs et la plupart des tribus indiennes entrées en guerre. Le premier hiver de ces deux émigrants allemands, seuls dans l'immensité, tourne au cauchemar. Ils seront sauvés par une vieille connaissance, Two Shields, un Cheyenne du Sud qui s'engage à veiller sur eux. Devenus membres de sa tribu, Jenny et Otto devront combattre à la fois d'autres chasseurs et des tribus ennemies des Cheyennes. Dans ce roman sauvage et lyrique, les Grandes Plaines sont le réceptacle d'un monde à l'agonie et font corps avec l'Indien et le bison décimés. Ce tableau de l'Ouest américain, avec ses descriptions crépusculaires, mais réalistes, n'épargne personne, animaux et humains : Indiens comme Blancs.
    Un regard lucide et sans concession, vif et dur, sur la période la plus tumultueuse et tragique de l'histoire de l'Ouest américain.Dan O'BrienAvec admiration et respect, je ne cesserai de m'exclamer « wow ! » en lisant ce livre. « L'Agonie des Grandes Plaines » est un roman formidable, prenant, excitant, fascinant, magnifiquement écrit.Elmore Leonard
    Robert F. Jones (1934-2002), romancier, éditorialiste au Men's Journal et journaliste pour Sports Illustrated and Fields & Stream, a écrit plusieurs ouvrages, documents comme romans, dont Jake et Upland Passage qui ont reçu des prix.

  • Vainqueur de l'Eisner Award 2020 de la meilleure série régulière.
    Nommé au Eisner Award 2019 de la meilleure nouvelle série.

    Chasser les monstres est une affaire familiale pour les Sangerye. De génération en génération, ils ont combattu les Jinoos, d'horribles créatures nées de la haine. Mais ils doivent désormais faire face à une menace bien différente : les redoutables Inzondo, un nouveau type de monstre engendré par le deuil et les traumatismes. Tandis qu'une légion d'âmes torturées s'abat sur Harlem, les Sangerye vont encore devoir se battre pour sauver le monde... avant que leur propre souffrance ne les transforme eux aussi !
    Récompensés par le prestigieux Eisner Award de la meilleure série régulière, David F. Walker, Chuck Brown et Sanford Greene poursuivent le combat de la famille Sangerye dans le Harlem des années 1920 à coups de scènes d'action grandioses et de métaphores limpides dont la puissance résonne aujourd'hui tout autant qu'en 1924.
    « Encore une fois, Bitter Root nous offre de purs moments épiques, accompagnés par des personnages à la construction brillante, un artwork à tomber, et une histoire captivante. » Comicon.com
    « Magie Vaudou, problèmes raciaux, sexisme... Difficile de lister tous les domaines qu'explorent avec brio le duo de scénaristes David Walker et Chuck Brown, sublimés par le trait de Sanford Greene. Quand Buffy contre les vampires rencontre Get Out, avec une petite dose d'Hellboy. » Le Figaro
    « Bitter Root apparaît comme une série d'exception. Elle mêle avec une justesse rare action et réflexion, et porte en elle les racines d'une grande oeuvre. » Comixtrip.fr

  • Lorsque Layla Saad a commencé son défi instagram #meandwhitesupremacy, elle ne se doutait pas qu'il connaîtrait un succès aussi fulgurant...
    Layla engageait les détenteur du privilège blanc à se pencher sur leurs pensées ou comportements racistes, qu'ils soient petits ou grands. Le défi a catalysé une prise de conscience mondiale chez les Blancs qui ont commencé à s'approprier ce travail anti-raciste.
    Ce livre pratique en est l'approfondissement : il prend le lecteur par la main en un journal de 28 jours, pour l'amener à comprendre ce qu'est le privilège blanc et par quelle complicité la suprématie blanche se maintient. Ce faisant, l'autrice espère contribuer démanteler un système oppressif pour laisser le monde dans un meilleur état que celui dans lequel nous l'avons trouvé.
    A une époque où de plus en plus de gens se demandent comment s'y prendre pour éradiquer la suprématie blanche, par où commencer, Layla Saad répond ceci : «  Commencez en vous. Commencez par vous et la suprématie blanche.  »
    «  Achetez ce livre pour vous, pour votre famille, pour vos étudiants. Ne le laissez pas de côté.
    Ne regardez pas ailleurs. Le temps est venu  » (Elizabeth Gilbert)

  • Pathelin, un avocat véreux, a un pressant besoin de tissu. Mais comment faire quand on n'a pas le sou ? À moins de rencontrer un marchand, certes tout aussi malhonnête, mais moins rusé...
    Par quel stratagème Pathelin réussira-t-il à emporter le tissu, et à échapper aux poursuites du drapier Guillaume ? Et face au juge, comment fera-t-il pour défendre le berger Thibaud contre Guillaume ?
    Des tromperies en série, des ruses inédites, un procès fou, et une fin à laquelle personne ne s'attendait : voilà une farce comme on n'en voit plus !Bibliocollège propose :
    o le texte intégral annoté,
    o des questionnaires au fil du texte,
    o des documents iconographiques exploités,
    o une présentation des auteurs de théâtre au Moyen Âge,
    o un aperçu du genre de la farce et de la comédie,
    o un groupement de textes : « Les métamorphoses de la farce ».

