Eric Mechoulan

  • Comment penser cette expérience qui consiste à lire des textes, mais aussi des fichiers audio ou des tableaux abstraits, des personnes ou des situations ? Quel genre de communication et de conception du social implique-t-elle ? Étymologiquement, lire c'est cueillir des plantes pour composer des remèdes. La lecture relève d'une thérapeutique sociale que les récentes ou anciennes théories du soin (du care) peuvent nous aider à comprendre. La lecture n'est pas le simple décodage de signes ; elle doit être intégrée à une histoire des médias et à une théorie de la justice. Si celle-ci n'est pas seulement un établissement des rapports de droits entre individus, mais surtout des manières attentives de relier les êtres, des façons d'en prendre soin, alors l'expérience de lecture, avec les rapports amicaux qui peuvent y être inscrits, devient un modèle pour la vie la plus ordinaire. Modèle, en particulier, pour repenser ce qu'est l'esprit critique et la faculté de juger à partir du moment où on les saisit dans une politique des transmissions. Illustration de couverture : © Christian Müller | fotolia Pour Delphine et Ferdinand, les belles surprises de la vie « Toute vie s'adresse à quelqu'un et c'est dans cette mesure - et uniquement dans cette mesure - qu'elle a un sens, même si le sens de la vie reste par ailleurs totalement obscur. » Imre Kertész, Journal de galère

  • Traditionnellement, la métaphysique est la science qui s'occupe de l'origine de nos idées. Pourquoi ne pas alors repartir d'elle pour éclairer le cheminement de ces objets d'histoire qu'on appelle « idées » et qui ressemblent parfois, dans la nuit du passé, à ces étoiles mortes dont l'éclat nous touche encore ? Plutôt que de la révoquer en bloc, en fantasmant ses dépassements sans se soucier de son historicité, il vaudrait mieux s'appliquer à en retracer le cheminement, jusque dans la matérialité de ses inventions. Dès Platon, dès Parménide, elle a peut-être plus à voir avec les problèmes de transmission qu'avec les hauteurs éthérées du suprasensible. Le projet de ce livre est alors triple. D'abord une sorte d'aller-retour : réfléchir sur l'histoire des idées en cherchant dans la tradition métaphysique une certaine fabrique de l'idée d'idée ; et pratiquer l'histoire des idées en prenant pour objet d'analyse cette même tradition métaphysique et sa fabrication. Enfin, compléter ce double mouvement en mettant au premier plan les problèmes de transmission (dans lesquels apparaissent et transitent les idées) plutôt que de les considérer comme de simples supports transparents pour des idées déjà créées et donc prendre le parti de ce que j'appellerai « intermédialité », ce qui implique d'éclairer ce que ce nom recouvre.

  • Intitulé « inclure (le tiers) », ce numéro réuni des essais et des études qui abordent la question du tiers afin d'alimenter une réflexion de portée générale tout en visant à affiner l'analyse de certaines situations mettant en jeu des tiers, ou du Tiers, et à expérimenter sur l'étude d'oeuvres cinématographiques une entrée par le tiers dans l'étude des médialités. Les textes sont en grande partie issus d'une réflexion amorcée lors d'un atelier scientifique initié par Djemaa Maazouzi et Marion Froger, intitulé « Adresses au tiers et postures des tiers dans le partage des mémoires », qui s'est tenu à Montréal en avril 2012.

empty