Elise Turcotte

  • L'apparition du chevreuil

    Elise Turcotte

    • Alto
    • 15 Octobre 2019

    Au XXIe siècle, entre deux révoltes féministes, une écrivaine se retire dans un chalet après avoir été victime de harcèlement sur les réseaux sociaux. Remontant le cours de la colère, une histoire familiale revient la hanter. Au coeur d'une tempête qui à la fois obscurcit et enlumine le paysage, elle appréhende la forêt où rien n'est tranquille. Abandonné et rongé par la mérule, le chalet voisin se dresse comme une menace. Et si on l'avait suivie??

    Tel le chevreuil qui avance dans la neige et trace un ravage, cette oeuvre haletante, lucide et splendidement ornementée provoque un nécessaire fracas et expose, au temps de la prédation, un drame trop familier pour qu'on puisse se permettre de ne pas le raconter.

  • Le parfum de la tubereuse

    Elise Turcotte

    • Alto
    • 25 Août 2015

    Professeure de littérature dans un collège de Montréal, Irène retourne enseigner après un long congé de maladie. Le désir de faire voir à ses étudiants le pouvoir de résistance qu'exerce la poésie est toujours là. Et ni un contexte politique assez sombre, ni Théa, sa perfide alliée,
    ni même la mort n'arrivent à l'éteindre.

    C'est qu'à l'horizon le printemps rougit, et bientôt l'engagement d'Irène dans la révolte grandissante la forcera à renoncer à son travail. Mais ce n'est pas fini pour elle, car la voici ensuite obligée de donner ses leçons devant une bien étrange assemblée.

    Avec cette fable où les sucs vénéneux se mêlent aux parfums les plus enivrants, Élise Turcotte signe un envoûtant plaidoyer pour la littérature qui est une arme contre le vacarme des lâches.

  • Qu'est-ce que le temps, sinon l'ensemble des consciences embrassées en un seul mouvement, et qu'est-ce qu'écrire, sinon donner sa pleine mesure au temps ? Élise Turcotte livre «la forme du jour» au coeur même de la fragilité et de l'intimité d'un corps qu'elle nomme histoire en acceptant de l'habiter. Or, la lourde gravité de l'humanité fait naître le désir paradoxal de la sauver tout en disparaissant avec elle. Les mots, les vers sauront peut-être épouser la forme de la nuit pour que le monde soit possible, ne serait-ce que depuis son revers.

  • Ceci est un autoportrait animé, un portrait vivant de moments précis dans le travail de l'écriture. J'ai imaginé que mon esprit avait une histoire, et que cette histoire pouvait être toute entière contenue dans une boîte, à l'instar des mondes créés par l'artiste Joseph Cornell. J'ai souvent envié le discours de peintres sur leurs propres oeuvres, leur façon de parler de langage pictural, des objets, animaux, personnes et matériaux trouvé qui les habitent. écrivant, j'habite le langage, et je me suis demandé comment ce serait si je donnais à voir ma maison, si j'offrais aux autres la visite de mon atelier.

  • On entre ici dans l'intimité, celle de Rose, et dans une expérience, celle de l'internement. Au fil des pages s'entremêlent les questions de Rose, ses mots, ses visages. Rose à l'hôpital avec d'autres personnalités atypiques. Ou anormales, dirait-on...mais où est la norme?

  • Cinq auteurs et photographes décrivent un détail qui cristallise leur relation à Montréal.

empty