  • 1920, Li, sept ans, jouée et perdue par son oncle, est envoyée à Shanghai. Son nouveau maître, le cruel Zhang Xi Shun, est l'un des dirigeants de la triade « la Bande verte » qui domine la ville. Li, affectée aux cuisines, est un jour accusée d'avoir volé du papier de riz et portée devant son maître. Celui-ci découvre alors chez cette créature chétive, un don pour le dessin. Cela lui vaudra de prendre une place spéciale auprès de ce personnage terrifiant mais raffiné...

  • Plus de 300 exercices corrigés en Maths 1re, conformes au nouveau programme de spécialité.
    Pour s'entraîner et devenir très bon  !
     
    o Vous êtes en Première et vous avez choisi la spécialité Maths  ?
    Sur chaque thème du nouveau programme, 100 % exos Maths 1re met à votre disposition toutes les ressources pour un entraînement sur mesure  :
      - les rappels de cours et de méthode indispensables,
    - une batterie d'exercices progressifs et minutés,
    - des devoirs sur table pour réviser et gagner des points,
    - des exercices d'approfondissement pour renforcer votre niveau,
    - des corrigés détaillés et commentés, pour assimiler les bons réflexes.
     
    o Notez qu'avec l'achat du livre, vous pourrez trouver sur le site www.annabac.com  :
    - des parcours de révision interactifs proposant, pour chaque thème du programme  : des fiches, des quiz, des exercices et sujets corrigés  ;
    - des conseils pour bien s'orienter.
     

  • Incultes !

    Benjamin F. Valdugrain

    « Qu'a dit Zidane à Materazzi avant son coup de tête, lors de la finale de la Coupe du monde en 2006 ?
    A o "Si tu tiens tant à avoir mon maillot, je te le donnerai à la fin du match."
    B o "Tu n'as pas le droit de te comporter comme ça, je vais le dire à M. l'arbitre !"
    C o "Regarde, Marco, j'ai un petit truc qui me démange sur le haut du crâne."
    D o "Moi, dans mes carbo, je mets toujours deux grosses cuillerées de crème fraîche et des lardons fumés à souhait." »

    À la suite de plusieurs malentendus, le reporter Valdugrain se trouve embarqué en compagnie de personnalités aussi célèbres qu'imprévisibles dans une drôle de compétition internationale qui doit désigner... la personne la plus cultivée du monde !
    Société, arts, histoire, sciences, sport, gastronomie, monuments...
    Tentez vous aussi de répondre aux différents quiz pour tester vos connaissances. Quelle est la véritable recette italienne des pâtes à la carbonara ? Savez-vous pourquoi la Belgique est l'un des pays les plus faciles à repérer depuis l'espace ? Et quelle est la première industrie cinématographique du monde ? À vous de jouer !

  • À la mort de son mari, Bernarda décide, pour marquer le deuil, que ses filles ne sortiront pas de leur maison pendant huit ans. Ce huis clos se déroule dans l'âpre atmosphère du Sud de l'Espagne où, entre censure et anathème, les femmes sont recluses et l'amour est frappé d'interdit. Jalousie, hargne, désirs et passions s'exacerbent. Un homme hante les rêves des cinq soeurs. Il doit épouser l'aînée mais la plus jeune s'éprend de lui : telle est la bombe qui explose au milieu des rivalités, des frustrations et des perfidies. Lorca devait mourir, exécuté, deux mois plus tard, tandis que le pays s'enfonçait, pour de longues années, dans le mutisme, dans ce silence réclamé par Bernarda Alba de la première à la dernière réplique. La chape qui s'abat sur la "maison" à la chute du rideau devient dès lors allégorique de tout un pays bâillonné. Et, par-delà l'Espagne et la voix du poète, elle accuse les préjugés et le fanatisme qui emprisonnent la conscience humaine et poussent au néant.

    Cette tragédie, jouée sur les scènes du monde entier, est entrée en 2015 au répertoire de la Comédie-Française.

  • Découvrez les précieux enseignements de la papesse du développement personnel chrétien : elle a enseigné la métaphysique à New York pendant des années, ses livres (Le jeu de la vie, notamment) ont circulé jusqu'aux coins les plus reculés du monde, son humour, sa simplicité et son message spirituel ont séduit des milliers de gens. Elle a laissé derrière elle des notes et des commentaires inédits qui forment ce livre.

    Soyez fort. N'ayez peur de rien. Paix et tranquillité. Victoire et accomplissement... Un soutien immense pour tous ceux qui cherchent la voie de la Vérité.

  • Dans un monde médiéval, deux pays s'affrontent depuis des siècles : un immense empire, Nikara, et une petite île, Mugen. Jeune orpheline, Rin décide de tout faire pour échapper au mariage qu'ont arrangé ses parents adoptifs. Aidée d'un bibliothécaire qui s'est pris d'affection pour elle, elle se met à étudier en vue du concours Jeju, qui donne aux enfants les plus brillants du pays accès à l'académie militaire de Sinegard, chargée de former les futures élites de l'empire. Après sa formation, sous l'égide d'un vieux maître fantasque et mystérieux, qui va peu à peu l'éveiller aux pouvoirs chamaniques qui sont les siens, la guerre larvée éclate de nouveau, sous les coups de boutoir de Mugen. L'académie est dissoute et ses membres affectés à l'une des douze divisions des Douze Provinces qui composent l'empire. Rin rejoint les sicaires de l'impératrice. Sous le commandement d'Altan, elle va devoir apprendre à maîtriser la force que lui prêtent les dieux pour tenter de venir à bout de Mugen. Mi-roman de formation évoquant les meilleures pages de Harry Potter, mi-épopée grimdark de fantasy militaire, le premier roman de R. F. Kuang détonne par son originalité.

  • Eliott, 12 ans, est un garçon en apparence comme tous les autres. Jusqu´au jour où il découvre un sablier magique qui lui permet de voyager dans un monde aussi merveilleux que dangereux : Oniria, le monde des rêves. Un monde où prennent vie les milliards de personnages, d´univers, et toutes les choses les plus folles et les plus effrayantes rêvées chaque nuit par les êtres humains. Collégien ordinaire le jour, Eliott devient la nuit, parmi les rêves et les cauchemars qui peuplent Oniria, un puissant Créateur, qui peut faire apparaître tout ce qu´il souhaite par le simple et immense pouvoir de son imagination. En explorant Oniria pour sauver son père, plongé depuis plusieurs mois dans un mystérieux sommeil, Eliott est finalement confronté à son extraordinaire destin. Car Eliott est l´ « Envoyé » : il doit sauver le Royaume des rêves, menacé par la sanglante révolution des cauchemars. Pour en savoir plus sur la série ONIRIA et poser vos questions en direct à l'auteur, rendez-vous sur : https://www.facebook.com/oniria.bfparry

  • Un roman de science-fiction mystérieux, où l'apparente utopie ne tient qu'à un fil...

    Sur l'île-monde de Pangéa, où la magie cohabite avec une science balbutiante, la vie s'écoule, paisible et bucolique. Sauf que dans une région excentrée, le sandjak de Valbara, une épidémie d'origine inconnue consume la population et les animaux. Au cœur de la zone touchée se trouve la grotte sacrée de Snerochka.

    Pour découvrir l'origine du mal, le Conseil des Sept Sages de Pangéa décide de missionner une ligue de spécialistes. À sa tête, Lowana, une jeune biologiste experte en environnement et Renjo, un garde forestier taciturne.

    Tous deux vont devoir apprendre à s'apprivoiser, au long d'une expédition semée d'embûches. Un périple jalonné par la présence permanente des énigmatiques Sentinelles, de grandes tiges de métal dont on ignore tout.

    Lowana va-t-elle trouver la cause du fléau ?

    Au terme de cette quête de tous les dangers, il y a peut-être des secrets encore plus terribles que tout ce qu'elle avait pu imaginer...

  • Alceste, détracteur bourru des moeurs de la Cour, est épris de la coquette Célimène et souhaiterait qu'elle lui ouvre son coeur. Mais l'obtiendra-t-il jamais ? La complaisance de la belle à l'égard de ses nombreux soupirants fera-t-elle renoncer le Misanthrope à son dessein ? Célimène sacrifiera-t-elle Alceste à son inclination narcissique à jouir du monde comme d'un jeu ?
    Hypocrisie des relations humaines, incommunicabilité, fatuité... Derrière la satire sociale et la démesure croissante des protagonistes - lesquels prêtent certes à rire -, le spectateur conçoit peu à peu une tension inquiétante, qui le renvoie à ses propres appréhensions. Au point qu'il en vient à se demander s'il s'agit tout à fait d'une comédie.  Avec Le Misanthrope, Molière nous donne en tout cas matière à recul critique sur nombre de nos interrogations contemporaines.Bibliolycée propose :
    O le texte intégral annoté, o un questionnaire bilan de première lecture, o des questionnaires d'analyse de l'oeuvre, o cinq corpus accompagnés de questions d'observation, de travaux d'écriture et de lectures d'images, o une présentation de Molière et de son époque, o un aperçu du genre de l'oeuvre et de sa place dans l'histoire littéraire.

  • Le dieu caché

    J-F Dubeau

    En apparence, Saint-Ferdinand présente tous les signes d'un village tranquille : une rue principale depuis laquelle s'étend un paysage de fermes, un poste de police modeste, quelques restaurants et cafés, une épicerie... mais à mieux y regarder, on trouve là-bas quelque chose d'inhabituel : ce cimetière beaucoup trop grand et trop bien rempli, pour une communauté de cette taille.
    Il accueille les victimes du tueur de Saint-Ferdinand, insaisissable depuis près de deux décennies. Un homme enfin est arrêté... mais le village s'avère être la proie de forces encore plus sombres.

    Quand un mal sans nom se révèle à Venus McKenzie, une adolescente du coin, elle découvre que le pouvoir de cette créature est lié de longue date à Saint-Ferdinand... et que les meurtres en série ne font qu'effleurer la surface d'un passé chargé de funestes secrets.


    « Dubeau se révèle l'une des voix actuelles les plus originales du genre. Une imagination superbement macabre. » Anthony Cipriano, créateur de Bates Motel
    « Un chef d'oeuvre d'horreur qui vous tiendra en haleine à chaque rebondissement. L'auteur ne craint pas d'affronter Stephen King sur son propre terrain, celui de la peur, et se laisse guider par un talent infaillible pour le suspense, alors qu'il vous entraîne d'un chapitre à l'autre à un rythme effréné. Haletant dès la première page. » - Crypt TV
    « Dubeau est un conteur hors pair. Les amateurs d'horreur, de thrillers et de mystères trouveront de quoi étancher leur soif dans ce livre. » Criminal Element
    « À la croisée de Stephen King et de Jeepers Creepers. À recommander sans réserve aux lecteurs de fantastique et d'horreur. » Fantasy Faction


  • Nommé aux Eisner Awards 2019 "Meilleure Nouvelle Série"

    Les Sangerye étaient autrefois réputés pour être la plus grande famille de chasseurs de monstres de tous les temps. Leur spécialité ? Purifier les âmes infectées par la haine, qui transforme les êtres humains en démons hideux.
    Ce temps est révolu. Une terrible tragédie a décimé la famille, et les survivants sont désormais divisés par les blessures du passé et par leurs méthodes : sauver ou tuer ces créatures.
    Mais face à un nouveau type de monstre qui sévit dans les rues de Harlem, les Sangerye vont devoir s'unir et combattre, ou regarder l'humanité s'effondrer dans un mal plus profond encore...
    "Bitter Root regorge d'action, de tensions, d'humour et de dessins à couper le souffle. Mais cette histoire est avant tout un appel à combattre l'amère racine du racisme et de la haine." Chuck Brown et David F. Walker
    "J'ai adoré plonger dans le monde de Bitter Root : horreur, conjuration, et une dynastie de chasseurs de démon dans le Harlem des années 1920, tout y est !" Peter Ramsey
    "Bitter Root est un comics indispensable, créé avec un amour authentique par certains des meilleurs auteurs de la planète." Brian Michael Bendis
    "Dans la même veine que Get Out et Black Panther, Bitter Root est un récit qui sort incroyablement du lot." AIPT!
    "Bitter Root est le genre de comics qui me rend heureux à chaque nouveau numéro. Le mélange entre ville et campagne, surnaturel et science-fiction, ancien et contemporain est parfaitement équilibré." Reginald Hudlin

  • Au sortir du Siècle des lumières et alors que les feux de la Révolution sont à peine éteints, Chateaubriand, qui n'a pas trente ans, entreprend l'apologie de la religion chrétienne. En plus de redorer l'image d'une religion malmenée, il entend apporter de nouvelles preuves de l'existence de Dieu. Mais loin de lui le langage du théologien défendant son culte : il est déjà ce grand poète qui prône, non sans frémir, l'excellence, la beauté et le «génie» du christianisme. La profusion de cette vaste entreprise a pu surprendre ; elle demeure un pilier de son oeuvre et du romantisme naissant.

    Le second mouvement de ce monument loue le culte chrétien dans ses dimensions matérielle et hiérarchique. Car pour le jeune écrivain, tout concourt à la magnificence du christianisme : les cloches des églises comme les habits des prêtres ; les tombeaux des morts comme les prières des vivants. Outre sa beauté, il défend le caractère éminemment moral de cette religion. En témoignent, à ses yeux, les bienfaits qu'elle procure aux hommes et les services qu'elle rend à la société.

empty